Prix à la pompe : le gouvernement jette de l’essence sur nos plaies

Les prix de l'essence flambent, mais rassurez-vous : le gouvernement n'a aucune solution. Il est même responsable et tout content de vous appauvrir.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pompes à essence à Paris (Crédits : Lezarderose, licence CC-BY-NC 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Prix à la pompe : le gouvernement jette de l’essence sur nos plaies

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 octobre 2018
- A +

Et voilà que les prix de l’essence à la pompe atteignent des sommets. Les records tombent les uns après les autres et déjà retentissent partout les vivats de la foule, trop heureuse d’enfin constater que la France s’enorgueillit d’une telle performance ! Et puis, assurément, si les prix sont si hauts, c’est que le pouvoir d’achat des Français n’a jamais été aussi pétulant, n’est-ce pas ?

Malheureusement, même lorsque tout va bien et que les bonnes nouvelles s’accumulent à un rythme si frénétique qu’il ne donne même plus le temps à notre frétillant président Macron de les fêter dignement, on trouve malgré tout des gens pour bougonner à propos d’un problème ou d’un autre.

Les prix de l’essence montent en flèche, et voilà que ça râle : partout, la grogne des automobilistes se fait entendre.

Pourtant, on avait bien testé leur docilité face à la recrudescence des brigands radars automatiques qui avaient montré qu’on pouvait largement faire passer de l’extorsion pour de la lutte contre l’insécurité routière sur les lignes droites d’autoroutes dégagées.

Pourtant, on avait aussi testé leur mollesse avec l’abaissement progressif des vitesses de circulation ainsi que des réaménagements urbains hyper-créatifs au point de rendre certaines villes parfaitement impraticables autrement qu’à trottinette, engin devenu l’alpha et l’omega du sémillant trentenaire célibataire sans enfant (la femme mariée avec enfants qui doit aller faire ses courses hebdomadaires peut largement aller se faire foutre, elle n’intéresse plus personne dans des centres-villes devenus inabordables pour des familles normales).

Et là, surprise, voilà que cette hausse déclenche un petit prurit chez nos paisibles mammifères automobiles : ils sont exaspérés à tel point que, partout en France, des associations d’automobilistes s’organisent afin de faire pression sur les autorités devant cette hausse dont l’écrasante majorité provient d’une furieuse augmentation de taxe (au-delà de 140 % de taxes, ça commence à se voir) et non, comme certains ont tenté de le faire croire, d’une hausse (comparativement modeste) du prix du baril de pétrole.

À tel point que des pétitions réclamant un arrêt de ces hausses (voire un retrait d’une partie de ces taxes) recueillent de plus en plus de signatures tandis que des appels à manifestations et mobilisations se multiplient. Pour un nombre croissant de Français, ces dernières augmentations s’apparentent véritablement à du racket

just think of it as a tax

En fait, les prix sont montés trop vite ; au contraire de tous les précédents rackets auxquels se livre l’État sur une base pluri-quotidienne, celui sur l’essence s’est un peu mieux vu parce qu’il a été trop brutal.

Peu importe que ce soit l’État qui décide déjà de plus de la moitié de votre salaire (depuis les cotisations jusqu’aux impôts en passant par les taxes, ce qu’il vous reste de votre revenu réellement libre de choix ne fait plus la majorité depuis des lustres). Peu importe que ce soit l’État qui décide de ce que vous allez faire d’une partie de plus en plus importante de votre temps, de votre argent, de vos déplacements, de vos consommations et même de vos loisirs : tout ceci est arrivé petit à petit et, comme la grenouille cuite à partir d’une eau à peine tiède dont la température n’a progressé que lentement vers l’ébullition, le peuple se retrouve maintenant largement ébouillanté sans qu’il s’en soit rendu compte.

Las, avec l’essence, les dernières hausses sont bien trop importantes, bien trop vite. Cela s’est vu.

Rassurez-vous cependant : devant la grogne qui monte, rien ne changera. L’État, monstre mou mais persistant, aussi faible avec les forts qu’il est fort avec les faibles, ne s’arrêtera pas en si bon chemin, surtout avec la rentabilité de ces taxes sur des consommateurs totalement captifs.

Mieux encore que captif, la doxa du moment permet de les culpabiliser sans effort, ce que ne se priveront pas de faire toute l’élite intellectuelle et le pouvoir en place, faisant ainsi passer des vessies grotesques pour des lanternes humanistes et éco-conscientisées.

Quoi de mieux qu’en appeler à la sauvegarde des générations futures, et ce même si on a largement sodomisé leur avenir à coups de dettes gigantesques introduites au trépan pétrolier ? Tout le monde sait qu’on peut survivre avec 2000 milliards de dettes certaines mais pas à un réchauffement totalement hypothétique de 1°C !

Dès lors, l’augmentation des prix de l’essence pourra se parer d’une vertu en acier inoxydable : c’est pour sauver Gaïa, mes petits amis. Et si vous avez l’impression que l’embout de la pompe ne s’enfonce pas dans votre voiture mais dans la partie charnue de votre individu, tant pis pour vous, c’est simplement parce que vous manquez de courage.

Car oui, c’est bien de courage dont se parent les tyranneaux et autres ponctionnaires en chef du gouvernement : aidés d’une transition écologique pratique pour camoufler à la fois son incompétence et son indigence budgétaire, voilà Édouard Philippe qui nous la joue « droit dans ses bottes », seul dans la tempête, le regard au loin et l’air résolu, prêt à affronter les éléments et les méchants-vilains qui s’opposent ainsi stérilement à la marche du progrès pour sauver la planète.

On ne s’étonnera pas du culot phénoménal d’un type qui a laissé la ville dont il fut maire dans un état financier lamentable et qui se révèle maintenant tout aussi toxique aux commandes du pays qu’il le fut pour pousser sa municipalité au bord de la faillite. Compte tenu de l’état consternant des finances havraises, je présume qu’il a fallu beaucoup de courage pour fuir le Havre et se réfugier à Matignon…

On s’étonnera d’autant moins de ce culot que ce Premier ministre est aidé par tout une ribambelle de thuriféraires plus ou moins zélés dans le travail de cache-misère déployé par son gouvernement pour camoufler le tabassage fiscal énergétique subi par les Français. Tout ce que « l’intelligentsia » (guillemets de rigueur) compte dans la joyeuse troupe de bobos conscientisés qui médiatisent à droite à gauche s’est levée comme un seul homme pour rappeler que, si on veut sauver Gaïa, il faudra bien payer à un moment ou un autre.

On peut s’attendre au même dévouement et au même déploiement d’âneries écoloïdes lorsqu’il s’agira de coller des péages urbains à chaque grande ville française : c’est pour lutter contre le Chat Spatial Géant Rose, il faut passer à la caisse !

Et pour ceux qui grognent vraiment fort, le gouvernement a le courage d’oser une solution encore plus crétine : on va distribuer des aides aux familles les plus nécessiteuses. Probablement parce qu’enferrer des individus dans les aides sociales est une vraie solution, probablement parce que distribuer une partie de l’argent des taxes collectées pour contrer les problèmes générés par leur collecte est d’une finesse intellectuelle sans limite et probablement parce que ce foutage de gueule en technicolor semble passer assez bien dans la bouche de l’une ou l’autre potiche gouvernementale et ne déclenchera aucun scandale.

Du reste, à force d’appauvrissement, de perte de compétitivité et d’attractivité économiques, à force de produire tous les jours davantage de familles pauvres, endettées, de chômeurs ne pouvant plus se déplacer, la France va effectivement louper les objectifs qu’elle s’est stupidement fixée à Paris lors de la COP21 : refusant tout investissement dans le nucléaire (que le GIEC encourage pourtant), le pays — dont les déplacement individuels s’étioleront — va se retrouver à favoriser les énergies les plus polluantes (éolien et solaire qui se doublent de gaz ou de charbon, barrages hydroélectriques qui noient des vallées entières…) pour permettre aux rares riches possédant des voitures électriques de continuer à se déplacer.

Oui, il faut un certain courage, une belle abnégation pour envoyer au casse-pipe économique des millions de Français. Il en faut, du courage, pour saboter une économie et un pays qui avait tant d’atouts.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (73)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (73)
  • Il s’agit simplement de la mise en oeuvre fiscale du principe de l’amortissement productif par effet de cliquet qui ne date pas d’hier.
    Il suffit d’absorber les oscillations du cours du brut: à chaque fois qu’il baisse, hop! une petite hausse de taxe pour lisser la variation.
    A chaque fois qu’il augmente, on laisse faire, c’est la faute aux arabes, on n’y peut rien.
    Plus les oscillations du brut sont fréquentes et amples, plus cet effet de cliquet rapporte, on peut se frotter les mains à Bercy.

  • …pour permettre aux rares riches écolos) possédant des voitures électriques

    • … ni forcément riches ni forcément écolos : même si le surcoût de l’achat en électrique annule l’économie réalisée ensuite, il est tellement plus satisfaisant de dépenser son pognon en investissement plutôt qu’en taxes !

      • Heureusement, les taxes sur l’électricité explosent aussi. Elle est pas belle l’égalité?

        • Je pressens que pas seulement les réservoirs des véhicules seront siphonnés…

        • @ Pangzi Pour l’instant il y a de la marge : j’ai calculé qu’avec ma voiture hybride rechargeable, 100 kms parcourus en thermique me coûtent environ 8€ de taxes, contre environ 1€ en électrique.

      • claude henry de chasne
        27 octobre 2018 at 6 h 43 min

        sauf qu’en louant les batteries , plus edf on paye quand meme la taxe

      • Investissements ? j’ai vu au dernier salon de l’auto une petite Renault électrique à 26000 €; sur l’étiquette, il y avait marqué, en tout petit: »+ 119€ par mois de location de batteries » l’art d’excroquer les gens en beauté en leur faisant croire tout et n’importe quoi.

        • @jaja64
          Bonjour
          119€ mensuels donnent 1428€ l’année. Sans compter la consommation électrique pour la recharge. Avec l’augmentation des prix des carburants cela pourrait devenir plus rentable de rouler électrique. On pourrait croire à un bon plan au final… oh Wait !

  • claude henry de chasne
    26 octobre 2018 at 10 h 31 min

    Les taxes sur l’Énergie impactent directement le pouvoir d’achat!
    corollaire baisse de la consommation====>> baisse de la TVA?
    nouvelles taxes a prévoir

    • Et comme les taux ont largement dépassé l’optimum de Laffer, leur augmentation a pour effet de diminuer les recettes par décroissance de la masse imposable.
      Quand ils atteindront 100% de nos « facultés », la masse imposable sera devenue nulle et nous pourrons nous repaître dans la satisfaction d’avoir égalitairement tous atteint le zéro absolu.

      • D’ailleurs les résultats sont là… sauf que les médias curieusement n’en parlent pas beaucoup… Chômage au 3e trimestre: +33700 toutes catégories confondues, +16200 pour la catégorie A.
        Comme dit le premier ministre: notre politique porte ses fruits!

        • @La petite bête
          Bonsoir,
          Du coup, je suis plus efficace que le gouvernement pour réduire le chômage : j’ai fait baissé le chiffre d’une unité : la mienne. Je n’ai toujours pas de vrai travail et suis toujours en emploi précaire contractuel de l’Etat. J’ai juste oublié de m’actualiser chez Pôle Emploi, qui m’a radié, me rappelant que pour bénificier des allocations et de ses autres merveilleux services (fermés au public) l’actualisation était obligatoire. Je ne touche plus d’allocation chômage quelconque depuis le début de l’année.
          Je suis d’accord avec votre dernière phrase : Leur politique porte ses fruits.

  • Marci pour votre « coup de gueule »!!!

    Ce gouvernement est devenu complètement fou, on est dans le monde absurde du père Ubu ou de Kafka.

  • Une seule solution pour sortie le pays de la mouise : voter pour un projet impératif.
    Seul problème, pas petit, si les projets sont niveau « yaka prendre l’argent aux riches », on ne sera pas sorti de l’auberge.
    Sans constitution valable CPEF 🙁

    • Le problème c’est les individus : tant que ceux ci accepte leur asservissement rien ne peut bouger. On peut avoir la meilleure constitution du monde si elle est violée tout les 4 matins et que personne ne pipe alors elle ne sers à rien.

  • Je donne 10 ans à la France. Un drame va nécessairement arriver.

    • @Zod

      Le drame qui va arriver ce sera la déchéance totale et durable de ce pays et de sa population, qui ne remettra rien en question, pleurant qu’il n’y avait pas assez d’état pour les consoler.

    • En agriculture, nous y sommes pas loin: les agriculteurs sont pointés du doigt pour tout et n’importe quoi, la santé, la pollution, le changement climatique. Je vois des couples d’agriculteurs qui n’osent plus dire quel métier ils font, tellement ils sont lynchés par les médias. Solution, yaka faire du bio et vous irez au paradis. Sauf que le bio se nourrit d’aides (versées souvent en retard) et les rendements y sont très aléatoires (cette année, en élevage bovin bio, grosse cata en fourrages, sauf s’ils ont fait du maïs, ce qui est rarement le cas en bio).
      Tout ça participe à une vive rancoeur qui va finir par s’exprimer de façon pas trop bisou.

      • @nevez
        Bonsoir,
        Le cas des agriculteurs qui n’osent pas dire le métier qu’ils font, n’est pas nouveau. Seul diffère la classe visée.

         » le négociant entend lui-même parler si souvent avec mépris de sa profession, qu’il est assez sot pour en rougir. Je ne sais pourtant lequel est plus utile à un État, ou un seigneur bien poudré qui sait précisément à quelle heure le Roi se lève, à quelle heure il se couche, et qui se donne des airs de grandeur en jouant le rôle d’esclave dans l’antichambre d’un ministre, ou un négociant qui enrichit son pays, donne de son cabinet des ordres à Surate et au Caire, et contribue au bonheur du monde. » Voltaire, Lettres philosophiques, Dixième Lettre. 1734.

    • claude henry de chasne
      27 octobre 2018 at 6 h 45 min

      c’est tres optimiste

  • Hier j’ai aperçu à la tv une Marine reniflant les bonnes odeurs d’essence et diesel laissées par la politique plein pot du gouvernement, et il n’y a pas qu’elle par l’odeur alléchée. Hélas pour nous !

  • manifester , simple a faire mettre son gilet jaune sur le tableau de bord … allez manifester le 17 novembre , allez emmerder votre député et dite lui bien que vous vous rappeler de lui aux prochaines élections !!! des actes , ils sont sourds , ils n’écoutent pas .

  • Réjouissons d’aujourd’hui, cela sera pire demain……

  • La croissance plus faible que prévue; le retail qui affiche de très mauvaises performances.
    On peut se réfugier derrière le temps trop clément pour se rassurer… Ou ouvrir les yeux et réaliser que le citron est tellement pressé qu’il ne restera bientôt plus que le zeste.

  • je ne savais pas que pour certains, « courage » est un synonyme de « connerie ».

  • « Oui, il faut un certain courage, une belle abnégation pour envoyer au casse-pipe économique des millions de Français. Il en faut, du courage, pour saboter une économie et un pays qui avait tant d’atouts. »
    Ne serait-ce pas un peu de sociopathie ? [beaucoup de sociopathie]
    Les sociopathes sont-ils pourvus de courage ? [ils n’ont pas d’émotions, ils ne peuvent pas savoir ce qu’est le courage]

  • claude henry de chasne
    26 octobre 2018 at 18 h 13 min

    çà fait 10 ans que je râle contre çà , la communauté europeenne m’a renvoyé aux instances nationale..
    quelle est la valeur ajoutée d’une taxe?

    « Le député des Alpes-Maritimes, Éric Pauget, et 41 de ses collègues ont déposé, à l’Assemblée, la Proposition de loi n° 796 :

    « Visant à exclure de la base d’imposition de la taxe sur la valeur ajoutée
    les impôts, taxes et prélèvements obligatoires applicables
    à la fourniture d’électricité, de gaz et d’eau. » »

    • C’est beau, ça; la taxe sur la taxe. ça me rappelle les normands d’Astérix pour qui le somum de la gastronomie, c’était « la crème à la crème »

  • Le prix au litre monte et les français râlent un peu.
    Les Vénézuéliens ont accepté leur augmentation en 2016 pensant que cela aiderait le pays. Le prix au litre de super 95 est passé de 0,01$ à 0,6, soit une multiplication par 60.
    En 1989 il y avait eu des manisfestations meurtrières, pour la même raison.
    Je pense que cette augmentation sent fort le sapin.

    • L’augmentation sera bien évidemment maintenue, renforçant l’idée de la nécessité absolue d’une prétendue transition énergétique. L’état concédera simplement des aides supplémentaires à certaines catégories.

      • @MichelO
        Bonsoir,
        L’Etat fait comme d’habitude il prend beaucoup pour redonner peu, et garder le reste.
        Je gagne moins de 700 €mensuels. Avec mes propres frais, je suis à 0 avant la paie, qui si elle tarde à arriver, me fait tirer la langue.
        J’ai dit à un collègue que je bossais en fait pour 50 mensuels, vu que c’est que qui me restait ce jour-là ; le lendemain je ne les avais plus. Je lui ai aussi dit que si mon trajet, certes court de 9km, que je fais 18 fois par semaine, était plus long, par un changement d’affectation par exemple, avec les frais de carburant, cela me coûterait trop cher de (venir) bosser. Manger sur place tous les jours me coûterait encore plus cher, et je ne peux le faire qu’exceptionnellement quand j’y suis obligé par le travail. Cette transition énergétique, à moi, va me coûter un bras. Le simple fait de devoir changer de voiture, en étant serré niveau budget, est un truc de fou :
        – le prix du véhicule, bas, donc à renouveler sous peu, le contrôle technique plus tatillon et plus plus cher ( 50% d’augmentation quand même) ;
        – la carte grise payante pour le ‘service’ qui est déjà payé par les impôts vu que c’est la Préfecture, représentant local de l’Etat ;
        – les vignettes colorées ;
        – l’interdiction de circuler assortie d’une amende quand on a un véhicule qui roule mais qui est rendu obsolète par la loi.
        Les jours où je me demande pourquoi je me lève le matin sont de plus en plus nombreux.

        • Le pire est sans doute le geste négligent de la main avec lequel les politiciens invité sur les plateaux télé écartent les cas comme le vôtre, quand on les leur soumet, au nom de leur « responsabilité » de sauveurs de la planète, de la nature, des milliards d’asthmatiques, du système de santé, etc. Et le silence de ceux qui les interviewent, quand ils pourraient les titiller sur les difficultés artificielles créées par leurs politiques, pour loger près de son travail à peu cher, se déplacer vite et efficacement, manger économiquement là où on est quand l’heure du déjeuner sonne, etc. L’automobile est ce que dit son nom, ce qui vous rend mobile sans en appeler à l’organisation collective. Son coût, comme celui de son carburant, est constitué d’une majorité de prélèvements et de pénalités étatiques, voire de punitions fiscales, qui devraient permettre à chaque interviewer de mettre quotidiennement à ses interviewés le nez dans leur pipi. Pourquoi ne le font-ils pas ?

  • asser de mots et d’écriture : ils sont sourd et aveugle .. nous devons manifester le 17 novembre … envoyer vos courrier a vos députés , leur rappeler que vous ne les oublierez pas lors de votre vote !! sinon arretons de jouer les pleureuses ça suffit leurs indifférence …

    • @Lou 17
      Vous comptez menacer des « élus » que, s’ils ne deviennent pas « réglos » selon vos critères, vous allez voter pour d’autres qui feront exactement la même chose ?

  • demain le parc automobile est électrique .vous croyer que L’ÉTAT va s’assoir sur les taxes de carburant + de 30 milliard d’euros sous prétexte sois-disant que vous n’emettez pas de co2 ect… et que faire une charge de batterie a 15 euros rapide ….
    revener sur terre !!! svp ..

    • @Lou 17
      Bonsoir,
      La voiture électrique est tout simplement inabordable.
      La Zoe coûte 23.000€ de base. Pour 1000€ de moins, Renault propose la Mégane Estate. Pour 2000 de plus, Renault propose le Scenic. pour moins de 25.000€ Peugeot propose le 5008.
      La Zoé, en occasion débute à 6.000€, pour deux places et de 2014.(sur leboncoin) soit près de 75% de dévaluation en 4 ans.
      Heureusement que l’Etat offre une superbe prime à l’achat d’une voiture électrique qu’il fait produire par une de ses entreprises d’état, Renault, et qu’il possède à près de 75% l’entreprise qui fournit le carburant pour l’alimenter, et qu’il peut (et ne se gène pas pour le faire) fixer et augmenter le prix de ce carburant touten ajoutant tout un tas de taxes sur des taxes.

  • En France , on aime pas les riches et pas plus les pauvres … arrêtons nous de nous diviser .
    ne pas se laisser endormir … pour régner , il faut diviser !!!

  • Les files d’attentes dans les stations frontalières vont s’allonger, au plus grand bénéfice des états voisins qui nous en remercient mille fois. Eux verront les taxes rentrer : Espagne, Suisse, Allemagne, Luxembourg, Belgique, vont s’en frotter les mains. Continuez ainsi nous disent-ils …

    • Et les Bretons vont recoiffer leurs bonnets rouges, parce que pour eux, aller faire le plein de l’autre côté de la frontière, ça craint…

  • @STF Bonjour , ok le prix de la voiture est important .. vous faite comment pour recharger votre voiture ? . comme toujours l’on met la charrue avant les boeufs !!! et apres si vous investisser un véhicule électrique , vous faite 500 kms ?? vous allez me dire vous avez le train . et après la destination vous loué un véhicule bien cher pour 48 heures …. la libre circulation va en prendre un coup … et votre porte feuille aussi …

    • @Lou 17
      Bonjour,
      Le train n’est pas un véhicule personnel. Il ne vous dépose pas devant la porte de votre immeuble, de votre pavillon, ou de votre hôtel. Les V.L, les motos MTT1 et MTT2, le font.

      • Et question horaires, le train ne vous offre que ce qui agrée ses sponsors. Essayez de faire Rennes-St Lô à partir de la fin de cette année…

  • claude henry de chasne
    27 octobre 2018 at 6 h 53 min

    Pourquoi voulez vous priver les français des résultats de leur vote?
    les français votent « a gauche ou au centre » ben profitez de cette merveilleuse politique qu’a engendré votre vote et arrêtez de vous plaindre
    ah? on vous aura baisés ? ah ben oui mais depuis 1981 vous n’allez pas me dire que c’est la premiere fois non?
    faut il etre con quand meme

    • Si vous savez comment voter pour ne pas se contenter de choisir entre le membre viril de l’un et le godemiché de l’autre pour être baisé, je vous écoute.

      • claude henry de chasne
        27 octobre 2018 at 13 h 55 min

        c’st facile , vous votez une couleur a la présidentielle , et une autre a l’assemblée

        • J’y avais bien pensé, mais d’une part cela conduirait, en cas de succès, à un statu quo en matière de réformes alors qu’il nous faut sortir de l’ornière, et comme les autres électeurs sont capables de faire la même chose mais à l’opposé, rien ne garantit le succès…

          • claude henry de chasne
            27 octobre 2018 at 18 h 06 min

            il ne vous a pas échappé que les reformes ne se font JAMAIS..
            parce qu’en l’etat elles sont impossibles, tout simplement, le peuple n’en veut pas.! et pour cause
            vous avez vu la reaction quand il a fallu baisser de 5€ les allocations logement?
            Que dire ds reformes qu’il faudrait faire
            baisser les traitements des fonctionnaires, et des retraites de 30%
            annuler les allocations familiales
            appliquer l’impôt sur le revenu a tous, au premier euro
            mettre la retraite a 67 ans
            annuler tous les statuts autres que régaliens et passer tout en CDI
            vendre toutes les participations de l’etat dans les entreprises
            limiter le chomage a 1 an avec 3000 euros maximum
            etc.. etc..
            vous voyez ? personne ne pourra faire ces reformes , donc la dette continuera de croître

            • claude henry de chasne
              27 octobre 2018 at 18 h 07 min

              vous pouvez voter qui vous voulez

            • Les réactions du « peuple » quand il a fallu baisser les allocations de 5€ ont été soigneusement gonflées par les médias. Pensez-vous qu’elles auraient été plus importantes si elles avaient été réduites de moitié et simultanément les bailleurs exonérés d’impôts pour un montant moindre mais comparable et les règles simplifiées ? Les « voix » du peuple râlent pas principe, donc tant qu’à les faire râler, autant que ce soit pour quelque chose. Les réductions d’aides viennent toujours avant les réductions d’impôts, qui ne suivent qu’aléatoirement, et les augmentations d’impôts viennent toujours avant les augmentations d’aides (pour en revenir à l’essence), qui ne suivent qu’aléatoirement aussi. Mais si vous faites tout en même temps, de manière à égarer les râleurs et à obliger les citoyens à faire le calcul complet des gains et des pertes, en rappelant que sinon on va dans le mur et non en affirmant que vous voulez favoriser les premiers de cordée ou les enfants de nos enfants, on peut faire les réformes. Personne ne serait descendu dans la rue il y a un an si le président avait mis le marché en main : survivre et reconstruire, ou continuer à glisser par petites touches successives. Enfin, si, peut-être les cheminots et les durs des syndicats, mais il fallait le lendemain de l’élection retirer tout subside aux syndicats et affirmer bien haut que seul compterait désormais le nombre d’adhérents à jour de leur cotisation…

  • Rassurez vous ça va changer :
    Dés que le Gasoil sera plus cher que l’essence, on va vous dire la vérité.
    Les moteurs diesel récent sont certes sensiblement plus couteux, (Filtre a particules, turbo variable ou double, traitement du NO2, Pression d’injection supérieur a 1500 Bars, couple sup a bas régime mieux adapté aux ralentisseurs source de pollutions et limite débile a 80 Km/h, Programmation électronique ultra-sophistiquée voir Dieselgate, etc …) …..
    Mais ils polluent moins que les moteurs a essence !
    Et a partir de la on augmentera le Gaz et l’électricité !
    CQFD.

  • « Taxer les carburants » pour financer le « Plan Mobilité »
    Faut avoir fait L’ENA.
    Les deux grandes questions qui préoccupent nos dirigeant sont:
    Comment rouler électrique en fermant les centrales ?
    Et : Ou retrouver le fric pompé sur les carburants pétroliers si on roule électrique.

  • Ben voilà, c’est ici que j’aurais dû poster la citation de B. Franklin:

    » Pourquoi se plaindre des nombreux impôts ?
    Notre paresse nous en prend le double,
    Notre vanité le triple,
    et notre stupidité le quadruple… »

    H16 décrit parfaitement ce comportement.
    Merci

  • Même Carlos Tavares, (patron de PSA), n’y croit pas ‘en tant que citoyen’ :

    « Le monde est fou.
    Le fait que les autorités nous ordonnent d’aller dans une direction technologique, celle du véhicule électrique, est un gros tournant.

    Je ne voudrais pas que dans 30 ans on découvre quelque chose qui n’est pas aussi beau que ça en a l’air, sur le recyclage des batteries, l’utilisation des matières rares de la planète, sur les émissions électromagnétiques de la batterie en situation de recharge ?
    Comment est-ce que nous allons produire plus d’énergie électrique propre ?
    Comment faire pour que l’empreinte carbone de fabrication d’une batterie du véhicule électrique ne soit pas un désastre écologique ?
    Comment faire en sorte que le recyclage d’une batterie ne soit pas un désastre écologique ?
    Comment trouver suffisamment de matière première rare pour faire les cellules et les chimies des batteries dans la durée ?
    Qui traite la question de la mobilité propre dans sa globalité ?
    Qui aujourd’hui est en train de se poser la question de manière suffisamment large d’un point de vue sociétal pour tenir compte de l’ensemble de ces paramètres ?
    Je m’inquiète en tant que citoyen, parce qu’en tant que constructeur automobile, je ne suis pas audible.
    Toute cette agitation, tout ce chaos, va se retourner contre nous parce que nous aurons pris de mauvaises décisions dans des contextes émotionnels.  »

    Remarquez qu’il dit  » va se retourner  » et pas « pourrait se retourner « …

    • Pas un seul constructeur sérieux de rang mondial ne croit à la généralisation de la voiture électrique. Tous font semblant pour satisfaire les exigences délirantes des politocards mais in petto, ils savent bien que c’est une parfaite illusion en l’état de la technologie.

      Au mieux, ce sera l’hybride. Et encore, rien n’est moins sûr. Il y a un peu plus de 10 ans, un spécialiste du secteur affirmait qu’il faudrait une décennie pour que toutes les voitures neuves soient hybrides. Il s’est largement trompé.

      La voiture électrique est une impasse. L’avenir n’est pas à l’électricité mais aux biocarburants, aux pétroles de synthèse. Toutefois, il y a loin avant que le prix du pétrole fossile permette à ses substituts de trouver leur rentabilité. Il va falloir s’armer de patience.

      • je ne sais pas mais…vouloir s’interdire d’utiliser des énergies fossiles..me semble être non pas une impasse mais un goulot d’étranglement…

        il y a sans doute eu des prêcheurs de « sobriété » dans le passé pour des raisons religieuses qui ont eu du succès, mais c’est assez inédit dans l’époque moderne que des gens prétendre désirer plus de pauvreté..

    • claude henry de chasne
      28 octobre 2018 at 17 h 21 min

      en plus on fait fausse route je crois plus a l’hydrogène

  • Croyez vous qu’ils (les polytocards) feraient le moindre effort de leur coté ❓ Que nenni, c’est à la grande masse de manants que nous somment de trimer et suer pour leurs plus petits désirs.

    L’automobile symbolise l’échec éclatant de leur politique, du logement entre autres, et il l’haïssent pour cette raison.
    Les taxes sur le carburant, c’est la nouvelle gabelle destinée à remplir le trou sans fond de leur tonneau. celui des Danaïdes, c’était du pipeau de puceau en comparaison…

    • claude henry de chasne
      27 octobre 2018 at 13 h 57 min

      tout çà c’est la faute des français , çà fait 40 ans qu’ils votent pour
      « l’assistance maximum » , « l’assurance pour tout » et le « travail non obligatoire »
      ils ot voté macron ces veaux
      voila ou çà les a menés arffff

  • N’oubliez pas que ces polytocards sont en fait des vendeurs de savonnettes. Des vendeurs d’élites certes. Ce que vous prenez pour la partie la plus charnue dans laquelle ils enfoncent la pompe, eux ne pensent pas cela. Ils pensent au cou. Ils pensent comme le maître qui tient son clébard en laisse. Médor, assis debout couché en même temps puisque l’on est dans le quantique voire cantique…
    Avec rage, Médor ne pouvant exécuter un ordre aussi complexe, le polytocard au pouvoir tire sur la chaîne étrangleuse en même temps qu’il introduit la pompe ou l’on sait.. Et si vous n’êtes pas en forme, maladie, vieillesse, tant pis pour vous. Direction le véto 2.0.

    Si cela continue, les animaux seront bien mieux traités.

  • je vous rappelle que macron est champion de la terre..

  • sérieusement il faut être gonflé…quelques années à peine après avoir donné du pognon à des gens pour foutre à la casse des voitures neuves et acheter du diesel , tout en parlant par ailleurs d’obsolescence programmée… les voila qui les taxent ..

    je propose d’etre cohérent pour le gouvernement et de commencer par rechercher les auteurs des jupette et autres primettes et les condamner pour leur responsabilité dans le crime contre la planète…

  • Votre article est excellent et résume parfaitement la situation ubuesque de notre pays. C’est un plaisir de pouvoir lire autre chose que la bien-pensance de la presse subventionnée. Merci

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

En ces moments de pénuries de vent et de soleil quand ils sont nécessaires, (l’intermittence n’étant pas gérable, même au niveau européen, n’en déplaise à certains), et en l’absence depuis plusieurs décennies de constructions de centrales nucléaires nouvelles aux émissions les plus faibles de gaz à effet de serre, à la suite du démantèlement de nombreuses centrales au charbon très polluantes, l’Europe s’est réveillée avec pour seul recours le gaz vendu à prix fort, en particulier par la Russie.

Une dépendance envers la Russi... Poursuivre la lecture

Par Jean-Baptiste Noé.

[caption id="attachment_238520" align="aligncenter" width="640"] Pompes à essence à Paris (Crédits : Lezarderose, licence CC-BY-NC 2.0), via Flickr.[/caption]

Le prix de l'essence augmente. Il semble que cela soit une constante de l’histoire : les prix augmentent et le pouvoir d’achat diminue.

En tous cas voilà l’opinion relayée par les journalistes et ressentie par ceux qui font leurs courses. Pour autant les conducteurs ont la mémoire courte : chacun est capable de mémoriser le prix du carburant s... Poursuivre la lecture

Par Nathalie Mp Meyer.

Intéressant graphique que celui de l’Union française des industries pétrolières (UFIP) en date du 15 octobre 2021.

Il montre sans la moindre ambiguïté que chaque fois que nous prenons de l’essence ou du diesel, nous n’achetons pas un mais deux produits de prix à peu près équivalents :

Du carburant d’abord, dont le prix actuel, incluant le brut, le raffinage, le transport et la distribution, est de 69 centimes d’euros par litre, plus une TVA à 20 % de 14 centimes d’euros, soit au total 83 centimes par ... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles