Les entrepreneurs ne sont pas les amis de l’URSSAF

Encore une phrase malheureuse ? En déclarant que l’URSSAF était l’amie des entrepreneurs, Emmanuel Macron fait encore une fois réagir dans le milieu.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les entrepreneurs ne sont pas les amis de l’URSSAF

Publié le 10 octobre 2018
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Tous ceux qui, en France, passent leur vie les mains dans le cambouis, à créer de la richesse, ont déjà eu l’honneur d‘affronter l’URSSAF.

En venant hier soir déclarer, devant un parterre de jeunes lanceurs d’entreprises, « Votre amie, c’est l’URSSAF », le président de la République a soulevé une nouvelle bronca dans le monde de l’entrepreneuriat français.

L’URSSAF, cette pure émanation de l’État-providence, incarne pour beaucoup d’entrepreneurs le cauchemar qui viendra les appauvrir.

Il est en outre curieux d’entendre, dans la bouche d’un président que d’aucuns considèrent comme libéral, une défense sans nuance d’un système étatique et monopolistique. La porte-parole des Républicains s’en est étonnée ce matin :

Combien de petites sociétés ont-elles fermé leurs portes à cause des contrôles de l’URSSAF ? Combien de parties de ping-pong entre les patrons et l’administration ? L’URSSAF est l’amie des patrons, car elle se nourrit d’eux. Mais l’inverse n’est pas vrai.

À l’époque des assurances privées et de la mondialisation, certains États ont transformé leur système administratif pour le rendre plus souple, plus accessible et surtout plus rapide. En France, la vampirisation continue de plus belle :

Devant les jeunes entrepreneurs, Emmanuel Macron aurait pu sortir la gousse d’ail pour éloigner le vampire. En copinant avec lui, il s’attire encore une fois, au détour d’une phrase malheureuse, l’ire de ceux dont la France a le plus besoin.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • « L’URSSAF » est votre amie. » dit-il. Ce qui veut dire, qu’en tant ami, vous pouvez bien vous laissez tondre. L’URSSAF et l’Etat dont elle est une branche a grave besoin de votre bon coeur, de presque tout votre bon coeur.

    La chanson-sketch des Inconnus est toujours d’actualité, plus d’un quart de siècle après. Signe que rien ne s’est amélioré.

    • U.R.S.S.A.F :
      1 Ultime République Spoliatrice Soviétisée A sa Frenchtechtouch.
      2 Über République de Spoliateurs Soviétiques A la Française.

    • vous pouvez bien vous laissez tondre

      Et vous faire mettre cinq doigts dans le cul comme vient de le rappeler Onfray.

  • Faut-il en rire ou en pleurer?

  • Outre l’URSSAF, le FISC, il faut composer également avec le RSI et l’inspection du travail et sa suite.
    [Art. 1er – Tout candidat, comme conseiller prud’homme, déclare que le but qu’il poursuit est la suppression complète du patronat et du salariat ; que pour arriver à ce résultat, il se déclare partisan de la lutte des classes.]
    Source Gallica : Les principes de 89 et le socialisme – Yves Guyot
    Il ne date pas précisément ce texte mais son bouquin a été édité en 1894

  • Une nouvelle preuve que Macron plane dans la stratosphère, là où l’air devient si rare que le cerveau finit par manquer d’oxygène !

  • URSS Antenne Française en est la vraie signification
    Véridique ! !

  • il parle de ce qu’il ne connait pas , raison pour laquelle il dit absolument n’importe quoi ;

  • L’URSSAF est une grosse tique qui en plus de te saigner, te refile la borreliose puis refuse de te soigner…

  • A ce niveau, difficile de parler d’une simple « phrase malheureuse » ; c’est du foutage de gueule de très haut niveau !

  • Les élus, ponx et supplétifs de tous acabits font preuve de scotomisation* aggravée irréversible et incurable.
    *névrose

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’investiture des candidats macronistes est conditionnée au rattachement en préfecture à la case politique « Ensemble ». Les futurs députés s’engagent également à siéger dans l’un des groupes de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale : MoDem (François Bayrou), Horizons (Édouard Philippe) ou Renaissance (ex-LREM).

La manœuvre vise à éviter la création de nouveaux groupes comme lors de la précédente mandature avec le lancement d’Écologie dém... Poursuivre la lecture

Les éditorialistes commencent à s’impatienter : Emmanuel Macron n’a toujours pas nommé son Premier ministre. Jean Castex est déjà dans les cartons, plusieurs personnalités ont déjà été approchées. Les rumeurs se font et se défont au gré de l’actualité, des fuites élyséennes et des fantasmes médiatico-journalistiques. Seulement en régime hyperprésidentiel, le nom du Premier ministre a-t-il vraiment de l’importance ? Si tout est piloté de l’Élysée, qu’il soit homme, femme, ex-socialiste ou ex-LR, l’importance n’est que d’ordre communicationnel.... Poursuivre la lecture

Décidément, Emmanuel Macron nous aura administré jusqu’au bout la preuve de son ultra-libéralisme le plus décomplexé ! De quoi frémir pour la suite. Figurez-vous que jeudi 12 mai dernier, soit exactement la veille de la fin officielle de son premier mandat, lui et son ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer ont obligé les candidats bacheliers de la spécialité Sciences économiques et sociales à plancher sur une épreuve ouvertement acquise aux thèses libérales ! Quelle ignoble propagande !

Scandaleux, pathétique, révoltant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles