Belgique : le parti libertarien contre la carte d’identité biométrique

Le Parti Libertarien belge s’oppose à l’instauration de la carte d’identité biométrique. Au nom du respect de la vie privée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Belgique : le parti libertarien contre la carte d’identité biométrique

Publié le 22 février 2019
- A +

Par Baudoin Collard, depuis la Belgique.

Ce 11 février, le Parti Libertarien belge a introduit auprès de la Cour constitutionnelle un recours en annulation de l’article 27 de la loi du 25 novembre 2018 portant des dispositions diverses concernant le Registre national et les registres de population, qui prévoit l’intégration d’une capture de l’image numérisée des empreintes digitales dans la puce des cartes d’identité de chaque citoyen belge ou des cartes d’étrangers résidant en Belgique. Ce recours (texte intégral disponible ici) a été déposé par Maître Ronald Fonteyn au nom du Parti Libertarien et de son président Baudoin Collard.

Un parcours législatif polémique

Dès le stade de l’avant-projet de loi, la mesure avait pourtant fait l’objet d’un avis particulièrement critique de l’Autorité pour la protection des données, mettant en évidence son caractère disproportionné et injustifié. Ensuite, durant leur audition à la Chambre des représentants, les représentants de l’Autorité avaient réitéré leurs critiques. Dans un second avis purement et simplement défavorable, daté du 17 octobre 2018, l’Autorité estime que « ce projet de loi comporte des mesures présentant un impact important sur les droits et libertés ». Ce second avis se conclut par une requête demandant explicitement aux parlementaires « le retrait de cette mesure du projet ».

Comme l’indique l’Autorité :

L’interdiction de traitement des données biométriques ne peut être levée que sur base de l’article 9.2.g du Règlement général sur la protection des données (RGPD) qui exige non seulement le motif d’intérêt public important mais également notamment le caractère proportionné de la mesure face à l’objectif poursuivi et l’adoption de mesures appropriées et spécifiques pour la sauvegarde des droits fondamentaux et des intérêts des personnes concernées. Elles sont actuellement insuffisantes.

Un recours justifié

Dans ce recours, le Parti Libertarien développe principalement les arguments suivants :

  • La disposition attaquée atteint sans justification objective, raisonnable et proportionnée au respect de la vie privée des titulaires de carte d’identité garantie par l’article 22 de la Constitution. À ce titre, la disposition porte également atteinte à l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme ainsi qu’aux articles 7, 8, 11 et 52 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne.
  • La disposition attaquée ne respecte pas le RGDP, en particulier l’article 9.1 qui interdit le traitement de données biométriques. Les exceptions prévues à l’article 9.2 ne sont par ailleurs pas remplies: non seulement un motif d’intérêt public important est exigé, mais il requiert également le caractère proportionné de la mesure face à l’objectif poursuivi et l’adoption de mesures appropriées et spécifiques pour la sauvegarde des droits fondamentaux et des intérêts des personnes concernées. Comme souligné à maintes reprises par l’Autorité pour la protection des données, aucunes de ces exigences ne sont remplies par la disposition attaquée.
  • De plus, la disposition contestée n’a pas fait l’objet d’une analyse d’impact comme requis par l’article 35 du RGDP. Pourtant, il existe un risque considérable d’usurpation d’identité en cas de hacking de ces données biométriques durant leur stockage sur la puce électronique ou durant leur récolte et leur traitement centralisé avant leur enregistrement sur la carte à puce.

Le Parti Libertarien est une association politique belge qui œuvre à la diffusion des idéaux libertariens et à la réalisation d’une société de pleine liberté fondée sur le respect des droits naturels, inaliénables et sacrés des individus. La mise en place de la carte d’identité biométrique est une triste étape dans le processus continu d’érosion des libertés individuelles et de la vie privée des citoyens.

Dans une carte blanche publiée dans l’écho en mars 2016, le Parti Libertarien mettait déjà en garde contre les dérives liberticides de la carte d’identité biométrique.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • oui a cette carte !!

  • En tant que Belge, je suis content d’apprendre qu’il existe un parti libertarien. C’est sans doute toujours mieux que le PP (mes compatriotes comprendront).
    Et je suis content que ce parti libertarien soit très légaliste en faisant appel à la CEDH et au RGDP.
    Je vais lire un peu leur site internet et en apprendre davantage.

  • La Belgique est un cas a part en Europe, je suis toujours halluciné par les histoires belges ,pas les drôles, mais les œuvres de leur politiques…pire que les notre … d’ailleurs leur pays ressemble étrangement a la France en pire..
    Passeport biométrique , évidement qu’il devrait l’être comme notre carte d’identité nationale ou notre carte vitale voir aussi la bleue ,c’est tellement dur de prouver son identité !
    Un progrès serait ,une seule carte pour tout , c’est possible dès aujourd’hui…et cela le sera de même pour accéder a internet …sûrement plus tôt qu’on ne le croit….le lecteur d’empreinte des smartphones n’est qu’un debut pas la fin d’une histoire.

    • Reactitude… mon pays ne ressemble en rien à la France. Les seuls points communs est l’éternel question du pouvoir d’achat des travailleurs, les impôts et c’est à peu près tout.
      Peut-être auriez vous l’amabilité d’exposer plus en détail votre réflexion en donnant ne fût-ce que 4 points de ressemblance. 3 si vous avez vraiment du mal. Allez-y. Svp. Please. Alsublieft.

      • @ AmaDy
        Ne vous fatiguez pas! La France se considère comme LE modèle, alors que Contrepoints démontre tous les jours, exactement l’inverse!
        Aucun Français ne pourrait savoir ni comprendre que la Belgique s’est fédéralisée avec cette particularité de la région bruxelloise et son mix « communautaire » (la France est la même qu’en 1900!). On a changé les mots (ex. :disparition des « tom’s », conservation des « dom’s ») pas les choses et on ne dit que trop que la république est monarchiste!
        Donc laissez tomber, ça ne vaut pas la peine!

      • Misschien is het omdat,
        het hele land is niet zoals Frankrijk, alleen het Waalse deel.
        Aan het ongeluk …..

        ( C’est peut-être parce que le pays entier n’est pas comme la France, seulement la partie wallonne,
        pour son malheur…)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La campagne électorale est enfin terminée, en laissant derrière elle un goût amer.

Il nous a été demandé de choisir entre douze, puis deux nuances de socialisme débridé et irresponsable. Quelle tristesse !

D’un autre côté, cette parenthèse dans la vie politique nous aura permis de savourer une trêve plus que bienvenue dans les bombardements incessants de mesures liberticides et infantilisantes qui frappaient le pays depuis deux ans. C’est toujours ça de pris.

Le bilan est cependant d’une détresse abyssale : absolument auc... Poursuivre la lecture

Le 3 mars 2022, François Sureau était reçu à l'Académie française et y prononçait un discours où il faisait l'éloge, comme c'est la coutume, de son prédécesseur, Max Gallo.

Étant plutôt du côté de chez Proust que du côté de chez Sainte-Beuve, il n'a pas raconté la vie de cet homme qui avait dû d'appartenir à la Compagnie à raison de son oeuvre.

Le nouvel académicien a eu six mois pour explorer cette œuvre. Ce n'était sans doute pas de trop, puisqu'elle compte une centaine d'ouvrages consacrés peu ou prou à l'histoire.Poursuivre la lecture

Marquée par une explosion de cas de Covid-19 en raison de la progression « fulgurante » du variant omicron en France, la trêve des confiseurs a vu réapparaître avec force les « discours de la peur » sur la sauvegarde de l’hôpital et le rôle des non-vaccinés dans sa submersion annoncée. Notamment, l’avocat et chroniqueur Charles Consigny s’est offert quelques minutes de célébrité dans l’émission Les Grandes Gueules de RMC du 20 décembre dernier en préconisant de faire payer aux non-vaccinés leur accès hospitalier aux soins covid :

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles