Saluons le retour de la francophonie !

Tour Eiffel By: edwin.11 - CC BY 2.0

Dans notre monde, le multilinguisme est nécessaire, et, comme l’a déclaré Emmanuel Macron, la francophonie se veut plurilingue.

Par Yves Montenay.

La semaine de la francophonie est l’occasion de faire le point de la situation du français dans le monde. Ses points forts et ses points faibles sont exposés par la grande presse qui les puise directement dans le dernier rapport de l’OIF.

Rappelons-les brièvement, avant de passer à la question : pourquoi la francophonie ?

Que pèse la francophonie ?

Depuis des décennies, les sources internationales réputées sérieuses donnaient autour de 80 millions de francophones de langue maternelle. Ce chiffre correspondait à la population des francophones du Nord, à savoir, en gros, la France, la Wallonie et Bruxelles, la Romandie (Suisse française), le Québec et en soustrayant les immigrés puisqu’ils ne sont pas de langue maternelle française ! Évidemment cela persuadait les Français que leur langue ne pesait pas lourd dans le monde. Il n’y avait notamment pas un mot sur les Africains de langue française, par ignorance ou par sentiment que le français ayant été une langue coloniale était destiné à disparaître des pays du Sud.

L’analyse a évolué depuis, notamment grâce à des universitaires québécois1, et l’on évoque maintenant les 300 millions de personnes utilisant quotidiennement le français, voire les 500 millions du monde francophone, c’est-à-dire des pays où l’on peut travailler et vivre en français, même si une partie de la population ne le parle pas ou occasionnellement seulement. Et il faudrait y ajouter le nombre impossible à connaître des étrangers à ces pays qui ont appris le français pour des raisons culturelles ou professionnelles. Notre langue est la deuxième apprise dans le monde, après l’anglais mais avant les autres grandes langues (mandarin, russe, espagnol, arabe…) qui sont peu apprises en dehors de leurs aires maternelles.

De plus ces chiffres pourraient augmenter d’une centaine de millions tous les 10 ans par l’effet mécanique de la scolarisation et de la démographie africaine.

Nous avons parlé des points forts, pas toujours connus. Mais il ne faut pas oublier les points faibles qui sont le recul dans les institutions internationales comme l’ONU ou la Commission Européenne, ou les menaces sur la scolarisation en français en Afrique à l’occasion des conflits (les islamistes se livrent à une chasse aux enseignants de français au Sahel), voire d’une fantaisie gouvernementale, comme cela a été le cas au Rwanda et a failli l’être dans la République démocratique du Congo et Madagascar.

Malheureusement, beaucoup de Français s’intéressent très peu à ces questions, et préfèrent suivre les progrès de leur progéniture en anglais en pensant à une future carrière internationale. Certes il est excellent de parler plusieurs langues, mais cette attitude passe trop souvent par un mépris de la francophonie et par des doutes sur son utilité.

D’où ma deuxième question : pourquoi la francophonie ?

Cette question a plusieurs aspects : la communication et la culture d’une part, la politique et l’économie d’autre part.

La communication et la culture

Un courant important en France et dans certains autres pays ne voit pas pourquoi le français serait plus intéressant ou meilleur qu’une autre langue. Ce courant estime que le monde va spontanément vers l’anglais et ne voit pas l’intérêt de s’y opposer. Dans certains métiers — une partie de la recherche scientifique ou de l’informatique par exemple —, l’usage de l’anglais est indispensable. Et le phénomène est amplifié par le snobisme : « Je parle anglais le plus souvent possible, y compris avec des francophones, pour montrer à quel point je suis moderne ». D’autres, plus concrets disent : « plusieurs langues, c’est compliqué, n’en gardons qu’une, ce sera plus simple ».

Ces discours sont assez éloignés de la réalité. D’abord pour une raison simple : ce qui est à gérer c’est le monde tel qu’il est aujourd’hui. Un monde où la grande majorité ne parle pas anglais, et où la minorité qui l’utilise n’en connaît souvent qu’une forme simplifiée et souvent incorrecte, qui ne permet pas de véritables échanges à part le simple renseignement : « le restaurant est-il à droite ou à gauche ? Il ouvre à quelle heure ? ». Certes, pour beaucoup de touristes, c’est déjà miraculeux ! Mais on ne peut pas baser le fonctionnement du monde là-dessus.

Allons plus loin : la langue sert certes à communiquer, mais pas seulement. Et déjà, communiquer ne se réduit pas à l’exemple ci-dessus. La communication demande souvent l’explication du contexte, lequel varie d’une culture à l’autre, que cette culture soit sociale, religieuse ou nationale.

Montons encore d’un cran, et prenons le mot culture non plus dans le sens courant actuel, qui est la manière de vivre ou de ressentir, mais dans le sens français traditionnel : culture littéraire, culture scientifique, culture générale. Les individus cultivés à ce sens-là du terme ne souhaitent pas voir leur culture disparaître et pensent, à raison à mon avis, qu’un rouleau compresseur est en marche.

Il ne s’agit pas seulement de l’anglais, l’enseignement français a par exemple enlevé à tous les non-spécialistes ce qu’avait produit la civilisation chrétienne et a rendu incompréhensible beaucoup de textes, de tableaux, de sculptures, de réflexion sur la vie.

Autre exemple, les langues anglaise et arabe auxquelles je me limiterai ici, sont certes chargées de culture, de poésie et de textes passionnants pour les érudits, mais nous arrivent sous une forme basique évoquant un « lavage de cerveau », matérialiste au mauvais sens du terme pour l’une, dogmatique pour l’autre.

Bref, pour un francophone, comme pour tout locuteur d’une « grande langue de civilisation », comme l’allemand, le russe, le mandarin, l’hindi et bien d’autres, il est légitime de se préoccuper de ce rouleau compresseur. D’où, dans notre cas, cultiver la francophonie, car ce sera moins difficile à 300 ou 500 millions qu’à 80 !

Mais il y a d’autres raisons auxquelles je suis sensible en tant qu’économiste et ancien chef d’entreprises internationales, alors que beaucoup de militants de la francophonie sont des littéraires et se limitent à cet argument culturel.

Nécessité du plurilinguisme économique et politique

Dans notre monde, le multilinguisme est nécessaire, et, comme l’a déclaré Emmanuel Macron, la francophonie se veut plurilingue. La pression des parents d’élèves français pour l’apprentissage de l’anglais en vue de l’émigration de leurs enfants ne devrait pas mener à ignorer le mouvement mondial francophone qui commence enfin à être remarqué en France.

Je parle maintenant de mon expérience d’entreprise où j’ai eu à gérer le problème de la langue de travail dans une optique de maximisation des ressources humaines. Je témoigne que dans l’entreprise aussi, on constate que la communication au sens étroit du terme n’est valable que pour des choses simples. L’aspect culturel est rapidement omniprésent. Même pour des problèmes concrets, il faut que l’un des interlocuteurs connaisse la culture de l’autre, tant sa culture nationale que d’entreprise, sinon on va au drame, comme l’ont montré des enquêtes sur le couple Renault-Nissan, et leurs échanges en anglais sans interprète : un retard de livraison est un problème technique à résoudre pour un Français, mais un déshonneur pour un Japonais. Passer par l’anglais n’enlève rien au malentendu.

De même, j’ai réussi aux États-Unis en passant par le Québec, sympathique interface linguistique et juridique, alors que mon gros concurrent échouait en débarquant directement lesté de toutes nos bizarreries françaises dans des villes purement anglophones. Or le niveau technique de ce concurrent était équivalent au nôtre et sa puissance financière incomparable.

Plus généralement il est beaucoup plus simple et beaucoup moins coûteux de créer une équipe francophone outre-mer (ou outre Sahara pour les Marocains) que dans un pays non francophone. Cela ne limite en rien l’expansion future, l’équipe du pays francophone ayant d’autres qualités : pour les Québécois, être considérés comme Américains en Amérique du Nord, pour les Marocains être musulmans et arabophones, pour les Mauriciens être Indien en Inde etc.

Dans un domaine plus politique, j’ajoute qu’en Irak les Américains ont cher payé leur ignorance de l’arabe en se mettant entre les mains d’Irakiens anglophones aux idées très discutables, et ayant mis deux ans à comprendre qu’il fallait apprendre un peu d’arabe aux soldats de base. Par exemple pour quelques expressions basiques comme « haut les mains » ou « stop ». Les troupes françaises en Afrique bénéficient, elles, de la francophonie, totale en haut et au milieu de la chaîne de commandement, et fréquente à la base.

Un exemple symptomatique : le tournant de The Economist

Il n’y a pas plus anglomaniaque que cet excellent journal de l’élite mondialisée. Ses préoccupations étaient d’abord anglo-américaines, et j’exagère à peine en disant que le reste du monde était dépeint comme étrange ou touristique. Puis le nombre de pages sur la Chine est devenu important et aujourd’hui l’Inde prend à son tour de la place, mais il n’y a toujours que peu de pages sur un ensemble barbare dénommé « Afrique et Moyen-Orient » et les rares reportages sur le Sahel ne mentionnent pas la présence du français.

Eh bien ça évolue. Le journal avertit les Anglo-saxons, persuadés de n’avoir pas besoin d’une langue étrangère parce que tout le monde parle anglais : « en haut de l’échelle sociale, vous vous ferez doubler par les francophones parlant bien anglais, voire par des Maghrébins trilingues ».

The Economist vient également de publier un grand article déplorant l’éducation primaire en anglais recherchée par les bourgeois de nombreux pays, parce qu’elle est moins féconde que celle en langue maternelle.

Un peu d’orgueil maintenant

Je fréquente les linguistes pour qui le moindre dialecte est une langue comme les autres, qui n’a simplement pas eu une armée et des canons pour s’imposer, argument souvent utilisé en faveur des langues locales en Afrique contre le français.

Sur le plan des principes, d’accord. Mais soyons pratiques : une langue vaut aussi par la richesse de son vocabulaire, la précision de sa grammaire, son stock de poésie, de littérature, d’écrits scientifiques etc.

Soyons plus pratiques encore : pour tout cela il faut une langue écrite de façon relativement standardisée depuis plusieurs siècles. Or ces conditions ne sont pas satisfaites par presque toutes les langues de la planète sauf quelques dizaines, et encore. Par exemple l’arabe ne remplit que quelques-unes de ces conditions, et telle langue d’une vallée de Nouvelle-Guinée, exceptionnellement riche pour ce qui concerne la description des insectes et des plantes locales, perdra sa valeur lorsque ses locuteurs se seront urbanisés.

C’est également souvent vrai en Afrique, et pour les langues créoles. « Les racines » tant appréciées à juste titre, ne garderont leur capacité d’évocation que pendant 3 générations au mieux, alors qu’on continuera à étudier Confucius, Descartes, Dostoïevski ou Byron, à condition bien sûr qu’échouent les idéologies égalitaristes ravageuses s’efforçant de les rayer des études.

Bref, en cette semaine de la francophonie, souhaitons que les francophones se souviennent de tous ces étrangers tombés amoureux du français2 et gardent un minimum d’orgueil, à l’instar d’ailleurs de leurs concurrents.

  1. Richard Marcoux, observatoire démographique et statistique de l’espace francophone, université Laval. Les 300 millions comprennent les francophones dispersés, mais pas les plus de 50 millions d’apprenants, chiffre minoré faute de statistiques dans certains pays dont le Nigeria, 4e langue sur Internet après l’anglais, le chinois et l’espagnol, ces 2 derniers n’étant pas hors d’atteinte pour des raisons démographiques.
  2. Citons quelques cas : François Cheng, Chinois, ayant découvert le français à 18 ans et aujourd’hui à l’Académie française ; Akira Mizubayashi, Japonais, et tant d’autres !