Pourquoi, selon Hayek, le libéralisme s’oppose-t-il au conservatisme ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi, selon Hayek, le libéralisme s’oppose-t-il au conservatisme ?

Publié le 3 février 2019
- A +

Par Corentin de Salle.

Durant tout le XIXème siècle, avant que n’apparaisse le socialisme, le rival essentiel du conservatisme était le libéralisme. Hayek nous dit que cela n’a pas de sens de positionner les libéraux au milieu d’une ligne où il y aurait les conservateurs à l’extrémité droite et les socialistes à l’extrémité gauche.

Qu’est-ce qui différencie radicalement le libéralisme du conservatisme ? Corentin de Salle traite ici de ces importantes différences selon Hayek.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Le libéral serait une sorte de créature hybride avec hétérosis entre les deux espèces progressistes et conservateurs. Croisement assez rare semble t-il. D’où sa rareté qui ne s’arrange pas avec la stérilité.

    • Oui c’est justement cette version, telle que vous la décrivez, que dément Hayek, et donc aussi cette vidéo.

    • La réponse est dans le titre de l’article : pour Hayek, conservatisme et libéralisme s’opposent.

      • Pour le libéralisme oui ; pour le libéral c’est moins clair d’où ma métaphore par laquelle j’ai voulu dire, finalement sans être compris, qu’un «vrai» libéral était rare ! L’effet d’hétérosis supprime les tares de lignées pures éloignées (le progressisme socialiste et le conservatisme) lors d’un croisement. Ce genre de croisement interspécifique n’est pas naturel ou rarement. Une façon tortueuse d’expliquer pourquoi si peu de libéraux.

  • Et toc ! Un pavé dans le marigot des « conservateurs libéraux » (oxymore) et de ceux qui prennent le socialisme pour l’antithèse du libéralisme…

    • Sauf qu’il faut lire Hayek complétement. Selon Hayek, le progressisme du libéral repose sur l’évolution lente de la tradition, l’ordre spontané construisant la société, contrairement au progressisme socialiste qui veut renverser l’ordre établi par la brutalité de la loi. Il est hors de question que le libéral tolère des changements sociologiques forcés par des lois sociétales ou par une pression migratoire planifiée par exemple.

      « Aussi paradoxal que cela puisse paraître, il est sans doute vrai qu’une société libre qui réussit est toujours dans une large mesure une société attachée à des traditions. »

      https://youtu.be/pYCD7_OG2fU

      S’il est différent du conservatisme borné et tourne le dos à l’âge d’or fantasmé du passé, le libéralisme ainsi exposé a beaucoup plus à voir avec un conservatisme humaniste éclairé, typiquement chrétien, qu’avec le socialisme athée destructeur de la société. D’une certaine manière, Hayek fait l’éloge du petit bourgeois et condamne les délires sociétaux de la post modernité.

      Bien vu dans la vidéo : les socialistes qui se prétendent progressistes sont les pires des conservateurs une fois qu’ils sont au pouvoir. Les violences policières actuelles le démontrent amplement. D’où leur haine de leurs opposants qu’ils qualifient de réactionnaires ou de séditieux, qui sont pourtant les véritables progressistes dans ce cas. ON comprend que pour le socialiste, se faire voler l’étendard du progressisme est insupportable et le bug dans le logiciel socialiste mue immédiatement en violence.

  • Voici pourquoi les libéraux ne seront jamais au pouvoir. Le libéralisme est un état « instable ». Dommage.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lors de chaque élection présidentielle, quelques libéraux optimistes devinent dans les propos d’un candidat un impensé libéral ou des bribes de libéralisme qui témoigneraient de solides convictions cachées pour des motifs tactiques. Par ailleurs, des journalistes plus ou moins orientés ne manquent pas de qualifier de libérale une personne qu’ils veulent ainsi marquer du sceau de l’infamie.

La présente élection ne fait pas exception à la règle et c’est Valérie Pécresse, candidate de la droite, qui se retrouve en première ligne. Plutôt q... Poursuivre la lecture

Extrait de Philippe Nemo, Histoire des idées politiques aux Temps modernes et contemporains, PUF, 2002, p. 779-781.

Si l’on entend par socialisme une doctrine, ou une famille de doctrines, condamnant la propriété privée, prônant la mise en commun des biens, imposant des conduites normées qui restreignent la liberté individuelle, il est clair – et les premiers socialistes ont explicitement revendiqué cette parenté – que le socialisme peut et doit être rapproché des « communautés primitives » ayant précédé l’émergence de l’État et des so... Poursuivre la lecture

Walter Lippmann fut un journaliste américain à la fois engagé dans les affaires internationales et dans les débats d'idées. Il mit en avant l'impossibilité d'une authentique démocratie dans une société contemporaine dans ses livres Public Opinion et The Phantom Public.

Si il fut un observateur lucide de la politique nationale comme des affaires mondiales, il fut aussi le promoteur réfléchi de solutions aux problèmes de régime. Il a ainsi été l'initiateur d'un libéralisme humaniste qu'il a promu dans son livre The Good Society. ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles