Être classique, aujourd’hui, une audace ?

L’atypisme, la singularité sont-ils, au fond, des faiblesses parce qu’on n’a pas eu la capacité de se tenir dans le beau sillon ordinaire ou une conséquence bienfaisante pour des natures qui auraient eu le choix mais ont lucidement opté pour l’extra-ordinaire ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Être classique, aujourd’hui, une audace ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 2 août 2019
- A +
Par Philippe Bilger.
Il faut croire que la seule occupation valable, quand on n’a rien à faire, est l’examen de conscience. Je ne sais pas comment cela vient et pourquoi. On réfléchit, on lit, on écoute, on a le temps de se pencher sur soi et il y a un âge où on n’a plus le droit d’éprouver de la complaisance à son égard.

D’être forcément fier de son atypisme et de sa singularité comme si ces états à eux seuls étaient gage de qualité, voire de supériorité. Je les ai ressentis longtemps comme une chance par détestation du groupe, du pluriel qui m’étouffaient et à la fois me mettaient au supplice à cause de ma timidité et de cette certitude qu’il y avait quelque chose de pire qu’être seul : être à plusieurs.

Durant mes quarante années de magistrature, à l’évidence, sans vraiment le vouloir j’ai cultivé l’art de déplaire et force est de considérer que je n’ai pas trop mal réussi sur ce plan.

Mais avais-je raison ? Ou plutôt décide-t-on vraiment de ce qu’on est et de sa manière de se comporter au milieu des autres ? Je me suis demandé tout à coup, sur le tard, de ce qu’il advient véritablement de nous. Maîtres ou maîtrisés, inventeurs ou gouvernés ? Sommes-nous la proie de nos limites et de nos insuffisances ou peut-on prétendre qu’elles pèsent peu au regard de la construction et de l’image de soi-même ? Vit-on ou fait-on comme on peut en s’accommodant de ce qu’on est, de ce qu’on a ? Héros de soi-même ou piètre gestionnaire ?

L’atypisme, la singularité sont-ils, au fond, des faiblesses parce qu’on n’a pas eu la capacité de se tenir dans le beau sillon ordinaire ou une conséquence bienfaisante pour des natures qui auraient eu le choix mais ont lucidement opté pour l’extra-ordinaire ?

Peut-être me suis-je trompé du tout au tout et mon narcissisme seulement inspiré par le fait que pour le pire et le meilleur j’étais différent, n’était-il qu’une vulgarité de plus, une présomption supplémentaire, une erreur indéniable ?

L’audace dans les créations intellectuelles et artistiques comme dans la présentation et l’affirmation de soi, ne résiderait-elle pas dans un certain classicisme ?

Marcel Proust a écrit que les idées étaient des succédanés des chagrins. Je ne suis plus loin de me convaincre que l’originalité, l’écart délibéré et constant d’avec le troupeau et la solitude élue étaient des succédanés des chagrins, des carences, des enfances, des difficultés d’être.

Tout ce dont secrètement je m’enorgueillissais, passant au crible d’une impitoyable et sourcilleuse vigilance, ne serait-il au fond que l’expression d’une personnalité qui n’aurait pas su, pu être autrement ? Qui n’aurait rien choisi mais tout subi ? Et ensuite baptisé cette ascèse : bonheur intime, étrange, volupté sans pareille.

À vrai dire, une illumination m’est venue face au portrait de Jean Caron, professeur exceptionnel souhaitant faire de « chaque cours un événement ». Sans prétendre me comparer une seconde, j’ai relevé, dans cette volonté, je l’ai éprouvé et l’éprouve dans chacune de mes interventions, le besoin de ne pas s’inscrire dans une continuité mais de la briser. Pour que chaque moment soit unique parce que probablement on ne supporterait pas de ne pas l’être.

Mais si cette comédie qui croit vous faire sortir du lot n’était que l’aveu d’une triste impuissance : celle de ne pouvoir être à la hauteur de personne dans une humanité partagée à égalité ? Sans aucune trace d’orgueil mais une apparence de vanité occultant mal d’humbles tréfonds.

Le classicisme, une audace donc, une idée neuve en France ?

Il serait malhonnête de conclure cette introspection sans admettre qu’il y a des singularités authentiques et des exceptions éblouissantes. Elles sont rares et elles ne se fabriquent pas : les autres et la vie les nomment, les consacrent et les admirent.

__

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Brillant!magnifique! merci

  • Testament à la Cioran?

  • Voila un florilège épistolaire de quelqu’un qui aurait cultivé l’art de déplaire.
    Qui sait, l’aveu de quelqu’un qui s’est essayé à faire des choses sérieusement sans se prendre trop au sérieux…
    Certainement, la manifestation d’un état d’esprit objectif de quelqu’un « qui n’a plus le droit d’éprouver de la complaisance à son égard ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Parmi ma pile de livres à lire en retard (ce qui peut durer parfois des mois, voire des années), j’avais ce livre au titre magnifique : Le droit d’être libre, dont je reportais sans cesse la lecture, malgré mon réel désir.

Écrit par le bouillonnant Éric Dupond-Moretti, avocat médiatique dont j’ai suivi parfois quelques interviews (toujours passionnantes, à l’instar d’autres personnages captivants comme par exemple Fabrice Lucchini). Passionnant, mais aussi passionné. Et souvent émouvant.

En voyant qu’... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

J’ai lu l’essentiel de cet ouvrage juste avant l’entrée en confinement. Puis je l’ai laissé un peu de côté, l’actualité ne se prêtant pas à une présentation de grands sujets de fond dans une situation de pandémie et de tout ce qu’elle implique.

À présent, l’heure est sans doute venue d’y revenir, car les réflexions auxquelles invite cet essai ne sont pas étrangères à celles qui peuvent se poser à un moment où de nombreux esprits s’échauffent et remettent parfois totalement en cause nos modes de fonctionnemen... Poursuivre la lecture

visage
0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

Ce qui m’a intrigué et attiré vers la lecture de ce roman de la jeune écrivain Clarisse Gorokhoff est son essence atypique.

Ava, assez jolie jeune femme même si elle déplore sa forme de beauté assez « lisse », se fait agresser sauvagement par un inconnu dans une petite cour d’immeuble à Paris. Celui-ci lui détruit littéralement son visage.

Là où on pourrait s’attendre à la situation classique et bien naturelle de la souffrance, du désespoir, de la vie brisée, on assiste de manière paradoxale, à l’inve... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles