Les robots vont-ils devenir nos nouveaux doudous ?

Les robots seront de plus en plus en capacité d’entrer en « résonnance émotionnelle » avec nous et de transformer dès lors nos expériences affectives.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
robot basket By: Jelene Morris - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les robots vont-ils devenir nos nouveaux doudous ?

Publié le 15 septembre 2018
- A +

Par Sébastien Tran.
Un article de The Conversation

Le terme robot a été inventé dans les années 1920 par l’auteur de science-fiction Karel Capek et désigne dans le langage courant une machine ou un automate capables de réaliser des actions en fonction d’un programme.

La robotique, quant à elle, regroupe l’ensemble des techniques qui permettent la conception et la réalisation de machines automatiques ou de robots. Elle est très répandue dans les domaines industriel, médical, militaire ou du transport.

La médiatisation des robots est devenue croissante depuis plusieurs années. En 2017, le robot humanoïde Sophia obtient la nationalité saoudienne et suscite une vague d’interrogations sur la reconnaissance à accorder aux robots. Les vidéos des robots de la société américaine Boston Dynamics ont fait le tour du Web. En 2016, près de 294 000 robots industriels ont été vendus dans le monde (fédération internationale de la bureautique), soit une croissance de 16 % par rapport à l’année précédente.

Il court il court le robot de Boston Dynamics.

Le cabinet BCG estime quant à lui que ce marché des robots (y compris les robots domestiques) représentera 73 milliards d’euros en 2025. Les robots deviennent de plus en plus sophistiqués et de plus en plus connectés et leur coût de production ne cesse de diminuer avec les progrès technologiques et les économies d’échelle.

Des robots de plus en plus présents dans notre environnement quotidien

Les robots ont fait leur apparition et se sont beaucoup répandus au départ dans les secteurs industriels comme l’automobile, l’aéronautique, la logistique, etc. On assiste depuis quelques années au développement de la cobotique (qui est le néologisme de cooperative robotics) qui consiste à faire en sorte que la machine aide l’homme dans ses tâches, sans se substituer à lui et en tenant compte de sa présence. L’apport de l’intelligence artificielle et notamment du machine learning ont permis de mieux positionner les robots en tant que ressource complémentaire à l’homme. La robotique s’est surtout développée dans l’industrie avec des acteurs comme Safran ou Airbus.

Mais les robots ont commencé aussi depuis peu à envahir la sphère privée, et pas seulement pour faire des tâches ménagères comme aspirer la poussière ! Ils deviennent des agents conversationnels dans de nombreux contextes différents. Le but est de rendre l’interaction entre les robots et les hommes plus spontanée et naturelle bien que cela ne soit que de la simulation d’empathie. De plus en plus de robots de service à la personne ont été développés ces dernières années et sont utilisés dans des domaines tels que la santé, l’éducation, le commerce, etc. Par exemple, on peut trouver dans certains hôpitaux des peluches robots en forme de bébé phoque pour se substituer aux animaux de compagnie afin de réduire l’anxiété des patients. Néanmoins, ces robots n’interagissent avec les humains que dans des environnements contrôlés et des situations simples pour lesquels ils ont été programmés.

Paro le petit robot : une peluche pour diminuer stress et anxiété en gériatrie.

Les robots seront-ils à l’homme ce que sont les doudous pour les enfants ?

L’une des problématiques à traiter sera aussi comment considérer les robots à partir du moment où l’interaction sera semblable à celle que nous entretenons entre humains ? Les robots seront de plus en plus en capacité d’entrer en « résonnance émotionnelle » avec nous et de transformer dès lors nos expériences affectives. On pourrait même jusqu’à observer des phénomènes d’animisme, à savoir la projection d’une « âme » dans les robots.

Ce phénomène pourrait s’amplifier avec la forme physique que peuvent prendre les robots et les expérimentations de création de robots à forme humanoïde (le robot présente une similitude fonctionnelle avec l’homme) ou géminoïde (le robot est à l’effigie de l’homme).

Des expériences ont montré qu’un humain qui interagit avec un robot passe autant de temps à le regarder dans les yeux que s’il avait en face de lui une autre personne. Selon le psychiatre et chercheur Serge Tisseron, il existe un risque que certaines entreprises cherchent à développer des robots qui encourageront leurs propriétaires à créer des liens affectifs forts pour nous être agréables, ce qui n’est pas sans danger (par exemple comment réagirait-on au changement du robot si l’on s’est attaché à lui ? Comment protéger les données personnelles en présence d’un robot compagnon qui aura plus de facilités à accéder à la vie privée de son propriétaire ?).

Cette forme de socialisation avec les robots pourrait aussi contribuer à remettre en cause les manières d’interagir entre les individus (les interactions avec les robots peuvent-ils nous rendre moins tolérant aux relations interpersonnelles ? Ces interactions avec les robots peuvent-elles transformer la manière dont la confiance se construit entre les hommes ?).

La simulation d’émotions humaines pourrait même aboutir à une forme de dissonance cognitive chez les individus. Ce risque doit être pris en compte et la société doit réfléchir à des actions de prévention si les robots sont en interaction avec des personnes fragiles. On pourrait alors imaginer des tests d’empathie homme-machine similaire à l’expérimentation menée par l’informaticien Joseph Wizenbaum auprès de ses étudiants avec son programme Eliza qui visait à reformuler sous forme de questions ce que disait l’interlocuteur.

Le challenge est donc de concevoir une société où cohabiterons des robots et des hommes et à penser les types d’interaction possibles tout en anticipant les comportements à risques. Des organismes tels que l’Institut pour l’étude des relations hommes-robots peuvent alimenter notre réflexion et nous amener à imaginer ce que notre société devra mettre en œuvre pour que les robots trouvent une place adéquate selon les contextes sociaux. Il ne faut pas aussi oublier que derrière les robots, et cela quelle que soit leur forme, il subsiste la responsabilité des programmeurs et de leur conception du comportement des robots.

Sébastien Tran, Directeur de l’École de Management Léonard de Vinci (EMLV), Pôle Léonard de Vinci – UGEI

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

The Conversation

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Faire des robots des agents d’infantilisation, comme le laisse si bien entendre le titre, c’est quand même le rêve humide des dictateurs et le danger principal que certains ont toujours vu dans les robots.

    • Je n’y crois guère, si vous considérez votre robot comme un humain, vous aurez les mêmes réactions et rapports qu’avec un de vos amis!

      • Je ne crois pas que l’on puisse faire disparaître l’asymétrie de la relation. Un ami va se brouiller et se réconcilier avec vous, ou vous avec lui, tout-à-fait symétriquement. Mais comme le présente très bien l’article, la relation enfant-doudou est une affection à sens unique, et l’enfant ou l’humain dans le cas humain-robot en sont conscients : on peut tout demander à son doudou, s’il ne le fait pas, ça n’est pas qu’il aurait ses propres objectifs et ses raisons, c’est que c’est impossible par construction. Je trouve les implications potentielles de cette conclusion effrayantes dans un contexte où quelqu’un chercherait à imposer une manipulation.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Par Jacques Henry.

[caption id="attachment_205551" align="aligncenter" width="640"] zen en jean credits Arsian (CC BY-NC-ND 2.0) [/caption]

 

Il est bien connu qu'une poussière dans l’œil amplifie la moindre contrariété au point qu’on peut devenir irascible. Une petite douleur nous rend plus sensible aux émotions. C’est le cerveau qui gère nos réactions et nous devons faire preuve d’une grande maîtrise de nous-même pour dominer nos réactions. D’ailleurs ces émotions peuvent être positives ou négatives, c’est selon. L... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

Horrible tragédie au Texas où Salvador Ramos, un jeune homme de dix-huit ans, a choisi d'ouvrir le feu dans une école primaire, et a tué 19 enfants et 2 professeurs. Une nouvelle fois, l'Amérique est endeuillée par une tuerie de masse.

Le drame a déjà beaucoup d'impact des deux côtés de l'Atlantique tant il a été relayé par les médias qui s'épanchent sur la chronologie des faits et ce d'autant plus qu'il aura fallu un temps très long aux forces de police pour agir (plus d'une heure), laissant donc largement le temps aux chaînes d'infor... Poursuivre la lecture

Nous sommes à l’aube d’une nouvelle rupture technologique qui pourrait, à terme, bouleverser le marché de l’emploi. Le développement des solutions d’intelligence artificielle sur des pans entiers du marché de l’emploi aura des externalités positives indéniables, encore trop mal perçues des travailleurs.

Des transformations structurelles sans destruction massive

Selon le rapport de référence « Automatisation, numérisation et emploi » du Conseil d’orientation pour l’emploi (janvier 2017), moins de 10 % des emplois existants seront menacé... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles