Les entreprises et le bien commun

La fidélité dans un monde de concurrence permet de faire converger les intérêts particuliers vers ce qu’on ne peut appeler autrement que l’intérêt général.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Partenariat - Entreprise - Personnel (image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les entreprises et le bien commun

Publié le 3 octobre 2019
- A +

Par Xavier Fontanet.

Quelques signaux convergents sont peut-être l’annonce que l’attitude des Français par rapport à l’entreprise est en train de changer. En introduction d’un débat sur le don, à l’université d’été du Medef, le secrétaire d’État Gabriel Attal a déclaré que le monopole de l’intérêt général n’était pas entre les mains de l’État, les entreprises pouvant très bien y contribuer. Parallèlement, un certain nombre de grands groupes, entraînés par Emmanuel Faber, le PDG de Danone, réfléchissent à la façon d’adopter des mesures plus inclusives, car les économies de marché doivent évoluer si elles veulent perdurer.

Il est utile d’expliquer pourquoi une entreprise respectueuse des personnes, tout en défendant les intérêts de ses employés et de ses actionnaires, contribue à l’intérêt général. On n’aime pas la concurrence (le fort écrase le faible), on n’aime pas le concept d’intérêt particulier (synonyme d’égoïsme), la fidélité a quelque chose de ringard (forme de captivité).

Intérêt général et intérêts particuliers

Pourtant, quand on les réunit, ils se bonifient mutuellement. Quand une entreprise a une relation de long terme avec un fournisseur, alors que chacun des partenaires peut, grâce à la concurrence, cesser la relation à tout moment, c’est bien que les intérêts particuliers du fournisseur et de l’entreprise convergent ; cela est tout aussi vrai pour les employés et les actionnaires.

Rappelons que les grands leaders ont pu atteindre des positions fortes parce qu’ils ont su créer des relations stables. Perdre ses clients empêche de croître, perdre ses employés entraîne des chutes de productivité et l’explosion des coûts de formation, l’instabilité actionnariale interdit d’avoir une stratégie long terme. Autrement dit, la fidélité dans un monde de concurrence permet de faire converger les intérêts particuliers vers ce qu’on ne peut appeler autrement que l’intérêt général.

Les Français vont-ils adopter ces vérités simples qui sont vécues par de nombreuses entreprises ? Le bien ne fait pas de bruit et on a tendance à communiquer en priorité sur ce qui ne marche pas. Le chemin est encore long, mais tout peut arriver. Ce serait une manière de sortir, à la française, du concept de lutte des classes et… une excellente nouvelle !

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Si la recherche de convergence est indispensable, il faut aujourd’hui apprendre à concilier convergence ET divergence pour pre,ndre en compte ladévelopper la confiance

  • Si la recherche de convergence est indispensable, il faut aujourd’hui apprendre à concilier convergence ET divergence pour prendre en compte la réalité des acteurs et développer la confiance.
    Prendre en compte la réalité : exemple, il manque aujourd’hui en France 4600 soudeurs ! Le travail en silo des différents acteurs explique ce résultat, tant la formation des soudeurs est maîtrisée.

    •  » Le travail en silo des différents acteurs explique ce résultat, tant la formation des soudeurs est maîtrisée.  »

      Je n’ai pas compris, vous voulez dire quoi ?

    • S’il manque réellement 4600 soudeurs (à comparer aux 50000 soudeurs environ en activité en France), cela signifie que le salaire des soudeurs va doubler ou tripler dans les six prochains mois Actuellement, le salaire moyen est de 1600 euros. A 4800 euros, ne doutez pas que l’offre se présentera en masse au guichet d’embauche.

      Ne pas confondre intention d’embauche et demande solvable au prix du marché.

  • Mais surtout, ces différents acteurs n’ont aucun besoin de l’Etat pour mettre en place tout cela et bien l’organiser qui plus est.
    Voilà qui va être insupportable pour nos étatiques qui feront tout pour y mettre leur grain de sel.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alain Goetzman

Il convient de rester prudent et mesuré quand on établit des parallèles entre stratégie militaire et stratégie d’entreprise. Heureusement, les enjeux ne sont pas de même nature et la vie des hommes ne doit jamais être mise en danger sur les champs de bataille économique.

Il n’empêche que l’art de la stratégie militaire, tel qu’il nous a été transmis par les grands généraux de l’histoire, a toujours inspiré les gourous du management.

Un certain nombre de principes, vieux comme le monde, continuent de pré... Poursuivre la lecture

Le 15 juin dernier, alors que les Français se préparaient à vivre une canicule, Marc Hay, présentateur météo de BFMTV, décidait de se montrer alarmiste.

Se disant fatigué du manque de réaction des spectateurs face aux dérèglements climatiques, il déclarait : « Je pense qu’il faut qu’on change notre manière de parler de ça car ça n’imprime pas. » Si nombre d’observateurs ont salué cette position face à un des grands enjeux de la planète, on ne peut s’empêcher d’y voir aussi une dérive possible aux conséquences dangereuses, celle de l’ex... Poursuivre la lecture

Une énigme persistante de la vie des organisations est combien il est difficile pour elles de changer. Souvent ce n’est pas faute d’essayer. La difficulté vient plutôt de la façon même dont elles essaient de le faire, en concentrant leurs efforts au mauvais endroit, et surtout en ignorant la véritable cause du blocage.

Il y a un paradoxe dans la vie des organisations. En un sens, elles sont en changement permanent. Leur vie est un ouragan d’initiatives, de projets, de plans. Mais ce changement cache souvent une difficulté très grande à... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles