Belgique : polémique sur l’éviction d’une chroniqueuse après ses propos anti-écolo

Emmanuelle Praet a été suspendue d’antenne, tant en télé qu’en radio. Elle se serait rendue coupable d’une « faute grave » en vilipendant l’action de partis spécifiques au moyen de généralités sans fondement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Television by keriluamox(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Belgique : polémique sur l’éviction d’une chroniqueuse après ses propos anti-écolo

Publié le 2 décembre 2018
- A +

Par Thierry Godefridi.

« C’est pas tous les jours dimanche ! » Emmanuelle Praet s’en souviendra après qu’elle eut interpellé dimanche les représentants (?) des Gilets jaunes qui étaient présents sur le plateau de l’émission de RTL-TVI et ne l’étaient assurément pas en raison de leur inclination pour la dialectique hégélienne (« mes camarades », « le peuple », « nous sommes en dictature »…). Elle leur fit entendre que l’on avait « toujours voté pour les mêmes en Wallonie » et que, « aux dernières élections, Ecolo a fait un bond, que toutes ces taxes que vous avez sont des taxes environnementales, alors, aux prochaines élections, réfléchissez quand même un peu ».

Et, la coprésidente du parti « vert » de twitter cet oukase : « Emmanuelle Praet aux Gilets jaunes : toutes les taxes que vous dénoncez sont environnementales et vous venez de faire gagner ecolo, ‘alirs’ réfléchissez en mai (de mémoire) j’attends un démenti et une condamnation ferme de cette désinformation #dimancheRTL ».

« Qui se sent morveux, qu’il se mouche », eût répondu Molière.

Propos outranciers

Et, dans la foulée, la direction de RTL de regretter les propos jugés outranciers de sa polémiste, de s’en désolidariser et de suspendre Emmanuelle Praet d’antenne, tant en télé qu’en radio. Elle se serait rendue coupable d’une « faute grave » en manquant à sa « mission de servir le débat d’idées en plateau » et en vilipendant l’action de partis spécifiques au moyen de généralités sans fondement. « À l’heure des fake news, cela ne peut que contribuer à renforcer la méfiance des citoyens à l’égard des institutions, en ce compris les médias d’information… »

Quand, dans la même émission, un autre « polémiste » compare « ceux qui ont réussi », qui roulent en trottinette électrique (il y en aurait « plein » à Bruxelles, « c’est très à la mode, c’est très chic ») et qui achètent un nouvel ordinateur et une nouvelle machine à laver « toutes les semaines » (si vous en connaissez, faites signe !) et les « gens normaux » qui, pour aller travailler à 20, 30 ou 40 km de chez eux, ne se déplacent évidemment pas en trottinette, ce polémiste-là, par contre, sert le débat et la vérité « en plateau », « à l’heure des fake news ».

La Constitution belge (http://www.senate.be/doc/const_fr.html) garantit en son article 19 la liberté de manifester ses opinions en toute matière et dispose en son article 25 que la presse est libre et que la censure ne pourra jamais être établie. Cette matière est-elle sujette à interprétation ?

C’est en ce sens qu’il faut comprendre le soutien apporté par Theo Francken, le secrétaire d’État à l’Asile et aux Migrations et responsable de la Simplification administrative, membre du parti nationaliste flamand, la N-VA, à Emmanuelle Praet et son hashtag #jesoutiensemannuellepraet sur Twitter.

Sauf erreur, il fut le premier homme politique à réagir à la condamnation de Emmanuelle Praet par la coprésidente des verts sur Twitter et à s’inquiéter de la tournure totalitaire des événements. « Les verts veulent devenir la plus grande formation politique de Belgique : éditorialistes, chroniqueurs, journalistes, analystes, politologues, commentateurs, méfiez-vous ! #freedomofspeech ».

Sans doute eût-il été de bon aloi que des représentants d’autres formations politiques que la N-VA, le MR et l’Open VLD manifestent le souci de la liberté du débat public, voire que les collègues de l’intéressée lui expriment publiquement leur solidarité. Mais, pour reprendre l’oxymore de Camus, ce fut un silence assourdissant. Mardi, Emmanuelle Praet a été congédiée par RTL qui lui reproche, dans un communiqué, non seulement sa « faute professionnelle » mais apparemment aussi « les nombreuses réactions suscitées par sa suspension » !

Ça, ce sont les faits, relatés à l’intention des Français qui lisent cette chronique sur Contrepoints.org et ne sont pas au courant des arcanes de la vie politique et médiatique belge.

À quoi servent les élections ?

Emmanuelle Praet a-t-elle failli à son rôle ? Irritée par la médiocrité confondante du débat, la polémiste commença par demander aux protagonistes à quoi servaient les élections (réponse en chœur des gilets jaunes (?) avec la condescendance de ceux qui se sentent imprégnés de la science infuse : « À rien ! »).

Cette question, pourtant essentielle, ne se retrouve nulle part dans les réactions des uns et des autres aux propos d’Emmanuelle Praet. Celle-ci enchaîna alors avec sa remarque que, depuis des lustres, l’on votait en Wallonie toujours « pour les mêmes » (sans préciser lesquels, partis ou personnes, mais n’en est-il pas ainsi ?) et qu’aux dernières élections, Écolo avait fait un bond alors que beaucoup de taxes dont les gens se plaignaient étaient justifiées par des considérations d’ordre écologique.

Un appel à la conscience démocratique et à une réflexion conséquente était-il déplacé dans ce débat où le jaune fluo le disputait au rouge vif ? Prétendre que Emmanuelle Praet ait donné une quelconque consigne de vote et « vilipendé l’action de partis spécifiques au moyen de généralités sans fondement » relève de la fantasmagorie. Elle serait d’ailleurs bien en peine de le faire : la plupart des partis politiques en Wallonie, à Bruxelles et en Flandre, adhèrent, peu ou prou, à l’écologisme, Écolo étant naturellement le parti emblématique de cette idéologie.

Et, l’écologisme a un coût : il n’était pas inutile de le rappeler ! Les propos de Madame Praet, si tant est qu’elle soit libérale, sont, sur ce point comme sur les autres, plus libéraux et éclairés que ceux de nombre de libéraux labellisés en tant que tels dont la voix a curieusement du mal à se faire entendre.

Polémiste (définition de L’Internaute) : « Personne qui possède un certain talent pour provoquer ou entretenir des controverses, généralement sur des sujets politiques ou économiques. Exemple : Voltaire était un célèbre polémiste qui contestait avec humour la religion et le pouvoir en place. » Ah ! C’est peut-être ça que l’on reproche au fond à Emmanuelle Praet : son manque d’humour. Ce dont les « caviars » et les « horions » de certains de ses ex-collègues « chroniqueurs » ne sont assurément pas dépourvus !

Pour, donc, en terminer sur une touche d’humour voltairien : et si le parti de Monsieur Francken offrait une place à Madame Praet sur sa liste électorale à Bruxelles lors des prochaines élections législatives belges en mai 2019 ?

Sur le web

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • Dans le plat pays mettre les pieds dans le plat est interdit ,si j’ai bien compris l’histoire , elle a donné une consigne de vote contraire aux vœux du gvt d’écraser les belges sous des taxes environnementales et ça devant un parterre de gilets jaunes …cela mérite une d’échéance de nationalité ,le cachot voir la potence !

    • @ reactitude
      Non, il faut savoir qui est qui dans cet événement (rare dans l’audio-visuel belge) pour comprendre.
      Oui, comme le dit l’article explicitement, E.Praet est de tendance M.R. (mouvement réformateur = parti libéral francophone, actuellement au gouvernement). En Wallonie, la majorité est classiquement P.S. (socialiste) depuis longtemps.
      Rappelons que les gilets jaunes sont officiellement apolitiques.
      L’échange n’avait donc pas sa place dans ce débat et RTL TVI, radio-télévision privée, a évidemment le droit de sanctionner sa collaboratrice, ce ne sont pas nos oignons!
      Les divers débatteurs de l’émission ont les différentes tendances politiques des téléspectateurs et ça ne changera rien: son/sa remplaçant(e) aura aussi sa tendance. Donc non, le problème n’était pas politique et votre interprétation était hasardeuse.

      • Si les média belge sont à l’image des Français on sais se qu’il est est de leur soi-disante indépendance politique…

    • @ reactitude
      Commentaire aussi hasardeux qu’erroné!

    • @ reactitude

      Commentaire aussi hasardeux qu’erroné!

    • @ reactitude
      Commentaire hasardeux et erroné!

  • les écolos on commence a en avoir ras la casquette de leur idéologie mortifère et des leurs évidences dénuées de tout sens logique et de base scientifique ils feraient bien d’ouvrir les yeux ces bobos , ou de retourner faire des études scientifiques poussées sur ce qu’il veulent nous faire croire , qu’une majorité ne croie plus !

    • Idéologie mortifère et transnationale…
      Les vrais responsables sont très très haut…

      • je dirais plutôt que ceux qui sont très haut ont tort de jouer avec cette bestiole.

        • @ jacques lemiere
          Je ne crois pas! Il semble probable (ce n’est pas moi qui le dit!) qu’il faut quand même s’attendre à une période (cyclique, depuis toujours) d’une augmentation de température mondiale qu’on tente de limiter à 1,5 °C. Si cela se confirme, il pourrait se produire une fonte des glaces au pôle nord, la banquise s’étendant plus au pôle sud, avec possible montée de eaux marines. Moi, je ne serai pas touché, mais nos amis néerlandais seront certainement plus intéressés pour ces terres conquises sur la mer, protégées par des digues, mais en fait sous le niveau de la mer!

          De même les Français pourraient être intéressés, non pas en métropole, sans doute, mais dans les dom’s insulaires. Ce ne sont que 2 exemples!

          Je ne suis certes pas un écologiste, encore moins politisé! Mais j’ai bien dû constater que le souci écologique avait quand même pu améliorer mon cadre de vie! Et qu’on ne salope plus autant nos déchets les bois et les campagnes qui m’environnent, je ne peu qu’approuver!
          Que la pollution de l’air à Paris ait bien diminué et que le smog londonien n’existe quasi plus: ce ne sont que de plutôt bonnes nouvelles!

          Donc l’écologisme politique, non, mais l’amélioration écologique de nos conditions de vie: pourquoi pas?

          • Le mouvement est lancé depuis de longues années.
            Pourquoi donc accélérer à fond en vue de vivre 130 ans?

          • ce n’est pas un souci écologique mais bêtement environnemental..il n’est pas de nature si différente à celui qui fait un trou dans le haut de sa hutte pour évacuer la fumée de son feu..ou celui qui ne balance pas son purin dans le puits..

            le problème avec l’ecologie politique n’est pas la pertinence des problèmes évoqués ..c’est souvent l’absence de hiérarchisation et plus généralement de quantification.
            On voir ou imagine un problème et surtout si il plait idéologiquement on y balance des tombereaux de pognon..
            Le résultat c’est en général aucun progrès..et du fric foutu en l’air..fric qui aurait pu être mieux utilisé.

            les écologistes n(‘ont pas toujours tort sur le fond mais quasiment toujours sur l’approche des problèmes et c’est là qu’ils font très mal.. Ils favorisent l’émergence de raisons ineptes pour interdire ce qu’il ne leur plait pas,

            • @ jacques lemiere
              Oh! Écologie (science de la maison ou de l’habitat) est aussi vague qu’environnement.
              À mon avis, pas de quoi en faire un parti politique.
              Mais on fait de la politique par goût du pouvoir … L’écologie peut alors devenir une idéologie (supplémentaire) et on peut légiférer, normer, taxer, obliger et interdire: ce but justifiant en retour le parti!

  • surtout ne pas débattre!!!!

  • L’écologie est devenue une nouvelle religion avec ses papes et son inquisition qui ne laissent aucune place à la critique.
    Confrontés à la réalité, il ne savent répondre que par le totalitarisme et l’exclusion de ceux qui ne pensent pas comme eux.

    • Oui, d’aucuns verraient bien le Gaïaisme en religion officielle du Saint Empire Européen.
      Une religion géniale qui permet d’écraser les gens sous les taxes, de s’immiscer dans leur mode de vie et de museler la liberté d’expression, tout cela au nom d’une révélation simple et éclatante: il s’agit de sauver le monde de sa fin prochaine.

      Le modèle Aztèque, en somme. A quand les sacrifices humains?

  • Les écolos, la nouvelle religion, un dogme comme un autre, et un petit peu de véganisme pour parachever la chose, hop. Ne vous en faites pas la planète va s’en remettre sans problème. Conseil aux ecolo facho, un petit suicide collectif soulageant la planète serais le bien venu.

  • En Belgique tous les médias sont sous contrôles de l’état et des partis politiques qui ne laisse aucune marge de manoeuvre

    • @ iris
      C’est évidemment faux!
      D’abord, dans un état fédéral, les compétences sont partagées
      entre RTBF (Fédération Wallonie-Bruxelles)
      BRT (Communauté flamande) et
      BRF (Communauté germanophone)
      De plus, il existe des antennes qui sont privées et pas soumises à l’autorité d’état.
      RTL TVI est une de ces antennes, raison pour laquelle la question d’E. Praet relève d’elle-même et de son patron!

  • a quelques occasions, j’ai posté des commentaires sur des article au sujet du climat, dans les pages accessibles de LLB.
    Fort heureusement la police veille, et je suis banni de commentaires.
    Ce matin j’entends un piposophe A. Finkelcr…vous finissez comme vous voulez:il faut ,au besoin avec des mesures fortes, au delà de ce que nous appelons la démocratie, rétablir l’état de droit
    Un autre olibrius sur une chaîne TV déclarait qu’il faut leur rentrer dedans, tant pis s’il y a de la casse.
    Et le Président toujours drapé dans sa croisade du graal climatique
    Ce matin encore, un débat, il faut rétablir l’ISF, pour payer la taxe carbone? et interdire le glyphosate, et l’huile de palme,
    Soumis à l’invraisemblable matraquage médiatique orchestré par les bien pensant écolo durable , Mme Michu ne sait plus où elle est, où elle va.
    A force de s’être laissé bercé par les promesses du retour au paradis perdu, les gens découvrent que ce paradis est fait de privation, de précarité,de souffrances, sans même de garantie qu’il ne fera pas plus sec, plus humide, plus froid, plus chaud l’année prochaine( ah oui, plus chaud, ils y travaillent, un vrai scandale)
    Quand Bove fauche le champ de recherche d’un institut de recherche, on applaudit.
    Quand les zadistes s’approprient des terrains , une route, on laisse faire, on discute, et on laisse prospérer une frange anti qui maintenant n’a qu’un but, détruire cette société .
    Combien d’interpellations à NDL?
    Pour une fois, faut tout de même remarquer que spontanément, les graines de la violence que l’on a semées ont bien germé,

    • On sait que nombre de pays occidentaux ne sont plus des états de droit. Les lois ne sont pas respectées, les juges jugeant suivant leurs convictions personnelles, la liberté d’expression supprimée, l’inquisition écolo-gauchiste frappant les insoumis (les vrais pas les marionnettes gauchistes), etc…

  • Comme quoi il n’y a pas qu’en France que la lèpre sévit. Un présentateur météo viré chez nous, une chroniqueuse chez les Belges. Trump et Bolsonaro vilipendés car ils ne marchent pas dans l’arnaque. Bref le monde progresse selon Macron !

    • Non, c’est Macron qui a été sélectionné par les progressistes- mondialistes pour faire une politique choisie par eux. Quelque chose me dit qu’il déçoit ses mentors qui n’hésiteront pas à le lâcher pour nous en refiler un autre.

  • L’écologie étant la nouvelle religion, elle a été punie pour délit de blasphème.
    Honte à RTL-TVI.

  • Nous vivons dans un monde Orwellien.
    La presse francophone Belge est quasi unanimement à la cause du dogme réchauffiste. Certains journalistes agissent comme des porte-paroles d’Ecolo (ex. Michel De Muelenaere du journal Le Soir). Emmanuelle Praet, par son intégrité, a fait le pas de trop et c’est fait emportée par l’inquisition. Aucun parti politique digne de ce nom n’oserait remettre en cause le réchauffisme, ce serait suicidaire, et certains clament même être plus écologistes que les Ecolos (ex. Jean-Luc Crucke, du MR – Mouvement Réformateur /Liberal, et ministre Wallon de l’énergie), pas plus tard que ce midi sur l’émission de RTL en question. Dans tout ce contexte, l’effet Macron « Make our Planet Great Again », n’aide pas. La Cop 24 va nous remettre des couches supplémentaires ; il faudra beaucoup de patience et de courage avant de pouvoir changer le cours de l’histoire.

  • son renvoi ,comme celui de verdier naguère , ne me choque pas…
    désaccord de fond avec l’employeur..normal… un éditorialiste libéral sera sans doute viré de l’huma…no problemo.

    ce qui me choque est la nature de l’employeur..et les qualités dont il se pare…

    on doit juste regretter l’absence de pluralisme des médias… ou l’incroyable victoire des écologistes sur les esprits journalistiques ..autrement dit l’incroyable destruction de l’esprit critique des journalistes sur les sujets environnementaux…
    avec m^me une idée odieuse le mensonge est pardonnable dès qu’on parle environnement…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La réponse est simple : par bêtise et par dogmatisme. L’Union européenne, notamment l’Allemagne qui défend son industrie, veut écarter le nucléaire par dogmatisme politique vert antinucléaire en s’ingéniant à effrayer les citoyens.

Ses « élites » utilisent les grands médias pour distiller régulièrement une peur irraisonnée parmi la population, d’autant plus facilement que le sujet est compliqué.

Que l’Allemagne assume ses choix, mais qu’elle veuille les imposer à tous les autres devient insupportable.

De plus, certains pr... Poursuivre la lecture

Lors de l’Europan Liberty forum à Varsovie en mai 2022, la rédaction de Contrepoints a pu rencontrer des personnalités importantes du mouvement libéral européen telles que Ivan Mikloš.

Ivan Mikloš a été vice-Premier ministre et ministre des Finances de la République slovaque (2002-2006, 2010-2012), vice-Premier ministre de l’Économie (1998-2002) et ministre de la Privatisation (1991-1992). Il a cofondé et dirigé le groupe de réflexion économique MESA10 (1992-1998). Entre 2006-2010 et 2012-2016, il a été membre du Parlement. En 2014, il... Poursuivre la lecture

C’est un fait regrettable, la France est le pays développé le plus taxé au monde. Elle est devenue malheureusement et pour longtemps un enfer fiscal.

Principalement sous la présidence Macron, le ministre des Finances veut nous faire croire que les impôts ont diminué. C’est vrai pour certains tandis que d'autres ont augmenté. Et ce n’est pas fini car deux domaines vont aggraver la situation : la transition écologique et surtout le retour de l’inflation et donc obligatoirement une remontée des taux d’intérêts.

 

Prélèveme... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles