Les entrepreneurs ne sont pas les amis de l’URSSAF

Encore une phrase malheureuse ? En déclarant que l’URSSAF était l’amie des entrepreneurs, Emmanuel Macron fait encore une fois réagir dans le milieu.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les entrepreneurs ne sont pas les amis de l’URSSAF

Publié le 10 octobre 2018
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Tous ceux qui, en France, passent leur vie les mains dans le cambouis, à créer de la richesse, ont déjà eu l’honneur d‘affronter l’URSSAF.

En venant hier soir déclarer, devant un parterre de jeunes lanceurs d’entreprises, « Votre amie, c’est l’URSSAF », le président de la République a soulevé une nouvelle bronca dans le monde de l’entrepreneuriat français.

L’URSSAF, cette pure émanation de l’État-providence, incarne pour beaucoup d’entrepreneurs le cauchemar qui viendra les appauvrir.

Il est en outre curieux d’entendre, dans la bouche d’un président que d’aucuns considèrent comme libéral, une défense sans nuance d’un système étatique et monopolistique. La porte-parole des Républicains s’en est étonnée ce matin :

Combien de petites sociétés ont-elles fermé leurs portes à cause des contrôles de l’URSSAF ? Combien de parties de ping-pong entre les patrons et l’administration ? L’URSSAF est l’amie des patrons, car elle se nourrit d’eux. Mais l’inverse n’est pas vrai.

À l’époque des assurances privées et de la mondialisation, certains États ont transformé leur système administratif pour le rendre plus souple, plus accessible et surtout plus rapide. En France, la vampirisation continue de plus belle :

Devant les jeunes entrepreneurs, Emmanuel Macron aurait pu sortir la gousse d’ail pour éloigner le vampire. En copinant avec lui, il s’attire encore une fois, au détour d’une phrase malheureuse, l’ire de ceux dont la France a le plus besoin.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • « L’URSSAF » est votre amie. » dit-il. Ce qui veut dire, qu’en tant ami, vous pouvez bien vous laissez tondre. L’URSSAF et l’Etat dont elle est une branche a grave besoin de votre bon coeur, de presque tout votre bon coeur.

    La chanson-sketch des Inconnus est toujours d’actualité, plus d’un quart de siècle après. Signe que rien ne s’est amélioré.

    • U.R.S.S.A.F :
      1 Ultime République Spoliatrice Soviétisée A sa Frenchtechtouch.
      2 Über République de Spoliateurs Soviétiques A la Française.

    • vous pouvez bien vous laissez tondre

      Et vous faire mettre cinq doigts dans le cul comme vient de le rappeler Onfray.

  • Faut-il en rire ou en pleurer?

  • Outre l’URSSAF, le FISC, il faut composer également avec le RSI et l’inspection du travail et sa suite.
    [Art. 1er – Tout candidat, comme conseiller prud’homme, déclare que le but qu’il poursuit est la suppression complète du patronat et du salariat ; que pour arriver à ce résultat, il se déclare partisan de la lutte des classes.]
    Source Gallica : Les principes de 89 et le socialisme – Yves Guyot
    Il ne date pas précisément ce texte mais son bouquin a été édité en 1894

  • Une nouvelle preuve que Macron plane dans la stratosphère, là où l’air devient si rare que le cerveau finit par manquer d’oxygène !

  • URSS Antenne Française en est la vraie signification
    Véridique ! !

  • il parle de ce qu’il ne connait pas , raison pour laquelle il dit absolument n’importe quoi ;

  • L’URSSAF est une grosse tique qui en plus de te saigner, te refile la borreliose puis refuse de te soigner…

  • A ce niveau, difficile de parler d’une simple « phrase malheureuse » ; c’est du foutage de gueule de très haut niveau !

  • Les élus, ponx et supplétifs de tous acabits font preuve de scotomisation* aggravée irréversible et incurable.
    *névrose

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le fait pour un gouvernement de solliciter et d’obtenir la confiance de l'Assemblée contribue à la prévisibilité, la stabilité et la sincérité de l’action publique, et cela devrait être reconnu comme indispensable.

Le 30 janvier dernier, Gabriel Attal a prononcé son discours de politique générale, sans solliciter la confiance de l’Assemblée, avant qu’une motion de censure soit soumise, puis rejetée le 5 février. Le gouvernement Attal, comme le gouvernement Borne avant lui, a donc le droit d’exister, mais sans soutien de la chambre.

... Poursuivre la lecture
8
Sauvegarder cet article
« Je déteste tous les Français »

Le 3 février dernier, un immigré malien de 32 ans, Sagou Gouno Kassogue, a attaqué au couteau et blessé grièvement des passagers de la Gare de Lyon. Finalement maîtrisé par l’action conjuguée des passants, des agents de sécurité et des membres de la police ferroviaire, l’homme en garde à vue a été mis en examen pour tentative d’assassinat aggravée et violence avec armes aggravée.

Les premiers éléments de l’enquête dévoilés par le préfet de police de Paris révèlent les discours conspirationnistes d’un in... Poursuivre la lecture

Nommé ministre du logement jeudi 8 février, Guillaume Kasbarian avait accordé un entretien à Contrepoints en novembre dernier en tant que député Renaissance de la première circonscription d'Eure-et-Loir et président de la Commission des affaires économiques.

 

Contrepoints : Bonjour Monsieur le Député, merci d’avoir accepté de nous accorder cet entretien. Pour nos lecteurs qui ne vous connaissent peut-être pas, pourriez-vous nous parler de votre parcours et nous raconter ce qui vous a amené à vous engager en politique et à ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles