Venezuela : « un bolivar ne vaut plus rien »

Dans les rues de Maracaibo, les rares denrées disponibles s’échangent encore en bolivars. Mais la monnaie du Venezuela ne vaut plus rien.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Venezuela : « un bolivar ne vaut plus rien »

Publié le 22 juillet 2019
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Le bolivar, monnaie officielle du Venezuela, est aujourd’hui relégué au rang des bouts de papier sans valeur. Ou presque. L’inflation galopante, consécutive à quatre années de crise et à la politique chaviste, a précipité le pays et ses habitants dans la misère.

Aujourd’hui, le peso colombien et, surtout le dollar américain, deviennent des devises convoitées permettant de s’offrir les rares denrées que l’on trouve au marché noir.

Reportage à Maracaibo. Les images sont signées Matthieu Comin.

 

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Édifiant, même terrifiant 🙁

  • quand on pense que c’est un pays dont la politique , il y a peu, été citée exemple… et que ça ne provoque aucune remise en cause…
    il suffit de commencer pas admettre l’idée que toute personne riche a nécessairement spolié la communauté et le reste s’enchaîne plus ou moins rapidement..

    oui il y a des gens qui riches qui ont spolié…mais essentiellement par connivence… mais à l’évidence toute création de richesse ne provient pas de spoliation sinon le monde ne se serait pas enrichi….

    spolié la nature parait il…désormais…et là c’est possible , plus exactement il est possible de se construire un système de pensée qui permette de dire cela..mais je m’en fous. moi je ne pose pas que l’environnement ne doit pas changer..

  • Bienvenue dans le paradis socialiste…

  • Voler les richesses par la dévaluation monétaire, annihiler toute propriété privée, est classique chez les cocos, méthode largement employée par les soviétiques avant qu’ils ne finissent dans la poubelle de l’histoire.

    Voler la richesse est également l’objectif recherché par les Etats obèses et les banques centrales de nos pays quand ils impriment de la monnaie sans contrepartie de richesse créée. Si on ne met pas rapidement un terme aux politiques monétaires actuelles, le Venezuela sera notre destin.

  • Qu’en pense J.L Mélenchon de ce « paradis perdu ».?

  • Ca fait réfléchir, quand on voit le résultat de Mélenchon aux présidentielles… En même temps, si Macron poursuit sa politique « ultra libérale » actuelle, on se dirige gentiment vers la même situation

    • j’aime bien votre humour 🙂 « macron ultra-liberal » prefere la vision de Thatcher « le socialisme s’arrete quand il a depense tout l’argent des autres » et ca Micron il ne le voit pas arriver

  • Le socialisme c’est ça !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Hans-Hermann Hoppe[1. Hans-Hermann Hoppe est un économiste de l’école autrichienne et un philosophe libertaire/anarcho-capitaliste. Il est le fondateur et le président de The Property and Freedom Society.]. Un article du Mises Institute

Imaginez que vous êtes aux commandes de l’État, défini comme une institution qui possède un monopole territorial de la prise de décision ultime dans tous les cas de conflit, y compris les conflits impliquant l’État lui-même et ses agents, et qui a par implication le droit de taxer, c’est-à-dire de d... Poursuivre la lecture

Par Laurent Sailly.

En septembre 2019, face à la détérioration de la situation politique au Venezuela, le Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies a confié à Marta Valiñas, juriste spécialisée dans les questions relatives à la justice internationale, la mission de faire la lumière sur les accusations portées par l’opposition vénézuélienne à l’encontre de Caracas, et ce depuis la mort de Hugo Chavez en 2013.

Un précédent rapport rédigé par des experts mandatés par l’Organisation des États américains avait déjà porté de lou... Poursuivre la lecture

Par Simone Wapler.

Les hélicoptères monétaires décollent et les surenchères de plan de relance commencent.

Côté français, Emmanuel Macron a parlé de 300 milliards d'euros mis à disposition des entreprises et du recours massif au chômage partiel. Évidemment, l’Unedic n’est pas dimensionnée pour indemniser le chômage même partiel d’un tel nombre de salariés du secteur privé. Nous en sommes à 3,6 millions alors qu’il est probable que le confinement se prolonge.

Bruno Le Maire, jamais en retard d’une surenchère interventionni... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles