Que peut l’Europe pour sa souveraineté économique ?

La volonté de préserver la souveraineté n’est pas nouvelle. Elle est éminemment légitime. Dans ces débats perce toutefois une double faiblesse européenne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Hemicycle @ European Parliament @ European district @ Strasbourg By: Guilhem Vellut - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Que peut l’Europe pour sa souveraineté économique ?

Publié le 1 mars 2019
- A +

Par Erwan Le Noan.
Un article de Trop Libre

Convaincus que Huawei est un cheval de Troie du gouvernement de Pékin et pourrait, à terme, constituer une menace pour la sécurité des infrastructures occidentales, les États-Unis ont engagé à son encontre une offensive diplomatique : les Alliés de Washington sont priés de prendre des mesures pour contenir l’expansion du géant chinois. L’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Grande-Bretagne ou le Japon sont sur la même ligne.

Que ces craintes soient fondées ou non, cet exemple illustre une nouvelle forme d’inquiétude en matière d’intelligence économique et de souveraineté. L’Europe est particulièrement exposée : les grands fournisseurs de hardware viennent d’autres continents. Quels pouvoirs auront-ils demain quand ils contrôleront de fait les outils qui produisent, reçoivent et analysent la data que nous générerons, avec nos voitures ou nos téléphones ?

Préserver la souveraineté ?

Le sujet dépasse la question digitale. Derrière le positionnement tactique d’une partie des députés LR qui s’élève contre la privatisation d’ADP dans le but stérile de s’opposer au gouvernement, des arguments du même ordre se font entendre : ne prend-on pas un risque pour la sécurité en confiant nos infrastructures à des entreprises étrangères ? La question trouve des réponses faciles (d’abord que la régulation, notamment régalienne, restera évidemment étatique ; ensuite que d’autres aéroports sont déjà privatisés sans difficulté), mais elle est révélatrice de son époque et mérite d’être entendue.

La volonté de préserver la souveraineté n’est pas nouvelle. Elle est éminemment légitime. Dans ces débats percent toutefois une double faiblesse européenne.

La première c’est une forme de xénophobie économique ; car la frontière est parfois mince à trouver entre le souhait de sécuriser les infrastructures nationales et le rejet pur et simple d’entreprises pour le simple fait qu’elles sont étrangères. Certains réflexes tiennent plus du complexe obsidional que de l’argumentation rationnelle. Le risque n’est pas nul que ces politiques soient néfastes : en élevant des barrières à l’entrée d’opérateurs étrangers, l’État prend le risque d’accroître les prix des consommateurs nationaux et de les priver de services de qualité.

La seconde tient à un déficit grave de compétitivité et de capacité d’innovation : si l’Europe est potentiellement menacée, c’est qu’elle n’a pas en son sein les champions qui pourraient fournir des solutions « nationales ». Elle n’a pas les universités au niveau : une fois que le Brexit aura eu lieu, il ne restera que 6 universités européennes dans le Top 50 du classement du Times Higher Education ; et 7 dans celui de l’université de Shanghai.

Elle a une fiscalité généralement élevée, qui asphyxie l’investissement privé, et des finances publiques tournées vers la protection sociale plutôt que l’innovation – le cas de la France est illustratif. Son marché est atomisé, ralenti par des barrières linguistiques. Son environnement est ultra-réglementé : le RGPD en est un exemple, qui souhaite protéger les consommateurs mais leste les entreprises – les opérateurs chinois, eux, ne s’embarrassent pas de ces contraintes pour développer de nouvelles solutions.

Avant d’élever des murs, même réglementaires, pour rejeter les étrangers, la France et l’Europe seraient bien inspirées de se demander comment faire pour que les champions de demain germent sur leur territoire… La meilleure défense, c’est l’attaque !

Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • « ne prend-on pas un risque pour la sécurité en confiant nos infrastructures à des entreprises étrangères  »
    en ce qui concerne le digital , avec ce qu’on sait faire en la matière c’est deja le cas depuis 50 ans( et le numerique est bien au cœur de la société de demain).
    La france est incapable de mettre au point un hardware qui tiendrait la route..encore moins un « operating System » type « windows » ou « android »
    Comme d’habitude on roule la caisse mais on perd des planches!

    • Faut pas exagérer , !es Francais n’en sont pas moins capables que les autres..si on ne les freine pas pour de raisons qui finiront pas être connues..de toutes manières ,trop tard pour inverser un train sans frein ,ni democratique ni législatif ,le niveau de corruption est bien trop élevé !
      Le hardware..bof ,il y a tous les logiciels nécessaires pour que cela ne soit pas un obstacle et ce n’est pas un obstacle .

      Tu ne crois quand même pas qu’un Android ,un linux ou unix adapté au grand public n’est pas a la porte de nos informaticiens ?
      Les cristaux liquides sont français ,la majeur partie de tout ce qui est numérique est sortie d’un esprit Francai,s , les drones, français et j’en passe, l’esprit français est entièrement contenu dans sa langue et la langue anglo-saxonne n’est pas capable d’imagination, la recherche n’est qu’imagination et l’imagination se nourrit de la langue .ce qui fait que chaque pays a des atouts et des manques.
      Désolé , ça m’énerve , j’ai passé ma vie dans les centres de recherches , des gens super mais une hiérarchie …!
      Les indiens sont très fort aussi mais seulement en execution…les russes et leschinois grâce a leur langue domineront la technologie de demain, c’est une certitude que seul le Japon pourrait mettre a mal..toujours la langue ,certains diront la culture !
      Autre exemple , financier, on est réputé pour être des nuls , le peuple, les politiques,mais ce n’est pas le cas on est des cadors qu’on s’arrache sur le marché !
      Il faut se souvenir de l’époque des lumières , elle ne s »est éteinte qu’au niveau politique .
      J’hésite a poster , tout étant si noir et morose en France que je pourrait choquer ,etre pris pour un fou ,j don’t Care ,j’am annonymous !

      • malheureusement si les français sont moins capables…non pas individuellement..mais car vivant en france..

        capable d emmener à bien un projet entrepreneurial..de le faire vivre..
        regardez la situation…

        en fait vous avez une affirmation douteuse quand on regarde les faits et une théorie linguistique tout à fait incomplète pour l’étayer.
        l’imagination ne suffit pas.

      • le problème est plus « les plans calculs » que les capacités d’innovation françaises : il suffit juste de leur laisser la liberté de s’exprimer !

  • La souveraineté européenne est une fumisterie. Elle supposerait des intérêts communs. Or dans les faits, les nations européennes sont, pour le moment, davantage en concurrence qu’alliées.
    On a mis la charue avant les boeufs avec l’élargissement trop précoce (pour satisfaire aux intérêts américains) et la monnaie unique (à cause de l’erreur de Mitterrand sur l’Allemagne).
    Tout cela nous conduit dans une impasse et donne raison, des décnnies plus tard, à la vision gaullienne de l’Europe.

  • une voyante a dit : en 2019 , trump tombe malade et désintégration de l’union Européenne …..en 2018 , elle avait prévue des manifestations violentes en France en fin d’année , un attentat raté contre macron…..on verra bien…..

  • Huawei fabrique toute la technologie 5G du plus petit élément au plus gros : du téléphone 5G, aux émetteurs 5G, centrale complète clé en main, reconnaissance faciale etc… Ce sont les maîtres du marché de la 5G avec leurs brevets, ils contrôlent déjà 30% de part de marché. Huawei à 10 ans d’avance sur les autres, d’où l’arrestation de la fille du directeur de Huawei au Canada sur ordre étasunien. Typique des ricains, négociation de gangster. Et maintenant les USA font du lobbying auprès de l’UE pour vendre leur propre merde, mais c’est trop tard.

  • cela fait quelques décennies que Windows est ultra majoritaire dans les ordinateurs de la planete (quasiment toute l’administration française par exemple)…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Brad Polumbo.

L'adoption généralisée du bitcoin et d'autres crypto-monnaies a laissé de nombreux fonctionnaires à l'écart. Pour tenter de participer à l'action, de nombreux gouvernements ont lancé l'idée d'une "monnaie numérique de banque centrale" (CBDC), c'est-à-dire une crypto-monnaie émise par le gouvernement et utilisant la technologie blockchain. Le président Biden a demandé au gouvernement fédéral d'explorer cette idée, et de nouveaux rapports suggèrent que l'administration Biden pourrait bientôt faire avancer les efforts po... Poursuivre la lecture

asie Chine Russie UE Pologne
1
Sauvegarder cet article

La Russie sera-t-elle encore un pays européen dans les années à venir ? Le conflit en Ukraine a accentué le tournant asiatique de la Russie. La coupure politique et économique avec l’Occident depuis le 24 février 2022, pousse Moscou à chercher des alternatives géopolitiques en Asie, et plus précisément avec la Chine et l’Inde. Le récent exercice militaire commun entre les trois pays en est un exemple.

Cette posture russe, bien qu'ancienne, va dans le sens d’un tournant asiatique de l’ordre mondial avec en toile de fond, la rivalité ent... Poursuivre la lecture

Contrepoints - Pouvez-vous présenter votre parcours en quelques mots pour nos lecteurs ?

Othman Nasrou - J’ai 35 ans et je suis Vice-Président de la Région Île-de-France, depuis 6 années. Je suis notamment en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche mais aussi de la promesse républicaine pour faire en sorte que tous ceux qui veulent réussir puissent le faire.

J’ai également été Président du groupe majoritaire de la Région Île-de-France durant cette période. Je suis diplômé d’HEC, et je me suis en... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles