Amazonie : fake news, désinformation, manipulation !

Voici une mise au point à propos d’une pseudo-crise en accord avec le cadre plus général de l’idéologie climato-politique dominante.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Save the Amazon by Daniel Arrhakis(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Amazonie : fake news, désinformation, manipulation !

Publié le 26 août 2019
- A +

Par Jo Moreau.

L’avalanche d’articles, de photos et d’avis de personnalités de tous horizons sur les incendies qui ravagent l’Amazonie constitue une illustration parfaite du sale boulot de manipulation de l’opinion publique exercée par les médias, et porteur de l’amalgame trompeur diffusé jour après jour entre protection de l’environnement et réchauffement climatique.

La première chose qui a attiré mon attention est le rapport fait entre le nombre d’incendies constatés en 2019, avec la situation en… 2018. Il est à peine croyable qu’une comparaison aussi peu significative sur le plan statistique et trompeuse sur le plan historique ait été diffusée sans aucune réserve par tous les médias mondiaux, mais serve de surcroît les intérêts d’hommes et de femmes politiques, à commencer par le leader auto-proclamé de l’Union Européenne et porte-drapeau mondial de l’écologisme, j’ai nommé le président Macron.

Illustré par une photo « détournée », son récent tweet sur le sujet résume parfaitement l’amalgame entretenu par les sauveurs de la planète sur base de fake news :

« Notre maison brûle. Littéralement. L’Amazonie, le poumon de notre planète qui produit 20 % de notre oxygène, est en feu. C’est une crise internationale. Membres du G7, rendez-vous dans deux jours pour parler de cette urgence. »

Alors, soit le président Macron est mal informé, soit il suit aveuglément les avis très orientés d’ONG n’ayant aucune légitimité scientifique ou démocratique. Le problème est que la majorité de ceux qui nous gouvernent a une démarche identique.

Mais reprenons les choses dans l’ordre.

Fake news

Je place sous ce titre l’emploi par les médias ou sur les réseaux sociaux de photos parfois anciennes, non pas « fausses », mais tout à fait étrangères avec la situation actuelle en Amazonie.

Il s’agit d’une tactique souvent employée, destinée à émouvoir le public et l’orienter dans le sens voulu. Le choix des photos qui illustrent un article a une grande importance. Ainsi, les photos de dirigeants politiquement incorrects montrent souvent des visages grimaçants ou dans des poses peu avantageuses, tandis que les dirigeants idéologiquement corrects (aux yeux des médias) nous sont montrés souriants et sympathiques.

Mais l’emploi massif de ces photos « détournées » était tellement flagrant qu’après les avoir abondamment publiées, l’ensemble de la presse émit dans un deuxième temps des réserves prudentes quant à leur origine, ce qui lui permit accessoirement de se draper dans une démonstration émouvante d’objectivité.

Désinformation

Mais qu’en est-il de la situation réelle de ces feux de forêt en Amazonie, remise dans un contexte global ? Je reprends ici quelques passages d’une interview, parue dans l’OBS, de Martine Droulers, géographe, chercheuse émérite au CNRS, responsable de l’équipe « Brésil » au Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique Latine (CREDAL).

« Il y a vingt ans, on observait beaucoup plus de feux qu’aujourd’hui. Vingt mille kilomètres carrés brûlaient en moyenne chaque année. […]

La tendance était toutefois à la baisse depuis dix ans, avant que le nombre de feux n’augmente de nouveau depuis deux ans. Les incendies qui ravagent l’Amazonie aujourd’hui constituent une alerte qui appelle à la vigilance, mais il est important de rappeler que ces feux sont tout sauf nouveaux et que beaucoup d’entre eux sont des opérations de nettoyage de zones déjà déboisées. […]

Lula (président du Brésil de 2003 à 2010, NDLR) avait mis en place au début de son mandat une politique « environnementaliste ». […]  Il l’a cependant beaucoup nuancée pendant la deuxième moitié de son mandat. La crise économique de 2008 a encore accentué le retour à une politique développementaliste d’exploitation à court terme des ressources de l’Amazonie.

Quant à Dilma Rousseff (présidente de 2011 à 2016, considérée comme l’héritière de Lula, NDLR), c’est elle qui, en tant que ministre des Mines et de l’Énergie, a relancé la construction d’usines hydroélectriques en Amazonie.[…]

Environ 50 % de la forêt est désormais sous un statut de protection nationale. Cette surface est partagée entre réserves indiennes et écologiques. Donc la moitié de l’Amazonie ne sera pas, ou très peu, sujette à la déforestation. Certains s’y risquent, mais les amendes sont sévères. »

Voilà qui nous éloigne de l’affolement actuel sur une situation qui, si elle n’est pas idéale, n’est pas non plus la catastrophe irrémédiable clamée partout.

Manipulation

Revenons sur l’affirmation — reprise par Macron — selon laquelle l’Amazonie est le poumon de notre planète, qui produit 20 % de notre oxygène.

Ici encore, je me réfère à une interview de Alain PAVE, professeur émérite à l’université Claude Bernard Lyon 1, ex directeur du programme Amazonie du CNRS, parue dans le Huffington Post.

La forêt amazonienne produit-elle 20 % d’oxygène?

« C’est très, très optimiste », s’amuse le chercheur qui se demande où le président (Macron) a bien pu trouver ce chiffre sans fondement scientifique. « Quelques pour cent, peut-être, estime le scientifique, mais on est loin des 20 %. »

Peut-on utiliser l’expression « poumon de la planète » ?

« Aïe aïe aïe… », réagit le scientifique devant cette formule qui fait actuellement la Une des médias. « J’étais à un sommet de l’ONU sur le climat en 1992, et déjà les scientifiques s’agaçaient de cette expression », précise-t-il.

Alors non, c’est un symbole mais ce n’est pas une image scientifiquement exacte. Au mieux, c’est un alvéole pulmonaire parmi d’autres. Les autres forêts déjà. Si la forêt amazonienne est immense, elle ne représente que 10 % des forêts mondiales également émettrice d’oxygène avec les limites citées plus haut dans cet article. « Et surtout, le producteur numéro 1 d’oxygène, c’est l’océan », souligne le professeur. Il fournit à lui seule la majorité de « l’oxygène que nous respirons » pour reprendre l’expression de Macron. « Le poumon de la planète, c’est lui. »

Voilà quelques mises au point à propos d’une pseudo-crise montée de toutes pièces dans le cadre plus général de l’idéologie climato-politique dominante, et déjà relayée par le mouvement de Greta Thunberg.

Et pour bien enfoncer le clou, on nous informe des projets apocalyptiques de l’infâme Bolsonaro en Amazonie : y construire une centrale hydraulique, une autoroute et un pont. À n’en pas douter : une catastrophe pour la planète !

Sur le web

Voir les commentaires (118)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (118)
  • Macron et la verite …..un « banquier » honnete ca existe ?
    Ca derniere trouvaille, la limitation de vitesse …des portes containers..ca ne vous rappelle pas une histoire genre , roulez a 80 pour sauver des vies ….ferait mieux de proposer la diminution des peages autoroutiers pour empecher les camions de detruire nos routes de campagne pour les eviter…

    • Ah oui les banquiers. Et juifs pendant qu’on y est ?

      • On s’ approche du point G, d’ autres manières plus subtiles pour rappeler à quel point les banquiers sont philanthropes?

      • Faut etre juif pour etre banquier et se jouer du violon ?
        Et le pauvre juif errant ,tu connais ? Va faire un tour en israel ,ils ne sont vraiment pas tous banquier , Mekelkoncemek !

        • « Travaillé », c’est là le problème. Il a pointé dans une banque, il y a fait jouer son carnet d’adresses, mais il n’a jamais « travaillé » dans le sens premier du mot.

      • Il n’eet question ni banquier, ni de juif général, mais de pouvoir et d’argent. Le fait que certains membres de l’oligarchie internationale qui a subverti les médias soient banquiers ou juifs est de peu d’importance. Un criminel est un criminel, un corrompu est un corrompu.

    • Il est facile, inadmissible et stupide d’attaquer à tous propos la profession de banquier. Je suis banquier moi-même et il y a une chose que je ne supporte pas c’est la bêtise et l’ignorance. Le banquier est celui qui fait circuler l’argent des endroits où il n’est pas utilisé vers les endroits où il peut l’être. La banque c’est le cœur du système circulatoire de nos économies. Sans banque, pas de financement donc pas d’investissement donc pas de création de richesse. La haine du banquier c’est comme la haine du capitalisme, une incompréhension totale du système dans lequel nous vivons.

      • On est heureusement pas obligé d’aimer les gens dont on a malgré nous besoin…
        Et si banquier, tradeur, assureur, notaire, député font partie des métiers les plus détestés c’est pas pour rien

        • Combien de métiers dans la banque ? Parler des « banquiers », c’est comme parler des « postiers » (ceux qui travaillent à la Poste ? Qui ? Les guichetiers, les trieurs, les facteurs, les conseillers bancaires, les encadrants divers et variés…?), des « fonctionnaires » (une fois encore, lesquels ?), etc. Trop réducteur pour être crédible, finalement ça en dit plus long sur la personne qui parle que sur les personnes dont il parle.

          • mouef noyage de poissons, on a heureusement le droit d’essentialiser en plus de pas être forcé d’aimer les gens

          • @Anagrys
            bon les gens n’ont aucun problèmes avec les banquiers.. quand ils ont de l’argent.. vous avez remarqué?

            • Ah oui, et bien j’ aurais franchement dit le contraire: les banquiers n’ ont aucun problème avec les gens quand ils ont de l’ argent. De dos peut-être, vous avez remarqué?

              • @stephane
                çà se discute , parce que c’est quand on a pas d’argent qu’on paye les agios , et des frais honteux.. on fait du fric avec la pauvreté vous avez remarqué?
                quand on a de l’argent le probleme du banquier c’est de vous vendre quelque chose , sinon vous ne lui rapportez rien.. et comme il veut vous vendre quelque chose , il sait etre agréable
                çà c’est ce que moi j’ai constaté puisque j’ai vécu les deux situations , yapaphoto désolé

                • Mais la banque n’est pas un service social! La banque est un commerce.
                  Le banquier est un intermédiaire qui prête de l’argent à qui en a besoin à conditions qu’il puisse le rembourser car le banquier doit gagner de l’argent s’il veut pratiquer son métier dans le temps. Savez vous que les marges sont de l’ordre de 1%, quand elles sont bonnes? Par contre les pertes peuvent être de 100% (s’il y a défaut de remboursement). Un seul mauvais payeur peut ruiner le profit fait sur des dizaines de clients normaux. Ça explique que le banquier soit méfiant. Pourquoi voulez-vous qu’il vous fasse des cadeaux?
                  Je suis surpris qu’un site libéral montre chez beaucoup de lecteurs une telle incompréhension et un tel rejet de la profession de banquier. On se croirait sur un site socialiste (et ce n’est pas un compliment).

                  • Si je peux me permettre, je ne rejette pas la profession. Je rejette le fait qu’ en 2008 par exemple, la dette a été socialisée et payée par tous alors que des banquiers irresponsables ont continué de plus belle à souffler dans des bulles. Je rejette le fait que certains de vos confrères aient pris d’ énormes risques sans en payer le prix. Je rejette le fait que le crédit servent à soutenir la consommation, l’ économie de la bagnole et du tourisme alors que des entrepreneurs ont du mal à emprunter. Et enfin, je rejette le fait qu’ avoir un compte en banque est quasi devenu incontournable. Vous avez de la chance, vous ne manquez pas de clients, ni de clients fragiles à traire qui financent votre fonctionnement. Je ne vois rien de libéral dans tout cela: irresponsabilité, manque de liberté.

                    • Les gens ne sont pas obligés d’emprunter. C’est leur liberté et leur responsabilité de choisir de ne pas le faire. Et si vous voulez vivre sans compte bancaire ouvert dans une banque classique, achetez vous une carte de paiement « nickel ».

                    • In fine, ce que vous regrettez, c’est le capitalisme de connivence. La Banque en elle-même n’est pas plus coupable que tous ceux qui profitent de ce capitalisme de connivence en France.
                      Aux US, Lehman Brothers a coulé. Le gvt US l’a laissée couler càd assumer ses conneries. La crise a été dure mais courte et les USA s’en sont relativement vite remis malgré les mesures délétères qu’ont consciencieusement instaurées Obama et son équipe.

        •  » Et si banquier, tradeur, assureur, notaire, député font partie des métiers les plus détestés c’est pas pour rien  »

          Vous pouvez rajouter les multinationales, l’agro-alimentaire, les américains et Israël. Pour répondre à votre question; ils sont détestés pour ce qu’ils sont et non pas pour ce qu’ils font vu que peut-importe ce qu’ils font, ils ont forcement toujours tort. Et inutile de dire de chez qui ça vient cette détestation obsessionnelle.

          • Lire l’intervention de Stephane juste au-dessus (26 août 21h34).
            Il y a bel et bien des arguments rationnels, au-delà des délires et fantasmes de certains ici, qui reçoivent moult soutiens en +1.

      • Macron ,banquier, et a mettre en correlation avec Trump , milliardaire , rien de plus que se moquer des medias francais….et du pseido metier de banquier de ce monsieur macron….sans sa petite amie il aurait sans doute ete comedien de boulevard

  • on a l’air de cons quand meme..
    Avec le petit gros c’tait flagrant , mais avec ce coq de basse cour qui joue les Kéké , là çà dépasse l’entendement .. on va finir par ne plus pouvoir aller a l’étranger ..
    allez DEHORS!

    • A claude henry de chasne.
      « mais avec ce coq de basse cour qui joue les Kéké , là çà dépasse l’entendement .. on va finir par ne plus pouvoir aller a l’étranger .. »
      Vous l’avez bien dit « coq de basse cour ». Un coq est arrogant, stupide et a les pieds dans la m… !
      Image ô combien réaliste ! Mais son inintelligence, son égo sur-dimensionnée et sa fatuité lui font perdre les pédales, ne lui permettant pas saisir le risible de ses propos qui discréditent la France.
      Dommage que le ridicule ne tue pas en France !

  • le problème est l’absence de pluralité des médias …
    OUI… la parole des ong est prise comme parole d’évangile.
    trop de trucs faciles à contredire..
    macron a choisi l’ecologie..il est piégé..et va se faire écrabouiller par les ecolos d’ailleurs.

    ceci dit le zero carbone de greta..

    mais ça glisse sur ces gens…ils détiennent la vérité ce ne sont que des illustrations.. ou des actes symboliques..

    je ne sais pas jusqu’où on va descendre..

    • Impossible de savoir : c’est sans fond. Ils creusent d’arrache-pied sinon d’arrache-main :mrgreen:

    • @jacques lemiere
      Bonsoir,
      « ceci dit le zero carbone de greta… »
      N’est-elle pas faite de carbone, comme tout être vivant de cette planète ?

  • Depuis NS ces derniers PR nous ridiculisent.

  • macron s’en tape de l’environnement , comme de sa première couche ; en revanche , attirer les électeurs écolos vers son parti en vue des municipales , c’est beaucoup plus urgent ; et croyez bien que l’on n’a pas fini de l’entendre à ce sujet ;

  • Pour déforester y’a longtemps qu’on utilise plus le feu et qu’on utilise des machines et des tronçonneuses. Le bois on ne le brûle pas, on le vend.
    Le feu est souvent le jeu des octogones très pauvres, pour faire de l’élevage bovin.
    L’élevage parce que les bœufs on eut les faire voyager dans les sentiers et a plus de clients locaux contrairement aux productions agricoles qui nécessite des routes et des autorisations et des contrôles permanents.

    • Ca doit etre coton de vendre du bois en amazonie ..non c’est plus rapide et moins cher de tout brûler et ca fertilise les terres et désinsectise , que du bon !

      • C’est un partout la balle au centre ; Le bois en Amazonie est exporté par barges mais celui qui est invendable est brûlé afin de minéraliser la matière organique

    • @lequidam : D’ailleurs écrit dans l’article :
      « mais il est important de rappeler que ces feux sont tout sauf nouveaux et que beaucoup d’entre eux sont des opérations de nettoyage de zones déjà déboisées. […] »

    • Au passage : les zones déforestées sont parfaites pour y planter du soja. Celui-là même qui est extrêmement demandé en Asie pour des raisons culturelles… mais aussi de plus en plus en Europe comme substitut à la viande.
      C’est qui les vainqueurs ?

      • Pas si sûr, la luxuriance de la forêt cache souvent des sols très pauvres ; d’où brûlis, élevage, abandon pour quelque année… puis à nouveau brûlis… etc

  • C’ est tout de même remarquable de constater que tous ces Young Leaders qu’ on se ramasse depuis des décennies offrent largement leurs fesses à l’ Oncle Sam tout en disant « non non pas ça », et sans doute par soucis de montrer au bon peuple qu’ il en a quand même dans la culotte, fustige le moindre élu populiste. Pour paraphraser Desproges, quel courage il faut pour taper sur Bolsanaro à 10000 kms de Brasilia…

  • il faut bien occuper le « temps de cerveau disponible » à son profit.

    nos politiques n’ont plus de morale, mais désormais plus de culture.

  • Article qui remet les choses en place. D’après les observations satellitaires de la NASA, il y a davantage de feux en Afrique qu’au Brésil. Mais au Brésil il y a un gouvernement plutôt libéral, donc les feux c’est mal. En Afrique il y a des gouvernements plutôt socialistes, donc c’est bien.

    • Vous avez raison qu’on s’attaque au gouvernement Bolsonaro pour des raisons politiques mais pas parce qu’il est considéré comme libéral, mais parce qu’il est considéré d’extrème-doite et à proche de Trump.

      • @Riffraff: Sale coup pour le traité Mercosur-UE tout de même ! Les prochaines élections municipales sont en cible probablement. Certains maires ont pris la barque à fond, avec dénonciation des méchants habituels.

      • Autre mensonge et fake new puisque Bolsonaro est démocrate-chrétien! Depuis quand ce parti est d’extrême droite?

        • T’es d’extrême droite quand tu ne penses pas comme les gentils … c’est tout .

        • A Virgile.
          Ne saviez-vous pas que tous ceux qui ne sont ni progressistes ni marxistes sont classés « extrême droite » ? Par fanatisme idéologique ou par incapacité intellectuelle, tous ces pourris jupitériens voient tout en « rose » ou tout en noir !

        • Démocrate chrétien n’est pas loin d’extrême droite pour les progressistes…

  • Très drôle, il y a des réponses dans l’article, de scientifiques qui ramènenet le sujet à une objectivité raisonnable et les commentaires tournent autour des juifs des banquiers, des élections. Ca me rappelle Soljenytsine, à la TV, se faisant prendre à parti par un coco qui suggérait que cet immense écrivain était venu en France pour influencer le vote des français aux élections cantonales……… La France n’a toujous pas décollé, elle mérite bien Macron, le cynique, pas l’imbécile, le cynique.

    • Assimiler la France à ceux qui n’ont pas décollé, c’est quand même de la généralisation abusive.

    • Non, il y a deux aspects: le « démontage »scientifique, et fois qu’on s’est rendu compte que le discours sce était faux, il faut bien passer à une explication politique.

  • J’avais laissé un billet sur mon blog à ce sujet au début du mois d’août dont je me permets de glisser ici le lien :
    https://jacqueshenry.wordpress.com/2019/08/04/la-foret-amazonienne-et-le-climat-encore-une-fake-news/

    • Oui, intéressant. Mais Bolsonaro lui-même a fait remarquer que la simultanéité des départs de feu indique des actions criminelles…

    • Jolie billet, j’ai beaucoup apprécié « un enfant de 7 ans pourrait comprendre cela ». Effectivement c’est ce que l’on appelle une explication simpliste !

  • Enfin, il y a quand même des feux trop importants au Brésil, comme en Afrique intertropicale, comme en Indonésie. Ça, vous ne pouvez pas le mettre en doute. Et il y a un moment où trop c’est trop.
    Il y a quand même un problème de biodiversité, que vous le vouliez ou non. Il y a un problème aussi de qualité de vie. Je ne vois franchement pas l’intérêt de transformer la forêt amazonienne en champs de soja ou en prairies pour l’élevage bovin. Personnellement je préfère de beaucoup conserver un peu de nature vierge dans le monde, ne serait ce que pour l’esthétique mais pas seulement. La destruction systématique de son environnement par l’homme n’est pas nécessaire, il est même fortement condamnable.

    • Avant de parler de la qualité de vie des autochtones amazoniens il serait bien de les laisser vivre comme ils le veulent . Je ne pense pas qu’un européen soit le mieux place pour décider a la place de quelqu’un qui ne lui demande rien qu’elles cultures il doit développer chez lui . Quand a l’esthétique qui peut dire qu’elle est plus importante que de développer un secteur agricole? vous? au nom de quoi? de vos convictions de nanti qui mange a sa faim tous les jours ? Je suis surpris que votre sens de l’esthétique ne vous invite pas plutôt a critiquer les moulins à vent qui défigurent nos paysages ici et maintenant tout en créant des risques de black out . A moins qu’en temps que banquier les milliards investis dans cette hérésie arrivent a endormir votre sens de l’esthétique….

      • Si vous ne vous rendez pas compte de l’intérêt de la biodiversité en Amazonie (bien réelle et réellement très menacée) et que vous lui préférez l’extension à l’infini des champs de soja ou des prairies, c’est que vous refusez de voir l’évidence.
        Cela ne m’empêche pas de regretter aussi la multiplication des éoliennes en Europe mais c’est un autre sujet. Quant à mes « convictions de nanti qui mange à sa faim tous les jours », certes mais je regrette tout autant l’augmentation débridée de la population, au Brésil comme ailleurs. Quel est le but de l’humanité? Recouvrir la planète de quelques dizaines de milliards de ses enfants? Beau projet et charmant cadre de vie pour les générations futures! Au Brésil comme ailleurs dans plusieurs pays soi-disant en « voie de développement » (Nigéria! Indonésie! Inde! Chine!), il serait temps que les hommes réalisent que maintenant que les décès d’enfants à la naissance ou en bas âge ont très fortement reculé en raison des progrès médicaux, il serait plus que temps de réduire les naissances.

        • Il y a plus de 50% de l’Amazonie qui est protégée, alors s’inquiéter pour la biodiversité me semble un poil déplacé.
          Quant à la régulation des naissances, ça va aller mieux lorsque le financement de ces naissances avec l’argent des Autres sera un peu régulé, effectivement.

          • Si vous croyez que « 50% » de l’Amazonie est effectivement protégée, là je crois que vous faites une grosse erreur.
            Par ailleurs quel est l’intérêt d’aller jusqu’au 50% d’exploitation? A mon avis, aucun, si ce n’est de nourrir une population déjà excédentaire et qui du fait de la déforestation va continuer à croître. Les hommes c’est comme les moutons dans les Pyrénées, on n’en a jamais assez et les ours on en a toujours trop. Et bien moi, au bout d’un moment, je suis pour les ours, contre les moutons et en Amazonie pour les Indiens chasseurs/cueilleurs qui vivent en équilibre avec la nature dans la forêt, contre les agriculteurs et éleveurs qui détruisent cette nature.

            • La majeure partie dela forêt amazonienne est une forêt humide, donc qui ne brûle pas. Même en prenant les chiffres des ONG, il faudrait une centaine d’années pour détruire 10% de la surface (à supposer que la forêt ne se reconstitue pas)

              • Ça alors, on vous montre l’évidence et vous continuez à la nier! Même Bolsonaro convient que « sa » forêt brule, humide ou pas. A un certain niveau de sécheresse et de chaleur, même la forêt « humide » brûle. Là, ce que vous écrivez n’est pas de la fake news, c’est « n’importe quoi ».

            • « Effectivement », c’est à dire ? Il n’y a certes pas des compagnies armées à chaque coin de forêt, mais de point de vue légal c’est ça. Après, vous pouvez ne pas le croire, ou considérer que ce n’est pas assez.
              Mais j’aimerais savoir, en fait : assez, pour quoi faire ? Pendant la période glaciaire, il n’y avait aucun arbre en Scandinavie. Et maintenant, c’est tout boisé. C’est la vie de cette planète, bien plus longue que tout homme et même que toute société humaine.
              Quant à la population « excédentaire », il convient également de clarifier le propos. Si cette population arrive à subvenir à ses besoins sur le long terme, il est où le problème ?

              • « Excédentaire » parce que lorsqu’il y a trop de gens on ne sait pas où les mettre ni avec quoi les nourrir et on coupe beaucoup trop d’arbres. Si ça ne vous gêne pas, moi ça me gêne et je ne suis apparemment pas le seul.

                • Il y avait dans un article de H16 un joli panneau de manif’ :
                  « Save the planet, kill yourself! »
                  « Trop de gens », « on coupe trop d’arbres ». C’est votre avis, tout à fait subjectif. Malthusien, pour tout dire… Trop facile d’avoir des avis sur la façon de vivre des autres.

            • Jolie petite ritournelle malthusienne Gaïaesque. avec un big up pour le « Les hommes c’est comme les moutons dans les Pyrénées, on n’en a jamais assez et les ours on en a toujours trop. »
              A quand la bastos dans le crâne ou la castration chimique pour réguler la population de moutons récalcitrant ?

            • A Pierre Brisson
              « je suis pour les ours, contre les moutons et en Amazonie pour les Indiens chasseurs/cueilleurs qui vivent en équilibre avec la nature dans la forêt, »
              Excellent ! Qu’attendez-vous pour vous y installer ?

              • @corbc: C’est supposé être drôle? Bien sûr que je ne vais pas m’installer dans la forêt amazonienne. Il y a des indiens qui y vivent en harmonie avec leur environnement et c’est très bien comme cela.
                C’est curieux cette envie de tout casser, de tout détruire que vous exprimez. A une époque on appelait ça de la barbarie.

                • En l’occurence c’est vous qui voulez casser la façon de vivre des autres, détruire la civilisation, aller contre la nature. Parce que oui, je vous le rappelle au passage ce qui définit la vie c’est la volonté (enfin ça va plus loin, c’est juste programmé pour) de se multiplier et de façonner son environnement à son intérêt. Les plantes, les animaux (dont l’homme) le font, les virus et les paramécies aussi… Aller contre la nature, contre la culture, contre la volonté des autres pour défendre vos lubies… et vous osez parler de barbarie ???

                  • Les bactéries et autres virus ne répondent qu’aux pulsions de leurs gênes. Ils ne s’arrêtent que lorsqu’ils n’ont plus de nourriture. Bel idéal pour l’être humain. Je pensais que nous pouvions avoir un peu de recul et voir notre environnement de manière un peu moins primitive que ces organismes mais apparemment certains continuent à ne pas se poser de questions et s’en trouvent très bien. Surprenant!

          • En effet, arrêtons les allocations familiales, le quotient familial pour les IRPP, les assurances maladies payés pour les enfants ainsi que l’école et la cantine ‘gratuite’.
            C’est pas fait..
            CPEF

        • Perso je n’ai jamais compris le pb de la biodiversité. Le code génétique change tout le temps, la plupart des variations génétiques sont neutres. Une bonne connaissance du matériel génétique est plus importante que cette biodiversité.
          Je sais, je sais, les OMG sont artificiels (mal), la biodiversité est naturel (bien). On retrouve notre bon sauvage et Gaîa qui nous veut du bien.

          • @gillib: Bien sûr que le code génétique change avec l’évolution et je n’ai aucun problème avec les OGM et le « bon sauvage » n’a jamais existé (ne supposez pas a priori que vos contradicteurs sont plus bêtes que vous).
            Ce que je pense c’est qu’à une époque donnée nous avons un certain état de la biodiversité. Si on le change brutalement, on créé un déséquilibre supplémentaire à celui résultant d’une évolution « naturelle ». Ensuite il faut « ramer » pour rétablir un équilibre acceptable (avec suffisamment de diversité). Cf les lapins aux îles Kerguelen (qui ont tout « bouffé » car ils n’avaient pas de prédateurs), la diminution des abeilles ou la prolifération des méduses dans l’Océan aujourd’hui .

            • Et donc en intervenant sur la vie naturelle d’une espèce animale (l’homme) vous modifiez la modification des conditions de vie naturelle d’autres espèces. Problème… quelle espèce doit avoir priorité. Aucune raison pour que ça soit les pécari plutôt que les humains. En fait, toutes les raisons du monde pour que ça soit les humains plutôt que les pécaris, si vous êtes humain. Mais l’êtes vous encore ??

              • Mais bien sûr que ce sont les humains qui doivent avoir la priorité. Mais ceci dit je préférerais que quelques pécari survivent car des humains on en a beaucoup et des pécaris très peu.
                Pour le moment on ne peut vraiment pas dire que nos « civilisations » n’ont pas privilégié l’être humain. Il est peut-être temps de commencer à penser aux autres et une Terre où ne vivraient que des moutons, des chèvres, des bovins et des poulets avec quelques sardines serait une planète bien triste, certainement pas ma « tasse de thé »!

        • inutile en pratique, « se rendre compte de l’intérêt de la biodiversité »… et on fait qui on ne touche à rien nulle part…
          en pratique tout le monde dégrade la biodiversité d’une façon ou d’une autre.. en créant d’ailleurs une « biodiversité » agricole..

        •  » il serait temps que les hommes réalisent que maintenant que les décès d’enfants à la naissance ou en bas âge ont très fortement reculé en raison des progrès médicaux, il serait plus que temps de réduire les naissances.  »

          La régulation des naissances ça ne se décrète pas. L’économie capitaliste et libérale s’en charge très bien. Plus un pays est économiquement développé plus sont taux de naissance diminue. Pour ce qui est de bio-diversité je suis d’accord avec vous qu’il faille la préserver afin de pouvoir préserver l’espèce humaine. Mais doit-on absolument préserver toutes les espèces peut-importe où elles se trouvent? bien que j’ai rien contre la présence du loup et des ours en Suisse comme en France; je ne pense pas que leur présence soit capital pour la survie de l’humanité. Je précise que j’ai rien contre de leurs présences. Mais je peux comprendre aussi l’agacement de certains éleveurs quand des loups bouffent la moitié de leur cheptel.

      •  » Avant de parler de la qualité de vie des autochtones amazoniens il serait bien de les laisser vivre comme ils le veulent .  »

        La liberté des uns s’arrête ou commence celles des autres. Je ne suis pas certains que tout les autochtones amazoniens soient d’accord et content que d’autres viennent foutre le feux là où ils résident sans que l’on leur ai demandé leurs avis .

    • Les amérindiens c’est 0.4% de la population brésilienne et 14 % des terres , l’agriculture brésilienne 7.6 % ( source NASA) il y avait 210 millions d’hectares de pâturage pour 145 millions de tète de bétail en 2014 170 millions d’hectares de pâtures pour 190 millions de tète de bétail . 25 % des terres des agriculteurs est réserve naturelle sans deforestage possible ( source EMBRAPA )

    • Je doute que votre point de vue soit important pour les Amazoniens et même pour les lecteurs de Contrepoints. Quant à la destruction de l’environnement, c’est un jugement de valeur. On peut aussi parler de l’adaptation de l’environnement aux besoins de l’homme. La France, par exemple, ne ressemble pas vraiment à un endroit naturel, on y voit la main de l’homme partout, jusque dans les montagnes de plus de 3000 mètres d’altitude où on a construit des téléphériques et ouvert des couloirs pour les pistes de ski.

    • c’est beau la foi du charbonnier

  • une chose me gènes : mais qu est ce qui permet de qualifier Bolsonaro d’extrémiste? Il a été élu démocratiquement que je sache , il n’as pas ouvert de camps de concentration , il as mis un bon coup de pied dans la fourmilière des ONG qui étaient un état dans l’état au brésil voir la FUNAI , il est contre le mouvement des sans terres et pour le respect de la propriété et surtout il a promis d’essayer de combattre la corruption ( voir le scandale de Pretrobras ) et la violence destructrice du pays ( voir son instrumentalisation au Venezuela ) . En 2004/2005 les feux de brousse étaient deux fois plus nombreux qu’aujourd’hui sous le règne de Lula ; qui en as parlé?

    • Le seul problème c’est qu’à force de brûler il ne reste plus grand chose. Il y a un moment où il faut savoir s’arrêter et ce moment est dépassé. Vous connaissez le principe de « la goutte d’eau » (celle qui fait déborder le vase)?

      • Bruler une forêt qui ne sert à rien contre des champs qui nourrissent des populations, mon choix est fait.
        Vos gesticulations sont des gesticulations de bobos, vivant en parasite bien confortablement dans un pays développé.
        PA
        THE
        TIQUE
        Et dire que vous êtes majoritaire. CPEF.

        •  » Bruler une forêt qui ne sert à rien contre des champs qui nourrissent des populations, mon choix est fait.  »

          L’exploitation du bois nourris aussi les populations qui dépendent de cette économie. Quand toutes les forêts  » qui ne servent à rien  » auront cramées, vous irez expliquer aux centaines de milliers de chômeur de l’industrie du bois et de ceux qui en dépendent comme le secteur de la construction vos belles théories des forêts qui ne servent à rien.

      • et avant que le vase déborde…il ne déborde pas…
        c’est une variante de un jour on aura atteint une limite..
        ben on verra…

      • auriez-vous quelques éléments objectifs pour étayer votre propos ?

    •  » une chose me gènes : mais qu est ce qui permet de qualifier Bolsonaro d’extrémiste? Il a été élu démocratiquement que je sache  »

      En quoi des élections démocratiques empêcheraient d’élire des extrémistes. je vous signale que dans les parlements nationaux des pays démocratiques l’extrême gauche et de droite ont des sièges après avoir été élus démocratiquement.

  • Merci cet article de mise au point.
    En tout cas il y a une chose qui n’est pas une fake news, c’est que le macron nous pompe l’air !!!

  • Merci de cet article extrêmement bien documenté. La propagande écolo-boboiste, relayée de façon incessante par des medias d’une servilité quasi soviétique, devient absolument insupportable.

  • les forêts primaires d’Amazonie sont neutres en CO2 et en Oxygène car les arbres non exploités finissent par décomposition ou combustion par rejeter le carbone stocké. Macron a encore des progrès à faire pour sa culture scientifique aujourd’hui au niveau d’un élève de CE1 ….

    • Evidemment, mais quand on brûle les arbres, il me semble qu’on remet du CO2 dans l’atmosphère, non? Il y a un moment où on crée un déséquilibre.
      Mais, à mon avis, le problème n’est pas là. Il est dans la destruction inutile d’un milieu naturel, extrêmement riche sur le plan biologique (flore et faune) pour des monocultures sans aucun intérêt. La grande forêt équatoriale devrait être, au Brésil comme à Bornéo et en Afrique Centrale, un milieu naturel préservé et protégé, comme l’Océan, l’Antarctique, le Groenland. Laissons ces territoires aux peuples autochtones qui savent le gérer avec « économie » de telle sorte qu’ils se perpétuent. Souvenez vous aussi de Tristes-tropiques et voyez ce que nous perdons sur le plan ethnologique. Pensez vous vraiment qu’un peu plus de (mauvaise) huile et d’un peu plus de viande (certes très bonne) en vaut vraiment la peine?
      Quand on aura transformé l’ensemble de l’Amazonie en champs de soja, en prairies d’élevage et qu’on aura converti tous les bois précieux de la forêt en parquets « imputrescibles » ou en meubles plus ou moins hideux, on sera bien avancés! Les hommes on en a assez sur Terre et ils ne sont pas obligés de manger de la Nutella tous les matins ou des steaks tous les jour (ça n’est pas forcément bon pour la santé)!

      • Le fantasme : « Les hommes on en a assez sur Terre et ils ne sont pas obligés de manger de la Nutella tous les matins ou des steaks tous les jour (ça n’est pas forcément bon pour la santé)! »
        La réalité : https://www.banquemondiale.org/fr/news/press-release/2018/10/17/nearly-half-the-world-lives-on-less-than-550-a-day
        Bouffon.

      • A Pierre Brisson
        « Les hommes on en a assez sur Terre et ils ne sont pas obligés de manger de la Nutella tous les matins ou des steaks tous les jour (ça n’est pas forcément bon pour la santé)! »
        De quoi vous mêlez-vous ? Encore un donneur de leçon !… doublé d’un moralisateur !
        Les hommes n’ont-ils pas le droit de manger ce qu’ils souhaitent ou ce qu’ils aiment ? Je ne suis pas pour le Nutella, je déteste cela, mais je n’empêche pas qui que ce soit d’en acheter et d’en manger !!!
        Avec le raisonnement, « se contenter de ce que l’on a sur Terre » on serait encore à l’Age des Cavernes !

      • Le truc rigolo c’est que plus de CO2 dans l’atmosphère génère plus de croissance végétale qui consomme le CO2 en question. Depuis que nous surveillons ça depuis les satellites nous voyons la planète verdir de plus en plus. Nous pourrions donc nous passer de la « forêt primale amazonienne »… D’ailleurs une bonne question serait si on ne peut pas se passer de cette forêt en particulier pourquoi nous passons nous de la forêt primale tempérée qui recouvrait 90% de l’Europe il y a deux millénaires de cela ? Facile de donner des leçons qu’on ne s’applique pas soi même.

        De même si vous jugez qu’il y a trop d’humains, au lieu de donner des leçons en ligne, vous devriez appliquer à vous même ce que vous prêchez,, et soi rester célibataire et sans enfants en attendant la mort naturelle sans vous soigner avec des trucs chimiques (ça serait logique, la nature tout ça) soit vous suicider… Pourquoi toujours appliquer aux autres ce qu’on refuse de s’appliquer, Pourquoi toujours parler des grands principes assez vides de sens sans jamais considérer l’application locale de ces principes ???

        • @Franz: Ce n’est pas parce qu’on aurait détruit la forêt primaire européenne qu’on devrait détruire la forêt primaire amazonienne (d’ailleurs la remarque n’est pas exacte car la déforestation en Europe est stabilisée depuis des dizaines d’années).
          Quant à ma vie privée vous ne la connaissez pas et n’avez pas à la connaître. Si vous avez de nombreux enfants, tant pis pour vous et tant pis pour eux mais vous n’allez pas arranger la situation générale. Je persiste à penser que passer de 2,5 milliards d’êtres humains en 1950 à 6,5 milliards aujourd’hui, c’est trop et trop vite. Il est évident que ça pose des problèmes. Refusez de vouloir prendre ce fait en considération est pour le moins surprenant.

          • quand on considère qu’il y a trop d’hommes sur terre, il faut être logique et commencer par traiter son propre cas.
            Mais laissez les autres vivre tranquillement : ils ne vous ont pas demandé votre avis.

            • Il y a un moment où on ne peut plus « laisser les autres vivrent tranquillement », c’est quand ils commencent à s’approprier et détruire le bien commun (qui n’est pas plus à eux qu’à nous). C’est le cas des défricheurs de la forêt brésilienne; ils abusent.

              •  » C’est le cas des défricheurs de la forêt brésilienne; ils abusent.  »

                Si il abusent c’est donc pas la soit-disante surpopulation qui est le problème mais bien le comportement irrationnel d’une poignée d’humains.

                • Quant il y a excès de « quelque chose » quelque part (l’eau qui fait déborder le vase) ce n’est pas toute la masse de ce « quelque chose » qui se déverse en dehors de ce récipient mais seulement ce que le récipient ne peut plus contenir. Les défricheurs sont l’excès qui ne peut être contenu dans le récipient (les zones côtières du continent sud-américain).
                  Si les zones côtières n’étaient pas surpeuplées et ruinées par une utilisation abusive résultant d’une population plus importante que ne peut en supporter le territoire, il y aurait très peu de défricheurs car il serait plus facile pour eux de rester dans la zone côtière.

    • pas si évident mais a priori si une zone ne produit pas de matière organique supplémentaire… pas de raison évidente de voir une gros déséquilibre..

  • Rappelons que la France était naguère un immense massif forestier – la « Gaule chevelue » de l’Empire Romain! Un bon bobo-écolo-khmervert devrait avoir à coeur de recréer ce « poumon vert de l’Europe »… On pourrait ainsi raser la région parisienne et replanter de vastes massifs forestiers qui seraient ainsi considérés omme « patrimoines de la biodiversité »… (lol)

    • A gradzi.
      Excellent !

    • Pour la region parisienne il sembl facile de recouvrir le tout avec les tonnes de dechets de cette belle region ainsi que les « ordures » et planter des arbres par dessus…le metro devrait suffir pour la circulation de nos troglodytes du nouveau monde respectant la biodiversite et Gaïa

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
fausses nouvelles destabilisation entreprise
4
Sauvegarder cet article

Par Tiffany Donnelly.

L'éditeur du New York Journal, William Randolph Hearst, aurait dit : "Vous fournissez les images, je fournis la guerre !"

Hearst et son rival, Joseph Pulitzer, ont fait du sensationnel, exagéré et carrément menti quotidiennement à des millions d'Américains avant la guerre hispano-américaine, répandant ce que beaucoup appelleraient aujourd'hui de la désinformation. La presse à sensation a notoirement attisé les flammes du conflit, accusant à tort les Espagnols d'avoir coulé l'USS Maine. Mais si les mensonges... Poursuivre la lecture

N’en déplaise aux révisionnistes, les États-Unis ont été fondés sur une promesse de liberté et de gouvernement limité. Au fil des années, de nombreux amendements à leur Constitution ont généralement respecté le premier point.

Malheureusement, le second point, surtout au niveau fédéral, est un échec total. Washington ne cesse de prendre de l’expansion, et sa proximité avec le totalitarisme s’affiche maintenant au grand jour.

En effet, voilà maintenant que l’administration Biden vient de créer un Bureau de lutte contre la désinfor... Poursuivre la lecture

Par Jean-Baptiste Louvet.

États et entreprises ont un point commun : ils peuvent faire l’objet d’attaques informationnelles destinées à les déstabiliser. En tant qu’État, la France s’est dotée en 2021 d’une agence anti-fake news baptisée Viginum, dont la vocation est de « contrer les ingérences numériques étrangères », notamment dans le cadre des processus électoraux. En revanche, toutes les entreprises n’ont pas les capacités de faire face quand elles sont attaquées sur le terrain de l’information économique. Tous les secteurs d’activ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles