Jeux vidéos, blockbusters : les geeks nostalgiques d’une époque plus libre

On est nostalgiques de notre liberté de créer et voir autre chose que les fades et ennuyeux blockbusters.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Jeux vidéos, blockbusters : les geeks nostalgiques d’une époque plus libre

Publié le 19 avril 2019
- A +

Par Dern.

Nous sommes en 2019, ainsi qu’aiment à nous le rappeler les partisans du Camp du Bien à longueur de journée en guise d’argument. En 2019, nous sommes censés manger intégralement bio, nous chauffer à la bouse de vache et genrer correctement nos animaux de compagnie.

Nous sommes en 2019, ou le sommes-nous vraiment ? Quand on regarde les sorties cinéma ou de jeu vidéo, on vient à douter de cette assertion.

On prend les mêmes et on recommence

Il est vrai que les dernières sorties cinéma nous autorisent une latitude de doute respectable : Ce que veulent les hommes, Le Roi Lion, Dumbo, Aladdin, Highlander, Men in Black, La Famille Addams, Les Maîtres de l’Univers, Charlie’s Angels, Terminator

Tout semble être un reboot (remise à zéro d’une licence), remake (remise au goût du jour sur une histoire identique), sequel (suite) ou prequel (préquelle) d’une licence que nous avions chérie durant notre enfance ou notre adolescence, dans les années 70, 80 ou 90 pour les plus jeunes d’entre nous.

Les studios reprennent leurs propres licences et les font passer à la moulinette de la modernité : on rajoute un peu de femmes fortes et indépendantes, un peu de minorités, une dose de préoccupation environnementale, et des effets spéciaux bien lourds pour arranger le tout, et nous soulager des 15 deniers réglementaires.

Disney devance tous les autre studios, et de loin : après Cendrillon et Le Livre de la Jungle, ils se sont attaqués à La Belle et la Bête puis maintenant à Aladdin et Dumbo.

Après tout, ce qui a fait leur succès à l’époque devrait encore fonctionner, forcément.

Aurions-nous plongé avec délice dans un temps où la cathédrale Notre- Dame était encore intacte, les téléphones étaient de simples tam-tams et les cafés à moins de quatre francs à Paris intra-muros ?

C’est faux, reviens Marlène, je t’aime !

La maison la plus prolixe en la matière reste sans doute Disney. Après le Cendrillon de 2017 puis La Belle et la Bête de 2018, on passe la vitesse supérieure : trois nouvelles licences se prennent un coup de jeune (et nous un coup de vieux) avec un petit lifting tout en CGI.

Comment se fait-il qu’une maison aussi créative que Disney puisse en venir à faire les fonds de tiroir pour nous produire leur blockbuster d’été et film de Noël, tels des galériens de 1ère à la bourre sur leur rédac de français ?

L’évolution de la technique

Tout d’abord, on soulignera le très grand attrait des nouvelles technologies mises à disposition des créateurs. Là où l’informatique perçait à peine pour la première sortie du Roi Lion, la CGI (les images de synthèse) a progressé plus vite qu’un salaire de député. Les dernières images du Roi Lion prévues pour juillet prochain frisent la précision et le réalisme visuel d’un documentaire animalier.

Simba, toujours complètement motivé par le projet

 

Pour un public de plus en plus exigeant sur ses doses de spectacle, on peut espérer un renouveau dans l’engouement, et des ventes de produits dérivés à la clef.

En revanche, sur le plan des nouveautés, on attend encore la perle rare.

Une question de budget

On pourrait se dire qu’il s’agit d’une question purement économique : après tout, quand on lâche le PIB du Liechtenstein pour une licence comme l’a fait Disney en acquérant Star Wars, on se refuse à verser dans la possibilité d’un échec. Pour éviter les échecs, on prend les mêmes, et on recommence.

On ne peut pas trop leur en vouloir de nous refourguer inlassablement la même compote. Les industriels de l’entertainement ont compris le filon : les geeks achètent, achètent beaucoup, et en se réappropriant l’œuvre, créent eux-mêmes le buzz qui fera vendre encore plus de figurines à vingt dollars les deux.

Autant ne pas se priver maintenant que les petits collectionneurs de l’époque ont acquis le pouvoir d’achat et des enfants à convertir !

Coôôoot

On peut aussi penser plus malicieusement que certaines licences approchent de leur date d’expiration, et que les droits d’auteur seront bientôt dans le domaine public. Avec un petit remake, on maintient les poules dans un bon enclos, et les œufs d’or sagement dans le bon coffre-fort.

On peut aussi corriger les erreurs de tirs, comme par exemple grâce au reboot de Dune, échec en 1982 du nullissime film de David Lynch.

Mais le facteur économique, côté investissement comme côté retombées, ne suffit pas à expliquer cette mode, qui semble prendre davantage d’ampleur d’année en année.

Les mondes du cinéma asiatique nous le rappellent à grands renforts de recettes et d’exportations. Les budgets engagés sont légèrement moins faramineux, mais les moyens mis en œuvre sont tout autant avant-gardistes, et cela ne les prévient pas de l’échec. On pensera à l’excellence Detective Dee, sorti l’été 2018, vrai blockbuster du genre avec ses méchants, ses gentils, ses enquêtes et ses explosions.

La vivacité et la créativité du cinéma asiatique minorent la thèse de l’explication purement économique. Alors, keske ?

Nostalgiques de liberté

Une bonne partie du succès de la série Stranger Things, outre que le scénario est excessivement bien ficelé, est qu’elle se déroule dans les années 80 : les objets, la manière de filmer à la Spielberg de ses (plus) jeunes années, les références des enfants… Je ne vous parle pas des bananes, des épaulettes ou des coupes de cheveux à la créativité très enlevée, mais bien du climat qui régnait durant cette période.

On peut fumer dans les baaaars !!!

À cette époque, les nouveaux puritains du Camp du Bien n’avaient pas réussi à tout passer sous leur contrôle, et le champ artistique permettait encore aux scénaristes et aux créateurs de se ménager des espaces de liberté.

De nos jours, faire la moindre œuvre, la moindre création, la moindre blague même, est devenu plus aléatoire et dangereux que prendre la ligne 13 un vendredi soir à 18 h : Bear Grylls a déjà tenté, et il a renoncé.

C’était pas ma blague… #RamboGrylls
By: Land Rover MENACC BY 2.0

C’était pas ma blague… #RamboGrylls

La terreur instaurée par la Team Progrès lie les mains et le cerveau de nos créateurs.

Il y a beaucoup de choses que l’on ne pourrait plus dire ou faire, et la récente polémique sur les films de Louis de Funès à la cinémathèque nous le confirme. Ce qu’elle nous confirme aussi, c’est l’aura de l’ancienneté : les films déjà faits et aimés du public bénéficient du totem d’immunité, d’un genre de passe-droit magique qui ouvre les portes de Télérama et les sourires de la Team Progrès.

On est nostalgiques de notre liberté de créer et voir autre chose que les fades et ennuyeux blockbusters.

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Corriger les erreurs de tir de David Lynch, bonne idée. Mais ce n’est pas gagné, pas gagné du tout. Surtout quand on pense au thème du Jihad dans le livre ou au Messie masculin attendu par une secte de sorcières. Si le politiquement correct s’en mêle, le résultat risque d’être curieux.

  • c’est un thème souvent entendu : on était plus libre dans les années 80 ou 90 qu’aujourd’hui.
    Peut être, et pourtant rappelez vous les menaces de mort reçues par Coluche pour quelques sketchs sur la police, pas bien méchants par rapport à ce qui est fait et dit aujourd’hui.

    Rappelez-vous Gainsbourg, empêché et menacé par des militaires pour avoir repris la Marseillaise en version reggae…

    Je ne suis pas sur que cette époque était aussi bénie que ce dont les quadra/quinqua nostalgiques que nous sommes se souviennent.

    En revanche, je reste nostalgique des vrais dessins animés, faits à la main. Les films en image de synthèse sont de plus en plus beau et techniquement impressionant, mais il leur manque toujours une petite touche de poésie, je trouve.

    • Oui, mais Coluche ou Gainsbourg l’avaient fait, au départ. Maintenant, il me semble que l’auto-censure est telle que leurs successeurs se contentent de reprendre ce qui n’avait pas soulevé de vagues, et surtout de ne rien imaginer qui sorte de l’ordinaire et du tranquille accepté. Pas de héros qui ferait de l’ombre aux femmes et minorités sans genre, tout politiquement correct, etc. Les auteurs, c’est pareil, vous imaginez Hugo aujourd’hui ?

  • Il y a quelque chose de vrai dans le fait qu’on marche sur des oeufs pour toute oeuvre aujourd’hui, mais la plupart du temps, il s’agit d’autocensure, voire des créateurs eux mêmes persuadés du bien fondé de la « morale moderne » qu’il doivent suivre.
    C’est donc à eux de sortir de leurs propres errements et de se remettre à créer librement, quitte à s’attirer les foudres des nouvelles ligues de la vertu sur twitter&co.

  • il y avait bien plus de libertés auparavant..et tout était à faire question technique, l’évolution se faisait tranquillement..mais l’esprits des créateurs restait plus libre..je suis fan de vieux cinéma et de jeux vidéos. auparavant tout était basé sur le scénario, l’histoire et tout gravitait autour de ça et venait s’y coller naturellement,donc l’intérêt du spectateur/client était pur et bien plus attirant, maintenant tout est basé sur le fric et les effets spéciaux/visuel, tout le reste vient s’y greffer mais le scénario et l’histoire sont secondaires , forcément les gens s’y intéressent moins ou y trouvent moins de plaisir.

  • L’illustration « Roi lion » est particulièrement explicite. Le cartoon est ultra-expressif, tandis que la copie de réalité moderne n’évoque absolument rien…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre est de nouveau d'actualité, une guerre filmée par une multitude de téléphones. Il est tentant dans ces circonstances de revenir sur les films de guerre évoquant celles du passé.

Et puis, la mode est au classement. Le Top 5, 10, 15, 20 des meilleurs films… ensuite vous complétez par genre, pays, cinéastes etc.

Peut-on établir un Top 5 du film de guerre ? Très certainement, rien de plus facile pour ceux qui aiment les classements.

Mais les gens comme moi ont tendance à tout compliquer. Je me demande d'abord : le T... Poursuivre la lecture

jeux videos cadeaux
1
Sauvegarder cet article

Les gamers, faites attention. La gauche radicale va s'occuper de vous.

Un nouveau rapport d'Axios dénonce :

« Les extrémistes de droite sont de plus en plus présents dans les jeux vidéo [...]  la faible modération du contenu et la politique de l'autruche entravent l'évaluation et la lutte contre le problème. »

Axios a cité un rapport de 2019 du notoirement partisan Anti-Defamation League, ou ADL, comme preuve que les abus et l'extrémisme sont endémiques dans les jeux.

Le rapport de l'ADL affirme :

« 53 % des... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Kurt Loder. Un article de Reason

Attention potentiels spoilers

 

Il n'y a pas beaucoup de surprises dans Les Animaux Fantastiques : Les Secrets de Dumbledore. Même la reconnaissance tant attendue du fait qu'Albus Dumbledore (Jude Law), le futur directeur de Poudlard, a eu une liaison homosexuelle avec le futur fasciste Gellert Grindelwald (Mads Mikkelsen, qui remplace Johnny Depp) n'est guère inattendue.

Les secrets de Dumbledore pas si secret

En 2007, la créatrice de Potterworld, J.K. Rowling, avait déjà... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles