Les comités Théodule ont gagné

Mai 2019, la France frémit ! En son sein s’est réveillée l’armée de l’ombre, celle qui va, discrètement mais inlassablement, couper les branches inutiles de l’administration française, l’élaguer de ses dizaines de commissions inutiles, de ses buissons touffus de comités Théodule sans intérêt et de ses agences sans buts clairs : dans une allocution ferme et décidée, Édouard Philippe, le premier de tous les ministres a expliqué lancer un chantier crucial de chasse aux organismes publics inutiles.

Octobre 2019, la France frémit moyen : exactement comme prévu en mai dans un petit billet de ma production, à peu près six mois se sont écoulés et le constat est tout à fait en ligne avec ce qu’on pouvait attendre, à savoir un de ces échecs mous qui résume à lui seul toute la carrure de nos minustres.

Dans le chuchotement d’une presse toujours discrète lorsqu’il s’agit de constater le bilan désastreux des actions gouvernementales, on apprend en effet que ces comités inutiles ont vu leur nombre s’accroître, et leurs coûts augmenter.

Patatras : dans le « jaune » budgétaire annexé au projet de lois de finances pour 2020, on découvre la liste actualisée des commissions placées sous l’autorité du gouvernement, et – vous allez rire, d’autant plus que c’est vous qui payez – bien que 19 parasites entités aient été supprimées en 2017 puis 18 autres en 2018, le bilan global pour ces dernières passe de 387 à 394.

C’est aussi ça, la magie du Tout-État : 387 – 19 – 18 = 394 et par ici la bonne soupe.

En mai, je prédisais qu’on trouverait certainement dans la presse (courant novembre, donc), un petit paragraphe comme le suivant :

« Six mois se sont écoulés depuis la grande chasse aux comités Théodule lancée par Édouard Philippe. La Commission de l’Étude de la Pertinence des Comités et Commission de la République, chapeautée par le Comité de dissolution des Comités inutiles, ont permis l’élimination d’une Haute Autorité à la Mesure du Cambrage des Cornichons. Un bilan en demi-teinte puisque le nombre précis de comités, hautes-autorités et commissions, après le travail de cette Commission et de Comité, s’établit à un de plus. »

Nous n’en sommes qu’à cinq mois de la glande l’action vigoureuse des équipes d’Édouard, mais on sent qu’on ne sera pas loin de tomber exactement dans le cadre de cette prévision : si, dans le mois qui vient, nos clowns à roulettes coûteux parviennent à sucrer six nouvelles entités, nous atteindrons alors l’objectif d’une unique entité supplémentaire.

Rappelons que le but de l’action du Premier minustre est de faire baisser le nombre de ces entités. Pour le moment, il est surtout à peine parvenu à « faire baisser l’augmentation tendancielle de leur nombre », si vous me suivez.

Si vous trouvez ceci consternant, attendez avant de vous fouetter le visage : en effet, nos David Copperfield de la mathématique administrative ne s’arrêtent pas là puisque parallèlement, les dépenses de ces comités inutiles ont, par ailleurs, augmenté de 17 %, pour un total d’au moins 26 millions d’euros.

Selon Matignon, interrogé sur ce free-style budgétaire aussi lamentable qu’habituel, tout ceci ne serait qu’un malencontreux effet d’optique et sera amené à s’atténuer dans les prochains mois : par un jeu de bonneteau dont nos élites ont le secret, il est entendu que certains frais de personnels ne seront plus imputés à ces Commissions Professionnelles sur la Cambrure des Cornichons Énarques et autres Comités de Suivi de la Méforme Globale, mais correctement répartis dans leurs ministères de tutelle. Parce que voyez-vous, savoir que 26 millions sont dépensés par les ministères Truc et Muche plutôt que par les Comités Bidules ou Chouettes va singulièrement relaxer le contribuable, eh oui ma brave dame.

Devant cet échec dont on sent qu’il ne sera pas corrigé et que les prochains mois, puis les prochaines années promettent de confirmer avec fracas, on pourrait se dire que la situation n’est pas rose.

N’en pensez rien ! Cette augmentation inopinée des dépenses publiques dans ces cochonneries de bordel de pompes à merde entités administratives sera heureusement financée par… les impôts qui augmentent encore plus vite !

Ici, il s’agit des impôts sur les entreprises : malgré l’annonce tonitruante d’une baisse par le même gouvernement qui diminue le nombre d’entités inutiles, les petits calculs sont édifiants et relativement bien en ligne avec ce que les entreprises ont observé sur les trois dernières années, à savoir une hausse de la pression fiscale.

Quant à l’impôt des particuliers, il baisse, c’est-à-dire que les Français vont donc payer 7,3 milliards d’euros de plus que prévu en 2019 sur leurs revenus. Apparemment, les explications fiscales du gouvernement ne permettent pas d’y voir clair mais permettent d’aboutir à la conclusion qu’au final, les recettes augmentent. Avec des impôts en baisse, nos clowns sont résolument magiciens.

Et alors que les émoluments de certains fonctionnaires laissent quelque peu pantois par leur générosité qu’aucun résultat exceptionnel tangible ne viendrait justifier, le tableau d’ensemble brossé par ces baisses dans le mauvais sens et ces nettoyages bordélogènes ne laisse aucun doute : non seulement le gouvernement se moque ouvertement des contribuables – l’animal doit être tondu toujours plus ras mais sans cri, tout au plus – mais il affiche en réalité une véritable pusillanimité dans les actions qui seraient les plus décisives.

Visant des économies de quelques dizaines de millions d’euros là où il faudrait couper hardiment dans les dépenses et les impôts sur des dizaines de milliards en arrêtant, purement et simplement, l’aspersion permanente des copains et des coquins, il n’y a que discrétion, pudeur de violette à mettre fin à quelques petites agences aussi ridicules qu’inutiles, stopper les dépenses idiotes de comités Voie de Garage Pépère. Derrière ces bricolages marginaux du gouvernement pour faire croire à des suppressions, des économies, des baisses de dépenses, il n’y a en réalité que pleutrerie et lâcheté.

Triste conclusion : tout comme Bercy qui tient maintenant tout le pays sous sa coupe, à l’évidence, les comités Théodule ont gagné.


—-
Sur le web

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.