Pourquoi Adam Smith dénonçait-il le « too big to fail » ? (Vidéo)

Pourquoi les sauvetages des entreprises et des grandes banques, « too big to fail », sont-ils profondément injustes, et profondément contraires à la vision libérale ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi Adam Smith dénonçait-il le « too big to fail » ? (Vidéo)

Publié le 30 septembre 2018
- A +

Par Corentin de Salle.

Corentin de Salle relit Smith sur les grandes entreprises qui sont « sauvées » par les autorités, « too big to fail » dit-on aujourd’hui. Pourquoi ces sauvetages et ce « statut » sont-ils profondément injustes, et profondément contraires à la vision libérale ?

Déjà à son époque Smith vitupère contre ces grandes « compagnies » protégées par leurs rapports incestueux avec le pouvoir politique. Déjà à l’époque, la connivence entre économique et politique permet la privatisation des profits mais… la collectivisation des pertes.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Merci pour cette mise au point, le liberal n’aime pas les subventions qui fausse la concurrence et entretiennent des rapports malsains entre politiques et entrepreneur. Crony…

  • « La mort d’une gros éléphant dans la savane n’affecte pas les autres éléphants. Par contre, la mort d’une grosse banque affecte les autres banques. »

    La raison en est simple. Le monopole monétaire de la banque centrale crée une solidarité contrainte entre les porteurs de la monnaie monopolisée. Le monopole monétaire est la courroie de transmission des effets négatifs de la faillite des banques, qui deviennent alors TBTF. La crise, initialement localisée à une seule banque, se transmet aux autres banques et à la totalité de l’économie par le biais de la monnaie.

    Pour casser le lien fatal et ne plus avoir à renflouer les banques, il convient d’instaurer la concurrence monétaire entre les banques, selon le principe que chaque banque doit émettre sa propre monnaie.

    La concurrence monétaire est la quarantaine nécessaire et suffisante pour éviter la contamination de toute l’économie, et réduire de ce fait l’ampleur des crises.

  • Je ne retrouve pas le passage, mais Adam Smith se montrait aussi très critique sur les sociétés gérées par un directeur plutôt que par le propriétaire. Son argument était que le directeur « joue » avec l’argent d’un autre, et donc prendra probablement plus de risque que raisonable.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jen Maffessanti. Un article de la Foundation for Economic Education

 

La saison 2 de The Witcher, une série de fantasy diffusée sur Netflix, a été lancée le 17 décembre 2021 alors que sa première saison a battu des records de contenu en streaming. The Mandalorian sur Disney+ venait tout juste de détrôner Stranger Things en tant que série en ligne la plus demandée, mais The Witcher n'a pas tardé à détrôner The Mandalorian de la première place.

The Witcher, avec Henry Cavill, est l'adaptation d'une série de livres ... Poursuivre la lecture

Interrogez n’importe qui ayant quelques connaissances en économie sur Adam Smith, et on vous dira probablement que le grand économiste est le symbole du capitalisme débridé et déshumanisé, avec sa fameuse « main invisible », qui semble nous transformer en machines à la merci d’un mécanisme qui nous échappe, et sa promotion de l’égoïsme. C’est l’idée que j’en ai moi-même eu pendant longtemps. Et pourtant, cette vision ne reflète pas ses écrits qui ont au contraire promu le marché comme une institution vivante gouvernée par une éthique. Compte ... Poursuivre la lecture

Par Sébastien Laye, Barthelemy Blanc[1.Barthelemy Blanc est financier à la BERD.] et Adrien Faure[2. Adrien Faure est étudiant en théorie politique et philosophie à l’Université de Genève.].

Cet article est l'analyse originale qui a servi de fondement à un article paru dans l’Opinion le 13 mars 2017  (« Pour un libéralisme populaire ») par les mêmes auteurs.

Beaucoup de points de vue s’élèvent aujourd’hui pour faire émerger un libéralisme qui se veut populaire. C’est-à-dire une pensée de la liberté qui ne serait pas vue comme un... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles