Trop de réglementation tue la réglementation

Remplacer les caissières par des caisses automatiques : voilà la réponse à l’hyperrèglementation qui interdit le travail le dimanche.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
prison credits Aapo Haapanen (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Trop de réglementation tue la réglementation

Publié le 13 septembre 2019
- A +

Par Jean-Philippe Delsol.
Un article de l’Iref-Europe

Pour protéger les employés, la réglementation interdit l’ouverture des commerces le dimanche après-midi sauf dérogations particulières. Pourtant les employés embauchés le dimanche sont volontaires et mieux payés. Mais les syndicats et les fonctionnaires ministériels veillent à imposer leur vision étroite et restrictive.
Les entreprises de la grande distribution ont trouvé la parade : se passer des employés. Le Géant Casino du quartier de La Roseraie à Angers, qui emploie habituellement 115 salariés, ouvre désormais ses portes le dimanche après-midi… sans salariés hors quelques agents de sécurité. Il est passé en mode automatique.

Déjà des caisses automatisées sont en service dans diverses chaînes de magasins. Mais désormais c’est l’ensemble des employés dont la grande distribution se passe, et dans un hyper-marché. Les syndicats crient au scandale, mais peut-être comprendront-ils qu’ils travaillent contre leur camp en s’opposant à la liberté du commerce.
Ils feraient mieux d’infléchir leurs positions et d’accepter de libérer les relations de travail entre employeurs et employés. Tous seraient gagnants.

Sur le web

 

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Ressenti me semble être de trop dans votre com .

  • Elle n’a d’égale que la bêtise des gouvernements qui comprennent rarement où peut mener leur besoin maladif de tout régenter…

    • Ce sont pour la plupart des salopards et ils comprennent parfaitement où ménent leurs décisions mais je pensent qu’ils espèrent ne plus être là quand leurs abus auront dépassés la dose prescrite et que la facture ne pourra jamais leur être présentée

  • DEUX paragraphes pour traiter du sujet de la réglementation qui serait la cause de toutes les nuisances en France, en prenant UN exemple sur le travail du dimanche (tellement facile en plus).
    A lire votre « article », on pourrait penser qu’il y a une relation directe et unique entre la « robotisation » du travail et la réglementation. Et il n’y aurait pas d’autres facteurs à prendre en considération.
    Je trouve ça d’une mauvaise foi absolue: que la réglementation assouplisse ou non le travail le dimanche, pensez vous vraiment que les automates ne remplaceront pas progressivement tou.te.s les salarié.e.s dont les tâches sont facilement automatisables?
    Vous êtes président d’un think thank/lobby traitant de sujets économiques, vous reconnaîtrez donc que le profit dégagé par une activité assurée par des machines sera toujours supérieur à celui où ce sont les salarié.e.s qui effectuent cette activité (la machine ne cotise pas pour la sécurité sociale, n’a pas besoin d’argent pour assurer des besoins vitaux et peut travailler sans pause). Est ce que cet élément n’aurait pas mérité un paragraphe également?
    Donc svp, si vous voulez traiter de la réglementation, faites le sérieusement: ne prenez pas UN exemple biaisé parce que ça vous arrange pour faire passer des idées qui sont avant tout politiques et que cela vous permet de boucler un « article » en DEUX paragraphes.

  • Bah il y a bien des abus sur les allocations et autres joyeuseté de notre système social hein… Donc pourquoi cette pratique des hyper marchés serait elle plus dommageable que celle du système social ?
    J’espère qu’à terme, une partie des salariés de cet hyper vont être licenciés (car plus utiles si le principe fonctionne), et que les syndicats s’offusqueront (eux qui ne peuvent pas être licenciés)…

  • Il faut remplacer les syndicalistes par des robots instruits, éduqués et anti-marxistes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Donald J. Boudreaux.

Les attitudes et les opinions de la soi-disant élite d'aujourd'hui - ces formateurs d'opinion publique que Deirdre McCloskey appelle "la cléricature" - sont infantiles. La plupart des journalistes et des essayistes travaillant pour la majorité des grands médias et des entreprises de divertissement, ainsi que la plupart des professeurs et des intellectuels publics, pensent, parlent et écrivent sur la société avec la perspicacité d'un enfant de maternelle.

Cette triste vérité est masquée par la seule carac... Poursuivre la lecture

Par Philbert Carbon. Un article de l'IREF Europe

Il y a un an nous nous penchions sur ce que nous préparait l’Union européenne-nounou pour nous empêcher de mourir en réglementant et taxant davantage l’alcool, le tabac et le sucre. En matière d’alcool, une nouvelle offensive est menée par Véronique Trillet-Lenoir, député européen de la République en marche (LREM), qui a rédigé un rapport dans le cadre de la commission spéciale sur la lutte contre le cancer (BECA) du Parlement européen. Sur la base de ce rapport, le Parlement de Strasbou... Poursuivre la lecture

Par Mohamed Moutii. Un article de l'IREF Europe

Aujourd’hui, les données personnelles sont devenues de véritables ressources dans notre économie mondiale. Internet a fait tomber les frontières nationales dans de nombreux aspects de notre vie quotidienne. Nous considérons souvent le commerce comme le transfert de biens entre des lieux ou des services, mais une grande partie du commerce mondial actuel est constituée de transferts de données moins tangibles, mais non moins réels, dans ce que l’on appelle les flux de données transfrontalie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles