Dix-sept ans, d’Éric Fottorino

Le dernier roman d’Éric Fottorino, co-fondateur du 1, nous parle de l’histoire d’un autre Éric qui, à la suite d’une révélation familiale, se replonge dans son passé.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Eric Fottorino

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dix-sept ans, d’Éric Fottorino

Publié le 29 août 2018
- A +

Par Francis Richard.

Le narrateur se prénomme Éric, comme l’auteur. Mais c’est un roman, alors, pour les besoins de l’histoire, il s’en distingue : Éric Signorelli n’est pas Éric Fottorino, même si toute ressemblance entre eux deux ne saurait être fortuite.

Dans le roman, en tout cas, le catalyseur du récit est une réunion de famille que Lina, la mère d’Éric, a organisée chez elle, un dimanche de décembre. À cette réunion assistent Éric et ses deux jeunes frères, François et Jean.

Une révélation sidérante

Ce que Lina, née en 1943, a à dire à ses trois fils, à l’issue du repas familial pris avec femmes et enfants, qui, pendant cette révélation, partent faire une balade, est sidérant :

Le 10 janvier 1963, j’ai mis au monde une petite fille. On me l’a enlevée aussitôt. Je n’ai pas pu la serrer contre moi. Je ne me souviens même pas de l’avoir vue…

Lina avait déjà un enfant, Éric (ça n’allait pas recommencer…) : A l’époque un enfant sans mari était une maladie infamante. Il ne fallait pas que ça se sache. Il fallait cacher la grossesse et la naissance, avec la complicité des bons pères…

Mamie, la mère de Lina, est catholique, plus soucieuse de le paraître que de l’être, avec de terribles préjugés, notamment à l’égard du père naturel d’Éric, Moshé, parce qu’il est juif et qu’il faut se méfier de ces gens qui ont tué Jésus…

Michel Signorelli, originaire de Tunisie (Moshé l’est du Maroc) n’est devenu le père d’Éric qu’après son mariage avec Lina… Éric avait alors dix ans… Maintenant Michel et Moshé sont tous deux morts. Il ne lui reste plus que Lina.

Le roman commence

Éric est prof à la fac de droit de Bordeaux. Il est marié avec Sylvie et a deux enfants, Théo et Apolline. C’est la fin de l’année. Il décide de se rendre seul à Nice où il est né le 26 août 1960 et où il n’a passé que trois jours et trois nuits…

Le roman commence vraiment. Parce que là-bas il imagine, au moment de sa naissance, sa mère, que, depuis toujours, il n’appelle pas autrement que par son prénom. Il reconstitue une Lina qui est encore une enfant, qui a Dix-sept ans.

Il imagine aussi sa mère plus tard, quand elle se sépare de Michel et qu’elle vient vivre toute seule à Nice. En remettant ses pas dans les siens, il la connaît enfin. Car, si à Lina on a volé sa fille, à lui on a volé sa mère. On, c’est Mamie…

Ce retour aux sources à Nice, où réel et imaginaire se mêlent, préfigure une renaissance, celle qu’il devra faire avec Lina, pour comprendre que, s’il a eu deux pères, il a surtout une mère, à qui il ressemble, et ne doit plus s’interdire de parler.

Éric Fottorino, Dix-sept ans, Gallimard, 272 pages.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Eric Fottorino, un homme profondément humain et attachant dont j’apprécie les analyses fines. J’avoue n’avoir lu aucun de ses romans alors je pense que je vais enfin commence par « Dix-sept ans ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

J'ai découvert ce jeune homme fascinant et extraordinaire qu'est Mahmud Nasimi en le voyant dans l'émission La Grande Librairie de François Busnel, lui-même fasciné à juste titre (de même que les autres invités sur le plateau) par l'itinéraire et la personnalité hors normes de cet auteur. Aussitôt j'ai eu envie d'acheter son livre.

Un homme qui ne parlait pas un mot de français en 2017

Il faut bien imaginer (et on a peine à le croire en le lisant et en l'entendant) qu'après avoir été contraint de fuir son pays du jour au lendemain en 2... Poursuivre la lecture

guerre civile
0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Mas.

Le décor planté, c’est celui de la France d’aujourd’hui, dans toute sa décrépitude. Dans certains quartiers qui jouxtent la capitale, les tensions entre la police et les caïds sont plus que palpables. Les signes d’avant-guerre civile brouillent les cartes, le climat se dégrade et le cœur de Paris n’est pas épargné.

Pour Fred Baumont, journaliste à La Ligne, les problèmes commencent quand disparaît sa collègue dans un de ces quartiers pourris où il ne fait pas bon se promener en jupe quand on est une femme. Scar... Poursuivre la lecture

Last part of us
0
Sauvegarder cet article

Par Corentin Luce.

« L’art est la plus sublime mission de l’homme, puisque c’est l’exercice de la pensée qui cherche à comprendre le monde et à le faire comprendre ».

Auguste Rodin vient peut-être de définir ce que l’on entend par être humain. Ou plutôt ce qui le distingue et le distinguera sans doute à jamais de l’animal et des machines, aussi sophistiquées soient-elles.

Dans le flot incessant de productions cinématographiques et vidéoludiques fades, rompues au risque zéro, certaines œuvres réussissent tant bien que mal... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles