Somalie : un Blanc à la tête de la banque centrale ?

Si les informations sont exactes, un Britannique devrait être nommé à la tête de la Banque centrale du pays. Cela crée un dangereux précédent.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jeune Somalien-Samenwerkende Hupog... (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Somalie : un Blanc à la tête de la banque centrale ?

Publié le 26 janvier 2019
- A +

Par Rasheed Hashi.
Un article de Libre Afrique

Au cours des dernières semaines, de nombreux Somaliens se sont posé une question importante : après près de 60 ans d’indépendance, pourquoi avoir besoin d’un homme blanc — un muzungu ou saan-cadde comme on dit — pour jouer le baby-sitter et diriger la banque centrale, une entité somalienne souveraine ?

Si les informations sont exactes, un Britannique devrait être nommé à la tête de la Banque centrale du pays. Cela crée un dangereux précédent. Pourquoi alors ne pas laisser les Européens diriger nos ministères, nos forces armées ou même pourquoi ne pas avoir un chef d’État européen ?

Les Somaliens n’auraient pas le niveau

L’insultante justification d’une telle démarche est qu’il était impossible de trouver un gouverneur qualifié d’origine somalienne, ce qui n’est pas vrai. En réalité 146 personnes ont posé leur candidature au poste, dont la quasi-totalité sont des Somaliens et des Somaliennes.

Parmi eux se trouvaient des personnalités de haut calibre : anciens ministres, anciens cadres de la Banque centrale de Somalie et experts somaliens d’institutions financières internationales. Le processus de sélection initial a été délégué à une femme britannique, Fiona Davies (déléguée à la Banque mondiale et membre du Comité de gouvernance financière) et son associée.

Au bout de quelques mois, Fiona et ses acolytes ont réduit cette liste à 16 personnes, dont 11 candidats somaliens et 5 non somaliens. À l’époque, personne n’avait prêté une grande attention à l’inclusion des étrangers, car la loi dans son article 12 sur la Banque centrale de Somalie interdisait explicitement aux non-Somaliens d’occuper ce poste. Des entretiens ont ensuite eu lieu à la mi-décembre et le comité a encore réduit la liste à 6 ou 7 personnes.

Le 29 décembre 2018, lors d’une réunion du cabinet, le ministre Beyle a déposé un amendement à la loi sur la Banque centrale de Somalie, notamment l’article 12 qui permettrait d’ouvrir le poste à un non somalien. La plupart des membres du gouvernement a désapprouvé l’amendement, mais le Premier ministre est intervenu et a souligné la nécessité de gagner la confiance de la communauté des donateurs et d’attirer les investissements étrangers. Les dirigeants ont alors décidé d’agir rapidement et de faire adopter l’amendement par le Parlement.

Un Blanc à tout prix !

Nous avons ici un cas sans précédent bafouant la légalité et l’équité. Une procédure de recrutement a été menée sur plusieurs mois. À son terme, une loi de la République fédérale de Somalie est en passe d’être modifiée pour permettre un résultat décidé à l’avance. Pour un État qui aspire à la démocratie, il s’agit d’un précédent préoccupant.

Les lois existantes ne peuvent être modifiées arbitrairement à la demande de l’exécutif. Cette volonté exprime la détermination du gouvernement à confier la Banque centrale à un étranger. Il préférerait modifier une loi impliquant l’approbation du Cabinet, puis du Parlement, puis du président, plutôt que de nommer un compatriote somalien.

Une croyance erronée voudrait que pour attirer les investissements étrangers directs ou gagner la confiance des donateurs, il faudrait installer quelqu’un qui leur ressemble. Certes, de nombreux étrangers ne font pas confiance aux Somaliens pour gérer leurs propres affaires, mais pourquoi le gouvernement lui-même ne fait-il pas confiance aux Somaliens pour gérer la Somalie ?

Pourtant, les appels à l’unité nationale (Soomalinimo), ont été accueillis favorablement et ont conduit à une réglementation rendant obligatoire toutes les communications officielles du gouvernement en langue somalienne. Nous avons été impressionnés par la récente déclaration de l’ambassadeur de Somalie à l’ONU qui affirmait que les Somaliens dirigent les affaires somaliennes. Après ces beaux discours, comment privilégier un homme blanc ?

Un choix incompréhensible

Que sait faire un homme britannique en Somalie qu’un Somalien ne sache pas faire ? Selon des rumeurs, le gouvernement voudrait désespérément nommer M. Nigel Roberts au poste de gouverneur (il est intéressant de noter que Nigel Roberts est une connaissance personnelle de Fiona Davies). Examinons les références de M. Roberts.

A-t-il une expérience de calibre mondial dans les domaines de la banque ou de la finance internationale, à l’instar de nombreux candidats somaliens ? Non, M. Roberts n’a pas cette expérience et est en fait un expert en conflits et en sécurité. Il est titulaire d’une maîtrise en littérature anglaise et d’une autre maîtrise en économie agricole.

Mis à part la nationalité, il est légitime que le peuple somalien s’interroge sur la qualification de cet homme pour le poste. D’ailleurs, se conformera-t-il à l’instruction du Premier ministre qui exige l’usage de la seule langue somalienne dans les lettres et réunions officielles ?

Si les rumeurs de couloirs sont vraies, il s’agirait d’un événement sans précédent pour un pays souverain indépendant. Les nations réservent habituellement les postes aussi importants et sensibles à leurs compatriotes qualifiés. De nombreux talents sont disponibles.

Chaque jour, des Somaliens s’illustrent dans le monde. Ils triomphent dans des pays étrangers hostiles, comme c’est le cas de Ilhan Omar membre du Congrès américain, et de Ahmed Hussen, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté au Canada, ainsi que Abdulqawi Ahmed Yusuf, président de la Cour internationale de justice (tribunal de l’ONU). Les Somaliens sont capables d’atteindre le sommet en partant de rien. Alors, pourquoi ne peuvent-ils pas avoir la même chance dans leur Somalie natale ?

Cette affaire étrange soulève de nombreuses questions et préoccupations sérieuses. Alors que le gouvernement se démène pour faire modifier la loi par le Parlement et nommer son homme providentiel, R. Nigel, les législateurs, représentants du peuple, doivent mettre fin à cette mascarade. Respectons nos lois, nos institutions et, avant tout, respectons les Somaliens.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Pester parce que le gars est britannique oui.
    Pester parce que le gars est blanc comme dans le titre euh………… comment dire………..

  • J’aurais aimé voir les réactions si dans un de nos pays bien-pensants des voix s’étaient élevées de la même façon que cet article, pour s’opposer à la nomination d’un homme NOIR étranger à un emploi publique!
    Où sont donc tous nos associations et ONG nationales et internationales anti-racistes ?? Hhmm, ah oui! dans ce cas ce n’est pas pareil! Il faut tenir compte du « contexte culturel locale » sans doute…

  • Monsieur Tidjane Thiam dirige le Crédit Suisse, et personne n’y trouve à redire malgré le fait qu’il soit du plus beau noir.

    Donc, un Noir peut diriger une grande banque d’un pays majoritairement blanc, mais l’inverse n’est pas vrai.

    Le politiquement correct fait des ravages partout, même sur Contrepoints.

    • Les ravages sont d’abord et avant tout sur Libre Afrique, et on peut en effet se demander comment un projet qui « visait à défendre la liberté » s’est dégradé à ce point. Il y a là une interrogation essentielle !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le marché français est en baisse de 6 % depuis jeudi.

Les actifs tangibles comme l’or et le pétrole résistent plus. L’or a baissé de 10 % depuis son record du mois de mars. Mais il affiche toujours un léger gain sur 6 mois. Et le baril de pétrole reste au-dessus des 100 dollars... bien au-dessus des niveaux de l’an dernier.

Au contraire, le marché-actions est en baisse de 12 % sur les 6 derniers mois.

La plupart des investisseurs croient sans doute à l’abandon des tentatives de normalisation de la part de le Fed. Les auto... Poursuivre la lecture

L’Europe veut faire la guerre économique à la Russie, mais elle n’a jamais été aussi mal préparée en matière de sécurité énergétique, et va le payer au prix d’un choc inflationniste de grande ampleur. Aussi, quelles conséquences pour les actions ?

Le retour en grâce des valeurs du vice

En février 2022, les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne ont approuvé des conclusions sur les résultats de la COP 26 sur le climat et ont convenu des priorités pour les travaux de l’UE en matière de climat et de diplomatie énergétiqu... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

La Chine vient de lancer son crypto-yuan, une monnaie nationale basée sur une blockchain. D’abord regardée avec beaucoup de scepticisme par la communauté internationale, l’idée semble avoir conquis les pays occidentaux qui se penchent tous sur un crypto-euro ou un crypto-dollar.

Pourquoi un tel engouement de la part de nos technocrates ? Ces nouvelles monnaies vont-elles être meilleures ou pires que les monnaies existantes ?

Un nom flou pour une idée contradictoire

En période de propagan... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles