Macron à l’ONU : un discours dans le vide

Emmanuel Macron a délivré sa vision du monde, qui est celle du chef d’État d’une puissance faible.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron à l’ONU : un discours dans le vide

Publié le 27 septembre 2018
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

C’est face à une salle assez vide qu’Emmanuel Macron a délivré un discours de quarante-cinq minutes à l’ONU, une enceinte où des milliers de chefs d’État ont défilé et qui n’a que très peu de prise sur le cours de la diplomatie mondiale. Dans un discours lourd, souvent incompréhensible, à la hauteur de sa pensée complexe qui est le reflet de l’écriture absconse de Paul Ricoeur, Emmanuel Macron a délivré sa vision du monde, qui est celle du chef d’État d’une puissance faible.

En appeler au multilatéralisme contre l’unilatéralisme n’a rien de nouveau. Il visait Donald Trump, sans le nommer, qui avait parlé un peu avant lui. On était très loin des embrassades de la visite d’État à Washington. Taper sur Trump n’est pas nécessairement une marque de courage. C’est une manière de se situer dans le camp du Bien. En appeler au multilatéralisme est la stratégie des puissances faibles et petites, qui n’ont pas d’autre choix pour peser sur la scène mondiale. Pas sûr que la Chine, la Russie et les États-Unis s’intéressent à cela.

C’est surtout le discours d’un chef d’État sans vision et sans stratégie. Il y aurait pourtant beaucoup à dire, et surtout à faire. Le Pacifique, par exemple, où la France est présente et qui est une zone hautement stratégique. Il faudrait davantage parler de la Nouvelle-Calédonie et de sa place dans la puissance française. De la Syrie aussi, où la France s’est isolée alors qu’elle était centrale.

Macron en perte de vitesse

Face aux vagues migratoires. L’accueil certes, mais les peuples sentent bien que ce n’est plus la solution. Macron était le chouchou de l’Europe. Le voilà devancé par Matteo Salvini et le chancelier Kurz. Il est désormais asphyxié dans le continent qui devait être sa gloire. Alors il lui reste la tribune de l’ONU, comme un acteur qui veut se persuader qu’il a encore du talent. Mais l’ONU n’intéresse pas grand monde et n’a pas beaucoup de pouvoir.

Sa bureaucratie est ravie d’être mise sur le devant de la scène, mais son secrétaire général est invité plus par politesse que par obligation. C’est peut-être cela, le plus cruel, pour Emmanuel Macron. Les projecteurs ne le regardent plus. La lumière n’imprime plus. D’autres rock stars de la scène politique lui ont volé la vedette.

Emmanuel Macron a prononcé l’éloge funèbre de Johnny Hallyday. Le chanteur avait réussi à durer face à tous ceux de sa génération et plus encore. Pour Macron, il semble n’avoir été que le président d’un été. Son regard figé et inquiet à la fin du discours est celui d’un comédien qui regarde dans les yeux de l’autre s’il existe encore. Le plus cruel pour lui est que son discours à l’ONU n’intéresse plus grand monde.

Voir les commentaires (40)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (40)
  • Sans oublier une nouvelle insulte envers les Gaulois :
    “Je viens d’un pays qui a fait beaucoup d’erreurs, beaucoup de mauvaises choses”.

    • Il aurait dû dire afin être plus proche de la réalité « Je viens d’un pays où les hommes de l’Etat font évidemment beaucoup d’erreurs, beaucoup de mauvaises choses »

      Cela aurait éviter l’insulte aux français, et puis c est important d’être précis.

    • Il parle au passé car depuis son arrivée plus aucune erreur n’est comise a moins , clairvoyant , parle t il du peuple de France….

    • Il n’a pas tord, les Français ont voté pour lui. Quelle erreur…

      • Non, pas les français. Uniquement la majorité de ceux qui ont mis un bulletin valide dans l’urne, soit une belle minorité des français.
        Faut être précis.

  • Quel plaisir de lire cet article.

    • Oui, JB Noé écrit très bien. Cet article est un peu court, mais ceux que j’ai pu lire par ailleurs (il écrit souvent pour l’Institut des Libertés) sont très précis et documentés.

  • cela vous etonne de ce personnage !!!

  • « il vient d’un pays qui a fait beaucoup d’erreurs, beaucoup de mauvaises choses. »
    avec les bobos de gauche et les petits copains c’est sur , avec lui c’est certain.
    mais que fait il donc a la tète d’un pays qu’il n’aime pas ?
    cet homme est d’un ridicule est d’un orgueil a pleurer , qu’il aille donc vivre chez ses amis du golfe (s’ils en veulent , ce qui n’est pas sur )
    « un chef qui n’aime pas ses hommes est un mauvais chef! »

    • Sauf que Macron n est chef de rien, sauf de son gang et je n’en fais certainement pas partie. Je ne reconnais pas ce gars comme mon chef, vous feriez mieux de faire pareil et ne pas le considérer comme tel.

  • il sera bientôt comme un fromage de régime à 0%

  • « Le plus cruel pour lui est que son discours à l’ONU n’intéresse plus grand monde. »

    son discours intéresse d’autant moins de monde que cet article ne traite même pas du contenu de son discours, et que je n’en éprouve aucun manque : il a fait un discours, je ne sais pas ce qu’il a dit, je ne vais pas aller chercher ce qu’il a dit, car je m’en fous d’une force…

    • Heureux homme, qui savez faire preuve de tempérance. Les discours de la Macronie me sont devenus si insupportables que je suis obligé de changer de chaîne dès que j’aperçois un de ses représentants !

  • taper sur Trump n’est pas une marque de courage …; certes et en plus c’est inutile ; mais au moins , pendant ce temps il ne tape pas sur les Français , ce peuple qu’il méprise et qu’il voudrait voir à sa botte …..

  • Restons calmes . Même en France ils ne sont plus que 25 % à s’esbaudir quand il prend la parole .
    Les dirigeants étrangers , eux , se sont fait un raison depuis longtemps et de plus en plus d’Européens se rendent compte que chez Jupiter tout est creux .Déjà en perte de vitesse la France n’avait pas besoin de ça !

  • Mon dieu, quel verbiage ! 45 minutes d’un discours sans doute écrit par un de ses conseillers. Pourquoi cette emphase, cette obsession du verbe creux, de la citation pour faire chic ? Vu de l’étranger, sincèrement, ce type de prestation est contre-productive pour ne pas dire plus. Le bonhomme s’écoute parler, sans doute s’imaginant Villepin, au même endroit, quelques années plus tôt. Quand l’histoire se répète, elle est grotesque écrit Marx. Là, Macron était surtout pathétique. L’audience clairsemée dit clairement que les étrangers n’avaient rien à faire de cet exercice scolaire.

    • N’est pas Villepin qui veut… Aller pour le plaisir Villepin: « Et c’est un vieux pays, la France, d’un vieux continent comme le mien, l’Europe, qui vous le dit aujourd’hui, qui a connu les guerres, l’occupation, la barbarie. Un pays qui n’oublie pas et qui sait tout ce qu’il doit aux combattants de la liberté venus d’Amérique et d’ailleurs. Et qui pourtant n’a cessé de se tenir debout face à l’Histoire et devant les hommes. Fidèle à ses valeurs, il veut agir résolument avec tous les membres de la communauté internationale. Il croit en notre capacité à construire ensemble un monde meilleur… » C’est sûr que ça avait de la classe; autre chose que la bouillie de chat du freluquet mondialiste.

      • @ Blabolo
        Oui D.de Villepin a fait un discours grandiloquent apprécié en France (le but?), bien moins à l’étranger car pauvre en mesures concrètes!

    • le verbiage permet de ne rien dire de précis.. sinon de ne rien dire du tout.

  • Affligeant. Tous les commentaires tapent sur Macron, comme si l’article parlait de lui…

    Il parle en fait de la France, « puissance petite et faible ».

    Et ça devrait beaucoup vous inquiéter…

    • Pourquoi ? La France est bien une puissance petite et faible, et si son président l’assumait, ce serait tout bénef pour les Français…

      • Et grâce aux politiciens, depuis 40 ans la France est en déclin et donc inaudible. Seul un pays qui réussit peut servir d’exemple!

    • et le représentant de la France à l’étranger c’est qui d’après vous? normal qu’on lui tape dessus.

    • sachant qu’en plus il s’est auto proclamé « président de tous les français »

    • Et qui parle à l’ONU? Son chien? Macron veut toujours se mettre dans la lumière et tout régenter, il est donc normal que ce soit lui qui prenne les coups quand il y en a. Et là, en l’occurrence, il l’a bien mérité!

  • Macron a déclaré :

    « C’est pourquoi j’ai décidé que la France jouerait son rôle en fixant l’objectif de consacrer 0,55 % de notre revenu national pour l’aide publique au développement d’ici cinq ans… Je vous remercie pour vos applaudissements. »

    On comprend l’enthousiasme des dictateurs du monde. Il aurait annoncé 10%, il aurait été dévoré de bonheur par la foule de ses fans en délire. Qu’il est doux de distribuer sans compter l’argent du contribuable afin de jouir d’une petite gloire éphémère.

    • @Cavaignac
      IL a décidé que nous consacrerions ce 0,55% de NOS revenus à cette mascarade.
      Comme sous l’Ancien Régime : ça vient d’en haut et ça s’applique en bas, même si on n’en veut pas, et qu’on ne nous demande pas notre avis.
      D’ailleurs ce 0,55% n’existe pas, la France n’a pas un rond.

  • Les portes étaient ouvertes, il les a enfoncées….
    Quand à cette distribution d’argent public à des gens qui n’en n’ont rien à faire de la France….Simplement honteux et insultant pour les contribuables français.

  • Le discours de Macron avait un objectif: proposer de distribuer de l’argent dont la France n’a pas la maitrise!
    Presque un discours de campagne électorale à l’intention d’un public avide de promesses impossibles à honorer…

  • il aurait dû être pilote d’hélicoptère, il brasse beaucoup d’air !! Va t il finir son mandat ?
    jusqu’à quand le peuple va supporter ce perroquet !!!

  • PIB Mondial : 80.000 Mds US dont USA 19.391 Mds US.
    PIB France 2584 Mds US

    Parlons de choses sérieuses Monsieur Macron, à l’ONU on n’y brasse que du vent mais on ne change pas le principal du sujet, c’est à dire le Poids de l’économie. On laisse aux « minus » le Poids de la polèmique.

  • Ce type est hystérique. Il suffit de voir la manière dont il s’agite et vocifère, comme pendant la coupe du monde de foot ou lors de ses congrès ante élections. On dirait Sarkozy dans ses meilleurs jours. Et malheureusement, là où il faudrait faire un peu d’humilité, au vu de ce que la France représente de nos jours, on a un agité du bocal qui doit bien gaver ses auditeurs. Pitoyable…

    • @vitevu
      Bonjour,
      « Ce type est hystérique. Il suffit de voir la manière dont il s’agite et vocifère, comme pendant la coupe du monde de foot ou lors de ses congrès ante élections. »
      Pëndant la Coupe du Monde, à=lors de la cérémonie de remise de la coupe, il s’est permis de la toucher et de l’embrasser avant les vainqueurs. Poutine, qui était à côté de lui, était droit comme « i ». Son homologue croate a fait la même, mais sans doute sous sa contamination. Elle aurait été à côte de Poutine elle n’aurait pas bougé. Elle, elle est venue suivre la coupe sur ses deniers personnels.
      Ensuite, concernant le personnage Macron , sa verve et sa gestuelle, il y a a tout ce qu’il y a savoir du bonhomme sur son discours « Ils n’ont qu’à venir le chercher ! ». Une envolée lyrique, de grands gestes, une posture de pseudo rébellion courageuse, mais bien planqué dans une arrière-cour d’un bâtiment bien gardé, dans le cocon que composaient ses groupies qui gloussaient à ses blagues.

  • Combat d’arrière garde et discours soixante-huitard. On a vu une fois encore le goût de notre président du baratin pour la scène. Mais ses effets de manches, de posture et de mots, sont de la pure mise en scène : la sienne. Ses discours sont de la démagogie car il refuse de voir le monde tel qu’il est et ne s’applique qu’à un monde fantasmé. Il est applaudi ? La belle affaire ! Quelles sont donc les vertus de tous ces pays qui l’applaudissent ?
    C’est bien beau le « multilatéralisme », mais à l’ONU ce n’est d’abord qu’un trompe l’œil de façade.
    L’irénisme est dangereux, et n’apporte jamais rien de bon. Avec « are Krishna » Trudeau, Macron semble être l’archétype des dirigeants « boy scouts » de nos sociétés occidentales. Notre président dit ce que toute la médiasphère bienpensante veut entendre et tout ce que les petites dictatures du monde espèrent pour prospérer et perdurer.

  • son gros probléme, il est plus facile ,de faire des discours ,des mots pour faire le Buzz, pour faire des polémiques inutiles… en réalité, il est incompétent dans sa politique de réduire le budget de la dépense publique et ça c’est un fait ,les mots ,ne remplace pas la vérité..Et faire croire qu’il est le spécialiste de la pauvreté, qu’il va réduire le chômage
    baratin tout ça…des actes ..!!!pas des paroles …

  • « Ne signons plus d’accords commerciaux avec les puissances qui ne respectent pas l’accord de Paris ». Après avoir fustigé le protectionnisme…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après avoir été mis en examen en juillet 2021 pour des faits de « prise illégale d’intérêts » commis dans l’exercice de ses fonctions, le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti a été avisé avant-hier (lundi 3 octobre 2022) qu’il était renvoyé en procès devant la Cour de Justice de la République.

Le même jour, on apprenait qu’Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée depuis 2017 et très proche conseiller d’Emmanuel Macron depuis plusieurs années, avait été mis en examen le 23 septembre, également pour « prise illégale d’intérêts... Poursuivre la lecture

Lors d’une récente entrevue, une ancienne secrétaire à la Maison Blanche a candidement avoué la stratégie des démocrates lors des élections du mois prochain : se concentrer sur « l’extrémisme » républicain. Car si ces mêmes élections sont un référendum sur les deux dernières années au pouvoir des démocrates, particulièrement au sujet de l’augmentation vertigineuse de la violence, il y aura effectivement un raz-de-marée rouge.

 

Les médias et les démocrates

Il semble que les alliés des démocrates dans les médias avaient comp... Poursuivre la lecture

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles