État et SNCF : l’hubris du pouvoir

Il est temps que la concurrence arrive et il serait souhaitable que la SNCF soit privatisée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

État et SNCF : l’hubris du pouvoir

Publié le 14 mars 2019
- A +

Par Jean-Philippe Delsol.
Un article de l’Iref-Europe

Lors d’un déplacement dans les Vosges en avril 2018, Emmanuel Macron avait promis que la ligne Saint-Dié/Epinal resterait ouverte. Or, elle a été fermée en attendant la réparation du tunnel Vanémont (Vosges), qui menace de s’effondrer.

Mais peu importent la sécurité et l’état des voies face à la volonté présidentielle. Ainsi que le rapporte le journal Le Monde, devant des élus du Grand-Est, réunis mardi 26 février à l’Élysée dans le cadre du grand débat, Emmanuel Macron a affirmé que cette ligne rouvrirait : « c’est une bonne mesure de santé publique, parce que j’en ai assez que les gens ne se sentent pas concernés par ce qui est dit, y compris quand le président de la République dit des choses ». Et de poursuivre : « Jusqu’à preuve du contraire, c’est le contribuable, l’actionnaire de la SNCF. Et donc les engagements du président de la République sont aussi ceux des dirigeants de la société. »

Que la concurrence arrive

L’Élysée va donc s’empresser d’imposer la réfection rapide de la ligne SNCF Réseau, l’établissement de la SNCF qui gère l’ensemble de l’infrastructure ferroviaire française. Pourtant un service de cars a été mis en place et la décision doit légitimement s’inscrire dans le cadre du contrat de performance signé en 2017 entre l’État et SNCF Réseau pour que celle-ci remette en état en priorité les lignes les plus fréquentées, ce qui n’était pas le cas de la ligne Saint-Dié-Épinal, avec ses cinq trains par jour.

Il est temps que la concurrence arrive et il serait souhaitable que la SNCF soit privatisée. Le président de la République ne se prendrait plus ni pour son directeur général ni pour l’un de ses chefs de chantier.

Sur le web

Voir les commentaires (26)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (26)
  • la concurrence? en france? faudrait arrêter de rêver.
    la france est le pays de la connivence , du racket d’etat organisé sous le couvert de la justice sociale , et qui affiche les inégalités les plus fragrantes§

    • Et une t’ite décimation parmi les 200 plus hauts gradés de la SNCF et du Rail (ceux qui coutent le plus cher) ?

      • dont la plupart sont des hauts-fonctionnaires en disponibilité en mal de très fortes rémunérations (sans risque) ?

  • J’adore le  » chef de chantier »!

  • Parmi les lignes « non rentables » (entre guillemets car en fait elle le sont presque toutes), il y a pire, ce sont les lignes qui ne sont pas plus performantes que le bus: traction diesel/ mono-bi wagon/ des cadences <=4/jour. Remplacer ces lignes par des bus est l'évidence même.
    Il y a tout un travail de recentrage de la sncf à faire: c'est servir la demande, et pas de maintenir à tout prix des lignes ouvertes (ce qu'on ose appeller le service public, alors que justement ça ne sert presque personne!). On pourrait réduire le réseau de 25% en perdant 3% de clientèle… Et évidement la privatisation, qui permettrait que ces 3% lésés ne payent plus pour les autres.

    • @ titi
      Je ne vous suis pas.
      La France est un territoire dont chaque commune ou hameau a le droit d’être relié au reste du pays par les moyens les plus adaptés de communication et de mobilité.
      Donc 3% de clientèle méritent d’être desservis par les moyens les plus adaptés, autant que tous les autres.

      • Exactement, si le moyen le plus adapté à ces 3% est l’autocar, alors il n’y a aucune justification qu’ils soient servis par des trains. Lisez, c’est ce qui est écrit par @titi…

      • La voie ferré est-elle encore un moyen de transport efficace à moyen parcours ?

        Je pense même qu’il faudrait penser à la convertir en un moyen plus moderne : Cf article sur Contrepoints.org, sur la mise en place de caténaire pour véhicule de transport de marchandise ou même de personnes.

  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Viaduc_des_Fades.
    La fondation du Patrimoine va prendre en charge la rénovation d’un viaduc abandonné par la SNCF, qui fut a son époque le plus haut pont du monde.
    Je serais curieux de savoir ou figure la valeur comptable de cet ouvrage dans les comptes de l’entreprise ! ?

  • J’aurais une question par rapport à ce sujet. Par rapport à des monopole « logique » comme Réseau Ferré de France, que devrions-nous faire pour améliorer les choses? Un peu comme les autoroutes, les canalisations d’eau ou d’éléctrécité, je vois mal des sociétés différentes construire 2 voies ferrées l’une à côté de l’autre.

    • Vous n’avez encore rein vu !
      On va faire deux sociétés une rail droit une rail Gauche qui vont se concurrencer de façon « Non Faussée ».
      Pour l’électricité transportée en Triphasé sur trois fils pour l’essentiel, une société par phase et donc par fil !
      ça va produire un boum économique.

      • J’adore les esprits critiques qui critiquent les yeux rivés sur leur petit nombril franco-français. A Tokyo, toutes les lignes de métro sont privées, opérées par des compagnies différentes qui maintiennent leur réseau ferroviaire. Et, bizarre, ça fonctionne beaucoup mieux que le RER B par exemple (beaucoup mieux, c’est parce qu’il n’y a pas de mots assez forts pour décrire l’abîme entre la RATP et le métro de Tokyo). Eh ouais….. Faut sortir de son trou….

    • @ Koris

      C’est bien la limite de la notion de secteur « régalien » auquel les libéraux théoriques français sont très attachés.
      Verriez-vous une organisation ferroviaire installer des voies ferrées dans le territoire sans la participation de l’état? Non! L’expropriation est par exemple une sorte de privilège régalien (de gré ou de force). La création du réseau peut, lui, très bien être confié au privé.

      • Merci mikylux. Je pense effectivement qu’aucune organisation n’installera de voie sans être sûr d’avoir un retour sur investissement.

    • Bonjour Koris
      vous vous trompez, il n’y a pas de monopole ‘naturelle’. Lisez l’article de CP sur les routes privées, les chemin de fer privés etc..
      https://www.contrepoints.org/2013/12/22/150899-19-choses-pour-lesquelles-etat-inutile
      Il y a 30 ans il y avait un monopole pour le téléphone, pour le transport aérien et on voit que la concurrence a permis une chute des coûts ainsi qu’un service amélioré.
      N’ayez pas peur. La distribution de l’eau , par exemple, devrait être libre, nous y avons tout à y gagner.

  • vivement que la SNCF soit totalement privatisée et les rails ouverts a la concurrence ! notre façon bolchevique de fonctionnement ne peut qu’alourdir le bateau qui prend eau de toute part, nous arriverons au niveau de la Gréce, et là ,,, largués par la grande majorité des pays européens nous risquons de dérouiller !
    le rêve bobo socialiste est comme un leurre a la pèche, quand le poisson s’en aperçois c’est trop tard !

  • « c’est le contribuable, l’actionnaire de la SNCF ».
    Je voudrais revendre mes actions, c’est possible ?

  • « … parce que j’en ai assez que les gens ne se sentent pas concernés par ce qui est dit, y compris quand le président de la République dit des choses  » … ?!
    Encore du blabla… peu importe les dires des politiques, car depuis des décennies lorsque les divers gouvernements annonçaient une non-augmentation ou un changement quelconque, il était assuré que le contraire allait se s’effectuer sous peu.
    « il serait souhaitable que la SNCF soit privatisée. »
    Pour cela il faudrait que nos politiques, d’une part conçoivent que « service public » n’exclut nullement une gestion privée et d’autre part, qu’ils aient une forte volonté politique pour la réaliser.
    Ces deux éléments étant totalement absents de leur idéologie, cette privatisation est irréalisable. La question est : la SNCF résistera-t-elle à la concurrence ?

  • Il faut être naïf de croire les politiques , il n’y a pas plus menteur !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

boomers non-travail orpea actionnaire
6
Sauvegarder cet article

Mais puisqu'on vous dit que Macron, c'est Le Grand Réformateur ! Puisqu'on vous dit qu'il n'a pas arrêté de réformer, d'affûter avec habileté la France pour la prochaine décennie ! Les petits dérapages budgétaires n'y changeront rien : les réformes sont sur des rails, elles passeront. Quoi qu'il en coûte.

C'est sans doute dans cet esprit que l'actuel gouvernement planche à nouveau sur la réforme des retraites qui avait été subrepticement mise en pause suite à la déclaration de guerre (non, pas contre Poutine, contre le virus il... Poursuivre la lecture

libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Par Alain Laurent.

Tandis qu’un récent sondage (Harris Interactive) nous apprend que 54 % des Français souhaitent l’élection d’un « président libéral », un autre (vague IFOP 2021) révèle que pour 60 % des 18/30 ans le mot libéralisme est positivement connoté et le deuxième dans leurs préférences lexicales. Voici qui surprend heureusement, alors que de toutes parts est annoncé que « le libéralisme est une idée du passé qui va probablement connaître une longue éclipse » (François Lenglet) ou qu’il est victime d’un « krach idéologique » (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles