Un autre « 10 years challenge »

Oui, un autre "10 years challenge" est possible duquel on n'aboutit pas systématiquement à la conclusion que tout va de plus en plus mal.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
planet of flowers by Mumes World(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un autre « 10 years challenge »

Publié le 25 janvier 2019
- A +

Depuis quelques jours, Facebook a décidé de lancer une opération de communication à destination de ses utilisateurs, sous le nom « 10 Years Challenge ». L’idée est simple : poster en ligne la photo de profil utilisée pour Facebook en 2009 et celle qui est actuellement affichée par l’utilisateur, dix ans plus tard.

Si, pour beaucoup, l’idée semble aussi innocente qu’amusante et permet de mesurer le temps qui passe en se revoyant dix ans plus jeune, d’autres, plus réalistes, n’ont pas hésité à pointer l’arrière-pensée probable qui se cache derrière cette mise en ligne volontaire d’un comparatif du vieillissement humain : en fournissant ainsi une image de soi à dix ans d’écart, la masse de clichés récoltés, gigantesque, permettra d’alimenter facilement toute une série d’algorithmes malins conçus par la firme de Zuckerberg et dont l’usage final peut fort bien recouvrir des buts pas forcément positifs et probablement pas philanthropiques.

Pour d’autres enfin, cela aura été l’occasion de plastronner ses opinions politiques, par exemple en poussant de petits couinements plus ou moins judicieux sur l’abominable réchauffement climatique qui heurte toute la planète de plein fouet depuis quelques années (et qui va frapper tout l’hémisphère Nord avec une augmentation prévisible d’au moins 10°C dans les six mois à venir – survivrons-nous ?), ce qui a donné lieu à d’intéressantes prouesses propagan informationnelles, où tous les moyens sont bons, y compris la bonne grosse carabistouille (de nos jours appelée fake news) pour tenter de faire passer ses messages boiteux.

On pourrait (et il suffit de lire les médias grand public pour s’en convaincre) ressasser de la même façon l’ensemble des problèmes que les populations et le monde ont traversés durant ces 10 ans et insister sur les disparitions plus ou moins fantasmées de gros pourcentages dodus d’animaux, d’insectes et de petites plantes, ces pourcentages finement calculés s’appuyant sur une connaissance précise du nombre d’espèces totales (qu’on ne connaît en réalité pas du tout, même de loin) sur le nombre d’espèces disparues (qu’on ne connaît pas plus, même à la grosse louche). On pourrait aussi insister sur les diminutions de pouvoir d’achat de certains Européens (mettons, au hasard, les Français) en croyant que cette situation se calque parfaitement au reste de la planète.

Et puis on pourrait regarder les chiffres de ces statistiques un tantinet plus solides, établies sur des séries longues sur des données dont numérateur et dénominateur sont bien mieux connus, et aboutir à une conclusion quelque peu… différente : en fait, sur les 10 ans passés, l’Humanité va mieux (les Humains, pas l’épave journalistique).

En dix ans, la condition humaine sur la planète s’est nettement améliorée, donnant à des centaines de millions d’individus un véritable avenir autre que celui d’une courte et pénible vie de souffrances, qu’elle fut raccourcie par la guerre ou la maladie. Les conflits ont nettement diminué, le nombre d’homicides sur la planète chute, la faim continue de reculer, de moins en moins d’enfants se retrouvent au travail.

Et pour un nombre croissant, massif d’individus, cela ne signifie pas simplement quelques aménagements à la marge, mais la différence entre la vie et la mort. Cela veut aussi dire l’accès à l’éducation, l’accès à des technologies simples mais décisives (eau potable, électricité, infrastructure routière par exemple) qui transforment complètement la vie.

Cette transformation radicale entraîne à son tour d’autres effets bénéfiques : non seulement la condition humaine s’est améliorée, mais avec le développement technologique et l’éducation globale qui progressent partout dans le monde, on peut enfin envisager une vraie lutte contre l’impact humain négatif sur l’environnement. Par exemple, sans accès à l’éducation et sans une pénétration des meilleures technologies dans les pays en voie de développement, il ne peut y avoir de lutte efficace contre quelque pollution que ce soit. Par exemple, avec l’amélioration des techniques, technologies et du savoir, la surface de terres arables consacrées à l’agriculture tend à diminuer par tête de pipe, et non augmenter. D’autant qu’avec l’enrichissement humain, la fécondité diminue, poussant l’idée d’une surpopulation dans ses retranchements cassandresques.

À l’évidence et contrairement aux éternels vendeurs de catastrophes globales et définitives (que ce soit avec un conflit mondial à coups de bombes nucléaires ou, plus en ligne avec la doxa du moment, des tsunamis, des tremblements de terre, des tornades et des étés trop chauds), la situation s’améliore pour le genre humain. À tel point d’ailleurs que les catastrophes climatiques font de moins en moins de morts, information ô combien intéressante mais qui — stupéfaction ! — tend à être pudiquement passée sous silence par une presse pas trop heureuse de distribuer des informations en contradiction flagrante avec l’alarmisme ambiant.

Tout n’est pas rose, loin s’en faut, de nombreux efforts restent à faire et comme il est toujours plus facile de vendre des catastrophes, de faire pleurer sélectivement sur des petites bêtes sympas qui disparaissent (tiens, personne pour pleurnicher sur la quasi-disparition du ver de Guinée, par exemple), on peut garantir que cette face de la pièce ne sera que trop rarement présentée.

Il n’en demeure pas moins que, sur 10 ans, des centaines de millions d’individus sont, contre toute attente, encore en vie et certains peuvent même, maintenant, poster un profil Facebook. On comprendra que, pour ceux qui misent sur les catastrophes et la misère des autres, ce soit une mauvaise affaire. Permettez-moi, de mon côté, de m’en réjouir.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Bonjour
    Le nbre de morts liés aux événements climatiques est parlant, 20 fois moins alors que la population a explosée.
    De même pour les morts du paludisme. Le GIEC disait il y a 30 ans que le nbre de cas allait augmenter. Pas de chance, il a diminué de 40% depuis 30 ans.
    La meilleur protection aux aléas climatique, c’est le développement économique, pas la décroissance qui est toxique.

    • je ne suis pas retourné voir les rapports du giec sur le sujet mais en général seuls les médias pensent que les effets du changement climatiques c’est maintenant..pour le giec c’est plutôt toujours 2050 2080 rappelons qu’un des miracles du changement climatique , c’est que ses plus grands adorateurs sont aussi ses plus grands « négationnistes ».. la majeure partie de ce qu’on entend n’est pas ce que disent les rapports du giec… qui sont d’ailleurs souvent incompréhensibles pour moi sur le plan des « possibilités »… il y a une très curieuse façon ,lors des exégèses , de penser que quand les modèles convergent dans les prévisions c’est qu’ils sont crédibles ..

  • Un article de h16 qui se place sur une note optimiste, c’est suffisamment rare pour être souligné et applaudi. Peut-être parce-qu’il n’y mentionne notre bande de clowns à roulettes qu’à la marge… à méditer 🙂

    • ?
      A noter qu’il ne s’est pas terminé par CPEF, en raison de l’élargissement à la planète…
      Ça fait vraiment plaisir de le voir optimiste (H16) !
      Merci encore, je diffuse !

    • Il a en effet du se lever du mauvais pied ce matin, ce n’est en effet pas dans ses habitudes… même si en lisant entre les lignes, on devine le petit diable qui sommeille <o)

  • Certes, mais il est inutile de faire remarquer cela aux écolos-gauchistes dont le but est de détruire la prospérité là où elle se trouve!

    • Au contraire, il faut diffuser ce genre d’infos au maximum pour lutter contre le catastrophisme délétère.

    • Il faut se poser la question du pourquoi. Pourquoi les écolo-gauchistes veulent détruire la prospérité.
      La prospérité repose sur le travail et l’innovation qui améliorent constamment nos vies. Les écolos-gauchistes étant souvent très médiocres et incapables de produire quoi que ce soit, il leur est particulièrement difficile de briller dans notre société de la performance. Leur souci est donc d’entraver le plus possible les possibilités de ceux qui se retroussent les manches et de ceux qui se creusent les méninges. Annihiler les efforts des gens sérieux et intelligents est donc primordiale. Pour ce faire, il faut prendre le pouvoir avec des concepts fallacieux telles que la peur, l’égalité en tout, le rationnement (des autres), le véganisme et enfin la décroissance.
      Les écolos-gauchistes sont pour la plupart des religieux qui croient au jardin d’Eden où le loup et l’agneau se côtoient dans l’harmonie et la paix, où il suffit de lever la main pour cueillir des fruits et s’abreuver à une fontaine, naturelle bien sûr.

    • @Virgile
      Bonjour,
       » il est inutile de faire remarquer cela aux écolos-gauchistes »
      Cela risque de leur piquer les yeux et de faire bouillir leurs cerveaux, puisque pour eux, la ligne rouge des morts non climatiques du dernier graphique, est en fait liée au climat. Les tsunamis ont sont provoqués par le réchauffement climatique, nous a-t-on dit il n’y a pas si longtemps. De là à ce qu’ils nous proclament que les erruptions volcaniques et les tremblements de terre le soient aussi…

  • le créateur du site gapminder hans rosling faisait partie des gens qui osent assimiler la deep écologie aux idéologies qui enfantement le concept de lebensraum…

  • La biodiversité est une diversité génétique d’espèces, de sous-espèces, de variétés… et n’est de façon inhérente ni bonne ni mauvaise (comme toute diversité).

    L’éradication de la variole est une diminution (marginale) de cette diversité. On ne peut pas le qualifier autrement.

    La diversité ne dit rien sur la qualité.

    • et si on devait définit l’homme moderne…ce serait animal qui a une forte capacité à modifier l’écosystème à son profit…..l’idée d’agriculture naturelle me laisse toujours dubitatif..

      • D’autant plus que c’est strictement impossible, puisque TOUT ce que nous consommons, plantes (ou animaux) sont des OGM de plantes, et de faune sauvages, donc l’agriculture naturelle ne peut exister. L’ignorance des écolos est abyssale tout comme leur stupidité!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Benjamin Faucher. 

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

... Poursuivre la lecture

Par Damien Conzelmann.

Sur les ondes de France Inter, Olivier Blanchard, ex-chef économiste du FMI, déclarait qu'il n’y a pas à sacrifier la croissance pour éviter le réchauffement climatique :

https://twitter.com/franceinter/status/1407950272060694529

 

Il n’en fallait pas plus pour réveiller et indigner tous les partisans de l’idée de décroissance économique. Les insultes ont fusé. Gilles Raveaud a même parlé de « naufrage intellectuel ». Récemment, la publication d’un brouillon du GIEC a également relancé ... Poursuivre la lecture

Par Jo Moreau. Un article de Belgotopia

Nous sommes abreuvés d’avertissements affolés devant l’épouvantable canicule qui nous attend la semaine prochaine, alimentée par notre inaction devant le thermostat climatique, pourtant dénoncée par notre future doctoresse honoris causa et ses suiveuses.

Je me suis penché sur quelques précédents météorologiques survenus au XXe siècle, dont le début est caractérisé par une succession d’étés chauds et secs, et je vous en livre quelques exemples spectaculaires ici.

Anno 1900

Janvier es... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles