Incendies en Amazonie : et si on parlait de la Bolivie ?

Depuis le début de la crise, Evo Morales a refusé pendant des semaines l’aide internationale, laissant sciemment la situation dégénérer. Ces derniers mois, pour des raisons électoralistes, il a fait passer plusieurs décrets visant à augmenter le niveau de déforestation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Evo Morales by Alain Bachellier (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Incendies en Amazonie : et si on parlait de la Bolivie ?

Publié le 2 septembre 2019
- A +

Par Jeff Belmont.

Il est le président d’un pays d’Amazonie où la densité de feux au 30 août est presque 3 fois plus élevée que les autres pays. Depuis le début de la crise, il a refusé pendant des semaines l’aide internationale, laissant sciemment la situation dégénérer. Ces derniers mois, pour des raisons électoralistes, il a fait passer plusieurs décrets visant à augmenter le niveau de déforestation.

Provocateur et populiste, il a ouvertement soutenu les déclencheurs d’incendies : « Si les familles modestes, les petits agriculteurs, ne pratiquent pas le brûlis, de quoi vont-ils vivre ? ».

Non ce n’est pas Jair Bolsonaro, le président du Brésil, mais bien Evo Morales, le Président de la Bolivie.

Bien que la Bolivie ne recouvre que 10,2 % de la superficie totale de l’Amazonie, au 30 août 26,3% des feux se situent sur son sol. L’Amazonie brésilienne a connu depuis le début de l’année 21,3 feux pour 1000 km² tandis que la bolivienne en a connu 56,8 ! Sans cette explosion des incendies en Bolivie, l’Amazonie dans sa globalité vivrait une année de feux inférieure à la moyenne des 15 dernières années. À côté de l’Amazonie, 32 % de la Chiquitania, plus grande forêt sèche au monde qui se situe en Bolivie, ont été dévastés par les flammes depuis le début de l’année, soit près d’un million d’hectares.

Depuis des années, Evo Morales, actuellement en campagne électorale malgré un référendum lui interdisant de se représenter, s’accroche au pouvoir en distribuant la forêt amazonienne comme monnaie électorale pour sa planification socialiste de l’économie. Ainsi :

  • l’Agenda Patriotique 2025, entré en vigueur le 9 août 2012, prévoit de déboiser un million d’hectares par an, afin de quadrupler la surface agricole, au motif d’assurer la sécurité alimentaire du pays
  • le décret suprême n°1578 promulgué le 7 mai 2013 entérine le déboisement illégal de 5 millions d’hectares de forêt et précise les modalités d’application de la loi 337 de Apoyo a la Producción de Alimentos y Restitución de Bosques du 13 janvier 2013 qui permet la mise en culture de 20 % des territoires forestiers
  • le décret Suprême 2366 du 20 mai 2015 autorise les compagnies pétrolières à mener des campagnes de prospection dans les aires naturelles protégées, dans le but de « lutter contre la pauvreté extrême des communautés qui les habitent »
  • le décret suprême 3973, approuvé en juillet 2019, permet de mettre feu aux terres forestières pour les convertir en zones agricoles afin d’augmenter la production de viande de bœuf pour l’exportation.

Résultat, la Bolivie déforeste 3000 km² par an soit l’équivalent de son voisin le Brésil qui possède 7 fois plus de surface amazonienne.

Si certains se sont tardivement (la semaine dernière) et timidement attaqués au sujet, les médias, réseaux sociaux et acteurs hollywoodiens sont restés muets sur la situation des incendies en Bolivie pendant des semaines.

Le 22 août, alors que la situation des feux en Amazonie est au centre de l’attention internationale, et que les médias tournent en boucle sur le Brésil et Bolsonaro, Le Monde publie un article flatteur sur Morales, louant sa grande popularité, son « pragmatisme » et sa réussite économique et minimisant les grèves et manifestations dans le pays. « Il incarne une certaine modernité » s’extasie alors la journaliste. Au même moment l’Amazonie bolivienne brûlait à un rythme 3 fois plus élevé qu’au Brésil. Dans l’article, pas un mot sur le sujet.

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • L’un deboise pour le peuple l’autre pour les exploiteurs du peuple ,le camp du bien contre le camp du mal. Nos elites politico mediatique ont vraiment souffert des 3 jours de canicule estivale , meme pas un mort de chaud a se mettre sous la dent ,heureusement ,y a encore l’extreme droite bresilienne ,la notre est en conges sans solde.

    • L’extreme droite française est en congé sans solde sur le sujet. Heureusement que les libéraux complotent à nous rendre libre en nous informant correctement.

  • ah ben non voyons la Bolivie est de gauche ! un feu de gauche çà ne pollue pas c’est bien connu

  • Mais qu’attendre d’autre de la Pravda, de la belle désinformation ❓

  • c’est l’évidence , le but est de dénigrer bolsonaro…
    l’information est néanmoins présente, la stratégie transparente.. mais il ne faut pas se mentir sur la signification de cela..les auditeurs ou lecteurs des médias actuels ne souhaitent pas vraiment lire une information objective sur le sujet ou alors c’est à rien n’y comprendre , pourquoi les médias qui en parlent conservent ils une si faible audience??

    comme avec le communisme ce sont les gens éduqués qui VEULENT cela…

    l’idéologie verte a réussi, education, emotion… par exemple , elle a su parfaitement tirer parti de l’éducation collectiviste..

    • on ne peut faire qu’une analogie avec le soutien qu’eut le communisme de la part des intellectuel dans leur majorité..

      on est aussi perdu devant la stratégie à mettre en place…

      le problème est l’intention de tromper…

      normalement à force de multiplier les exemples d’erreurs, le public devrait se rendre compte qu’il n’y a qu’une alternative totale incompétence ou malice..
      sauf que démontrer les erreurs prend du temps et que l’autre élément de la stratégie est le mouvement.

  • Merci d’apporter une . vraie information par rapport aux déclarations
    démagogique de notre président E.M. dans le seul but de détourner les français de voter un homme ou une femme de droite. Un président ne devrait avoir qu’un seul mandat pour éviter de dire n’importe quoi pour se faire réelire

  • On peut aujourd’hui adapter la morale de la fable « les animaux malades de la peste » (selon que vous serez puissant ou misérable…):
    « Selon que vous serez politiquement correct ou dissident de la pensée obligatoire, les jugements médiatiques vous encenseront ou vous conspueront »!

  • « En même temps » si M. Belmont attend quoi que ce soit de bien venant du journal le Monde…
    La propagande étatique relayée à 100% par les médias mainstream ne devrait plus choquer personne. Quand Le Monde critique quelqu’un ou quelque chose : défendez-le. Quand Libé encense quelqu’un ou quelque chose : méfiez-vous. Une fois ces règles appliquées, il n’y a plus de problème.

    • ce serait néanmoins tomber dans un piège, il n’y aurait dès lors plus de démonstration de la vérité possible..

      de temps à autre je suis d’accord avec les verts, et le plus difficile est de ne pas tomber dans la réaction automatique..

      on peut par contre se demander qu’est ce qui fait que le monde et libération ont une quelconque réputation d »objectivité « .

      en matière d’environnement le monde n’est pas neutre…

      mais bon sang de bon soir…pourquoi d’autres médias n’émergent pas…???

      • « pourquoi d’autres médias n’émergent pas ?  » : parce qu’il faut faire allégeance au pouvoir pour émerger en France.

      • Le Monde n’est neutre sur aucun sujet. C’est un journal de gauche et très engagé qui, lors de la prise de Saïgon et Phnom Penh par les communistes, avait fêté la libération de ces villes! C’est dire à quel point ils sont attachés à la liberté et aux droits de l’homme ces hypocrites. Le camp du bien est celui des tueurs!

  • Merci pour cet article, très intéressant qui montre encore plus la manipulation médiatique. Mais vous avez juste oublié un détail non négligeable : Bolsorano est d’extrême droite ! ^^

    • Depuis qu’il s’est lancé en politique il est député démocrate-chrétien. Depuis quand ceux-ci font ils partie de l’extrême droite? C’est pour le calomnier que nos média le qualifient d’extrême droite! Cela en dit long sur leur objectivité.

  • Quand c’est un gauchiste nos écolos et la gauche se taisent. Seuls les gens de droite ont droit à leurs calomnies haineuses!

  • La Bolivie est un pays très pauvre, et à la géographie difficile.
    Il faudrait donc interdire aux boliviens de défricher la foret pour cultiver, afin qu’en Europe, où nous avons défriché tout le territoire depuis longtemps (même si aujourd’hui, une foret contrôlée et exploitée reprend le dessus dans certains départements), nous puissions continuer à vivre comme avant ??

    Il se passe la meme chose à Bornéo : on peut regretter les destructions de la vie sauvage, mais les habitants ont vu leurs conditions de vie grandement améliorée par l’exploitation des palmiers à huile.
    Alors que faire ? Les montrer du doigts, ou trouver des solutions ? Replanter des départements entiers en Europe pour recréer un poumon vert (au détriment de notre agriculture – mais après tout chacun son tour, non ?) ?
    Bref, on est des enfants gatés, et on fustige ceux qui essaient de s’en sortir… Recherchez ce qu’il s’est passé dans le cas du proejt ITT Yasuni en Equateur : le président proposait de ne pas exploiter les ressources pétrolières de la foret amazonienne, à condition de les pays pays riches compensent en partie le manque à gagner pour sa population. Ben…. personne ne l’a suivi, il a donc fallu défricher….

    • @ Claire,

      Evo Morales est une icône de la gauche altermondialiste dont cette dernière ne jure que par l’écologie. Lui il n’est pas critiqué par les socialo-écolos pour le déboisement de la forêt bolivienne. C’est normal Morales est dans le bon camps et Bolsonaro lui est dans le mauvais ( bien que je l’apprécie pas non plus).

    • @claire
      « La forêt française est en croissance de 26 m2 chaque seconde, soit de 82 000 hectares et 85 à 110 millions de m3 chaque année. La forêt française occupe actuellement 28% du territoire, presque 16 millions d’hectares. Entre 1985 et 1995, la forêt française a progressé au rythme annuel de 30 000 hectares, soit trois fois la surface de Paris ! »

      mais çà çà va etre terminé vu que les ayatollahs verts s’attaquent a la biomasse

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 9 janvier 1822 marque le début de l'indépendance du Brésil. Fico ! Un mot, un seul, et tout a basculé ce jour là . « Se é para o bem de todos e felicidade geral da nação, diga ao povo que fico » proclame Dom Pedro. Ce qui donne en bon français approximativement : « puisque c'est pour le bien de tous, dites au peuple que je reste ». Ce « je reste » (Fico) jeté à la face du Portugal était l'aboutissement d'un processus déclenché plusieurs années auparavant.

L'indépendance brésilienne est la plus originale du continent américain. Les h... Poursuivre la lecture

Par Gilles Granereau.

L’éolien n’a plus le vent en poupe si l’on en croit les très nombreuses réactions « anti-éolien » rapportées par les médias.

Malgré le forcing mené par les partisans de la « transition énergétique », l’adhésion de la population aux programmes d’installation des énergies renouvelables (ENR) sur le territoire, et notamment des éoliennes, est loin d’être consensuelle.

Seuls ceux qui ont un intérêt quelconque à l’installation des ENR (notamment financier, mais aussi idéologique et/ou lié à leur carrière)... Poursuivre la lecture

Par Julio Araujo.

L'Amérique latine, l'épicentre le plus récent de la crise du coronavirus, a été le dernier continent à être touché par la pandémie. Ses conséquences sont toujours aussi graves et, dans certains pays, il n'y a aucun espoir que la situation s'améliore bientôt.

Ce scénario, qui appelle à la centralisation des ressources et donne trop de pouvoir aux institutions fédérales, a permis aux gouvernements de renforcer leur discours autoritaire et de prendre des mesures discutables dans la gestion de la crise. En de nombr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles