L’État doit-il remplir votre déclaration de revenus ?

Êtes-vous vraiment gagnant lorsque vous laissez l’État s’occuper de cette tâche : remplir votre déclaration de revenus ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Impôts by Stéphane DEMOLOMBE(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’État doit-il remplir votre déclaration de revenus ?

Publié le 27 août 2018
- A +

Par Kevin Brookes, Pascale Déry1.

L’État devrait-il préremplir votre déclaration de revenus, comme certains politiciens le proposent ? Un tel système, même s’il a pour but de simplifier les choses, ne fait pas nécessairement diminuer le coût pour les contribuables, les fait augmenter pour les entreprises et le gouvernement, et entraîne plusieurs effets pervers, montre une étude publiée par l’IEDM qui s’appuie sur l’expérience internationale.

« Pour mettre en place un tel système, le fisc devrait exiger des employeurs, des banques et des organismes de bienfaisance qu’ils lui fournissent les renseignements. Les coûts administratifs augmenteraient pour ces entreprises, qui se transformeraient en sous-traitants de l’État en matière fiscale. Si l’on se fie à l’expérience britannique, les coûts seraient plus importants pour les petites entreprises », explique Kevin Brookes, analyste en politique publiques et coauteur de la publication.

Le labyrinthe administratif

Par ailleurs, on pourrait s’attendre à ce que les coûts pour l’État diminuent en raison de la simplification, ce qui permettrait – en théorie – de limiter le nombre d’erreurs et le temps consacré à la vérification et au règlement des litiges. Or, rien n’est plus incertain. Le gouvernement a besoin de ressources additionnelles pour recueillir les données auprès des tierces parties, calculer les revenus des contribuables, les transmettre et ensuite stocker les données.

« Aussi, les risques d’erreurs de calcul du montant des impôts sont plus importants avec un tel système. Des cas de bogues informatiques dans des pays à la fiscalité complexe, comme l’Australie ou la France, ont été signalés », souligne Pascale Déry, vice-présidente aux communications et au développement.

L’expérience récente du Canada dans un dossier similaire n’est pas rassurante. La mise en place du système de paie Phénix pour les employés du gouvernement fédéral a donné lieu à une comédie d’erreurs. Cet épisode soulève des doutes sur la capacité d’un gouvernement à gérer un système de perception des impôts infiniment plus complexe.

La déresponsabilisation du contribuable

Par ailleurs, le gouvernement se placerait dans une position de conflit d’intérêts dans la mesure où son objectif est de récolter le plus d’impôt possible, tandis que celui des citoyens est d’en payer moins.

Enfin, laisser l’État préremplir les déclarations d’impôts entraînerait une déresponsabilisation du citoyen, selon la publication. « En s’occupant eux-mêmes de leurs impôts, les citoyens ont l’occasion une fois par année de réfléchir aux finances publiques et à la contribution qu’ils doivent fournir. Une démocratie en bonne santé a besoin que ses citoyens soient en mesure de demander des comptes au gouvernement et de comprendre les impôts qu’on leur demande de payer », explique Kevin Brookes.

« L’objectif de simplifier la vie du contribuable est louable. Mais il existe une façon moins coûteuse, moins risquée et plus équitable de l’atteindre : simplifier l’ensemble du système fiscal », conclut Pascale Déry.

Sur le web

  1.  La Note intitulée « L’État doit-il remplir votre déclaration de revenus ? » est signée par Kevin Brookes en collaboration avec Pascale Déry, respectivement analyste en politiques publiques et vice-présidente aux communications et au développement à l’IEDM. Cette publication est disponible ici.
Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • l’ETAT à trouvé la parade..LE DROIT A L’ERREUR ..Pour eux!!! A combien la suppression de personnels ?avec la nouvelle méthode ?? de collecte d’impôts !!! la fiabilité ?

  • quand l’état met son nez quelque part , c’est comme les histoires d’amour , ça finit mal ;

  • Lorsque l’Etat a déjà toutes les informations fiscales concernant une personne, est-ce qu’on peut vraiment parler de « déclaration » ?

    • @ AxS
      La phrase à retenir est:
       » il existe une façon moins coûteuse, moins risquée et plus équitable de l’atteindre : simplifier l’ensemble du système fiscal « .

      Comme décrit, en fait, le fisc est déjà au courant de presque tout! Associé à une informatisation claire et simple, oui, cela pourrait très bien simplifier le système avec moins d’erreurs, moins de contestations, moins de personnel administratif, au bénéfice de l’état ET des contribuables.
      Mais est-ce le but recherché, en France?
      Je n’en sais rien mais je peux témoigner que dans d’autres pays, ça fonctionne très bien!

      • Dans les autres pays, c’est forcément différent puisque le fisc n’y considère pas que 100% des revenus lui appartiennent et qu’il est en charge d’en laisser une certaine partie à la disposition du contribuable, à condition que ce dernier soit suffisamment pauvre.

      • Le Luxembourg pourrait simplifier son bintz, non ❓
        Parce que des trucs pas clairs, il y a… 🙁

  • Le plus comique dans ce genre d’affaire, c’est que l’état lui se donne le droit à l’erreur. Par contre, si vous faites une erreur dans votre déclaration, même de bonne fois, il vous tombera dessus quoi qu’il arrive et toujours à son avantage.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
impôts de production bruno le maire
9
Sauvegarder cet article

Mardi 26 juillet 2022, l’Assemblée nationale n’a pas pu trouver un accord pour voter la Loi de finance rectificative. En clair, un texte qui avalise que la loi de finance initiale a dérapé et que donc le déficit sera revu à la hausse. La Loi pouvoir d’achat ayant été votée par les députés, l’adoption de la PLFR bute sur le dossier de la renationalisation d’EDF (une bricole à 9,7 milliards d'euros qui viendra s’ajouter à un océan de dettes de 2900 milliards).

« Débats interminables », « pure politique politicienne », s’agace le ministre... Poursuivre la lecture

L’inflation est de retour

C’est une erreur de penser que ce que l’on appelle communément « inflation » se résume simplement à l’augmentation des prix à la consommation.

L’inflation ne doit pas se définir comme une augmentation des prix à la consommation, mais comme une augmentation de la masse monétaire. L’augmentation des prix à la consommation n’est que l’un des symptômes de l’inflation, tout comme l’est l’augmentation du prix des actifs.

Cette distinction est importante. Il en découle que l’inflation n’est pas « de retour » m... Poursuivre la lecture

Notre Bruno garde le cap ! Ou tout au moins son cap. Si le second mandat d’Emmanuel Macron s’ouvre dans une configuration législative bien moins printanière qu’en 2017 et si les acteurs actuels de la petite majorité présidentielle se démènent en tous sens pour essayer de reprendre la main dans le show politicien, rien de tel chez Bruno Le Maire, plus égal à lui-même que jamais : il a toujours eu l’art de dénoncer sur un ton fabuleusement outragé les politiques qu’il a lui-même mises en œuvre et ce n’est certainement pas aujourd’hui qu’il va c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles