Le monde s’éloigne à grands pas des accords de Paris

Le 11 juin 2019, Spencer Dale Chief Economist de BP présentait le BP Statistical Review 2019 . Un rendez-vous annuel très attendu pour dégager les grandes tendances énergétiques de l’année précédente.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Éoliennes (Crédits : Aoedieart, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le monde s’éloigne à grands pas des accords de Paris

Publié le 28 août 2019
- A +

Par Philippe Charlez1

Alors que le monde s’était engagé fin 2015 à réduire ses émissions de GES pour satisfaite l’objectif 2°C 2100, celles-ci continuent de croître à un rythme soutenu. En 2018, elles se sont accrues de 2 %, le rythme le plus élevé depuis 7 ans.

La consommation mondiale d’énergie primaire a augmenté en 2018 de 2,9 %. Les énergies fossiles représentent toujours 85 % du mix contre seulement 7 % pour l’hydroélectricité,  4 % pour le nucléaire et 4 % pour les ENR.

Excepté le charbon dans les pays de l’OCDE, toutes les sources d’énergie se sont accrues : la production d’ENR a augmenté de 15,5 % contre 5,3 % pour le gaz, 3,1 % pour l’hydroélectricité, 2,4 % pour le nucléaire, 1,4 % pour le charbon et 1,2 % pour le pétrole.

Cette tendance haussière est principalement tirée par la forte croissance économique des pays émergents (+4,6 %) en tête. « Palme d’Or » 2018, la Chine (+6,6 % de croissance économique) a ainsi accru sa consommation d’énergie de 4,3 % avec plusieurs items à deux chiffres : +28,8 % pour les renouvelables, +18,6 % pour le nucléaire (mise en œuvre de l’EPR de Taishan) et +17,7% pour le gaz naturel.

La croissance de la consommation diffère significativement entre les pays de l’OCDE (+1,5 %) et les pays émergents (+3,9 %).

Pour les pays de l’OCDE, la progression des renouvelables (+8,6 %) s’appuie principalement sur le gaz (+4,9 %) et l’hydroélectricité (+2,1 %) tandis que la part du charbon se contracte (-3,5 %). Par contre le nucléaire progresse très peu (+0,6 %).

Pour les pays émergents toutes les sources progressent de façon spectaculaire : +24 % pour les ENR, +7,5 % pour le nucléaire, +6,5 % pour le gaz, +3 % pour le charbon et +1,9 % pour le pétrole. Mais, plus important que les croissances relatives est d’analyser comment l’augmentation de la consommation entre 2017 et 2018 s’est répartie.

Répartition de l’augmentation de consommation d’énergie 2018

En 2018, le monde a mis en œuvre 145 GW de puissance renouvelable supplémentaire (soit l’équivalent de 2,5 parcs nucléaires français) pour un coût de 332 G$. Mais, vu le faible taux de charge (18 %) ces nouveaux GW n’ont couvert que 18 % de l’accroissement (32 % dans les pays OCDE et 15 % dans les pays émergents) alors que les énergies fossiles y ont contribué à hauteur de 71 % (57 % pour les pays OCDE et 74 % pour les pays émergents).

Fait nouveau par rapport aux années précédentes, cette croissance a aussi été tirée à la hausse par les États-Unis dont les consommations de pétrole (+2 %) et surtout de gaz (+10,5 %) ont explosé. Cette « gloutonnerie » n’est évidemment pas étrangère au boom des hydrocarbures non-conventionnels qui ont couvert près de 90 % de la croissance énergétique américaine contre seulement 10 % pour les renouvelables.

L’Europe reste quant à elle le meilleur élève du monde. C’est la seule région à avoir réduit à la fois sa consommation (-2 %) et ses émissions (-2 %) mais aussi la part des énergies fossiles : pétrole (-0,4 %), gaz (-1,6 %) et charbon (-5,1 %). Malheureusement, cette contraction de 1 % du mix fossile européen reste anecdotique par rapport à la croissance de ses confrères américain, chinois et indien.

Tant en contenu qu’en évolution, le mix mondial s’éloigne donc à grand pas du chemin vertueux envisagé lors de la COP21. En 2018, les émissions de CO2 ont augmenté de 770 millions de tonnes dont plus de 90 % viennent des pays émergents.

Ces observations appellent quatre remarques :

  1. les renouvelables ne peuvent seuls satisfaire la croissance économique des investissements, qui continue de reposer sur les fossiles. Des investissements même massifs dans les renouvelables ne pourront en rien décarboner la société. La croissance verte apparaît donc comme une dangereuse utopie. Depuis 2006, près de 4000 milliards de dollars ont été investis dans les renouvelables et pourtant les émissions se sont accrues de 10 %,
  2. le nucléaire qui pourrait impacter significativement la décarbonation du mix mondial est de plus en plus marginalisé. Il n’a contribué qu’à hauteur de 4 % à la croissance de la consommation mondiale 2018 et ses investissements ne représentaient que 3 % des investissements énergétiques globaux. Dans un rapport publié le 28 mai 2019, l’IEA a sonné l’alarme en affirmant que « sans le nucléaire, les objectifs d’électricité verte étaient hors de portée».
  3. le premier levier de la transition énergétique est bien la baisse de la consommation d’énergie surtout dans les pays émergents qui possèdent une intensité énergétique deux fois supérieure à celle de l’OCDE. Et pourtant, les investissements dans ce domaine (habitat, transports industrie) restent un parent pauvre avec seulement 12 % des investissements globaux.
  4. la démographie galopante continue d’éroder un peu plus nos objectifs de durabilité. Chaque Terrien émet chaque année 4,4 tCO2. Avant d’ouvrir les yeux, les 100 millions de « petits nouveaux» augmentent donc mécaniquement nos émissions d’un demi-milliard de tonnes.
  1. Philippe Charlez est expert en questions énergétiques à l’Institut Sapiens.
Voir les commentaires (61)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (61)
  • ah ben ouais il va falloir inventer le djihad vert? avec hulot caché dans les grottes , et segolene sur internet pour embrigader les QI a 2 chiffres?

  • il y en a qui croient VRAIMENT à une neutralité carbone tant qu’il y aura des fossiles?

    une remarque a ton calculé les emissions associées à la science + politique+ propagande visant à réduire les émissions????

    vivre constamment dans l’hypocrisie et la dissonance cognitive va mal finir..
    et sans même parler de la science derrière ça…

    • Notez, avec tous les fossiles qui squattent les ministères, la neutralité carbone en France et surtout à Paris n’est pas gagnée

  • Le pragmatisme rien que le pragmatisme! Eh oui! La COP 21, une envolée lyrique pour paraître plus vertueux que vertueux et vouloir donner des leçons au monde entier, tout ça poussé par les ONG parasites avec les écolos qui font croire qu’ils sont suivi par de nombreux électeurs est devenue une rengaine pour notre président. Il s’est trompé! Il aurait dû s’en détacher. C’est la même erreur commise par Bruxelles pour l’automobile avec la surenchère des normes antipollution que les industriels sont incapables de suivre car techniquement très difficile.

  • rappelons inlassablement que le co2 est la nourriture principale des plantes, mère de l’augmentation des rendements des récoltes agricoles et de la réduction des famines dans le monde, toutes choses bénéfiques pour celui qui se préoccupe du bien être de l’humanité.

    • quand il fait 45 deg dehors comme cet ete, je suis pas sur que c est bon pour l humanite (ni meme pour les plantes qui ne sont pas adapte a de telles temperatures)

      • Ce dont je suis sur,moi, c’est que les plantes résistent bien mieux a 45° qu’à – 15

      • Il convient de ne pas mélanger météorologie et réchauffement climatique global. Le climat ce sont des moyennes de 30 ans, pas des canicules de 3 jours avec des records constatés dans des stations pour la plupart sans historique. Et même un historique de 30 ou 50 ans ce n’est pas grand chose à l’échelle des évolutions du climat.

      • 45 deg à un endroit pendant quelques heures et l’humanité se porte très bien merci.

      • Les 45 n’ont strictement rien à voir avec le réchauffement. C’est une pure question de météorologie. L’anticyclone des Açores nous envoyant l’air du Sahara, si l’anticyclone est au nord il nous envoie l’air froid de l’Arctique!

      • S’il y a effectivement un réchauffement global par effet de serre… on devrait voire moins de canicules. Les températures moyennes augmenteront par réduction des minima et diminution des variations. Dans le même temps l’humidité augmenterait. Cette réduction des variabilités conduirait à un ralentissement puis un arrêt du gulf stream qui nous apporte pour l’instant un surcroît de chaleur tropical : l’Europe se refroidirait un peu… Bordeaux redeviendrait comme Montréal.

  • Un des rare article qui dit clairement que tant que la population augmente on arrivera a rien

    Sur le nucleaire, je suis plus partagé. Certes le nucleaire permet de porduire de l electricite sans aucun gaz de serre. Mais il a pas mal d autres inconvenients:
    1) il produit de l electricite. C est pas ce dont on a besoin pour faire avancer voiture, avion. Pour le chauffage c est aussi techniquement debile (on va faire chauffer un fluide, produire de l electricite, la transporter pour au final refaire chauffer une resistance. Vu les pertes a chaque etape, c est pas franchement ideal).
    L autre Probleme du nucleaire, c est que ca necessite des investissements colossaux sur une duree longue (flammanville est toujours pas au pret alors qu il aurait du etre fini il y a des annees et le budget a deja ete multiplie par 3). Les chinois font certes mieux (moins cher/plus vite) mais « a la chinoise » (j ai un cousin qui a travaille sur une de leur centrale. le recit est assez floklorique (ou effrayant, c est comme on veut))

    • J’ entends parfaitement ce que vous dites mais il me vient cette question: » on en stérilise combien? Et qui? »
      Quant au nucléaire, franchement, il faut bien comprendre que si tout le pognon de dingue envoyer dans la fosse à ER était destiné à l’ énergie nucléaire, on s’ en inquiéterait moins.
      Les écologistes portent ce paradoxe de critiquer l’ action de l’ Homme sur la nature sans ne jamais remettre en cause leurs propres actions qui n’ ont de symbiose que le nom et qui ne sont pas du tout dénuées de conséquences néfastes. Faites confiance à dame nature et vivement la fusion 🙂

      • Effectivement, quoi de plus beau pour l’homme que d’imiter le soleil, cette étoile radioactive qui nous chauche naturellement

      • Déjà, sans aller jusqu’à stériliser ou euthanasier, on pourrait supprimer les allocs, les primes diverses genre rentrée scolaire, les trimestres pour avoir élevé des enfants, et quelques autres avantages aux parents. Etonnament, nos écolos ont bien peu de pancartes pour ces revendications…

    • Je ne sais pas où vous avez lu que tant que la population augmente on n’arrivera a rien et en plus le CO2 n’est ni un polluant, ni la cause du réchauffement actuel, pour peu qu’il existe et ne soit pas simplement du a une lecture d’un phénomène de temps long sur le temps court .

    • Le constat est que la température augmente, la population aussi, et le confort de l’humanité aussi. Alors qu’on n’arrive à rien par rapport aux objectifs arbitraires définis par on ne sait qui, ça a bien peu d’importance !

    • « tant que la population augmente  »

      Au-delà de la complainte, que souhaitez-vous au juste ? Stériliser en masse des populations ? Euthanasier les bébés à la naissance au-delà d’un quota par femme ? Piquer les vieux à 70 ans ? Atomiser quelques villes ?

      Pour pouvoir comprendre le sens profond du propos, on aimerait pour une fois lire les solutions pratiques envisagées, et pas seulement cette complainte entêtante si souvent répétée.

      Que proposez-vous ?

    • 1) il produit de l electricite. C est pas ce dont on a besoin pour faire avancer voiture, avion.

      Certes, certes, mais pour recharger quelques millions de véhicules électriques il faut produire.

      Pour le chauffage c est aussi techniquement debile

      Pas tant que ça. Le bilan énergétique est évidemment très moyen, mais il faut voir le bilan économique, ainsi que le bilan écologique (entre une centrale nucléaire et des milliers de chaudières à mazout…)

      L autre Probleme du nucleaire, c est que ca necessite des investissements colossaux sur une duree longue

      C’est vrai de tous les moyens de production d’énergie à grande échelle.

    • La question démographique devient récurrente, dans la lutte contre les GES.
      Certains pensent qu’elle est centrale.
      Si les objectifs fixés pour la réduction des GES ne sont pas abandonnés (car jugés au final trop coûteux ou inatteignables) ou lorsque les autres solutions auront échoué, la régulation de la taille des populations arrivera vraisemblablement sur la table…
      Parmi les contraintes imaginables, les États pourraient bien avoir l’idée de créer une taxe « famille »…
      A défaut, se montrer magnanime : rationner les GES par foyer en laissant le choix, dans notre vie, entre quelques AR Maldives, des bons d’essence pour 15000 kms annuels en voiture jusqu’à la fin de nos jours ou un enfant de plus…

      • Ahhh, rationner ! Enfin, on y est, on avoue ! Créer la pénurie là où elle n’existait pas, jouissance du ponctionnaire tout puissant, expression de son pouvoir sans limite.

        • Avouer quoi ?
          Je ne vous décris pas ce que je souhaite mais le choix que pourraient faire les Etats dans le cas où ils feraient de la régulation de la population une de leur priorité pour réduire les GES.
          De toutes façons, sur le sujet, on ne vous demandera pas plus votre avis que le mien, comme on ne nous a rien demandé pour les ZCR, les ENR ou les PDU…

          • oui c’est ce que j’ai compris..
            de toutes façon le discours dominant est « on consomme trop de planete »… la vérité est que ce sont les fossiles qui permettent actuellement de vivre avec un niveau de vie inédit dans l’histoire de l’humanité et avec une population jamais atteinte… et allez savoir pourquoi..les fossiles sont diaboliques..si ce n’est pas un aveu de haine envers l’humanité ça y ressemble…

            surpeuplé pour maintenir la biodiversité ? alors je sacrifie la biodiversité..
            parce que pour survivre moi je mange le dernier dodo..et je ne me sens pas le droit d’empêcher un autre être humain de faire pareil.

            • Je pense que ce lien pétrole-énergie-transports-croissance-niveau de vie-population est présent dans toutes les têtes.
              Donc y compris dans celles de ceux qui prônent la décroissance économique ou de la population, comme réponse à la baisse voulue du recours au pétrole et dérivés.
              C’est la raison pour laquelle je crois que la question de la régulation de la population sera un jour posée de manière précise par les Etats. Sauf bien sûr si d’ici là on trouve/invente, surtout dans le domaine des transports, l’énergie qui remplacera le pétrole sans émettre de GES.

              • Oui, vous avez raison, c’est même la cause première de l’hystérie climatique. L’oligarchie mondialiste pebse que sa dictature mondiale n’est possible qu’avec une population réduite.

              • « la question de la régulation de la population sera un jour posée de manière précise par les Etats »

                Si vous voulez dire que les Etats sont prêts à commettre n’importe quel crime au nom de l’idéologie à la mode, vous avez raison. C’est une autre excellente raison de désarmer les Etats avant qu’ils ne soient en mesure de se poser ce genre de question.

                • vous rêvez… ce ne sont pas les états qui multiplient les commentaires de haine envers « l’humanité ou les autres »..ça vient bel est bien d’un trait propre à la nature de certaines personnes.

    • « on arrivera à rien »????

      on peut utiliser une pompe à chaleur…et en outre….on s’en fout ce qui compte pour les gens c’est la facture..par le rendement physique du truc…

      quant aux investissements…le problème pour un investisseur reste le risque politique…sinon il ne devrait se soucier que de choisir dans quel secteur energetique investir… autrement dit faire un choix technologiquement judicieux…
      c’est risqué..comme tout investissement..ou presque.

    • Vous parlez de pertes pour la production nucléaire? Sachez que le rendement d’une centrale est de l’ordre de 30%, ce qui signifie que 30% de l’énergie dégagée du combustible sous forme de chaleur est transformée en électricité à la fin du processus… Quand j’étais à l’école (il y a 7 ans à peine) et que nous étudions le rendement d’une cellule photovoltaïque dans des conditions de laboratoire (optimales donc), le rendement max que nous calculions était au mieux à 8%…

  • « Le monde s’éloigne à grands pas des accords de Paris »

    Les « accords » sans les peuples ne valent que pour les dictatures et autres régimes autoritaires, pas pour les démocraties.

    Visiblement tous les moyens sont bons pour faire croire que la survie de l’humanité dépend du socialisme vert. 🙂 🙂 🙂

    • socialisme vert ou totalitarisme vert

      • C’est un pléonasme !

        Le socialisme est toujours totalitaire, même lorsqu’il affiche le nom de démocratie (voir corée de nord…), ou simule un semblant de démocratie (France) et agit par décret pour le bien de tous. (héritage gaulliste) , un étatiste autoritaire qu’ils n’aimaient pas avant d’être au pouvoir 🙂

        La morale d’une idéologie qui a causé autant de morts à travers le monde au XXe siècle ne vaut rien !

  • A mon avis, la valeur ajoutée de cet article est nulle puisque l’effet du CO2 sur la température est saturé depuis longtemps et que, par ailleurs, le CO, c’est le gaz de la vie.
    Notons, pour les plus bornés que, lors des dernières glaciations le taux de CO2 dans l’atmosphère était beaucoup plus élevé que maintenant.

    • … puisque le potentiel effet de serre du CO², avant saturation, est insignifiant, noyé dans l’imprécision des mesures des températures.

    • Ils ne sont pas que bornés, mais refusent de se cultiver pour se faire une opinion personnelle, se contentant d’ânonner ce qu’on leur dit de penser!

  • Notre mode de vie a fait de nous des gens douillets ! Il fait trop froid, il fait trop chaud, plus rien ne va, il faudrait des températures constantes, de la pluie seulement pendant la nuit et pourquoi pas des cerises en décembre ! (en provenance du Chili par exemple :-()
    C’est oublier que le climat n’a jamais répondu aux desiderata de l’humanité. Combien d’épisodes de canicule ? je lisais encore Jean Cau hier, narrant une canicule telle que tous les fruits avaient séchés sur les arbres, que les récoltes étaient grillées, que les militaire cassaient les oeufs directement sur le capot des voitures, touillaient et l’omelette était cuite ! (Composition française publié en 1993) On trouve énormément d’indications factuelles chez les auteurs régionaux. Il me semble que 1976 avait été une année de canicule également. Rien de nouveau donc, mais notre douilletterie, notre demande constante de protection contre tout, font que nos politiques bien incapables de gérer le pays (voir notre dette abyssale) préfèrent placer le focus sur le climat contre lequel on ne peut rien ! ainsi s’ils échouent au moins ce sera moins flagrant qu’avec le budget de la nation ! Eh puis ça peut rapporter gros électoralement tandis que cela ruine les plus pauvres (hein les gilets jaunes), mais ce sont des sans grade qui comptent pour des prunes, il est bien préférable de flatter les néo écolos-bobos-parigots- trottineteurs-vapoteurs ! Mais grande nouveauté voilà qu’avant même que nos bambins aient appris à écrire leur nom, ils sont déjà embrigadés, conditionnés sur les bancs de l’école ! Bientôt nos bébés en couche-culotte iront manifester et faire grève tant ils seront inquiets du sort de la planète ! Nous serons donc tous attendris et prêts à tous les sacrifices, réclamant éoliennes (inutiles et malfaisantes), panneaux solaires partout, et autres subterfuges inutiles. (mais rapportant beaucoup d’argent aux opportunistes de cette niche juteuse et permettant à l’Etat de s’enrichir, en effet la taxe sur la taxe plus la taxe, en bas de nos factures d’électricité ne cessent d’augmenter, plus le montant d’origine (la consommation) est important plus la taxe rapporte !
    Tout ça pour éviter ce fameux CO2, mais je ne trouve pas, je m’y emploie pourtant sérieusement, comment ces taxes éliminent le CO2 ? Par quel procédé physique l’argent (confisqué) éradique-t-il le CO2 !
    Si quelqu’un possède cette connaissance merci de me renseigner !

    • Les cerises du Chili sont excellentes. Les asperges du Pérou sont un régal, sans oublier les goûteux haricots du Kenya…

      Vive le progrès qui nous permet de profiter de tous ces bons produits en toute saison, fruits du travail des hommes dans le monde !

    • La taxe diminuant le niveau de vie entraine automatiquement une baisse de l’empreinte carbone…si ces taxes sont jetees par la fenetre en construisant des eoliennes par exemple et fabriquees ailleurs…ok ,le co2 se retrouve ailleurs mais cocorico on est les champion….

  • Bah ,les autres pays sont en croissance et n’ont aune raison d’entrer dans le jeu de ces vieilles nations en décadence totale..les cop n’interssent que pour ses milliards promis genereusement mais ces pays ne sont pas dupes.

  • L’intensité énergétique est une excellente statistique.

    Elle permet notamment de rétablir la réalité du PIB chinois par comparaison aux autres pays. Et là, c’est un peu la panique, car il faudrait diviser par deux le PIB chinois pour retrouver une intensité énergétique cohérente avec la moyenne des autres pays.

  • En fait, on pourrait « presque » faire une corrélation entre augmentation des énergies ENR et augmentation du CO2… Mais chut, ça n’apparaîtra pas dans un rapport du GEIC^^

    • C’est pourtant automatique, pas de vent ni de soleil et on compense avec des fossiles!

    • en fait la réalité est plutôt que les enr sont très peu efficaces à optimiser l’utilisation des énergies fossiles pour produire un résultat donné..
      leur « efficacité » tient à leur inefficacité…c’est de l’argent foutu en l’air…c’est un malinvestissement, un appauvrissement..

  • Je me demandais récemment pourquoi sur Contrepoints existaient deux systèmes concernant le progrès et le coût des matières premières. Je m’explique : il est régulièrement répété par des contributeurs que les véhicules thermiques seront de moins en moins polluants, de plus en plus sobres, que les progrès techniques diminuent toujours plus l’utilisation des matières premières, et que de toute façon, comme l’a « démontré » le pari Pari Ehrlich-Simon, le coût des matières premières baissent.
    (Je rappelle que ce pari est totalement ridicule. On ne m’a toujours pas expliqué pourquoi alors le prix du plomb, par exemple, a fait X4 en 1 ans, et est encore 50% plus élevé qu’il y a 10 ans).

    Bref.. on a donc un avenir radieux grâce aux technologies et à la baisse des matières premières. SAUF si cela touche les éoliennes et le solaire ! Là, aucune amélioration significative du rendement, pas de nouveaux matériaux plus légers, plus recyclables, pas de baisse ou de substitution des fameuses terres rares, aucune solution de stockage de l’énergie. Rien. Nada.
    Je sais pas, mais je sens un petit biais dans cette histoire.

    • Les rendements du solaire et de l’éolien sont limités par la physique et par la météo. Le progrès technologique n’y changera pas grand chose et le prix des matières premières non plus. Quant au stockage… il y a des centaines de milliers de chercheurs, ingénieurs et techniciens qui travaillent dessus depuis des décennies. S’il y avait la moindre solution viable en vue celà se saurait.

      • Actuellement le prix du stockage est prohibitf mais la technologie existe pour rendre tout ca abordable…mais est ce vraiment interessant de rendre l’essence obsolète ? Y a plus a gagner avec de l’essence qu’avec des batteries , de plus la limitation d’acces aux matieres premieres interdisse une tres large diffusion donc de gros profits .

      • Je note donc que des centaines de milliers de chercheurs, ingénieurs et techniciens planchent en vain depuis des décennies sur ce sujet. Et ce sont ces gens qui amènent le progrès alors qu’ils ne sont pas foutus de connaître les lois de la physique qui rendent tous leurs efforts inutiles ?
        J’imagine chez Siemens, GE, les universités, Tesla, etc, tous ces gens hyper formés essayer tous les jours de faire des choses impossibles tout en étant payés pour rien.
        Heureusement vous représentez la Science Véritable, et vous souhaitez décider des axes de recherche ? Vous aimeriez dire « stop, c’est pas possible, faites autres choses » ?
        Heureusement que vous ne décidez rien, on ne serait pas très loin dans le progrès…

        • « Siemens, GE, les universités, Tesla, etc, tous ces gens hyper formés essayer tous les jours de faire des choses impossibles tout en étant payés pour rien. »
          c’est un peu le cas pour Tesla qui a englouti des tombereaux d’argent des investisseurs (et ce n’est pas fini). Si leurs produits trouvent leur public, les investisseurs retrouveront leurs billes, sinon…
          Ce ne sera pas la première fois qu’une bonne idée sur le papier se fracasse contre la réalité.

          • J’ai cité Tesla car je l’avais en tête. Mais je ne crois pas du tout en cette société. (et E.Musk m’énerve… ça c’est personnel).
            Selon vous, on arrête les recherches sur la fusion froide ? Car c’est pas gagné, et ça dure depuis un petit temps, n’est ce pas ?

        • Ces entreprises (et leurs chercheurs) bénéficient de l’argent publique directement ou indirectement, l’Etat subventionnant l’achat de l’électricité produite par les EnR permettant de rentabiliser la technique mais le prix du marché ne la rentabilisant pas. Ces entreprises profitent de l’argent de l’Etat pour explorer des techniques dont elles pourront éventuellement tirer profit dans d’autres domaines. Ces recherches sont sans risque pour elles puisque non payées par leur propre argent. Si ces recherches n’aboutissent pas, elles n’auront rien perdus.
          Ces entreprises sont intelligentes, elles profitent simplement de la bêtise de nos politiques dont le but est uniquement électoral.

          Supprimez les subventions (directes ou indirectes sur le prix d’achat de l’électricité par ex), et vous verrez si Siemens, Tesla, GE (…etc) continueront leurs recherches. 🙂

          • Faux et archi-faux mon pauvre Cyde. Vous fantasmez totalement. Encore. La R&D peut parfois être avantageuse fiscalement mais ne venez pas raconter n’importe quoi.
            « Si ces recherches n’aboutissent pas, elles n’auront rien perdus. » => le temps n’est pas de l’argent ? Perdre 1 ou 5 ans de recherche, c’est ne rien perdre ?
            Alalalala… enfin bon… allez, c’est pas grave. Ça arrive les pannes intellectuelles. (oui je me moque. D’autres insultent à tour de bras, moi non)

        • Je n’ai jamais dit qu’il fallait arrêter la recherche sur le stockage. D’abord parce que les chercheurs trouvent des tas d’améliorations pour augmenter l’efficacité des batteries par exemple. Ensuite parce que si on trouve une nouvelle techno c’est le jackpot. La liberté c’est aussi la liberté de financer des recherches longues et difficiles…

          Il faut juste être conscient des ordres de grandeur. Le stockage de l’électricité à grande échelle c’est très difficile… les modèles du genre « on stocke dans les batteries du parc de véhicules électriques » sont de doux rêves.

    • Le biais est simple : torrent de subventions + hausse délirante de nos factures d’électricité, transformées en feuille d’impôt pour les pauvres.

      Divisez par trois nos factures d’électricité, et on tressera des louanges aux éoliennes. Ne nous obligez plus à payer pour les fonctionnaires et on démontrera qu’ils sont merveilleusement productifs. Ne nous empêchez plus de circuler en voiture librement, à la vitesse qu’on veut, et on fera semblant de croire à la légende du CO² qui chauffe.

      Bref, foutez nous la paix ! Toi y’en a compris ?

    • Ajoutons que les progrès de stockage de l’électricité, s’il y avait progrès, impacterait aussi à la baisse le coût de l’énergie « conventionnelle » ; la demande n’est pas constante, et un moyen de stockage compétitif permettrait d’améliorer l’efficience des centrales classiques.

  • Merci pour des données chiffrées.
    La fin de l’article suggère que la démographie est la première responsable de l’augmentation des émissions de CO2.
    Il n’y a plus qu’à disculper ce gaz pour éviter le néomalthusianisme que veulent nous faire avaler les responsables de l’imposture du climat.
    La population se stabilisera tôt ou tard avec le progrès qui entraînera la transition démographique des pays émergents.

  • Combien ont coûté les COP 21 / de Paris et celles qui ont suivi? Combien d’avions supplémentaires, Combien l’augmentation de tous ces véhicules VIP va t’il polluer Paris ? 20 à 30000 personnes vont être présentes en une ou deux semaines. Qui va payer ? « C’t’une Bonne question » comme disait Georges Marchais a ELKABACH dans les années 70.
    Le climat, le réchauffement, tout le monde en parle, depuis quelques années c’est un dogme. Tous ceux qui émettent des doutes sont qualifiés d’hérétiques et interdit d’intervention sur les médias. Voir l’affaire Philippe Verdier viré de France 2 en 2015. https://www.lepoint.fr/societe/philippe-verdier-en-france-un-journaliste-peut-etre-vire-pour-un-livre-02-11-2016-2080028_23.php
    Les décisions qui seront prises lors de ces COP sont t’elles appliquées, rien n’est moins sûr, et s’acharner à vouloir réguler la température terrestre est louable mais cela reste assez présomptueux.
    Avant de polémiquer, il serait peut-être temps de revenir aux fondamentaux et au bon sens.
    a l’échelle du temps géologique la période des 200 ans passés ne correspond à presque rien. Ramenée à une journée de 24 heures depuis l’accrétion terrestre (4.5 milliards d’années), l’ère industrielle ne représente que 1 centième de secondes.
    L’alarmisme climatique déclenché depuis une dizaine d’années, par les travaux d’un organisme politico scientifique(GIEC) est-il nécessaire ? Les analyses et données font débat dans le milieu scientifique, au sujet de l’origine anthropique du léger réchauffement observé sur une période bien courte. Le propre du raisonnement scientifique dans tous les domaines, c’est le doute et la remise en cause permanente.
    En 2007 les projections mathématiques des calculs du GIEC donnait une augmentation constante de la température depuis 1950 jusqu’à atteindre 4.6 ° à la fin du 21 siècle. Dans le dernier rapport il apparait bien une pose de cette augmentation de température depuis 1999, contredisant les rapports 2001 et 2007.La cause anthropique peut être mise en évidence, mais pas à un niveau suffisant. Heureusement pour ceux qui s’intéressent à l’affaire, internet permet de vérifier que les allégations dont on nous assène avant chaque réunion de type COP, sont souvent sujettes à caution. Encore faut-il prendre le temps de lire et de visionner, ce que nos décideurs ne font pas. Ils sont alimentés par un canal unique, le GIEC.
    Ce débat sur le climat et CO2 anthropique est certes nécessaire et bien loin de moi l’idée de persister dans l’hyperconsommation ; des réajustements dans notre mode de vie sont nécessaires mais sans catastrophisme extrême et surtout sans se relancer dans le système pervers de l’hyperconsommation verte : Car le vrai problème est la ; ce que j’appelle l’écologie mercantile. L’écologie, la vraie devrait au contraire doit nous amener à faire d’importantes économies au sein de chaque famille.
    Pour en finir et revenir à la COP 21 tous les décideurs du monde y étaient nous dit-on ; je ne pose qu’une seule question : Dieu était-il présent à Paris ?

    • Un excellent article sur les climato-sceptiques : https://www.lemonde.fr/blog/huet/2019/08/13/climato-scepticisme-et-medias-la-duperie/

      Il est faux de dire qu’ils sont interdits de média, mais comme les gens qui nient l’homme sur la Lune, le 11 septembre, ou les gens qui dénoncent le complot des biologistes marins sur les réserves halieutiques (coucou MichelO), les médias ne peuvent pas inviter tous les hurluberlus du monde.
      Certes, je regrette que les médias soient un microcosme de journalistes parisiens souvent de gauche (en France), équivalents en Belgique à l’axe Bruxelles-Liège écolo-gauchiste… Que de l’autre bord, ce ne soient que des journalistes complotistes-droitistes-racistes/autres (Rivarol, Valeurs actuelles, etc).. bref, le journalisme de qualité est rare. Je n’aime pas beaucoup les médias car il faut toujours lire avec des pincettes… Bref… je m’égare.

  • L’objectif de +2°C de l’accord de Paris est une farce, car la somme des engagements d’émissions de CO2 montre une augmentation au moins jusqu’à 2030, tirée par la Chine et l’Inde, dont la priorité est de fournir à leurs populations une énergie électrique pilotable et compétitive, donc produite à partir de centrales thermiques (principalement à charbon).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Dominique Greneche.

L’énergie nucléaire civile a toujours fait l’objet de nombreuses controverses à tous les niveaux et parmi tous les acteurs de notre société, y compris dans la population elle-même. Ces débats parfois très vifs, pour ne pas dire convulsifs, s’intensifient aujourd’hui en France à l’occasion de la campagne présidentielle. Mais de tout temps, les antinucléaires intégristes n’ont pas hésité à proférer des arguments trompeurs pour prêcher leur évangile et mystifier le peuple qui peut se laisser berner facilement faute... Poursuivre la lecture

Ci-dessous les diagrammes de production de l’Allemagne (Institut Fraunhofer, Energy charts) et de la France (RTE, eCO2mix)

Les besoins à la pointe sont de l’ordre de 70 GW pour les deux pays, soit 140 GW en tout. C’est faible pour des journées d’hiver. Le froid n’est pas intense, et l’activité économique n’est pas florissante.

 

On a connu deux jours sans aucun vent les 2 et 3 mars. (En bleu clair sur les diagrammes). L’Allemagne a été sauvée par le gaz, le charbon et le lignite et ne parle plus guère d’arrêt... Poursuivre la lecture

« À l’occasion », le président des États-Unis doit informer le Congrès de l’état de l’Union. Mais comme trop de choses chez l’Oncle Sam, c’est devenu un discours hyper partisan où se succèdent les exagérations et les mensonges. Le discours de Joe Biden ne fait pas exception, et l’on peut ajouter opportunisme à la liste.

En effet, le port du masque est devenu optionnel juste à temps pour cet exercice partisan. Les démocrates plaideront que la science® a évolué. Mais la seule science qui a évolué est la science… sociale.

E... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles