Cannabis récréatif au Québec : l’État veut concurrencer le marché noir… et n’y arrive pas

Le Canada devient le premier pays du G20 à légaliser le cannabis récréatif. Au Québec, l’État a le monopole de la vente. Et comme prévu, cela se passe mal.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Peeking at Pluto by Jurassic Blueberries (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cannabis récréatif au Québec : l’État veut concurrencer le marché noir… et n’y arrive pas

Publié le 22 octobre 2018
- A +

Par Miguel Ouellette, depuis le Québec.

Le mercredi 17 octobre 2018, le Canada a marqué l’histoire. Il est devenu le premier pays du G20 à légaliser le cannabis récréatif. Des dizaines, voire des centaines de médias internationaux ont couvert ce moment haut en couleur. Plusieurs groupes ont salué l’initiative du gouvernement Trudeau en évoquant les principes de libertés individuelles.

Au Québec, l’État a le monopole de la vente de cannabis

Toutefois, au Québec, la situation n’est pas si rose. Le gouvernement précédent a décidé de confier à l’État le monopole de la vente du cannabis. Plusieurs autres provinces du Canada, dont l’Alberta, la Saskatchewan et la Colombie-Britannique, se sont tournées vers le secteur privé. Malheureusement pour nous, ici au Québec, c’est David contre Goliath : l’État québécois tente de concurrencer le vaste marché noir qui est déjà très bien établi et lucratif.

Malgré tous les comités consultatifs, les études commandées par le gouvernement et le temps de préparation, la Société québécoise du cannabis (SQDC) était déjà en rupture de stock à la première journée d’opération. En plus des files d’attente démentielles présentes dans tous les magasins de la province, le site web de la SQDC prévoyait des retards de livraison.

Fait cocasse, une partie de ce délai de livraison est attribuable au fait que Poste Canada, une société d’État canadienne dédiée à la livraison de colis, soit en grève depuis plusieurs jours. Êtes-vous surpris ?

La pénurie de cannabis légal était facilement prévisible. Alors que l’Alberta compte deux fois moins d’habitants que le Québec, plus de 250 magasins privés seront ouverts cette année. Au Québec, la SQDC en ouvrira moins de 20. Pourtant, un des principaux objectifs de notre gouvernement est de combattre le marché noir afin de protéger les consommateurs.

Et l’État amplifie le marché noir…

Puisque l’offre de cannabis légal n’arrivera pas à combler la demande dans le court et moyen terme, le marché noir continuera à prendre de l’ampleur.  Quelques jours avant la légalisation, des journalistes mentionnaient que les vendeurs de cannabis illicite avaient drastiquement diminué leurs prix afin de faire face à la concurrence du nouveau monopole d’État, rendant sa tâche encore plus ardue. Pour l’instant, les prix de la SQDC oscillent aux alentours de 5,25 $ le gramme, tandis que sur le marché noir, les prix se situent généralement entre 4 et 5 $.

La SQDC ne jouit pas de la même flexibilité et capacité d’adaptation que le marché noir. Sa structure et la grande centralisation de ses opérations ne lui permettent pas d’être aussi efficace. De plus, à peine une semaine après l’ouverture des succursales, des centrales syndicales mettaient de la pression sur les employés pour qu’ils se syndiquent. Tout pour mettre des bâtons dans les roues de cette société d’État qui tente de s’adapter rapidement à la concurrence.

Lorsque l’État décide d’interdire un produit, de mettre sur pied un monopole d’État qui ne réussit pas à combler la demande ou d’exagérer sur les taxes sur certains produits, les agents économiques savent s’adapter en transigeant entre eux, créant un marché noir. Ce qui est vrai dans d’autres domaines est aussi valide pour ce qui concerne le cannabis.

En confiant le monopole de la vente de cannabis à la SQDC aux frais des contribuables, le gouvernement force simplement le marché noir à innover et à trouver des façons de diminuer leurs prix. De nombreux produits dérivés du cannabis ne sont même pas disponibles à la SQDC, forçant les consommateurs à trouver un autre approvisionneur.

Libéraliser le marché, la seule solution

Notre gouvernement aurait dû imiter les autres provinces en libéralisant ce marché tout en implantant une réglementation cohérente et rationnelle quant à la qualité des produits. Pourquoi les restaurants, magasins de vêtements, pharmacies et bars sont en mesure de nous offrir des produits de qualité, mais que les entreprises privées du secteur du cannabis ne le seraient pas ?

La légalisation du cannabis récréatif est certes une excellente nouvelle pour les libertés individuelles, mais le gouvernement du Québec a décidé de faire un pas dans la mauvaise direction en accentuant le rôle de l’État dans notre économie. Espérons que le nouveau Premier ministre québécois permette aux entreprises privées d’opérer légalement. De toute façon, qu’il le veuille ou non, rien n’arrête des agents économiques qui ont la possibilité d’encaisser des gains à l’échange. Le marché est plus puissant et novateur que toute entité qui tente de le contrôler.

L’expérience québécoise est donc riche en enseignements pour les partisans de la légalisation, notamment en France où le think tank GenerationLibre a récemment publié un rapport sur le sujet. La leçon principale est que la légalisation doit s’accompagner d’une libéralisation des ventes pour s’assurer de lutter contre le marché noir et répondre de manière efficace à la demande des consommateurs.

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Mais ne cherchez pas: Le Quebec c’est des rouges…

    • Comme les Wallons et les Romands, mais comme eux, ils ont des contrepoids anglophones, néerlandophones ou germanophones pour les empêcher d’aller trop loin dans leur délire gauchisant…
      Qui nous sauvera nous ?

  • Sans doute que le Quebec a les mêmes problèmes que provoquerait la libéralisation du cannabis en France , ceux qui vivent du trafic.
    Ils ont peut etre imaginé une transition douce étalée dans le temps.
    En france on sera conduits a faire pareil, lorsque l’hypocrisie générale ne sera plus tenable, car les populations qui vivent aujourd’hui de ce trafic sont importantes et instables.
    En effet la position des tenant de l’interdiction du cannabis est ridicule, faire de la defense de la santé un motif sans interdire l’alcool est lamentable.
    on y viendra , l’etat a besoin de fric

  • cela va augmenter la consommation : c’est à peu près la seule certitude.
    Et on sait que les effets sont délétères (drogue lente).

    Au résultat dans quelques années ?

  • Le crime organisé , c`est le privé et combien de corporations font parties des chambres de commerces dû au blanchiment de l`argent de la drogue et personnes n`en parlent : juste changé de crime organisé ça ne mène nulle part .sauf la corruption = montréal est rouge .

  • Je ne vais pas bouder mon plaisir : c’est toujours mieux qu’une interdiction totale, mais effectivement le monopole étatique n’a aucun sens…

  • Je ne comprends pas comment on peut prétendre être libertarien et l’esclave d’une substance ou d’un comportement.

    Et c’est encore plus grave si votre addiction vous amène à être soumis à un petit dealer « de merde »!

    Dans le passé j’ai fumé (du tabac), c’est la pensée libérale qui m’a convaincu d’arrêter d’enrichir l’état avec les taxes perçues.

    • Visiblement, vous nagez en plein contre-sens (ainsi qu’à contre-courant)…

    • @Dror. Parce que que les libéraux ne sont pas pour la légalisation parce qu’ils veulent consommer peinard du cannabis , ni pour une question de pognon. Strawman pitoyable.
      Également, sous entendre que seul les libertariens le sont montre bien votre méconnaissance de la pensée libéral.
      Libéral avec son pognon, autoritaire avec la vie des autres. Responsable mais plus responsable que les autres alors je peux lui interdire des choses, je n appelle pas ça une pensée libérale.

      • Si un jour les étatistes légalisent la vente et la consommation de drogues vous irez leur manger dans la main comme un toutou. 🙂

        Pour ce qui est de vos pensées, je m’en…

        • « Si un jour les étatistes légalisent la vente et la consommation de drogues [AerosolKid ira] leur manger dans la main comme un toutou.»


          @Dror45-G : Premièrement, il faut faire une distinction entre le terme « étatistes » et le terme « hommes de l’état » . Les étatistes ne détiennent pas forcément de pouvoir politique contrairement aux hommes de l’état.
          Deuxièmement, il n’y a rien de mal à féliciter des hommes de l’état dans le cas précis où, par leur action (en l’occurence : légaliser la vente et la consommation de drogues), ils ont empêché la détérioration d’une situation.
          Pour bien comprendre mon propos, prenons le cas de Trump et d’Obama :
          Quand Trump fait une bonne chose (ex : réduire certains impôts et certaines réglementations) il faut le féliciter, c’est quand il fait une connerie (ex : intervenir en Syrie) qu’il faut le critiquer.
          Quand Obama fait une bonne chose (ex : tentative durant son 1er mandat de retirer les troupes US d’Irak) il faut le féliciter, c’est quand il fait une connerie (ex : renflouer les banques avec l’argent du contribuable, Obamacare…) qu’il faut le critiquer.

          • Vous dites beaucoup trop aux autres ce qu’ils doivent penser, faire, dire, écrire…pour un libéral.
            Je n’ignore pas que j’ai touché le point sensible chez ceux qui se présentent comme des libéraux mais ne sont que des « infiltrés » au service de leurs maîtres.

            • @Dror45-G : Si vous êtes opposé à la libéralisation du cannabis (ou du tabac, ou de l’alcool) sous prétexte que les individus qui choisissent d’en consommer deviennent forcément selon vous des esclaves, c’est vous l’infiltré.

  • Cette appétence pour l’Etat nounou doit être une résurgence de la « culture » française…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
sécurité sociale
2
Sauvegarder cet article

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

Par Cécile Philippe.

Alors que la liberté d’expression et plus généralement les libertés civiles sont plébiscitées par les Français, le libéralisme économique, quant à lui, continue de susciter la suspicion voire le rejet chez la plupart des gens, y compris à droite. Ce terme est en effet connecté à des questions difficiles comme la mondialisation, le profit, les délocalisations, la loi du plus fort, etc., et génère des sentiments négatifs comme la peur ou l’envie.

 

Pour pallier les défauts d’un libéralisme « débrid... Poursuivre la lecture

Par Chelsea Follet. Un article de Human Progress

 

Aujourd'hui marque le lancement d'une nouvelle série d'articles par HumanProgress.org intitulée "Les centres du progrès". Où le progrès se produit-il ? L'histoire de la civilisation est à bien des égards l'histoire de la ville. C'est la ville qui a contribué à créer et à définir le monde moderne. Cette chronique bi-hebdomadaire donnera un bref aperçu des centres urbains qui ont été le théâtre de progrès décisifs dans les domaines de la culture, de l'économie, de la politiqu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles