Qu’est-ce que la destruction créatrice selon Schumpeter ? (vidéo)

Le coeur du capitalisme expliqué par Corentin de Salle dans une vidéo de l’École de la liberté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qu’est-ce que la destruction créatrice selon Schumpeter ? (vidéo)

Publié le 4 novembre 2018
- A +

Par Corentin de Salle.

La « destruction créatrice » ? C’est le coeur du capitalisme selon Schumpeter. Corentin de Salle traite ici de l’impulsion fondamentale qui met et maintient en mouvement la machine capitaliste, est imprimée par les nouveaux objets de consommation, les nouvelles méthodes de production et de transport, les nouveaux marchés, les nouveaux types d’organisation industrielle, c’est-à-dire tous des éléments créés par l’initiative capitaliste.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • L’expression destruction créatrice pose problème car elle laisse penser que la destruction précède la création, comme si l’ancien monde disparaissait déjà alors que le nouveau ne serait pas encore présent, ni même imaginé. Cette sorte d’éloge de la table rase fait croire que c’est grâce à la destruction préalable qu’un nouveau monde peut émerger, sans que l’on sache vraiment ce qu’il sera. C’est une présentation de l’économie passablement inquiétante et dépressive.

    Or, il n’y a pas de raison de craindre les évolutions économiques car elles sont naturelles et bénéfiques. Au lieu de parler de destruction créatrice, il serait préférable d’évoquer la création positive. En effet, il faut bien que la nouveauté soit déjà présente pour que l’ancien, dépassé par la nouveauté, disparaisse. Le nouveau monde doit être forcément disponible avant qu’il supplante le précédent. Et encore, le processus demande du temps, une période de transition où l’ancien et le nouveau monde cohabitent.

    • Je me posais aussi la question, et j’aurais plutôt dit création destructrice (mais ça sonne trop négatif).

      En réfléchissant au pourquoi ce nom de destruction créatrice, on pourrait dire qu’un changement détruit une activité, ce qui libère des ressources pour la prochaine création. Je ne sais pas si c’est le sens donné par Schumpeter.

      • Création destructrice correspond mieux à la réalité mais c’est vrai que ce n’est pas enthousiasmant. Par exemple, la voiture existait avant qu’elle ne remplace le cheval. Les ressources créatrices étaient en partie libérées avant la disparition progressive de l’ancien monde, ce qui illustre le rôle majeur de l’épargne alimentant l’investissement initial, avec la prise de risque maximale qui l’accompagne.

        Sans épargne, sans investissement au travail, plus d’économie possible. Investir, c’est travailler.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Il est courant, depuis déjà longtemps, de considérer le libéralisme comme le danger suprême. On en fait un épouvantail bien commode pour exorciser toutes les peurs, les craintes liées au monde en particulier économique. Il est le coupable idéal face à des situations que l’on ne maîtrise pas ou plus, à toutes les erreurs qui peuvent être commises, dans tous les domaines.

C’est ainsi que, tentant de le diaboliser, certains tentent de l’apparenter au « grand capital », et tout ce que l’on peut trouver de péjora... Poursuivre la lecture

Par Claude Goudron.

Nul ne conteste aujourd’hui que la fonction publique française dysfonctionne. Le diagnostic est fait : pléthorique, intouchable, mal équipée et défaillante. Elle est un monstre d’inefficacité.

Nos hommes politiques s'accordent majoritairement sur ce diagnostic mais baissent les bras devant une réforme d’ampleur difficile à mettre en œuvre.

Fonction publique : état des lieux

Le pays compte 5,526 millions d'agents publics.

Cet effectif a augmenté de 40 % depuis François Mitterrand. On peut lui ajo... Poursuivre la lecture

Par Pierre Robert.

En 1957, alors que sévissait l’inflation, Guy Mollet, président du Conseil, prétendait l’éradiquer en bloquant les prix. La droite qui s’opposait à cette politique de gribouille fut alors qualifiée de « droite la plus bête du monde » par un chef du gouvernement manifestement ignorant des réalités économiques les plus élémentaires : on ne fait pas baisser la température (la hausse des coûts) en cassant le thermomètre (l’indice des prix).

Un scénario du même type se rejoue aujourd’hui. La CGT, la FSU et d’autres... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles