Ces Gilets jaunes qui prennent l’État pour cible

Gilets jaunes by Thomas Bresson (CC BY 2.0) — Thomas Bresson ,

Grève de la TVA, attaques de radars et de centres des finances publiques : les Gilets jaunes s’en prennent aux symboles de l’État oppresseur.

Par la rédaction de Contrepoints.

En dépit de certaines images véhiculées hier sur les Champs-Élysées, les Gilets jaunes ont parfaitement compris que le problème principal des Français, c’est l’État. Et pour mettre en évidence le problème, ils s’en prennent à ce qui le représente le mieux : l’Arc de Triomphe, les Centres des finances publiques, les radars ou les bureaux de la TVA.

 

Tour d’horizon des actions menées contre l’État.

Des radars neutralisés

La hausse des taxes en question

Certains commerçants font la grève de la TVA, souhaitant assécher cette source fiscale obligatoire. Cette initiative est partie de Saint-Brieuc. Comme l’explique Europe 1 :

Les Gilets jaunes des Côtes-d’Armor invitent, à l’échelle nationale, les commerçants et artisans à ne pas prélever de TVA pendant le mois de décembre. Une manière de rehausser le pouvoir d’achat des clients, et surtout de faire montre de leur grogne en privant l’État de la collecte d’un impôt.

Attaques contre les Centres des finances publiques

Et les attaques contre les centres des impôts continuent : 130 « actes durs et violents à l’encontre des centres des finances publiques et de leurs agents » lit-on dans Capital. « Le mouvement change de cap et s’attaque aux symboles de l’État »titre Ouest-France. BFM explique que « des centres d’impôts sont pris pour cible par les Gilets jaunes « .

Les Français sont-il en train de comprendre que leurs problèmes financiers sont bien liés aux prélèvements toujours plus importants de l’État, tandis que le service — public — rendu diminue en quantité et en qualité ?

La seule revendication qui devrait être faite, c’est de cesser d’assister en permanence les Français et leur redonner la liberté de choisir leur vie : le budget de l’État et celui des contribuables s’en porterait mieux. Et leur liberté aussi.