Venezuela : la soif du dollar

C’est un effet secondaire de la dégringolade sans fin du bolivar : les Vénézuéliens ont perdu toute confiance dans leur monnaie et se tournent vers le billet vert. Les rues de Caracas sont désormais le domaine des cambistas, les “dealers de dollars”, dans un pays où il est encore officiellement interdit d’avoir recours à cette monnaie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Venezuela : la soif du dollar

Publié le 12 juillet 2019
- A +

De notre correspondante, Julie Decasse.

Alejandro a appris à cacher sa nervosité. Le jeune homme attend devant l’ambassade du Chili à Caracas, où il a rendez-vous avec un client. Deux agents de la police bolivarienne font les cent pas à une trentaine de mètres de là. Alejandro garde un œil sur eux, mais la foule est suffisamment dense en cette heure de pointe pour assurer sa discrétion. Son client arrive, la transaction est rapide. Ils agissent comme deux connaissances qui se croiseraient par hasard : une tape sur l’épaule, quelques considérations sur la pluie et le beau temps… et une poignée de mains, dans laquelle Alejandro glisse un billet de 5 dollars. Son équivalent en bolivars, Alejandro l’a déjà reçu sur son compte ; car 36 500 bolivars en billets de 500, c’est une liasse bien trop incommode à porter dans les rues dangereuses de la capitale vénézuélienne.

Ingénieur civil, c’est encore sa profession officielle. Hautement qualifié, il gagne un salaire presque privilégié de 30 dollars par mois, plus quelques primes. Mais cela ne lui permettrait de manger que 5 ou 6 jours, au mieux. Alors il a fait le saut vers l’une des seules professions qui permettent de tirer son épingle du jeu dans le Venezuela en crise : cambista, c’est-à-dire changeur de monnaie. Un métier à mi-chemin entre trader et dealer. Avec les marges qu’il dégage de ses transactions, il peut gagner jusqu’à 300 dollars par jour.

« 5 dollars, ça n’a l’air de rien, mais c’est presque l’équivalent d’un salaire minimum mensuel au Venezuela », explique Alejandro. « Et surtout, le dollar est difficile à se procurer, alors que tout le monde le cherche. Mon client n’a pas intérêt à laisser voir ce qu’il a en poche. » À 25 ans, Alejandro a noyé sa jeunesse dans la crise. Depuis quelques années, on ne va plus au cinéma, on n’invite plus une jolie fille à prendre un verre, on s’offre encore moins des vacances… On bataille pour survivre. Loyer, nourriture. Point. Même l’hygiène y passe. « Ça continue d’empirer : maintenant, les gens en costume ou les femmes en tailleur sentent mauvais ; et on voit que leurs vêtements sont sales… » commente le jeune homme. C’est une étrange forme de misère, où les classes autrefois aisées ont encore des téléviseurs, de l’électroménager… qu’ils voudraient bien vendre pour pouvoir s’acheter une semaine de nourriture. Seulement, plus personne n’achète ces choses-là.

Inflation galopante : le bolivar ne vaut (presque) plus rien

Parler de chiffres au Venezuela est un exercice périlleux, tant ils se désactualisent d’un jour à l’autre. En 2018, l’inflation dans le pays a été de 130 060 %, selon les chiffres de la Banque Centrale vénézuélienne, qui n’avait publié aucun rapport depuis 2015 – mais elle fut de plus de 1 000 000 %, selon l’opposition. Les mathématiques se rendent face à ce tourbillon.

Fin juin 2019, le bolivar s’échange à 6200 pour 1 dollar. En 2010, le taux officiel était de 4,3 bolivars par dollar. Mais entretemps, le gouvernement a retiré sept zéros à la monnaie, qui a aussi changé de nom : d’abord bolivar fort, et désormais, bolivar souverain. Des noms qui font rire jaune, car la monnaie vénézuélienne est désormais la plus faible au monde, et le pays se dollarise de jour en jour. Une humiliation dont le gouvernement chaviste ne parle évidemment pas. Le message de Nicolás Maduro, répété à chacune de ses apparitions publiques, est encore que les pays impérialistes leur livrent une « guerre économique » dont le pays se relèvera bientôt grâce à la Révolution triomphante.

Le dollar comme planche de salut

Pourtant le gouvernement n’a pas le choix, il lui faut écoper. Chaque changement de monnaie a signifié l’impression massive de nouveaux billets, souvent entravée par la pénurie de papier dans le pays. Quelques mois après le passage au bolivar souverain en août 2018, les billets n’étaient souvent plus disponibles dans les banques. Les retraits maximum autorisés étaient la plupart du temps de 500 bolivars, au mieux quelques dizaines de cents de dollars. Début juin, le gouvernement vient enfin d’annoncer l’émission de billets de 10 000, 20 000 et 50 000 bolivars. Des décisions qui sonnent comme un sparadrap sur une gangrène.

Quant au salaire minimum, il vient de passer de 18 000 à 40 000 bolivars. L’équivalent, à un instant T du 20 juin, d’un peu moins de 6,5 dollars. Les salaires, les loyers, les denrées alimentaires suivent ces cours détraqués autant qu’ils le peuvent, mais au fond, plus personne ne s’y retrouve. Alors les habitants se raccrochent au dollar comme à un radeau dans un naufrage. « En janvier, mon loyer a brusquement augmenté de 3 000 à 15 000 bolivars. Mais mon salaire est resté le même jusqu’en mars » raconte Émilia, assistante médicale. Elle aussi a constamment recours aux services d’un cambista. « Le dollar, au moins, c’est une valeur stable et sûre. Alors je convertis presque tout mon salaire en billets verts dès que je le reçois. »

Alejandro, lui, vient de prendre une décision difficile : il prépare pour cet été son émigration vers l’Uruguay. Son deuxième métier de cambista lui a permis de mettre de côté en dollars de quoi s’installer là-bas et voir venir. Ce n’est pas le cas de dizaines de milliers de Vénézuéliens, qui ont vu leurs économies de toute une vie se réduire à quelques centimes, et n’ont même plus de quoi fuir le pays. 

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • le resultat du socialisme… macron doit se dire si ces gens ne pendent pas leurs dirigeants avec 5 dollars e revenus mensuels.. on a encore de la marge pour la taxe

    • le sieur macron aurait bien tort de penser ainsi ; après tout , les français ont déjà étêté un roi….ils sont rentrés en résistance contre les nazis au péril de leur vie ; ils sont patients les français , jusqu’au jour ou ça pète ;

  • « l’impression massive de nouveaux billets, souvent entravée par la pénurie de papier dans le pays » : comme beaucoup de pays, le Venezuela achète ses billets à l’étranger ( chez De La Rue, UK ), ce qui, vu les changements successifs de monnaie, amenait la plaisanterie « ils n’ont plus assez d’argent pour payer leurs billets de banque »

  • « les Vénézuéliens… se tournent vers le billet vert » : c’était déjà vrai sous Chavez – le site « Dolar today » ( avec un seul « l » ), donnait déjà, et donne toujours, en parallèle les valeurs officielles du Bolivar, sa valeur intrinsèque et sa valeur au marché noir à Caracas, ainsi que l’évolution des réserves monétaires du pays. En l’absence de chiffres officiels, plusieurs indicateurs, dont l’inflation, ne sont plus mis à jour depuis quelques années.

  • Encore une incroyable réussite socialiste, quand je pense qu’il y a encore des gens qui se revendiquent de cette idéologie criminelle, je me demande ce qu’il faudra pour sortir définitivement de l’absurdité du marxisme

  • Encore un beau témoignage de Julie Decasse. On ne peut que l’en remercier.
    L’engouement des vénézuéliens pour le dollar ne date pas d’hier mais remonte au moins aux années 1980, avec une division par 5 de la valeur officielle du Bolivar par rapport au Dollar vers 1984. Mais à l’époque, les gens, même modestes, étaient propres et plutôt bien habillés. On a ici une illustration de ce qui se passe lorsque les dirigeants cherchent à s’enrichir et arroser leur clientèle au dépend des autres en créant de la fausse monnaie et qu’ils ne savent plus s’arrêter (ce qui est politiquement quasiment impossible). Qu’un gouvernement ait été contraint d’enlever 7 zéros à la valeur de sa monnaie, soit de diviser par 10 millions le nombre d’unités monétaires en circulation, n’est-il pas la meilleure illustration de l’absurdité de l’illusion de l’enrichissement de tous via la création monétaire ?

  • Encore une illustration de ce qu’est le socialisme, en l’occurence « tropical ou bolivien » : un système qui détruit tout, avec rapidité et efficacité.
    En France macroniste, c’est ce système, sous sa version « socialisme bureaucratique » que nos « zélites » veulent mettre en place.
    Non ne peut pas empêcher des gens de se suicider s’ils le veulent vraiment.

  • je me pose une question :
    il gagne avec son vrai emploi d’ingénieur civil 30 dollars par mois.
    il arrive certains jours à gagner 300 dollars en faisant du change clandestin, il se fait payer sur son compte bancaire car transporter de telles sommes en bolivar n’est pas discret et est donc dangereux…
    il y a donc de véritables fortunes qui transitent sur son compte bancaire et cela ne pose pas de problème, ça n’attire pas l’attention du directeur de la banque qui ne passe pas un coup de téléphone à la police ou au ministère de l’intérieur ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les rapports de notre propre Cour des comptes comme ceux des grands organismes économiques internationaux se suivent et se ressemblent : la France doit impérativement mettre un terme à sa fuite en avant dans la dépense publique, les déficits et la dette.

Qu'on s'illusionne tous collectivement au point de voir dans cette folle cavalcade de notre modèle économique et social l'aboutissement sublime de la solidarité, de l'égalité et du « quoi qu'il en coûte » propre à une France supérieurement juste et généreuse ne change rien à l'affaire... Poursuivre la lecture

Si, à la suite d’Alain Besançon, l’on considère que l’idéologie est :

Une croyance délirante qui se prend pour une science exacte et qui entend prendre le pouvoir afin de mettre en coupe réglée la totalité de l’activité humaine dans le but ultime d’anéantir toute forme de civilisation,

nous vivons à n’en pas douter une ère idéologique.

Le mouvement woke, l’écologisme, le féminisme, pour ne prendre que ces trois exemples les plus frappants du moment, correspondent parfaitement à la définition besançonienne de la prise d’assaut ... Poursuivre la lecture

Artemis 1, la première mission ayant pour objectif le retour des Américains sur la Lune, a pris son envol ce mercredi 16 novembre. On peut voir cet événement comme la manifestation de la volonté des Américains de renouer avec leur dynamisme des années Kennedy. Il faut l'espérer, mais il faut aussi souhaiter que ce dynamisme ait un effet d’entrainement sur les mentalités dans ce que, plus que jamais, on doit appeler « la vieille Europe » dans laquelle s’est enfermée une France fatiguée.

En effet, de ce côté-ci de l’Atlantique il semble ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles