NON au choix entre deux socialismes !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

NON au choix entre deux socialismes !

Publié le 5 juin 2019
- A +

Cher lecteur,

Les élections européennes ont montré à quel point nous sommes confrontés à un problème inouï.

En tant qu’électeurs libéraux, nous avions le choix entre un socialisme européen et un socialisme national.

Trente-quatre listes mais un seul discours : plus de social-démocratie, plus de réglementations, plus de protectionnisme, plus de taxes — au niveau européen pour les unes et national pour les autres.

Trente-quatre listes et aucune place pour la Liberté.

Dire la vérité aux Français

Il faut croire que certains n’ont toujours pas conscience des VRAIS problèmes de notre pays.

Qui pour dire que l’État français dépense davantage que tous les autres avec 56 % de dépenses publiques par rapport au PIB ?

Qui pour rappeler que l’État taxe davantage que tous les autres avec 45% de prélèvements obligatoires ?

Qui pour faire prendre conscience aux Français de la mauvaise gestion publique, des emplois détruits, de l’injustice fiscale, de la réglementation kafkaïenne, des organismes inutiles et de la responsabilité de tous les menteurs démagogues ?

 Votre journal en première ligne

Contrepoints est au rendez-vous pour relever ce défi : dire la vérité aux Français sur les problèmes du pays et faire que les idées et les solutions libérales soient lues par le plus grand nombre afin de construire le soutien démocratique nécessaire à réformer notre pays en profondeur.

Votre journal relève ce défi avec :

  • 20 millions d’articles lus par an ;
  • 31 000 abonnés à notre newsletter ;
  • 80 000 lecteurs qui nous suivent sur les réseaux sociaux ;
  • De 8 à 10 articles publiés chaque jour ;
  • Avec 58 % de nouveaux lecteurs, nous ne parlons pas qu’aux convaincus.

Ce que disent nos donateurs

« Parce que je suis reconnaissant d’avoir un accès gratuit et illimité à un journal différent des autres, je considère qu’il est de mon devoir de soutenir le journalisme indépendant si je peux me le permettre en ce moment. « 

Marc, Saint-Étienne

« Un site d’information de très grande qualité. Merci d’exister en ces temps troublés. « 

Sylvie, Bastia

« Une bouffée d’oxygène quotidienne »

Jean-Baptiste, Saint-Clair-du-Rhône

« Pertinent et impertinent »

Véronique, Paris

« J’apprécie que vous fournissiez tous vos articles gratuitement et que vous me laissiez le soin de décider de la valeur de votre travail. Je pense que vous devriez être reconnus et récompensés pour cela. J’ai donc choisi de vous faire une donation pour vous remercier. »

Jacques, Toulon

Si vous nous lisez…

… et si vous trouvez que notre travail quotidien a de la valeur, puis-je vous demander d’être notre bienfaiteur en faisant un don à l’association qui publie Contrepoints ?

Cette année, faites la promotion de vos valeurs et d’un meilleur avenir pour votre pays :

Cliquez ICI pour soutenir Contrepoints

Vos idées ont plus que jamais besoin de vous.

Votre dévoué,

Thomas Palermo - portait - 2018

 

 

 

Thomas Palermo

Président

Association Libéraux.org

 

N.B. 1 : certains d’entre vous ne devraient pas soutenir le journal, peu importe la valeur que vous en tirez. Si donner vous cause un quelconque tracas financier, alors mon appel ne s’adresse pas à vous. Merci de continuer à nous lire et à partager nos articles avec vos proches.

N.B. 2 : si vous le souhaitez, votre don à l’association Libéraux.org qui édite Contrepoints est défiscalisable à hauteur de 66 %. Pour 100 euros de don, vous pouvez réduire votre impôt sur le revenu de 66 euros et votre libéralité ne vous coûte réellement que 34 euros. Un reçu fiscal vous est rapidement envoyé si vous nous le demandez à mailto:admin@liberaux.org

 

Vous pouvez facilement soutenir l’association qui édite votre journal par un don ponctuel ou régulier :

Par carte bancaire directement sur notre site Internet ici ;

Par chèque à l’ordre de l’association qui nous édite : Association Libéraux.org. Merci d’envoyer ce chèque à l’adresse suivante : Contrepoints / 22 rue Guy Môquet / 75017 Paris ;

Par virement bancaire : IBAN : FR76 1027 8073 7400 0200 2500 142 / BIC : CMCIFR2A / Titulaire du compte : Association Liberaux.org.

***

Si vous nous avez déjà soutenu en 2019, merci de tout cœur pour votre générosité et veuillez ne pas tenir compte de ce message.

***

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Concernant le % des dépenses de l’Etat, dans un autre article récent, je m’étais amusé à comparer les dépenses sociales par habitant de différents pays européens, et ce qui en ressortait est plus éclairant.
    France : 10500 euro/hab. ; Finlande : 12900 euro/hab; Belgique 12900 euro/hab ; Italie : 10300 euro/habitant. Espagne : 8100 euro/habitant. Pays-Bas : 9200 euro/habitant.
    Il s’agit simplement du PIB X le % de dépense publique / par la population totale.
    Je me méfie des %, mais ça impressionne le citoyen lambda. La comm’, c’est important.
    Et perso, j’ai déjà pensé donner à Contrepoints; mais… pas de RGPD, pas de sousous… 🙂

    • RGPD ? Pouvez-vous traduire ? Merci…

    • RGPD? c’est à dire ? Merci…

    • RGPD ? c’est quoi ?

    • @Salma Hayek – le six
      Bonsoir,
      « Concernant le % des dépenses de l’Etat,.. »
      L’Etat n’a pas à dépenser quoique ce soit pour du « social ». Son seul domaine de dépenses réside dans la Police, l’Armée, et la diplomatie. Tout le reste est hors (de son) sujet. Or, son domaine de dépense originel et légitime ne représente que 20% de tout ce que l’Etat Français claque.
      Concernant le nombre que vous trouvez pour la France en dépenses par habitant, 10.500€, qui correspondent à 56% de ce que cet habitant aura gagné, cela veut dire que l’Etat lui aura laissé 8250€ sur 18750 au total, soit 44%. (à peine plus que les 18255€ annuels du S.M.I.C).

      « Je me méfie des %, mais ça impressionne le citoyen lambda. La comm’, c’est important. »
      En 2018, le P.I.B de la France est de 2282,8 milliards d’euros. Donc en dépenses publiques : 1278,368 Mds€. (1.278.368.000.000€). Restent aux habitants 1004,432Mds€. Sachant qu’en fait, le P.I.B n’est que de : 1072,916Mds€. (Le P.I.B national comprenant les dépenses publiques… pour faire plus riche).
      Pour rappel, l’année dernière, les prélèvements ont dépassé les 1000Mds€.

      • oups erreur.
        « Restent aux habitants 1004,432Mds€. » Non mauvaise rédaction et mauvais calcul de ma part qui induit une erreur.
        1278.368Mds €de dépenses publiques.
        1209,884Mds de prélèvements dont (1027,26Mds€ obligatoires)
        Pour un P.I.B effectif de 1072,916Mds€.
        Il reste aux habitants : -251,108Mds€, soit par habitant : -3747,88€ pour la seule année passée. L’habitant (retraité, actif, chômeur, étudiant, lycéen, collégien, écolier, nouveau-né) a une dette totale qui dépasse 30.000€ quand on se préoccupe de l’ardoise abyssale nationale.

        • N’utilisez pas l’indicatif pour parler de ce que devraient être, selon vous, les dépenses de l’Etat. Votre conception de l’Etat n’est pas d’application, nul part dans le monde, alors parlons de choses comparables, actuelles et factuelles.

          Votre calcul de dire que les 10.500 euro sont les 56% de ce qu’il aura gagné et que l’Etat aura laissé 8250 euro blabla. Toujours pas compris le lien, le rapport, la construction, la pertinence de ce calcul. Merci de ne pas faire de numérologie.

          Pour les calculs sur le PIB, je suis perdu : 2282 milliars – 1278 milliards, il devrait rester 1004 en effet. Je n’ai pas saisi la correction.

          Le PIB national ne comprend pas les dépenses publiques pour faire plus riche, mais suit une logique comptable qui se retrouve partout dans le monde pour comparer des choses comparables.

          Et comme j’ai été perdu avant, je ne suis totalement largué sur la fin. Quelle idée aussi d’utiliser des décimales… ça ne favorise pas la lisibilité.

    • Quand on est adulte, nul besoin de RGPD. Avez-vous demandé la permission à vos parents puisque vous avez – de 18 ans?
      Mon navigateur bloque tout si je veux. En théorie, je pourrais même rémunérer le site s’il acceptait certaines conditions. Mais voilà, c’estrophorrible…

  • Pas de socialisme du tout. C »est un système politique qui n’aurait jamais du voir le jour. Et……….Vive la « Liberté ».!!!

  • Si vous ne pouvez pas choisir entre 34 listes, il serait urgent d’en présenter une au lieu de se lamenter.
    Le libéralisme, ce n’est pas un anarchisme de droite qui conteste le principe démocratique mais une défense réaliste de la liberté, ici et maintenant.
    Agissez ! Ne pleurez pas !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Christopher Paige. Un article du Mises Institute

Un cliché typique dans les milieux socialistes est que les pauvres et les opprimés refusent de voter pour leurs intérêts économiques. Voir, par exemple, l'ouvrage de Thomas Frank What's the Matter with Kansas ? How Conservatives Won the Heart of America.

Cette théorie est utilisée pour justifier divers stratagèmes antidémocratiques visant à "protéger" les personnes vulnérables contre elles-mêmes. Si, après tout, les pauvres ne votent pas dans leurs intérêts, alors pour... Poursuivre la lecture

Par Robert Guiscard.

Le Club de l'économie du Monde se propose de faire débattre décideurs et "experts" sur les grandes mutations économiques. Quels traits constitutifs se dégagent de leur Cité idéale ?

Trois aspects semblent se dessiner : la souveraineté européenne et numérique, la transition écologique et enfin des conceptions économiques originales sur la dette, l’inflation ou la dépense publique que je regroupe sous le terme de nouveaux économistes.

Malheurs de la souveraineté : l'autarcie et la citadelle assiégée

Sur... Poursuivre la lecture

La gauche politique comporte une constante : pour séduire, elle doit quitter la réalité et faire rêver. On le voit à nouveau avec la réussite politicienne d’un ancien socialiste : Jean-Luc Mélenchon. Ministre de Lionel Jospin de 2000 à 2002, il quitte ensuite la social-démocratie pour la radicalité politique. Concurrent du Parti socialiste dans une gauche de plus en plus divisée, il n’aura de cesse de critiquer cette gauche, surtout lorsqu’elle sera au pouvoir de 2012 à 2017.

Avec 21,95 % des suffrages exprimés à la présidentielle 2022... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles