« Les naufragés de la salle d’attente » de Tom Noti

Un huis clos agréable et distrayant, idéal pour se détendre.

Par Johan Rivalland.

Ce roman en forme de huis clos est à la fois captivant, facile à lire et agréable pour passer de bons moments de lecture tout en détente.

François, Hervé, Gabriela sont trois personnages aux personnalités très différentes, que nous allons apprendre à découvrir.

Ils ne se connaissent pas encore lorsqu’ils vont se retrouver enfermés malgré eux dans la salle d’attente d’un psychologue grenoblois, à la suite d’un terrible accident de tramway qui a plongé tout le quartier dans l’obscurité et rendue inopérante l’ouverture du cabinet, moderne et automatisée, s’ouvrant donc par l’intermédiaire du courant électrique.

Cocasseries et grandes tensions

Or, étonnamment, le psychologue n’est pas là, pas plus que sa femme, qui officie également dans les mêmes locaux. Ce qui renforce l’atmosphère particulière et quelque peu stressante des lieux, dans ces circonstances peu banales. D’autant qu’il leur semble bien qu’un autre individu se trouve apparemment présent dans l’une des pièces, mystérieusement enfermé et silencieux. Ce qui ne manque pas d’ajouter à leur angoisse.

Comment ces trois personnages vont-ils réagir à la situation, qui va de fait s’éterniser ? Quels liens ou méfiances vont-ils tisser ou éprouver les uns à l’égard des autres, chacun se demandant au sujet de l’autre ce qui l’amène à se trouver dans la salle d’attente d’un psychologue et s’il est fou.

Tous les ingrédients sont réunis pour nous faire passer quelques heures de lecture plaisantes, où vont alterner scènes cocasses, instants dramatiques, méfiances réciproques, confessions intimes et tensions exacerbées. Un vrai plaisir.

Juste une petite réserve pour le dernier quart du livre, qui amorce une rupture avec ce qui précède et abandonne la relative légèreté et drôlerie de la situation pour s’enfoncer un peu trop à mon goût dans le mélodrame. Mais on oublie volontiers cette faiblesse relative pour rester sur la très bonne impression précédente et conseiller sans autre réserve cette lecture bien sympathique.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.