Force armée spatiale : Donald Trump se croit dans Star wars

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Sam Howzit - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Force armée spatiale : Donald Trump se croit dans Star wars

Publié le 11 août 2018
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Jeudi 9 août, Mike Pence, vice-président des États-Unis, a annoncé la création d’une force armée spatiale pour 2020, sous l’impulsion du président des États-Unis Donald Trump. Ce dernier avait déjà fait part de sa volonté de créer une nouvelle branche de l’appareil militaire américain sous l’égide du Pentagone, ce qui, au-delà du caractère futuriste de la déclaration, pose autant de questions en droit qu’en termes économiques.

Le projet vise la domination spatiale.

Très clairement, l’administration Trump a choisi de se projeter dans le futur, et envisage la conquête de l’espace sous l’angle de la compétition militaire qui s’annonce face à la Russie et à la Chine. Certains observateurs, en particulier sur les réseaux sociaux, ont exprimé leur perplexité face à un projet qui semble sorti des cartons des usines à rêves d’Hollywood. Certains élus démocrates se sont scandalisés de son caractère idiot, démesuré et surtout totalement irréaliste. Donald Trump, sur les traces de l’empereur Palpatine de Star Wars, semble décidé à achever de transformer la république américaine en empire : sa stratégie politique agressive vise maintenant Mars et au-delà.

Selon la Constitution américaine, seul le Congrès peut ajouter une nouvelle branche à l’appareil militaire. Donald Trump veut créer officiellement un commandement spatial américain dirigé par un officier général. L’idée peut paraître étrange quand on sait que la présence militaire américaine dans le ciel existe déjà. Quelle que soit l’issue finale du projet, pour qu’il prenne forme, le dialogue entre législation et exécutif semble indispensable.

Un projet à 8 milliards de dollars.

Il est peut-être un sujet de plaisanteries sur twitter, mais le gouvernement américain compte bien demander une rallonge budgétaire du même montant pour le réaliser, et pour créer la bureaucratie fédérale qui chapeautera cette nouvelle guerre des étoiles. Le coût de l’hégémonie galactique à venir ? Encore faudra-t-il trouver l’armée d’insectes comme dans Starship troopers…

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • Au moins, c’est spectaculaire et attirant pour la jeunesse. Tandis que le service national universel, qui coûtera sûrement bien plus au contribuable français, on ne peut pas dire que ce soit sexy sexy…

  • La petite bête
    11 août 2018 at 7 h 58 min

    Trump et l’administration Trump sont deux instances de décision différentes.

  • Et Macron va créé la plus grand discothèque mondiale dans le jardin de l’Élysée.

  • Bof bof, 8 millards de dollars pour nous ça fait beaucoup, pour les Américains et les 600 autres millards qu’ils dépensent déjà dans la défense c’est pas grand chose… et puis si c’est juste pour avoir un commandement à part au lieu que se soit rattaché à l’armée de l’air c’est pas sensationnel

  • Quand on n’est pas spécialiste dans l’armement on évite d’écrire à ce propos! L’auteur n’y connait visiblement rien! Au sein de l’Air Force il y a un département Espace, qui s’occupe des fusées et navettes. Avec les progrès réalisés ces derniers temps, il était normal de faire comme pour L’Army Air Corps qui est devenu US Air Force après la guerre!

    • Il y a des dirigeants qui voient loin. Pas en France. Et quand il va falloir y gérer l’arrêt de ses 58 réacteurs nucléaires, çà va faire mal. Comment se pourrait-il autrement avec la bande de bras cassés qui tiennent lieu d’élite politique ?

      • Plutôt que celui des réacteurs nucléaires, on pourrait gérer l’arrêt des bras cassés, ce serait quand même plus efficace !

    • Je ne suis pas d’accord sur la nécessité de cette nouvelle branche armée, pas dans l’immédiat en tout cas. Nouvelle branche signifie nouvelle ressources, nouvelles infrastructures, nouveau uniformes et toute la nouvelle bureaucratie qui l’accompagne etc. Comme vous le dite vous même l’us air force s’en charge déjà, si des besoin s’en font ressentir son rôle peut être étendu a aller plus « haut » en altitude. Pour donner un exemple l’us navy est la principale force marine des états unis avec tout son spectre de missions, ils n’ont pas créer une autre branche spéciale pour les sous-marins. Il suffit de définir a l’us air force son périmètre de responsabilité et lui donner les moyens de ses nouvelles missions.

      • Si, il y a le Marine Corps détaché de la Navy ! L’infrastructure existe déjà puisque c’est un département de l’Air Force, il suffit de le rendre indépendant.

  • Si B.Obama avait fait une proposition identique, tous nos journaleux auraient applaudis, certains se seraient peut-être même pâmés devant les capacités d’Obama à anticiper les éventuels problèmes posés par l’espace pour la sécurité de son pays.
    Comme c’est Trump, c’est forcément idiot et tout le monde bien-pensant se gausse.

    Depuis l’élection de Trump, toutes les prédictions catastrophistes des démocrates et socialistes se sont vues infirmées par les faits. Cela aurait pu les inciter à modérer leurs propos? Même pas…

    • c’est vrai, c’est un peu trop je pense. je peux vous dire que depuis les Etats Unis certains lecteurs ne lisent plus les journaux. c’est tous les jours Trump et cela irrite.

      • Ils n’ont qu’à lire les journaux français, vu la place occupée par Macron, il n’en reste guère pour Trump.

        • Prenez le Figaro, qui était de droite dans le temps, où il y a au moins un article critiquant Trump par jour !

    • Les sots ne comprennent jamais rien et sont donc incapables de changer d’avis et de position. C’est ce qui les distingue des gens intelligents qui ne se basent que sur les faits!

  • Cela fait belle lurette que les satellites de télécoms ou d’observation sont des composantes essentielles de la suprématie. Un satellite militaire est une menace parmi d’autres. Créer une composante spatiale de l’armée n’a rien d’absurde.

  • Reagan avait développé un programme militaire spatial, ce n’est pas nouveau mais ce qui est dangereux, c’est de provoquer une guerre spatiale avec les Russes, les Chinois etc.

  • René Le Honzec
    12 août 2018 at 1 h 12 min

    Comme le rappelle Marie, le Président Reagan avait lancé le programme IDS, caricaturé en « guerre des étoiles » dans les médias. Mais ce fut une des principales raisons de l’effondrement du communisme soviétique qui ne pouvait « suivre » économiquement.Et comme le souligne Cyde, si cela avait été Obama….

  • Cette proposition est apparue après l’annonce par la Russie d’armes hypersoniques, dont un « surfeur de l’espace », que Poutine avait décrit comme frappant tel un météore, la vitesse suffisant à la capacité de destruction.

    Dans l’hystérique Washington, il fallait bien que Trump puisse répondre aux néocons.

    • L’hystérique Washington? Allez dire ça aux Géorgiens et Ukrainiens! Tant que les Russes attaquent leurs voisins, il est nécessaire de les en empêcher! La guerre de 39-45 a débuté par des agressions sur les voisins!

      • Vous vous répétez. Et ni Kiev, ni Tbilissi (ou Varsovie ou d’une capitale balte) n’ont subit de bombardement.

        Sous prétexte que les zones d’influences géographique ne devraient pas exister, vous êtes finalement en faveur d’une politique de harcèlement. Mais les pays qu’on pousse à rejeter cette influence n’y trouve finalement aucun avantage.

        Voyez la situation actuelle de l’Ukraine dont la situation ne s’améliore pas à l’ouest. Elle était où, l’influence pacificatrice de l’UE pendant la guerre yougoslave ? Qu’est ce que les USA avaient à faire au Kosovo ? Ah oui, trouver un pion de plus face à la Russie. Belle influence démocratique et progressiste que voila.

        Faites un peu le bilan de politiciens de Washington.

  • Le Pentagone considère déjà depuis longtemps que la militarisation de l’espace doit rester une exclusivité américaine.
    Jusqu’ici il a résisté pacifiquement à la concurrence étrangère, par exemple en semant des obstacles au développement du système Galileo concurrent du GPS.
    L’étape suivante sera peut-être plus musclée, surtout depuis que les chinois tendent à maîtriser la destruction à distance de satellites.
    Il n’y a certainement pas besoin d’une armée supplémentaire pour s’occuper de ce problème.
    L’annonce du communicant Trump n’est qu’une gesticulation supplémentaire. Le coût annoncé n’est d’ailleurs qu’une broutille en comparaison de ce que coûterait le développement des moyens de maintenir la suprématie spatiale.

    • Quels obstacles contre Galilleo? Ne racontez pas n’importe quoi. Les deux systèmes vont être liés pour plus d’efficacité!

      • @Virgile
        Vous êtes toujours d’une naïveté aussi prétentieuse que confondante mais assez amusante après tout.
        Le premier obstacle a bien failli réussir quand Clinton a gentiment décrété la suppression de la SA du GPS (selective ability) pour que le monde et l’Europe bénéficient gracieusement de la précision jusque là réservée au militaires US. Ce cadeau empoisonné incitait les européens à renoncer à un projet aussi coûteux pour préserver le monopole américain.
        L’Europe a tenu bon pour une fois mais a tout de même dû accorder un droit de brouillage au Pentagone quand bon lui semble.
        Sinon tout baigne, on a apparemment deux systèmes compatibles coopératifs et précis tant qu’on ne va pas asticoter les généraux de là-bas.
        Et les obstacles peu avouables, il y en a eu bien d’autres qui expliquent en partie l’énorme retard et le surcoût du projet Galileo.
        https://www.aeroplans.fr/Europespace/amerique-guerre-galileo.html

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Albin Wagener. Un article de The Conversation.

Considéré avant tout comme un emblème très actuel de la (contre-) culture web, les mèmes pullulent désormais sur les boards (ces plates-formes collaboratives alternatives comme 4chan, Reddit ou 9gag) ou les réseaux sociaux – et ont même permis l’émergence de groupes de chineurs de mèmes (ou neurchi), dédiés au rassemblement de consommateurs et de producteurs de mèmes, attirant ainsi à nouveau une population plus jeune sur Facebook. Mais les mèmes ne sont pas que de simples objets humor... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Malgré de nombreuses et ardues négociations, les démocrates ne pourront pas adopter leur fameux projet Build Back Better (BBB) pour l’instant. L’un des leurs, le sénateur de la Virginie occidentale Joe Manchin, a annoncé qu’il s’opposerait au titanesque projet de loi de trois billions (12 zéros) de dollars.

Évidemment, les réactions négatives ont été presque instantanées. Chez les démocrates, on doute de la loyauté de Manchin envers son parti. Joe Biden a même promis « de lui parler » et ne semble pas regretter ce message agressif. Mai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles