« Le procès du cochon » d’Oscar Coop-Phane

Le roman d’un fait oublié de l’Histoire : le procès des animaux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Le procès du cochon » d’Oscar Coop-Phane

Publié le 16 avril 2019
- A +

Par Johan Rivalland.

J’en avais déjà entendu parler, mais l’avais un peu oublié : du XIIe ou XIIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, les chrétiens étaient persuadés que les animaux avaient une âme. Aussi, lorsque ceux-ci se rendaient coupables d’un acte jugé répréhensible, a fortiori lorsqu’il y avait mort d’homme, se trouvaient-ils traînés devant la Justice. Un authentique procès avait lieu, avec ses témoins, enquêteurs et même avocats.

Voilà qui paraît totalement incroyable, vu d’aujourd’hui. Et pourtant – et c’est ce qui a particulièrement interpellé l’auteur, Oscar Coop-Phane – c’est que cela s’est donc étendu jusqu’au siècle des Lumières. Ce qui semble absolument stupéfiant.

Un procès en bonne et due forme

Le récit nous amène donc dans cette situation imaginaire où l’on se met dans un premier temps dans la peau d’un cochon. Celui-ci vaque librement entre village et forêt, jusqu’à ce que, tiraillé par la faim, il s’approche du berceau d’un bébé dans un jardin… Je vous laisse imaginer la terrible suite.

Aussitôt, les hommes en furie partent à la recherche du coupable. Le cochon est identifié, vilipendé, accusé d’infanticide. Peu s’en faut pour qu’il se trouve lynché par la foule.

Un procès a lieu. Assez ridicule et décalé, comme on peut l’imaginer sous la plume habile de l’auteur, qui nous relate aussi les préparatifs.

Et puis vient la condamnation, la mise en scène de la mise à mort, de l’exécution du coupable. Le tout sous la plume acerbe et sarcastique d’Oscar Coop-Phane, qui dresse au passage un réquisitoire sans concession des mauvais instincts populaires, de la foule peu subtile et elle-même animale (avec cependant un peu trop de mépris, à mon avis, même si l’on connait les mauvais instincts réels de certains).

Un roman dont le thème est intéressant et le rappel historique bienvenu. Un peu court sans doute, en revanche. Mais une évocation utile, qui nous rappelle à la fois un épisode méconnu de notre histoire, tout en nous interrogeant sur le caractère parfois étonnant de l’âme animale humaine.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Je me suis souvent demandé si ces procès d’animaux n’étaient pas de bonnes grosses fraudes. Le propriétaire d’un animal ayant commis l’irréparable soudoie le juge ami pour que l’on juge son animal et qu’on l’épargne. Ça me semble plus vraisemblable.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Pinocchio
1
Sauvegarder cet article

Quiconque s’intéresse au conflit en cours est fondé à conclure que la Russie ment. Et elle ne ment pas beaucoup, comme on pourrait s’y attendre de la part d’un pays en guerre, ni énormément, comme s’y emploient en général les tyrannies, mais tout le temps. Depuis neuf mois, a-t-on entendu le Kremlin énoncer une seule vérité claire et nette ? Jamais. Moscou émet un flot ininterrompu de trucages, de désinformation et de contre-vérités, au point qu’elle semble incapable de reconnaître que deux et deux font quatre. Et c’est le cas. Un phénomène q... Poursuivre la lecture

Le 10 novembre 2022, le Parlement européen a voté une résolution sur les jeux vidéo et l’esport. Si celui-ci reconnaît le rôle positif de cette industrie et de ce loisir, certains éléments montrent une volonté d’utiliser ce secteur comme un outil d’influence politique et culturelle.

On ne peut pas nier que les jeux vidéo ont désormais une influence dans la culture. Ce que propose le Parlement existe donc déjà sans interventionnisme, lequel peut être rapidement à double tranchant.

 

Que contient la résolution ?

Certai... Poursuivre la lecture

Gaspard Koenig.
2
Sauvegarder cet article

Gaspard Koenig a publié un nouvel essai politique : Contr’un, pour en finir avec l’élection présidentielle en France.

Son ouvrage est un récit de campagne, un réquisitoire libéral contre l’élection présidentielle au suffrage universel direct, ainsi qu’un livre de propositions de réformes en faveur d’une conception parlementariste de la vie politique française.

 

La campagne présidentielle en France : exigence d’omniprésence, d’omniscience, d’omnipotence

Il fait d’abord le récit critique de la campagne présidentielle ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles