Venezuela : manger, un combat de tous les jours

Les habitants du Venezuela font face à une terrible pénurie alimentaire. Les frigos sont vides, les marchandises hors de prix. Reportage à Maracaibo, deuxième ville du pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Venezuela : manger, un combat de tous les jours

Publié le 15 juillet 2019
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Dix huit mille bolivars. Au taux actuel, cela représente 2,25 euros. C’est le montant de la retraite mensuelle de Guadalupe Josefina Ávila, ancienne directrice d’école vivant à Maracaibo, deuxième ville du Venezuela.

Ses sandales sont usées, sa robe est trop large, et son frigo est vide. Elle témoigne pour Contrepoints : son quotidien difficile, son envie aussi de changer de régime.

Selon un expert de l’Agence onusienne pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Venezuela devrait faire son entrée en 2019 dans la liste des pays en « crise alimentaire aiguë ».

Images : Matthieu Comin.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • elle a une vie sobre. si elle acceptait de voir le bon coté des choses et la problématique climatique …

  • Quel triste reportage !
    A montrer en boucle sur toutes les chaînes de télé françaises pour voir où nous mène la politique socialiste de Chirac, Hollande et Macron.

    • Mais malheureusement ça ne servira à rien. Au lycée, les profs nous disaient que le communisme en France n’aurait rien à voir avec celui de l’Union Soviétique. Et quand je donne en exemple l’échec des pays socialistes aux Socialites, c’est toujours la faute des autres : la propagande américaine, les embargos américains, les pays capitalistes qui les exploitent etc.

  • Et il y a encore des abrutis qui disent que c’est la faute du blocus américain…

  • C’est bien que les peuples goutent aux fruits pourris de leurs idées nauséabondes… S’il y en a qui n’ont jamais cru en Chavez et qui sont malgré eux dans la même situation elle a peut-être voté pour le camp du bien à une époque cette dame ?

    • Ce serait bien si les peuples avaient des idées par eux-mêmes, et ne subissaient pas le conséquences de celles qu’on leur impose à l’insu de leur plein gré.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Laurent Sailly.

En septembre 2019, face à la détérioration de la situation politique au Venezuela, le Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies a confié à Marta Valiñas, juriste spécialisée dans les questions relatives à la justice internationale, la mission de faire la lumière sur les accusations portées par l’opposition vénézuélienne à l’encontre de Caracas, et ce depuis la mort de Hugo Chavez en 2013.

Un précédent rapport rédigé par des experts mandatés par l’Organisation des États américains avait déjà porté de lou... Poursuivre la lecture

De notre correspondante, Julie Decasse.

Ce sont les heures les plus accablantes de chaleur sur l’esplanade sans ombre de Fuerte Tiuna, à Caracas. Mais gradins et parterre, et jusqu’à 300 mètres de la scène, c’est une marée humaine beige et kaki. Nous sommes le 13 mars, jour du dixième anniversaire de la création des milices bolivariennes. Sur scène, Nicolas Maduro est entouré — entre autres dignitaires — de sa femme, du ministre de la Défense Vladimir Padrino, et de son redoutable bras droit, Diosdado Cabello, le président d... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par la rédaction de Contrepoints.

Le bolivar, monnaie officielle du Venezuela, est aujourd'hui relégué au rang des bouts de papier sans valeur. Ou presque. L'inflation galopante, consécutive à quatre années de crise et à la politique chaviste, a précipité le pays et ses habitants dans la misère.

Aujourd'hui, le peso colombien et, surtout le dollar américain, deviennent des devises convoitées permettant de s'offrir les rares denrées que l'on trouve au marché noir.

Reportage à Maracaibo. Les images sont signées Matthieu Com... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles