Youpi, Paris s’enlaidit !

Paris Vélos by Paval Hadzinski (CC BY-NC-ND 2.0) — Paval Hadzinski , CC-BY

Paris, ville-musée. Musée de l’enlaidissement. Financé en grande partie par vos impôts.

Jusqu’à présent, la tendance générale apparaissait comme un coup du sort. Avec les derniers rebondissements, le doute n’est plus permis : l’enlaidissement de Paris n’est pas fortuit, c’est bien un projet décidé posément, consciemment, par toute la fabuleuse équipe en charge de l’animation urbaine colorée qui tente de se faire passer pour un conseil municipal.

En effet, on se souvient qu’il y a quelques mois, la mairie s’était décidé à faire installer l’une de ces indispensables innovations qui redonnent tout son sens au mot « civilisation » (et hygiène ou urgence sanitaire de façon coïncidente) : grâce à d’intéressantes pissotières sobrement baptisées « uritrottoir », la Ville de Paris entendait redonner aux joyeux habitants la possibilité de se soulager la vessie un peu partout tout en arrosant des plantes. Je présume que nous n’avons échappé aux « crottoirs malins » qu’à la faveur d’une restriction budgétaire ou à la grogne des riverains forcés de supporter l’arrivée de ces magnifiques urinoirs rouges (parfois posés proches de bancs — pratique et subtilement aromatique).

De la même façon, si les efforts entrepris pour débarrasser la ville de sa surpopulation de rats ne semblent pas avoir porté leurs fruits, peut-être n’est-ce pas un hasard : d’une part, ces grouillants rongeurs ont le mérite de mettre un peu d’animation dans certains quartiers d’une capitale bien morte lorsque la nuit est venue ; par leur solide appétit, ils éliminent ensuite une quantité non négligeable des déchets que les Parisiens rejettent, ce qui évite aux équipes de la collecte des poubelles de s’effondrer sous une charge de travail trop importante. Mais surtout, les rats sont d’adorables petites bestioles que certains sont bel et bien tentés de ne surtout pas réguler. Enfin bon. Comme, finalement, Paris croule sous les rats et que tout ceci pose des petits problèmes de coexistence pacifique avec les contribuables, il a été décidé de doubler la période de dératisation ce qui donne une juste idée de l’ampleur de la dérive.

Parallèlement à ces efforts millimétrés pour donner à la Capitale un vague vernis hygiénique, les travaux pour lui donner un nouveau visage continuent de plus belle.

S’il apparaît encore fort tôt pour savoir si, oui non, la magnifique Tour Triangle d’Unibail (l’ex-employeur de Benjamin Griveaux — pure coïncidence) sera bien construite — en procédure accélérée grâce aux J.O. de 2024 — et viendra ajouter une nouvelle réalisation audacieuse dans la Ville Lumière, le reste de Paris n’a pas attendu, lui, pour renouveler ses petites places et ses passages un peu tristes : la mairie de Paris, jamais en retard d’une proposition vitaminée pour décorer des murs, barbouiller des places et refaire des fontaines, s’est attelée à remettre à plat une vingtaine d’endroits qu’elle avait préalablement étiquetés comme « délaissés » et a pour cela laissé s’exprimer des centaines de projets maintenant mis au vote sur les intertubes.

On frétille déjà à l’idée que des douzaines de petites places de la Capitale se réjouiront d’avoir enfin leur plug anal vert géant ou toute autre excitante invention contemporaine que la mairie nous concoctera avec son sens inné de la mesure et de la maîtrise budgétaire…

… Comme l’illustre d’ailleurs l’apparition récente d’un gros cœur géant rouge perché sur un mat à Clignancourt, arrivé là autant par hasard que par la grâce de 650 000 euros en provenance directe des contribuables parisiens du cul d’une licorne éco-consciente probablement transgender.

Chose intéressante : il ne semble pas à l’ordre du jour de réaménager quelque peu certains « lieux de vie » trépidants comme Chateau-Rouge ou la Porte de la Chapelle. Si on trouve d’amples budgets pour hisser des cœurs rouges ici ou là, s’il est toujours possible de faire gonfler des plugs verts place Vendôme, s’il y aura toujours de l’argent (dont 10 %, mazette, en provenance directe du privé) pour faire apparaître des fontaines au design douteux, eh bien non, décidément, obtenir que certains quartiers soient simplement nettoyés correctement ou qu’on puisse y circuler sans frôler l’incident n’y est absolument pas à l’ordre du jour.

Sachons organiser nos priorités, que diable !

De prime abord, on pouvait n’accorder que peu de finesse et de compétences à l’Anne de Paris : ses résultats, globalement catastrophiques en matière de gestion financière, humaine ou sanitaire de la ville, ses saillies dans les médias ou les réseaux sociaux qui frisent souvent avec cet humour d’autant plus potache qu’il est totalement involontaire, son parcours flamboyant qui ne laisse aucun doute sur les coups de piston qui furent indispensables à sa carrière (qu’ils soient à scooter ou autrement), tout concourt à bien faire comprendre que la maire de Paris doit son poste bien plus à ses accointances qu’à une maîtrise quelconque du sujet.

Cependant, si l’on prend un peu de recul et avec les éléments précédents, il ne fait maintenant plus aucun doute que si de l’intelligence fut déployée, elle ne le fut certes pas et de façon évidente pour que Paris devienne et reste une fête, mais bien pour que la capitale se transforme petit-à-petit en une espèce de réserve naturelle sur une surface limitée, et un dépotoir ouvert à toutes les expérimentations les plus folles pour le reste.

La force de ce projet fou en passe d’aboutir est d’avoir toujours procédé avec la plus grande discrétion pour que personne ne se doute vraiment du dessein final.

D’un côté, la réserve naturelle est remplie de petits mammifères rigolos un peu poilus qui pédalent, trottinent et socialisent bruyamment. Elle sert d’écrin aux réceptions et autres happenings citoyens & festifs dont le but sera de financer ces lubies qui, immondes, seront bien entendu déversées de l’autre côté, loin de la réserve naturelle, au milieu des gueux dont la valeur ajoutée se réduit aux taxes et impôts locaux, encaissables rubis sur l’ongle, qu’ils ont l’obligation de payer pour continuer à jouir du bénéfice incalculable de vivre dans la Ville Lumière, que le rythme des allumages et des extinctions pousse à appeler maintenant la Ville Stroboscopique.

Oui, c’est évident : une véritable course à l’enlaidissement de Paris est lancée.

Il n’y a pas de hasard : Hidalgo cherche à camoufler les dérives budgétaires énormes de la municipalité et les lacunes maintenant monstrueuses de sa gestion en empilant frénétiquement des idées farfelues et ses enfantillages grotesques.


—-
Sur le web