Comment réintroduire le débat sur la question du réchauffement climatique ? (4)

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Climate change source https://unsplash.com/photos/ycW4YxhrWHM

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment réintroduire le débat sur la question du réchauffement climatique ? (4)

Publié le 27 juillet 2019
- A +

Par Johan Rivalland.

Au terme de ce début de collecte d’informations, qu’il conviendrait d’enrichir, et entrant en dissonance avec le discours le plus répandu, il est un fait que l’ensemble de ces éléments ont peu de chances de se faire entendre et de permettre de véritablement engager des débats plus sereins, tant le discours ambiant est puissant et quasi-unidirectionnel.

Certains n’entendent-ils pas, d’ailleurs, « stopper les climatosceptiques », c’est-à-dire en quelque sorte clouer le bec de ceux qui  ont l’outrecuidance d’oser mettre en doute la responsabilité de l’être humain dans le réchauffement actuel ? Ce qui revient à nier la valeur scientifique des travaux menés par certains de leurs confrères et refuser un débat qui ne devrait, à leurs yeux, pas avoir lieu d’être. Et qui pose des questions, sachant que la démarche scientifique consiste, par nature, à permettre à la science de progresser grâce à la confrontation des idées et des résultats de travaux ou expérimentations.

Plusieurs facteurs sont susceptibles de l’expliquer. Nous allons nous concentrer ici sur l’un d’entre-eux, là aussi à partir d’éléments repris de la plume y compris de scientifiques. Ces arguments risquent de paraître quelques peu éculés et s’écartent, de fait, un peu de l’esprit des trois volets précédents. Mais ils n’en restent pas moins sensés. Sans chercher à les systématiser, ils conservent une certaine part de plausibilité. À charge à chacun, ensuite, de chercher à les rejeter en bloc ou de convenir qu’il n’est pas déraisonnable de considérer qu’il y a très probablement une part de vrai dans tout cela. À chacun de placer le curseur en fonction de ses propres intuitions ou observations (nous ne sommes plus tout à fait ici dans le domaine de la science au sens strict).

Écologisme et intérêts bien compris (4)

Un grand nombre d’intérêts permettent de penser qu’il existe de fortes motivations de certains à défendre les allégations catastrophistes :

– pour les économistes de gauche, il s’agit d’une magnifique occasion de s’attaquer aux défaillances du marché et proposer des mesures correctives ;

– pour certains représentants de l’ONU, cela permet de renforcer l’idée de la poursuite de la voie vers une gouvernance mondiale ;

– pour les dictateurs des pays en développement, un moyen pratique de réclamer des aides aux pays riches ;

– pour les mouvements écologistes, c’est un enjeu de société qui peut rapporter gros politiquement et financièrement auprès des ONG affiliées ;

– pour les partis politiques en général, un discours qui peut rapporter des voix ;

– pour certaines entreprises, une opportunité de toucher des subventions et d’obtenir d’importants marchés (éoliennes, etc.) ;

– pour les experts de tous bords, une vraie manne ;

– pour les militants convaincus, une fantastique raison d’exister ;

– pour les scientifiques directeurs de laboratoire, c’est l’opportunité d’obtenir des bourses et subventions ;

– pour une multitude de personnes, un attrait naturel pour le sensationnel  et l’impact des limites cognitives auxquelles s’ajoutent les biais de confirmation.

En conclusion, il ne s’agit nullement de verser dans de quelconques théories du complot ou des formes suspectes de négationnisme, ni de prétendre détenir des vérités et rejeter tout ce qui pourrait aller à l’encontre de certaines idées (n’inversons pas les choses), mais une fois encore – répétons-le, et c’est le titre de cet article – tenter de réintroduire un débat qui ne semble plus véritablement à l’ordre du jour, contrairement à une démarche qui se voudrait scientifique et accepterait par nature une plus grande confrontation des travaux des scientifiques.

Et, dans l’esprit de cette tribune, permettre au citoyen ordinaire de pouvoir mieux s’y retrouver en n’ayant pas le sentiment qu’il s’agirait d’une sorte de débat plus ou moins interdit, là où la science, sur des sujets aussi complexes, et alors qu’elle n’en est quasiment qu’à ses balbutiements, si on peut dire, ne semble pas en état d’afficher des certitudes quasi-définitives et aussi unanimes.

Voir les commentaires (30)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (30)
  • Et pendant ce temps le gvt tente de vendre son isolation a 1€ , 20 coups de telephone par jour, apres avoir vendu des ampoules leds gratos ….au lieu d’offrir une clim aux personnes agees …..
    Il n’y a vraiment rien a debattre sur le sujet ,on est en presence que de gens sans aucun scrupule et la resistance s’imposera de plus en plus et pas que par des mots !

    • Je soupçonne le gouvernement de vouloir relancer la consommation de cette façon, à coup d’argent public. Sans condition de revenus, c’est dire!
      Même pour les garages et sans aucune étude économique de rentabilité.
      Fuite en avant d’idéologues complètement dépassés par la situation catastrophique du pays, soigneusement occultée par les médias.

      • Moi je soupconne que l’état est entre les mains de lobbys puissants ..le coup des leds ,chinoises je suppose, pour compenser , sans doute, la surtaxe de leurs panneaux solaires…..d’ou le besoin urgent de panneaux solaire..pour faire entrer des taxes..l’etat a vraiment besoin de beaucoup d’argent et a part le francais …franchement vouloir moins consommer d’electricite en france n’a aucun sens sauf l’augmentation des taxes internes pour revendre de l’electricte ainsi dispo a l’exterieur..quand on n’a plus rien a vendre…..

    • reactitude
      Oui le gouvernement devrait offrir des clim aux personnes âgées
      Si on vous appelle pour une isolation à 1€ prenez parce que c’est pas cher…..
      En attendant vous devriez vous servir un autre Pastis (sans eau)

  • et pendant ce temps la les emissions de CO2 augmentent. c’est dire si les rares climato-sceptiques » verbaux » sont puissants..
    purée ,rien que de dire que je doute de trucs fait que mes frères et sœurs consomment plus de petrole contre leur gré..

    aux doutes sur la « théorie » on peut ajouter d’enormes doutes sur notre capacité à apporter une solution..

    il est toujours très rigolo de voir les donneurs de leçons carboniques être mis devant leur absence totale d’action sur le plan individuel.. je ne m’en lasse jamais.. par un hasard heureux par dessus le marché, mon mode de vie est assez « sobre » …chose que d’ailleurs ..les aspirants à la sobriété de fraîche date du jour me reprochaient hier…

    ça reste le plus beau…yaka se passer de fossiles….un jour.. yaka consommer moins d’energie… et les conférences climatiques se font ENCORE à l’aide de force avions et fossiles.. mais avec des godets à bière recyclabes sans paille plastique et des vélos pour rejoindre l’hôtel climatisé.

    • avant c’était si on veut on peut maintenant c’est si on veut, le gouvernement doit nous y forcer…

      • Euh!!!!? ça ne serait pas plutôt: Si on ne veut pas, le gouvernement VA nous y forcer ( c’est à peu près sûr!)

    • Ceux qui imposent la sobriété, voire la misère, aux autres au nom d’intérêts supérieurs placés dans un futur lointain, ça rappelle des souvenirs…

    • Bah ,le co2 augmente , c’est normal, de toute facon on aura le resultat de l’action ecolo aujourd’hui que dans une centaine d’annee….donc de toute facon trop tard si j’ai bien compris leur discours .

  • Oui, cette convergence d’intérêts est tout à fait juste.
    L’étude de la genèse de l’écologie politique en montre l’origine, masquée aujourd’hui par le ralliement de toutes sortes d’opportunistes.
    http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/31/89/29/Etude-sur-la-nature-des-mouvements-ecologistes/Etude-sur-la-nature-des-mouvements-ecologistes.pdf

    • Amahuit et Dernier
      27 juillet 2019 at 21 h 17 min

      Texte écrit par Emmanuel Grenier. Pas vraiment la personne la plus clean nan ? Convergence d’intérêts vous disiez ? La biographie et le parcours de ce sieur est en effet peu reluisante pour un « journaliste ». Mais chuuut. Double standard.

  • Bravo pour cette série d’articles intelligents, bien argumentés et substantiellement convaincants. Malheureusement, nous avons désormais affaire à une sorte de religion réchauffiste avec ses fondamentalistes, ses « ayathollas » et évidemment son cortège d’injures, d’anathèmes et d’exclusion de tous ceux qui ne « croient » pas ou pas assez ou qui ne s’agenouillent pas devant les icones du réchauffisme. Tenter de les convaincre ou de les faire réfléchir avec des arguments est je pense impossible. Hélas!

  • claude henry de chasne
    27 juillet 2019 at 11 h 29 min

    On ne peut pas débattre avec des religieux…
    car toucher le dogme détruit tout argumentaire a la racine par
    la notion blasphématoire et le procès en hérésie..
    croire et comprendre sont donc incompatibles

  • Monsieur Rivalland oublie le rôle des marchands de glace dans le réchauffement : car ils en profitent les bougres !
    Les glaces en bacs ont vu une hausse de leur chiffre d’affaires de 46,4 % du 24 au 30 juin 2019 par rapport à la même période l’année précédente. Viennent ensuite les glaces détente (cornets, bâtonnets…) avec une croissance de + 33,6 %.
    Pas de doute, c’est un complot des glaciers !

  • D’après le journaliste Jean-Gabriel Bourgeois de Europe 1 :
    « Des virus aujourd’hui contingentés aux régions proches de l’Équateur, comme le Zika ou la dengue, pourraient arriver en Europe si la hausse globale des températures est de 2° d’ici à 2100, comme l’espèrent les experts du climat et les signataires de l’Accord de Paris. De fait, les insectes vecteurs de ces infections vont proliférer. »
    Je vous laisse savourer cet espoir des experts du climat…

  • Amahuit et Dernier
    27 juillet 2019 at 17 h 50 min

    4 articles pour ça.. Eh ben. Quand Contrepoints se vante de faire du nivellement par le haut, on ne risque pas le vertige.

  • « sachant que la démarche scientifique consiste, par nature, à permettre à la science de progresser grâce à la confrontation des idées et des résultats de travaux ou expérimentations.

    Euh… Mais les thèses des climato septiques ont toutes été examinées et débunkées, manifestement vous avez loupé plusieurs épisodes, ce qui démontre votre dilettantisme.

    • Je ne sais ce que « débunké » veut dire mais je sais par contre que ce que vous dites est totalement faux. Le doute sur la réalité du réchauffement climatique de nature anthropique est extrêmement étayé par de nombreux scientifiques de très haut niveau qui sont systématiquement écartés des medias au profit de gens comme des histrions du genre Nicolas Hulot dont le seul diplôme est son stage de plagiste au Club Méditerranée ou de Greta qui n’a même pas son BEPC suédois. Derrière, de gigantesques intérêts financiers et industriels tirent les manettes afin de faire renouveler par les citoyens le maximum d’équipements, de sources d’énergie etc…

      • Amahuit et Dernier
        27 juillet 2019 at 21 h 07 min

        – de nombreux scientifiques en nombre peut-être, mais pas en %.
        – et vous accusez les écolos de pousser à la consommation ? En totale contradiction avec les appels à la décroissance que vos comparses dénoncent ici. Et donc vous reprochez à l’écologisme de faire marché l’économie ? Vous êtes tellement obnubilé par votre haine que la rationalité des arguments n’a plus d’importance.

        • D’une certaine manière, ils poussent à la consommation. Sinon, ils devraient baisser de plusieurs tons, que les tocards restent à l’écart.

    • Comme Gradzi, je trouve votre commentaire complètement erroné bien que je ne comprenne pas non plus le terme « débunké », absent de mon dictionnaire. Pour avoir fait quelques études scientifiques, je ne peux que constater que les passions, le sectarisme, l’intolérance ont remplacé ce qui faisait autrefois la richesse de la démarche scientifique. Pour faire simple et scientifiquement parlant, on ne peut pas nier qu’il puisse y avoir UN CHANGEMENT climatique, les variations du climat terrestre au cours des milliers d’années écoulée ne font plus de doute, donc pourquoi espérer que le climat doive rester indéfiniment bloqué aux conditions existant avant l’ére industrielle?
      Ensuite cela devient un réchauffement généralisé de la planète si l’on en croit les climato-réalistes, prouvé soi-disant par des mesures scientifiquement vérifiées. Or pour qu’une démarche scientifique soit validée, elle doit répondre à certains critères: d’une part être motivée par l’observation d’un phénomène mesurable, mesures réalisées en suivant un protocole garantissant la reproductibilité du phénomène observé. Il faut donc mettre en place une méthodologie définissant quelles mesures seront effectuées, avec quels instruments, où et quand ( ie judicieusement répartis dans l’espace terrestre et le temps), méthodologie précisanr également quels moyens d’analyse seront déployés pour exploiter les résultats. Or à ce jour on attend encore des climato-réalistes qu’ils produisent ce genre d’étude non biaisée à l’appui de leur théorie.
      Enfin, le troisième point de l’étude doit permettre de confirmer ou non l’impact des activités humaines sur le phénomène. Or, les scientifiques sérieux disent tous que sur 10 000 molécules de gaz atmosphériques, il y avait 3 molécules de CO2 avant l’ère industrielle et 4 aujourd’hui ( soit une variation de 1/10000). Le gaz atmosphérique le plus contributif à l’effet de serre est la vapeur d’eau ( gaz et non nuages qui sont la forme liquide de H2O) dont la présence est plusieurs milliers de fois plus importante que le CO2.
      Dans certaines études scientifiques, on peut tracer l’origine de certains composants grace à des marqueurs isotopiques, je ne sais pas si celà pourrait être utilisé pour tracer l’origine anthropique du CO2 incriminé et connaître ainsi son impact réel.
      Le dilettantisme, c’est comme la folie, se poser les mauvaises question en espérant obtenir les bonnes réponses.
      Moi je dis ça, je ne dis rien, j’interroge!

  • Opportunisme est le juste mot.
    Mais je crois aussi que beaucoup ne font que suivre le mouvement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans son dernier essai, l’économiste et philosophe Anthony de Jasay revient sur une critique centrale du livre qui l’a fait connaître des libéraux, L’État (1985). Certains observateurs lui ont reproché son anthropomorphisme : en effet, dans l’essai précité, l’État est présenté comme un sujet unitaire prenant des décisions comme une personne, calculant en fonction d’intérêts ou de préférences eux-mêmes fondés sur des gains espérés. De Jasay reconnaît sans mal que l’État est traversé d’intérêts concurrents, que son fonctionnement est opaque et ... Poursuivre la lecture

Par Benjamin Faucher. 

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

... Poursuivre la lecture

Par Serge Schweitzer.

Toujours plus.

La campagne électorale pour les présidentielles de 2022 est lancée. À dire vrai elle n’a jamais cessé depuis le soir du second tour de 2017, mais le signe concret de l’accélération est évidemment l’ouverture des boîtes de Pandore qui accompagnent chaque candidat. La corne d’abondance est pleine.

Les pochettes surprises sont prêtes. C’est que pour gagner des électeurs il faut être le meilleur prestidigitateur au concours de la campagne : qui veut gagner des millions ? À cela près qu’il ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles