Un premier mai pour rien ?

Le premier mai 2019 fut un véritable bourbier idéologique de gauche. Qui ne sera pas perdu pour tout le monde...
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un premier mai pour rien ?

Publié le 3 mai 2019
- A +

Par h16.

Comme d’habitude en France, ce mois de mai commence avec l’odeur caractéristique et délicate du muguet, tabassée par celle des merguez, des lacrymogènes et des pneus qui brûlent. C’est aussi ça, la République française : un mélange en proportions égales de noir, de jaune et de rouge…

Le noir des Black blocs, le jaune des Gilets et le rouge des syndicalistes, ce joli drapeau belge des forces en présence se sera-t-il traduit par une belle « convergence des luttes » comme on l’entend régulièrement dans les fantasmes humides des gauchistes ?

À vrai dire et pour l’exprimer gentiment : pas vraiment.

Il n’y a en fait rien eu de commun entre les trois groupes qui, s’ils se réclament tous d’une façon ou d’une autre, à demi-mots, par action ou par omission, d’une gauche plus ou moins extrême et en tout cas franchement anticapitaliste, n’ont apparemment rien eu à se dire lors des défilés. Et les vagues reportages montrant l’un ou l’autre Gilet jaune embrassant son « frère » syndicaliste dans un cortège n’étaient qu’une simple mise en exergue d’un phénomène qui ne s’est pas franchement reproduit pour le reste de la masse des groupes en présence.

On peut surtout retenir l’agaçant mais très réel bordel incompréhensible qui a régné dans la capitale (et dans les villes de province, dans une moindre mesure). Au final, le discours des syndicats fut inaudible, pendant que celui des Gilets jaunes, essentiellement désarticulé, se sera fondu aux meuglements pas trop fins des Black blocs lorsqu’ils cassent.

Bref, on a surtout entendu beaucoup de cris sans thème (ceux qu’on offre pour les deuils — hasard ? je ne crois pas !). Comme prévu, on a pu voir quelques Jaunes récupérés par quelques Rouges, et quelques-uns défilant à peu près en même temps que les autres et c’est tout. Au final, la police a chargé essentiellement tout le monde poussant même à l’exfiltration du syndicaliste Ramirez pardon Martinez.

En somme, après une petite trentaine de semaines (!) de manifestations (parfois très violentes), les Gilets jaunes sont toujours là. Leurs revendications initiales (qui étaient, je le rappelle, une baisse des taxes et des impôts) sont complètement passées au second plan au profit de gadgets typiques de l’extrême-gauche (sur le mode « il faut taxer les riches »), avec en point de mire le sort funeste qu’on peut imaginer au pays qui s’obstinera dans cette voie.

Apparemment, le Grand débat, passé par là, a habilement dégonflé toute crédibilité au mouvement initial, et rendu les agitateurs restants plus embarrassants que pertinents.

Quant aux syndicats, ils ont essentiellement défilé en ordre dispersé (et pas seulement à cause des lacrymogènes), voire pas défilé du tout ; la FSU, la Fédération des syndicats de fonctionnaires, a abandonné la manifestation tandis que FO restait fort discret et que la CFDT n’était même pas présente… Le tout pour ne représenter au mieux, que 200 000 manifestants dans la France entière. Si c’est un score notable, il l’est par sa médiocrité.

A-t-on assisté à un premier mai pour rien ?

Pas tout à fait, voyons !

En effet, parallèlement aux manifestations, les exactions de certains de ces agitateurs (jaunes, rouges ou noirs) ont encore provoqué des débordements, des déprédations et, accessoirement, le début d’une petite polémique médiatique : y a-t-il eu invasion de la Pitié-Salpêtrière, oui ou non ?

Pour certains (comme Christophe C. ou Agnès B.), des hordes barbaresques ont envahi l’hôpital pour y semer le chaos et la désolation dans une véritable attaque. Pour d’autres, les manifestants ne se trouvaient dans l’enceinte de l’hôpital que parce qu’ils avaient été repoussés par une charge un peu trop vive de CRS. Le gouvernement, lui, n’y a vu que la horde prête à tout détruire, donnant immédiatement le « la » aux radios et organes de presse du pays dont certains ont rapidement abandonné toute velléité d’indépendance et de prise de recul…

Ceci donne lieu à de croustillants articles sur FranceInfo dont l’exégèse par Libération donne un assez bon aperçu du niveau de pignouferie de presse auquel sont confrontés les Français de façon maintenant routinière, coincés entre différents types de pure propagande ou de choix de photos gentiment orientés.

Pignouferies de presse

Il n’en demeure pas moins que ces débordements auront été l’occasion, comme précédemment, de multiples dommages matériels. Et là, c’est la réjouissance chez certains : toute cette casse, tous ces dommages, c’est autant de vitrines à refaire, d’abribus à reconstruire, de nouvelle voiture à fournir pour ces propriétaires lésés, pardi !

Youpi ! Que Paul Krugman et tous les keynésiens se trémoussent ensemble ! Voilà une économie qui, à force de vitres cassées, va forcément repartir du tonnerre de Brest ! Et s’il est parfois dommage de constater qu’il faille quelque peu amoindrir la transparence de ces vitres ou la roulabilité de certains véhicules pour obtenir des choses du pouvoir, force est de constater que nos jolies troupes multicolores sont finalement parvenues au fil des manifestations à tout obtenir de l’État qui, lui, ne l’a jamais obtenu qu’en ponctionnant tout le monde.

Ainsi, les Rouges, de revendications en grèves et de grèves en exactions diverses, ont obtenu ce climat salarial délétère si spécifique à la France avec son Code du travail gigantesque, tentaculaire et paralysant, ses charges sociales délirantes et son industrie mourante. Sans aucun doute, un vrai plus pour l’économie française !

Les Jaunes, de semaine en semaine, ont fini grâce à une violence « savamment dosée », à obtenir du chef de l’État qu’il ouvre sa hotte à malice, pleine de bricolages sociétaux, de cadeaux fiscaux et de taxations rigolotes dont la facture globale, déjà estimée à 17 milliards d’euros, sera évidemment dépassée avec brio. Là encore, on subodore un vrai boost pour l’économie française !

Quant aux Noirs, trop souvent impunis, trop facilement écoutés et tendrement relayés par une presse qui a bien du mal à cacher ses penchants idéologiques anti-capitalistes parfaitement raccord avec eux, ils ont maintenant l’assurance qu’ils seront aux premières loges de ces inévitables mouvements séditieux qui ne manqueront pas d’arriver lorsque les robinets à redistribution commenceront à se tarir (ce qui pourrait arriver plus tôt que prévu, le niveau général d’exaspération de ceux qui payent atteignant bientôt celui des prélèvements obligatoires).

Oui, à bien y réfléchir, ce premier mai ne fut pas un fiasco pour tous. Et pour le pays, il confirme le diagnostic déjà posé : il est foutu.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • vu ce matin… 58% de français sondés estiment qu’il ne faut pas réduire le nombre de fonctionnaires, voire augmenter les effectifs. Tout au plus concède-t-on qu’il faut les faire bosser 35h comme tout le monde.
    Si le sondage n’est pas manipulé, il ne nous reste qu’à fuir, pour ceux qui le peuvent, et laisser notre pays crever.

    • Ben sachant déjà qu’ 1 salarié sur 4 est fonctionnaire, qu’une grosse partie du reste de la population vie uniquement grâce à l’Etat et que 30% de l’ensemble des revenus des français sont liées aux aides, le sondage ne me semble pas incohérent.

      • J’ajoute que la moitié des bacheliers rêvent de devenir fonctionnaires.
        Mais, comme l’argent des autres commence déjà à manquer, ce rêve humide ne va plus durer très longtemps.

        • Ie problème du parasite c’est de maintenir son hôte en vie… La on est déjà en coma dépassé.. Donc ils vont crever avec la bête

    • Déjà, en travaillant effectivement 35h, l’efficacité devrait croître, et le besoin d’en embaucher d’autres se ferait moins virulente…

    • Et ces 58% des Français paient quelle proportion de l’impôt en France ? En déduisant ce qu’ils reçoivent en aides diverse, bien sûr.

    • Il suffirait d’expliquer aux Français que mouns de fonctionnaires n’équivaut pas à moins d’infirmières ou de policiers. Ce que les médias ne feront pas…

  • Nous ne valons pas mieux que le Venezuela.
    J’en appelle donc au Ragnarok, que tout se casse la gueule dans le chaos, pour que les Hommes de bon sens puissent reconstruire.

    • En France, ce n’est jamais les hommes des bon sens qui reconstruiront le pays.
      Les citoyens sont bien plus réceptif à la belle vie payée avec l’argent des autres plutôt qu’à des messages sérieux d’une vie prospère mais plus dure par le travail et la sueur.

  • Tout va bien en france , plus personne ne defile dans la rue meme le premier mai….les syndicalistes doivent engranger dans leurs caisses de toutes les couleurs des montagnes d’or.

  • J’en viens a souhaiter qu’après la chine, Trump s’attaque à l’Europe.
    Une attaque financière provoquant un hausse par 2 ou 3 des taux d’interet, qui mette l’état français à genoux et le force à dégraisser de 30%

  • « Apparemment, le Grand débat, passé par là, a habilement dégonflé toute crédibilité au mouvement initial, et rendu les agitateurs restants plus embarrassants que pertinents. »

    Macron n’a pas « voulu entendre » les GJ. Il a tellement bien oeuvré qu’il ne « peut plus entendre » les GJ. Mais ils sont toujours la : résultat nul. 5 mois pour rien, 5 ans de perdus.

    Merci Macron, merci Macron !
    Quel plaisir de travailler pour vous,
    On est heureux comme des fous.
    Merci Macron ! Merci Macron !
    Ce que vous faites ici-bas,
    Un jour Dieu vous le rendra …

  • Pendant ce temps aux USA, la tres tres mechante politique de l’encore plus mechant Donald Trump fait vraiment beaucoup de victimes: emploi en hausse (plus que prevu), taux de chomage au niveau le plus bas depuis… 49 ans et augmentation des salaires qui se maintient a 2x l’inflation… Mais aucun de ces collectivistes ne va ravaler son petit ego pourri et une fois admettre qu’une politique conservatrice, ou on mets le gouvernement le plus possible hors du chemin des menages et entreprises peut avoir un effet plus que positif. Je vis aux US, aucune chance de rentrer en Belgique (sauf si Bernie Sanders et Occasio Cortez continuent a progresser et arrive a une position de pouvoir ou ils peuvent VRAIMENT faire des degats)

    • puisque vous êtes sur place, je comprends que les chiffres annoncés peuvent ếtre vérifiés ?

      • Comme vous vous en doutez les agences gouvernementales sont peuplées de fonctionnaires, presque tous démocrates!

    • La baisse des impôts et la suppression d’une foule de règlements obamesques ont produit les mêmes résultats dans les autres pays qui l’ont fait, l’économie et l’emploi repartent. Les démocrates avaient stérilisé l’économie.

  • Pour ma part, je considère que le grand débat n’a rien dégonflé et surtout pas l’aveuglement de M. Macron!

  • pour l’année prochaine,grâce a nos zamis policier s et non moins gastronome,je propose,le lmd,lanceur de merguez de défense…arromatisée sauce piquante,comme seul eux connaissent la recette ?mais moins dangereux que la bastos en plastique,ou le lancer de gli f4 a la chipolata,prenez une grenade ,6 saucisses,un collier serflex pour serrer fort le tout,degouipillez,lancer en l’air,c’est pret,degustez
    ,si vous avez encore faim,et si il vous reste des dents bien sur…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

Par Claude Goudron.

En pleine crise sanitaire et économique, après une année 2020 terrible dont les conséquences sur l’emploi se profilent dans les prochains mois, une mobilisation de tous les Français est indispensable… Pendant ce temps-là, la CGT lance plusieurs préavis de grève.

Un syndicalisme politisé

Il y a longtemps que le syndicalisme français n’a plus comme priorité la défense des intérêts des salariés mais celle de sa propre organisation.

Si ce n’est pas encore devenu un parti politique le Syndicat français, da... Poursuivre la lecture

Par Pierre Robert.

En 1957, alors que sévissait l’inflation, Guy Mollet, président du Conseil, prétendait l’éradiquer en bloquant les prix. La droite qui s’opposait à cette politique de gribouille fut alors qualifiée de « droite la plus bête du monde » par un chef du gouvernement manifestement ignorant des réalités économiques les plus élémentaires : on ne fait pas baisser la température (la hausse des coûts) en cassant le thermomètre (l’indice des prix).

Un scénario du même type se rejoue aujourd’hui. La CGT, la FSU et d’autres... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles