Cette belle gauche de France

Heureusement, en France, être de gauche est une vraie marque qui s'accompagne d'un support inconditionnel et même d'un service après-vente au taquet !
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Left credits Chris Dodds (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cette belle gauche de France

Publié le 13 novembre 2019
- A +

Par h16

Ah, qu’il est doux d’être de gauche en France ! Cela offre finalement tant d’opportunité de dire des trucs et de faire leur contraire, de professer et encourager des comportements qu’on s’abstiendra bien de pratiquer soi-même, et le tout en ne supportant que de vagues et rares reproches, qu’il serait dommage de s’en priver.

Par exemple, comme pour l’actrice Anémone récemment décédée, il sera beaucoup plus simple pour vous d’avoir des comptes en Suisse si vous vous êtes toujours officiellement affiché de gauche : oh, bien sûr, un petit soupçon pourra toujours faire bruisser quelques médias, mais le rappel à la réalité de votre militantisme et de votre vie de bohème affichée suffira à calmer les rumeurs. Eussiez-vous été de droite, voire pire encore, patron (quand bien même apolitique), l’affaire n’aurait pas été si simplement réglée et ce n’est pas un entretien radio ou un communiqué de presse expliquant la situation qui auraient suffi.

Non, décidément, si vous avez un compte en Suisse, affichez-vous de gauche. Revendiquez des valeurs populaires ! Exhortez les uns et les autres à l’abnégation, au dénuement, vivez chichement s’il le faut (sans oublier toutefois d’acheter du café certes plus cher mais surtout équitable, du quinoa certes plus cher mais surtout bio et un appartement au centre de Paris certes très cher mais surtout très rentable en location), que dis-je, choisissez un soutien sans faille aux leaders charismatiques les plus à gauche possible comme (au hasard) Jean-Luc Mélenchon, et tout se passera très bien. Le capitalisme et la fortune personnelle, sont des péchés hideux mais on peut s’en absoudre par un vote efficace !

D’ailleurs, on peut en France très bien amasser une fortune considérable qui sera d’autant moins insupportable pour toute la presse, tous les politiciens de tous bords et tout le Camp du Bien en général si l’on s’affiche résolument à gauche toute. L’illustration de la catégorie « millionnaires et milliardaires de gauche » sera laissée en exercice au lecteur. Comme quoi, on peut rester riche même après une bonne distribution d’argent (surtout quand c’est celui des autres) !

millionnaires de gauche

Mais être de gauche, c’est – heureusement – bien plus qu’une simple histoire d’argent.

Et si tout n’est pas qu’une affaire de pognon, il n’en reste pas moins qu’en étant de gauche, tout peut se négocier, tout est ouvert à discussion, depuis la localisation de ses comptes jusqu’aux valeurs qu’on pourra défendre un matin et renier le soir, ou les opinions qu’on pourra arborer fièrement une année pour s’en éloigner aussi vite que possible l’année suivante.

Eh oui, comme le montre par exemple Jean-Luc Mélenchon, être de gauche nécessite une souplesse assez olympique qui, si elle ne lui permet pas de s’adapter à des fauteuils d’avions en classe éco, l’autorise cependant amplement à retourner sa veste tout en baissant son pantalon, ainsi que l’aura illustré la récente manifestation difficilement classable comme républicaine.

Dans cette dernière, le brave Jean-Luc aura voulu démontrer à quel point il était concerné par l’accumulation insupportable de tous ces abominables actes terroristes qui endeuillent presque quotidiennement la France (depuis la fusillade pathétique d’une mosquée jusqu’aux puzzles Peppa Pig déposés dans les boîtes à lettres de musulmans officiels) en défilant dans une manifestation contre l’islamophobie.

Pour un leader charismatique de cette aile et de cette envergure, le défaut de participation aurait été impardonnable et justifie largement que, tout pourfendeur de curé soit-il, il puisse défiler bras dessus, bras dessous avec des fondamentalistes qui crient « Allah Akbar« … Que voulez-vous, une partie de son électorat défilait aussi ce jour-là, et ne pas s’y montrer, c’était risquer de n’être pas assez de gauche.

Et la souplesse reste admirable pour ce quasi-septuagénaire qui avait en 2015 exprimé pourtant clairement l’impérieuse nécessité d’une certaine islamophobie, celle qui s’inscrit dans cette liberté d’expression permettant de moquer et de critiquer toutes les religions, musulmane incluse.

Cette souplesse s’inscrit d’ailleurs dans le temps puisque le même Jean-Luc (un peu plus jeune il est vrai et donc d’autant plus à même de réaliser des pirouettes sémantiques somptueuses) n’hésitait pas en 2010, tout de gauche qu’il était déjà alors, à renvoyer les porteuses de voile dans leurs 22 avec ce talent de tribun qu’on lui accorde sans mal :

« En ce moment, on a le sentiment que les gens vont au devant des stigmatisations : ils se stigmatisent eux-mêmes — car qu’est-ce que porter le voile, si ce n’est s’infliger un stigmate ? — et se plaignent ensuite de la stigmatisation dont ils se sentent victimes. »

Décidément, être de gauche permet, en plus de conserver un compte en banque dodu, d’assurer une élasticité redoutable !

Mais ce n’est pas tout, car être de gauche, c’est enfin avoir des valeurs fermement chevillées au corps, ces valeurs qui font de vous un humaniste qu’il sera de bon ton de fréquenter lors des dîners en ville, un phare de lumière dans la grisaille du quotidien, une balise d’utopie dans la tempête de réalité froide.

C’est ce qui vous permettra par exemple de détourner en toute décontraction un symbole infâme qui fut porté par tant d’individus condamnés à une mort atroce, comme l’a démontré avec une belle désinvolture la sénatrice Esther Benbassa, faisant paraître sur son fil Twitter la photo d’une gamine (qui n’a pas été endoctrinée, elle, au contraire évident de ces enfants présents lors de Manifs Pour Tous) arborant une étoile jaune.

Bon, soit, cette fois-ci, être officiellement de gauche n’aura pas suffi puisque quelques protestations furent émises et relayées : vouloir comparer, par le truchement de ce symbole lourd de sens, la situation actuelle des musulmans en France avec celle des Juifs il y a 80 ans est une très grosse maladresse qu’une sénatrice républicaine aurait dû ne surtout pas cautionner.

Heureusement, être de gauche permet de disposer de toute une armée de réserve qui, comme un seul homme, se lèvera pour ferrailler au combat et dissiper bien vite le malentendu : articulets remettant les choses au clair et rappelant les petits tweets sirupeux d’âmes charitables (de gauche aussi, évidemment), explications précises et pointues dans le style maintenant inimitable des faux-checkers de Libération, soutien affiché de partis tendrement acquis à la cause, tout est fait pour atténuer et faire oublier une récupération et un symbolisme si honteux qu’il aurait directement expulsé tout autre politicien dans les geôles médiatiques s’il avait été autre chose que de gauche.

Ah, décidément, qu’il est bon d’être de gauche en France : compte en banque dodu et laissé tranquille, souplesse juvénile assurée, service après-vente au taquet, rien n’est laissé au hasard et cela explique sans mal pourquoi la droite n’en est plus une et qu’elle dérive assez résolument vers les mêmes contrées où coulent miel, lait et argent des autres…


—-
Sur le web

Voir les commentaires (36)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (36)
  • Etre de gauche, c’est être généreux … avec l’argent des autres … tout en ne donnant pas un seul rond…
    Etre de gauche, c’est exiger d’avoir un siège classe affaire gratuit tout en exigeant que les pauvres payent très cher leur siège classe économique ou même les sardines ont plus de place…
    Etre de gauche, c’est dire blanc un jour, puis noir le jour suivant si cela arrange …
    Bref être de gauche, c’est conseiller au pauvre qui n’a pas de pain de mettre du beurre des 2 cotés de la tartine, et d’ajouter que c’est délicieux…

    Etre de droite, ce n’est plus possible : CPEF 🙁

  • Etre de droite, c’est lire et approuver un tel article, merci.

  • Encore un petit article grinçant à souhait, mais ô tellement vrai, chère Seize !!
    Concrètement, il a été prouvé que les grands patrons s’enrichissent beaucoup plus sous des gouvernements de gauche que de droite (vous avez dit… capitalisme de connivence ??), donc effectivement il est de bon ton dans notre pays de s’afficher de gauche, et de profiter de tous les avantages qui vont avec !
    C’est bien pour ça que dans le microcosme parisien se mêlent joyeusement des patrons, des journalistes, des politocards, qui s’entendent entre eux pour tondre joyeusement les moutons que nous sommes !
    Et bien moi je les emm… et je me revendique de droite, Na !!

    • pardon « cher » seize… encore que sous le masque à gaz, on ne sait jamais qui se cache 🙂

    • Quant à moi, je me fais un plaisir de rappeler à tous nos amis donneurs de leçons et bouffeurs de « méchants libéraux d’extrême droite » que Frédéric Bastiat siégeait… au centre gauche !

  • Je me demande parfois s’il n’aurait pas mieux fallu que la France tombe complètement dans le communisme après la guerre. Notre pays aurait encore plus souffert le martyr pendant des décennies et peut-être qu’aujourd’hui toute la population serait immunisée contre la rougeole. Aujourd’hui le gauchisme est partout dans les méandres administratifs et dans les arcanes du pouvoir. C’est une sorte de mélasse qui colle au basque et qui empêche d’avancer. Il suffit de voir que Nathalie Arthaud est professeur agrégé en économie & gestion pour se rendre compte qu’il y a un problème.

    Parallèlement je vois bien les USA voler un jour en éclats, avec la sécession de certains états. Il y a cette génération de gauchistes et de communiste qui pousse face (comme dans la 3e loi de Newton) à une génération qui se bâti en opposition sur celle des gauchistes et qui est l’une des plus conservatrices depuis un bon bout de temps. Donc des antagonismes très forts et très concrets. Il ne s’agit plus de joutes politiques.

    • Il est inutile de refaire l’Histoire.
      D’autant que l’exemple de la Russie (ou d’autres pays) ne plaide pas spécialement en faveur de la mainmise du communisme sur le pays des décennies durant. La population n’étant pas non plus franchement immunisée contre le virus, puisqu’un assez fort courant de nostalgie du communisme existe en Russie.
      Notre pays est imprégné de marxisme et de gauchisme depuis longtemps, c’est un phénomène profond et dont une des racines, non la moindre, est spirituelle – pas étonnant si le communisme est si hostile au religieux et au spirituel, spécialement le christianisme, qui a énormément souffert et souffre encore sous les régimes communistes (triste mention spéciale à la Corée du Nord).
      La France traverse une bien mauvaise passe, et bien malin celui qui peut prédire ce qui va advenir. Cela dit, dénoncer les incohérences et hypocrisies majeures de la gauche actuellement en majesté est indispensable, c’est faire œuvre de salubrité publique.

      • Certes, mais je vous renvoie à l’article d’Alexandre Massaux paru aujourd’hui sur Contrepoints. Il démontre que les pays européens qui ont subi le joug soviétique (Pologne, Hongrie, la Slovaquie, la Tchéquie..etc) sont, paraît-il, plus enclin à apprécier la liberté et à la chérir. Alors évidemment il y a encore beaucoup de problèmes dans ces pays là mais il y a un mouvement qui semble aller dans le sens de l’amour de la liberté.
        Concernant la Russie, je pense (à mon humble avis) qu’il s’agit plus d’une sorte de nostalgie de puissance (surtout militaire) que de véritable volonté de revenir au communisme. Comme en France, il y a les nostalgiques de Napoléon pour la gloire militaire alors que pourtant le Premier Empire a constitué, en général, une période de restriction de la liberté individuelle.
        Malheureusement le catholicisme semble se gauchiser lui aussi. Il va devenir difficile de trouver un refuge spirituel au gauchisme.
        Vous avez raison dans le sens où il est inutile de refaire l’Histoire. Mais on peut tout de même l’anticiper. Quand un pays est si profondément atteint, peut-il s’en sortir autrement qu’à l’occasion d’une crise profonde menaçant sa survie?

        • Il y a quand même une différence de taille entre les pays de l’Est, qui se sont vu imposer le communisme, et la Russie, qui se l’est imposé à elle-même, si on peut dire ; autrement dit, la proportion de gens favorables au bolchevisme en Russie était sensiblement plus importante que dans les pays de l’Est.
          Si la France s’infligeait le communisme à elle-même, elle serait dans la même situation que la Russie de 1917, donc très mal partie.
          Non, il ne fait aucun doute à mes yeux que la meilleure solution reste qu’un maximum de Français prennent conscience de la situation, avant d’en arriver à de telles extrémités. Il est certain que c’est mal engagé, mais des médias comme Contrepoints et quelques autres peuvent contribuer à la prise de conscience.
          Quant au catholicisme, certes il est lui aussi atteint par le gauchisme.
          Mais d’autres branches du christianisme ne sont pas dans cette situation, comme le mouvement évangélique, qui aux USA a voté massivement Trump, et au Brasil a fait élire Bolsonaro, par exemple.

          • Ça c’est sûr, mais le communisme imposé par autrui ou imposé à soi-même, le résultat est catastrophiquement le même pour les populations.
            La meilleure solution serait effectivement que tout le monde prenne conscience mais j’ai quelques doutes sur la volonté des gens de prendre conscience.
            Oui heureusement qu’il y a Contrepoints!
            Après pour moi la christianisme c’est l’église de Rome. J’ai moins d’estime pour les autres branches du christianisme que je vois plus comme des ONG de charité et qui ont beaucoup moins de profondeur.

  • Pour un patronat qui prefere avoir comme clients des contribuables ,via le truchement des pantins qu’il a subventionné, que des clients..
    la gauche c’est le lait et le miel..
    les comptes en suisses? broutilles puisque cahusac exerce en corse du sud alors que balkany pourrit dans une geôle..
    Choisis ton camp camarade

  • Il n’y a pas de honte a gagner de l’argent , alors soyons de gauche ,faudrait etre malade pour etre de droite ,regardez ce pauvre balkani , en taule , ruiné ….cahuzac , ca va il prend le bon air de corse….hollande , de gauche, plein les poches et toujours les mains blanches et sans une cale malgre l’ecriture de nombreux livres avec plein de pages….m’enfin faut pas mettre les artistes dans le meme sac que les politiques, les artistes font de l’art , les politiques font DU lard.

  • Le gros avantage d’être de gauche, c’est qu’on peut dire impunément que ce n’était pas une étoile jaune mais que c’était une étoile de couleur jaune. Nuance…

    • De plus le nombre de branches n’etait pas le bon ,cela permet de faire le buzz sans risques judiciaires ,etre de de gauche extreme ne veut pas dire qu’on est completement idiot mais qu’on prend les autres pour des c.. et ils se font prendre .

  • Etre de gauche (et encore plus d’extrême gauche) c’est d’avoir toujours été du côté des pires totalitarismes et de toutes les collaborations. C’est même l’ADN de la gauche et de l’extrême gauche. Hier, ils adoraient Lenine, Staline, Mao, Pol Pot et aussi Hitler (eh oui: les 3/4 du gouvernement de Vichy venaient de la gauche et de l’extrême gauche et Jacques Doriot, ex-PCF créera et présidera la SS française: la Légion Charlemagne!), aujourd’hui, ils défilent aux côtés du mouvement politique totalitaire des Frères Musulmans qui, rappelons le, sont interdits et combattus dans de nombreux pays musulmans

  • Dans un pays où l’idéologie et le romantisme comptent plus que les faits, le terreau de gauche est particulièrement fertile.
    Etre de droite, c’est être un sans coeur, ou si on en a un, il est fait d’acier. Etre de gauche c’est être emphatique, ouvert, ….
    C’est triste mais, c’est comme cela.

    • Etre symphatique, ouvert, donner sa femme et sa fille a des envahisseurs barbares et quand ils les décapitent et que leurs tetes roulent aux pieds du socialiste il s’en va manifester avec une pancarte  » Vous n’aurez pas ma haine ».

  • Etre de gauche c’est surtout être le pire des hypocrites et des faux culs. Mais il y a longtemps qu’on s’en est rendu compte, il suffit de les regarder vivre!

  • « si vous étes de gauche à 20 ans c est que vous avez du coeur,si vous l étes encore à 35 cest que vous n avez pas de téte » disait Churchill

    • Ah bon ? Moi j’avais Giscard « si vous êtes pas de gauche à 20 ans c’est que vous n’avez pas de cœur ; si vous n’êtes pas de droite à 40, c’est que vous n’avez pas de tête »

    • Entre gauche et droite les discours divergent mais les actes con-vergent.
      Non, on est bien mieux au dessus où ce n’est vraiment pas encombré. Bien sûr c’est inutile, puisqu’en bas on ne nous entend pas et qu’on se prend les missiles dans la tronche.

  • alors oui pour se foutre de la gueule des mélenchon, mais bon la gauche et la droite…
    les étatistes, les collectivistes..les liberticides…les autoritaristes…

  • Ah! sacré H16, toujours aussi agréable à lire, toujours autant dans la vérité. Continuez; ne nous abandonnez pas à notre grisaille quotidienne;;;

  • J’adore ce pamphlet au vitriol!!
    Cela fait du bien, depuis le temps que les sympathisants de droite se font critiqués par toute la classe du politiquement correct à commencer par les journalistes.
    Et l’extrême gauche ne s’attaque plus seulement aux gens de droite mais aux gens de gauche, Hollande, Agacinski, etc..

  • C’est du nanan ! Que serait la vie sans h16 ? Il vous balance ses vérités à la tête à pleines volées, ce qui change beaucoup du baratin mensonger et creux des politiques !
    On en redemande !

  • C’est du nanan ! H16 balance des vérités à pleines volées ! Ce qui change du baratin mensonger et creux des politiques, on en redemande !

  •  » Nous étions cons ! Cons et dangereux !  »

    (Yves Montand sur les communistes)

    • Je connaissais le militant communiste, mais j’ignorais totalement son virage libéral que je découvre sur wiki…
      « Dans les années 1980, son revirement idéologique fut total. Il adhère au courant d’idées à l’extrême opposé, le libéralisme, qui arrive alors en France […] Dans l’émission télé pédagogique Vive la crise ! (22 février 1984) suivie par 20 millions de personnes, il prône un « capitalisme libéral ».

  • Arditi, Bruel, Noah, Ribes et autres Binoche…appliquent depuis longtemps les enseignements de cet article depuis leurs appartements du 16éme arrondissement, abrités derrière leurs déclarations humanistes officielles qui les exonèrent de tout engagement réel à distribuer leur fortune à ceux dont ils feignent de défendre la cause insupportable…
    Facile la gauche, il suffit de dire que tu en es, cela t’ouvre les médias, t’apporte du public et t’autorise à affirmer définitivement ce qui est bon pour les autres.

    • J’ai croisé une de ces ‘vedettes’ il y a quelques années dans un relais bourguignon, je me rappelle d’un fait qui m’a sérieusement gonflé à l’époque:

      Chaque fois qu’il commandait une boisson ou autre autre amuse gueule, il lançait à la cantonade :  » c’est la prod. qui paye ! « 

    • D’un autre côté un homme public riche qui ne fait pas allégeance au camp du bien sera tôt ou tard couvert d’immondices et percer sans montrer patte blanche est devenu mission impossible.
      En privé je pense que certains parmi les moins idiots pourraient avoir des discours plus nuancés.

  • On a le droit de bouffer du curé mais pas de l’imam

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La rentrée 2022 est véritablement cauchemardesque.

On rentre à peine de vacances, on ouvre les yeux en tremblant, et bim, l’inflation que le ministre de l’Économie Bruno Le Maire ou la présidente de la BCE Christine Lagarde nous décrivaient au début du printemps comme un petit désagrément technique temporaire uniquement attribuable à la reprise post-covid puis à la guerre russe en Ukraine n’a pas eu le bon goût de s’assécher au soleil de l’été.

Tout au contraire, elle est toujours là, plus vigoureuse que jamais – 8,9 % en zone e... Poursuivre la lecture

nupes
0
Sauvegarder cet article

Le régime est-il enfin en voie de reparlementarisation ? Avec une Assemblée élue au scrutin majoritaire mais qui donne l’image d’une élection à la proportionnelle, l’absence de majorité absolue du parti présidentiel a sonné comme un coup de tonnerre. Le Rassemblement national sort en position de force en parvenant à faire entrer un nombre de députés inimaginable pour une élection au scrutin majoritaire. Pourtant, c’est désormais vers Les Républicains que tous les regards se tournent. Après 10 ans dans l’opposition, la droite républicaine se r... Poursuivre la lecture

Info du 22 juin 20 h 08 : Emmanuel Macron écarte pour l’instant l’idée d’un gouvernement d’union nationale, pense trouver une « majorité plus large » pour gouverner et s’accroche à un échange positif entre l’exécutif et le législatif pour avancer au service des Français. Hormis l’immense progrès d’avoir bouclé l’affaire en moins de huit minutes, une allocution type soir d’élection qui n’apporte pas grand-chose. 

Emmanuel Macron devrait être content. Le « en même temps » qui a fondé son accession initiale au pouvoir, ce mode d’action qu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles