Les demandeurs d’asile ne sont pas un fardeau pour l’Union européenne

La migration internationale est la source d’épineux problèmes diplomatiques en Europe. Ces derniers seraient en partie allégés si l’on parvenait à se débarrasser des idées reçues assimilant migrants et fardeau économique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les demandeurs d’asile ne sont pas un fardeau pour l’Union européenne

Publié le 19 juillet 2018
- A +

Par Ekrame Boubtane,Dramane Coulibaly et Hippolyte d’Albis.
Un article de The Conversation

Alors que depuis 2015, les arrivées de demandeurs d’asile en Europe ont diminué, les tensions diplomatiques autour de la question des migrants n’ont fait que croître entre les vingt-huit États membres. L’asile est assimilé à un « fardeau » que les plus généreux appellent à « répartir » et dont les autres souhaitent se « débarrasser ».

Les demandeurs d’asile sont-ils une charge économique pour les pays d’accueil ? Pour répondre à cette question, nous avons examiné les implications des flux migratoires sur les performances économiques et sur les finances publiques de quinze pays d’Europe de l’Ouest entre 1985 et 2015.

Premier enjeu : la méthodologie

Le premier enjeu dans l’étude des effets de la migration sur les finances publiques est méthodologique. En effet, cette question, évidemment macroéconomique, est plus souvent abordée sous un angle comptable.

Suite à l’article fondateur de Francine D. Blau, « The Use of Transfer Payments by Immigrants », paru en 1984, de nombreuses études ont évalué les coûts et les bénéfices engendrés par les personnes immigrées et les ont comparés à ceux de la population native du pays d’accueil.

Ces travaux se basent sur des enquêtes microéconomiques ou des sources administratives pour déterminer des moyennes individuelles, qu’elles agrègent ensuite afin d’évaluer les contributions respectives de chaque population au solde des finances publiques.

Ces évaluations sont fortement dépendantes de la qualité des sources de données employées. Or, malheureusement, elles reposent très souvent sur des enquêtes dont l’objet initial n’est pas d’évaluer la situation économique des personnes immigrées. Par ailleurs, il n’est pas possible de comparer les évaluations obtenues à partir de ces enquêtes avec un agrégat des comptes nationaux, étant donné que ces derniers ne sont pas décomposés en fonction de l’origine des habitants.

Autre point peut-être encore plus problématique, ces analyses coût-bénéfice ignorent les interactions entre les variables économiques. Elles font donc fi des conséquences globales que peuvent avoir les personnes immigrées sur la situation économique du reste de la population (comme, par exemple, les retombées budgétaires indirectes résultant de l’impact global de l’immigration sur l’économie).

Démêler les causes des conséquences

Le second enjeu, qui est présent dans la littérature scientifique en économie de la migration, est d’établir les effets des flux migratoires eux-mêmes sur les économies d’accueil. Les interactions entre la situation économique ou budgétaire du pays d’accueil et les flux migratoires sont en effet potentiellement bidirectionnelles : les dépenses publiques, par exemple, sont susceptibles d’augmenter avec les flux migratoires mais également d’accroître ces flux.

Habituellement en économie, les relations de cause à effet sont postulées a priori par la théorie, puis l’économétrie (discipline qui applique les méthodes de la statistique aux problèmes de l’économie) fournit les estimations de ces relations et corrige les problèmes qui se posent lors des estimations.

Toutefois, le cas de l’économie de l’immigration est particulier : il n’existe pas de théorie dominante permettant de postuler a priori une relation entre les variables économiques du pays d’accueil et l’immigration. Les études qui examinent les effets de l’immigration sur les salaires, par exemple, utilisent dans l’estimation un instrument, c’est-à-dire une variable corrélée avec l’immigration mais non influencée par les salaires et les autres variables pouvant les affecter.

Généralement, ces instruments sont des flux migratoires du passé. Mais leur choix
est délicat. En effet, Clemens et Hunt ont montré que, selon l’instrument employé, l’interprétation des effets de la migration sur les salaires peut différer. En d’autres termes, même si deux instruments sont dotés de propriétés statistiques justes, l’interprétation finale peut différer.

Dans nos travaux, nous avons fait le choix de suivre l’approche de Sims (1980) qui propose une modélisation alternative avec peu de contraintes sur les données. Cette approche a l’avantage de prendre en compte les interactions entre les variables et d’analyser ces relations causales. L’idée est d’évaluer la réponse d’une économie à des « chocs » qui augmentent les flux migratoires, qui sont compris ici comme des évènements externes à l’économie considérée, mais qui influencent les migrations internationales. Les conflits en Afrique et en Asie qui se sont traduits par une augmentation des flux migratoires en Europe sont des exemples de chocs exogènes.

L’augmentation du flux de migrants est positive pour l’économie européenne

Albis H., Boubtane E., Coulibaly D.

Dans notre article, nous avons examiné les implications des flux migratoires sur les performances économiques et sur les finances publiques de quinze pays d’Europe de l’Ouest : l’Autriche, la Belgique, le Danemark, la Finlande, la France, l’Allemagne, l’Irlande, l’Islande, l’Italie, les Pays-Bas, la Norvège, l’Espagne, la Suède, le Portugal et le Royaume-Uni. Entre 1985 et 2015, ces pays ont enregistré près de 10,5 millions de demandes d’asile, soit environ 350 000 demandes par an. Les flux les plus importants sont celui des années 1990 et celui de 2015, engendrés respectivement par les guerres dans les Balkans et en Syrie.

Deux types de flux migratoires ont été considérés : celui des demandeurs d’asile (qui ont déposé une demande afin d’obtenir la protection humanitaire du pays d’accueil et ont le droit d’y résider légalement le temps de l’instruction de leur demande) et celui des migrants permanents (qui recouvre tous les types de migrants : ceux qui bénéficient de la libre circulation et ceux qui ont le droit de résider légalement dans le pays d’accueil de façon permanente). Nous avons analysé les interactions entre ces deux types de flux migratoires, et quatre variables économiques et de finances publiques : le PIB par habitant, le taux de chômage, ainsi que les recettes nettes des transferts par habitant et les dépenses des administrations publiques par habitant. En outre, le solde budgétaire (recettes moins dépenses) a été calculé puis rapporté au PIB.

Réponses aux chocs sur les flux migratoires au cours des dix ans qui suivent lesdits chocs – l’augmentation des flux migratoires est normalisée à 1 personne pour 1 000 habitants. Les réponses des dépenses publiques par habitant, des recettes nettes des transferts par habitant et du PIB par habitant sont en pourcentage. Les réponses du taux de chômage et du solde budgétaire rapporté au PIB sont en points de pourcentage.
d’Albis H., Boubtane E. et Coulibaly D.

On constate qu’une augmentation du flux de migrants permanents a un effet positif sur les économies européennes, le PIB par habitant va croître de façon significative pendant quatre ans, tandis que le taux de chômage va baisser, le solde budgétaire des administrations publiques va nettement s’améliorer. Un choc exogène qui augmente le flux de migrants permanents de 1 pour 1 000 habitants se traduit pour une amélioration du solde budgétaire de 0,11 point de pourcentage du PIB jusqu’à un an après le choc.

S’agissant du flux de demandeurs d’asile, nous ne trouvons pas de dégradation des conditions économiques des pays d’Europe de l’Ouest, que ce soit sur le plan du niveau de vie, du chômage ou du solde budgétaire. Au bout de quelques années, il peut même y avoir un effet positif, quoique moins visible. Celui-ci s’explique par le fait que certains demandeurs d’asile autorisés à rester durablement contribueront, en travaillant, à l’économie du pays d’accueil.

Ne pas faire jouer à la migration le rôle qui n’est pas le sien

La migration internationale est au cœur de multiples enjeux sociaux, culturels et géographiques. Elle est également la source d’épineux problèmes diplomatiques en Europe. Ces derniers seraient en partie allégés si l’on parvenait à se débarrasser des idées reçues assimilant migrants et fardeau économique.

Nos travaux indiquent clairement que les migrants ne constituent pas un fardeau pour l’économie des pays d’accueil. Attention toutefois à ne pas faire jouer à la migration un rôle qui n’est pas le sien. Les personnes immigrées, et a fortiori les demandeurs d’asile, ne sont pas là pour « relancer » les économies européennes. Si les migrations ne représentent pas un coût économique pour l’Europe de l’Ouest, elles ne doivent pas pour autant être envisagées sous l’angle de ce qu’elles pourraient « rapporter ». Il ne faut pas oublier que l’on parle d’êtres humains !

Enfin, nous sommes convaincus que la réponse adéquate à la question des migrations et des demandeurs d’asile se trouve au niveau européen. C’est pour cette raison que nous avons construit notre modèle à cette échelle. Néanmoins, avec des données suffisamment détaillées, il est possible de restreindre le champ et de s’intéresser à un pays particulier.

The ConversationNous l’avions fait il y a quelques années pour la France. Nous avions, là aussi, mis en évidence [ des effets positifs des flux migratoires].

Ekrame Boubtane, Enseignant-Chercheur de l’Université Clermont Auvergne au CERDI (CNRS/Université Clermont-Auvergne), Université Grenoble Alpes ; Dramane Coulibaly, Enseignant-Chercheur de l’Université Paris Nanterre au laboratoire EconomiX-CNRS, Université Paris Nanterre – Université Paris Lumières et Hippolyte d’Albis, Directeur de recherche au CNRS, Paris School of Economics – École d’économie de Paris

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Voir les commentaires (124)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (124)
  • Les réactions actuelles sur l’immigration sont principalement liées à la question identitaire. Quant aux chiffres, on peut leur faire dire ce qu’on veut…. je ne serait pas étonné qu’une immigration de masse de gens peu qualifiés fasse jouer une concurrence farouche sur la population peu qualifiée du pays d’accueil… influençant donc leur salaire à la baisse…ou leur niveau de chômage à la hausse… phénomène que le pib par habitant ne montrera pas!

    • la liberté de circuler des travailleurs potentiel met surtout en évidence les contraintes qui s’appliquent sur le marché du travail et les perversions du système d’aide sociale..

    • J’aime beaucoup l’expression « question identitaire » et j’y vois surtout le mot « question ». N’est-ce pas lorsqu’on doute qu’on se pose des questions ? Comment intégrer des étrangers quand on ne sait pas qui on est ?

  • on constate dans la realite que l immigration n a absolument aucun effet positif, et que meme l immigration que nous connaissons est anti liberal, je suis etonne que contrepoints puisse valider ce genre d article. dans un pays comme la france, par exemple, qu elle peut etre l effet positif quand le pays compte plus de 6 millions de chomeurs d importes une population qui ne parle pas la langue, qui n a pas de formation, et qui va donc couter aux contribuables, sans parler de la delinquance. les stats en allemagne montrent que plus de 90% du plus d un million de soit disant demandeurs d asile qui ont envahit le pays n’ont pas d activite et surtout n en cherchent pas, sans parler des centaines de terroristes islamistes qui se sont glisses entre les mailles du filet.
    un certain nombre d auteurs liberaux d ailleurs ont ecrit sur ce phenomene, et l immigration n est pas liberal, car le pays est comme une copropriete, les coproprietaires sont en droit de decider qui a le droit d entrer ou non, une des bases du liberalisme est le respect du droit de propriete qui dans ce cas est baffouee

    • la France n’est pas DU TOUT un pays libéral, la santé » est plus ou moins collective, l’éducation etc… et il y a ceux qui contribuent à ses systèmes et ceux qui en bénéficient, immigrants ou citoyens… un libéral ( dont je ne suis pas je pense) est pour une libre circulation des travailleurs….travailleurs pas profiteurs et les demandeurs d’asile c’est encore autre chose.

      la crise des migrants est terrible pour un collectiviste, quand on peut juste dire les riches paieront on peut être élu …quand les petites gens s’aperçoivent qu’ils paient aussi ça grince sec.

    • La propriété est la séparation.
      La séparation amène inévitablement au conflit.
      En voulant vous protéger via le droit de propriété, vous revendiquez le conflit, la guerre, pour protéger ce droit de propriété, ce droit a séparation.(vos.., mes…., forcement un jour, soit ça empiète, soit la jalousie justifiée ou non, amène à un conflit)
      Cela parait naturel, disons plutôt que c’est une habitude prise depuis des millénaires .
      Prenez un instant, la liberté de questionner tout ce sujet en vous.
      Il y a une certain comique de l’absurde dans tout ça.

      • Ce qui est comique, ou dramatique c’est selon, c’est votre propos.
        Que faites-vous sur Contrepoints ?

      • @leham « En voulant vous protéger via le droit de propriété, vous revendiquez le conflit » oula c’est du lourd . Et donc votre modèle de société idéal c’est donc …. ?? et c’est pratiqué où ? je m’interroge

      • On vous laisse vous installer en URSS.

        Ha ben non, ça n’existe plus, c’est vrai.

    • Et bien « étonnez vous qu un journal comme CP puisse valider ce genre d’article » et faites un tour du côté de Boulevard Voltaire, vos préjugés (non basés sur des faits ) seront confortés.
      Ceci dit l’immigration est un sujet de discordes pour les libéraux, et je comprends que les points de vue divergent ( c est liberal ) mais de là à dire que l’immigration est antiliberale…

      Voilà ce que dit en réalité votre auteur libéral :

      Le point de départ d’une réflexion libérale sur l’immigration consiste à reconnaître la liberté d’émigrer et la liberté d’immigrer comme un droit de l’homme fondamental. Comment pourrait-on défendre le libre-échange, c’est-à-dire la libre circulation des marchandises et s’opposer par la force au libre mouvement des hommes ? Ainsi, les barrières à l’entrée dans un pays – les interdictions d’entrée, les quotas d’immigration ou même la simple obligation de détenir un passeport et un visa – constituent une atteinte aux droits légitimes des gens. Par conséquent, aucun argument ne peut permettre de justifier les politiques d’immigration pas plus, bien sûr, que les politiques de limitation de l’émigration mises en place par tant de régimes totalitaires. La meilleure politique d’immigration consiste donc à ne pas en avoir. (…) La liberté de migration ne signifie donc pas qu’un « étranger » a le droit d’aller là où il veut, mais qu’il peut aller librement là où on veut bien le recevoir. (Pascal Salin, Libéralisme, 2000)

      • Lorsque que l’état (je ne mettrai jamais de majuscule) oblige la collectivité à ses propres frais que l’on offre le gîte et le couvert à qui, sur cette planète, veux bien en profiter, cela provoque une immigration qui n’a plus rien de libéral.
        Cela a, en plus, un côté condescendant que je ne supporte pas.
        De plus, c’est structurellement au détriment de ceux qui ont produit les richesses distribuées avec discrimination. Au lieu de chercher des explications à 5 bandes pour justifier ces décisions, il serait plus intéressant de chercher les raisons qui font que depuis des décennies, et même plus de deux siècles, les personnes responsables de la France, cherchent à « tout prix » à détruire la population dont ils devraient se faire une fierté de faire prospérer. Quelle idéologie ou quelle religion se cache derrière tout cela?

        • « Quelle idéologie ou quelle religion se cache derrière tout cela? »

          je vais vous le dire : la philosophie (et non une « idéologie » ou une « religion ») derrière tout cela est le libéralisme. Une philosophie qui prône les libertés individuelles, toutes les libertés individuelles (dont la liberté de circulation).

          • Malheureusement la liberté de circulation a un coût, des gens qui entrent, se laissent vivre aux frais de la princesse et toujours les mêmes qui payent … alors quand la réalité sur les chiffres du chômage en France et la dette qui explose, permettez-moi de douter de cette philosophie là … Oui on se pose des questions sur la finalité de cette immigration massive et incontrôlée !!

            • « Malheureusement la liberté de circulation a un coût »
              Cet article, qui s’appuie sur une étude scientifique publiée dans une revue « peer-reviewed », montre que la liberté de circulation n’est pas un fardeau.

      • AerosolKid, vous écrivez plus bas que dans un système libertarien sans Etat, il n’y a pas besoin de politique d’immigration car tout étant propriété privée, chacun est libre de décider qui il accueille. c’est tout à fait exact, et c’est une bonne idée de raisonner en termes de droits de propriété. A qui appartient le territoire Français? à l’Etat, mais ce n’est qu’une fiction juridique… à la fin il appartient aux Français. Donc les Français sont libres de décider qui ils veulent accueillir ou non sur leur propriété. Et ils n’ont pas besoin de justifier leur refus (pas plus que vous n’avez besoin de justifier votre refus si vous n’avez pas envie de laisser entrer chez vous n’importe quel quidam). On peut évidemment débattre, comme le fait l’article, de considérations d’opportunité (est-ce bone pour l’économie?), mais il n’y a pas de principe de justice selon laquel les gens seraient en droit de circuler partout où ils veulent. La liberté de circuler n’est pas un droit de circuler: on ne peut vous empêcher de sortir, mais personne n’est obligé de vous laisser entrer – et vous noterez que c’est exactement la différence entre une dictature (qui ferme ses frontières pour empêcher ses citoyens de sortir) et une démocratie (qui régule les entrées uniquement).

        • Cette idée de propriété collective c’est ni plus ni moins le communisme. En fait, la propriété de chaque morceau du territoire est à consulter au cadastre et il ne semble pas qu’il y ait de parcelle appartenant à « le peuple ». https://www.contrepoints.org/2014/03/17/159750-la-france-nappartient-pas-aux-francais

          • Merci pour le lien. Vous noterez que ma position ne se fonde pas sur une forme quelconque de nationalisme critiqué dans cet article.
            Je ne fonde pas non plus ma position sur une notion de propriété collective (à moins de considérer qu’une société commerciale à qui on donne la personnalité juridique est une forme de propriété collective communiste – ce qui n’est, j’imagine, pas votre position).
            Par ailleurs, cet article donne un seul argument intéressant contre le raisonnement que j’expose, à savoir que si chaque Français était copropriétaire d’une partie de la France, il pourrait le vendre. Mais ce n’est pas nécessairement le cas: dans beaucoup de sociétés commerciales, les possibilités de revendre ses parts sont souvent limitées par convention, simplement parce que les actionnaires estiment que la valeur de la société dépend de ceux qui s’y trouvent et s’y investissent. La société anonyme boursière est plus l’exception que la règle. C’est, à mon sens, d’autant plus le cas que la notion de « France » ou de « Français », dans son acception usuelle (et non le concept administratif) signifie bien plus qu’un attachement de nature patrimoniale qui pourrait se vendre ou s’acheter.

        • La liberté de circulation s’entend dans les deux sens : émigration et immigration. Les auteurs classiques du libéralisme ont été très clairs là-dessus. Mises notamment a parfaitement clarifié cela.

          La liberté de circulation est un principe fondamental du libéralisme. Il n’existe aucun argument libéral qui viserait à limiter cette liberté individuelle. Aucun.

          • Là, on ne parle pas de liberté de circulation, mais d’asile (en tout cas c’est ce que disent les auteurs), c’est à dire que les immigrants se voient offrir un certain nombre de choses, dont la protection, par les résidents antérieurs.

  • et après avoir fait rentrer des migrants en veux tu en voilà , on nous refait le coup du rapprochement familial ? ( merci giscard )….pour se retrouver avec des familles qui font des gosses à tour de bras mais sont incapables de les éduquer ? non merci , sans façon ;

  • Ah tiens ! Revoilà les « libéraux » en peau de lapin. Faux libéraux mais vrais xénophobes…

    • On les repère trop facilement, c est même plus amusant.

    • C’est typique d’une vision étriquée du libéralisme. Il y a les anarcap, où il n’existe pas d’état, donc pas contrainte aux frontières. Et les libéraux classiques qui considèrent que les individus délèguent une partie de leur souveraineté pour leur sécurité et que l’état est légitime pour filtrer les frontières.
      Anarcap, est-ce autre chose qu’une utopie?
      Libéraux classique, tjs en lutte avec l’état qui fera mal sa régulation aux frontières?

      Toujours est-il que des insultes (xénophobes) ne sont pas très malin. Mais vous êtes du coté lumineux de la force..

      • Les libéraux classiques ont tous défendus sans exception la liberté de circulation.
        La liberté de circulation est une liberté individuelle fondamentale.

        • Bonjour Raphaël

          A l’intérieur d’un pays.
           » 1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat. 
          2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.
          At 13 Déclaration Universelle droit homme ».

          Je sais la DDH de 48 est plus collectiviste, mais plus aucun libéral classique n’est près à mettre l’état providence à zero (voir chèques éducations et autres revenu universel).

          PS je vous remercie pour cette réponse sans insulte, en générale dès qu’on discute de l’immigration, c’est xénophobes, racistes et autres libéraux en peau de lapin :).

  • celui qui a écrit cet article doit fumer la moquette, et en quantité.
    d’ou sort il ce qu’il annonce ? de la poche de Macron ?
    1- pas de travail a leur offrir si ce n’est les boulot les moins qualifiés ou les salaires vont descendre vertigineusement .
    2-les aides sociales de types divers maladie, rsa, allocations etc cout environ 1 milliard 121 millions d’euro/an que nous payons (augmentation des taxes, csg…etc)
    3-logement des Francais sont a la rue, d’autres attendent des années pour un HLM.
    4- augmentation vertigineuse de la délinquance (petite et moyenne)
    (- atteint aux personnes physiques , viols , (plus de 95% par des migrants).
    mais tout ça chut, on truque les stats ou ont les tait.
    alors de grace que celui qui a écrit une pareille c…e (un bobo de gauche ) évite de telles contre vérité .

    • Ça vous déçoit pas trop le libéralisme. Vous qui pensiez que c était seulement être contre les impôts et la gauche. Comme vous devez être déçu.
      Le libéralisme ne changera pas pour vous.

    • Il faut aller voir le site pour se rendre compte.
      Je dirais des articles dont les contours sont clairement mondialistes, mais coloriés avec de la science. C’est la science au service de l’idéologie.

      • « Mondialiste »… ah ok, je vois : la rhétorique de l’extrême droite.
        Savez-vous que vous êtes sur un site libéral ici ? C’est-à-dire un site en faveur de la libre circulation des biens, des services, des capitaux et des individus, c’est-à-dire « mondialiste » selon votre terminologie xénophobe…

    • Celui qui a écrit cet article ne fume malheureusement pas la moquette, il croit comme beaucoup faire de la science en présentant des corrélations entre quantités mal définies et absolument pas isolées des autres sources possibles de corrélation. Ses résultats ne sont pas faux, mais ils ne permettent pas de tirer la moindre conclusion. Ce sont juste des appels à polémiquer, et en cela ils sont assez efficaces si on en juge par les commentaires 🙂

  • le roi du Maroc avait dit dans une intervie
     » vous avez réussi l’integration de peuple européens car vous avez les memes origines, les memes sources de culture, vous n’arriverez jamais a intégrer des population du sud , qui n’ont pas cette culture .essayez de mélanger de l’huile et de l’eau .les deux liquides ne se mélangent pas. »
    Mohamed V roi du Maroc
    vidéo de l’interview visible sur le net!

    • On se calme. La culture n est pas innée. On peut en changer ou en découvrir de nouvelles.
      Et le roi du Maroc n est pas une référence en matières du respect des droits de l homme et de la propriété, donc j évite de prendre pour argent comptant ses idées.
      Sinon je mélange l huile et le vinaigre avec un peu de moutarde, c est très français.

      • Il n’est pas question de donner un brevet de Droit de l’hommisme au Roi du Maroc , il est question de comprendre que l’immigration pour le roi du Maroc c’est une conquête avec anéantissement de l’occupant précédent. Il annonce la couleur et vous fermez les yeux pour ne pas voir. Bien des aérosols sont toxiques ….

        • essayez de vous cultiver un peu et regardez cette interview , mais elle ne vous plaira pas ses termes sont absolument dans la réalité des choses .essayer surtout de na ps tout confondre ni tout melanger , un peu comme Macron.

          • Il y a bien longtemps que j’ai analysé ce propos du Marocain commandeur de ses croyants, si vous l’avez lu seulement hier je comprends que vous n’ayez pas encore tout compris.

            • ce n’est pas d’hier , pour l’instant pour faire court les migrants de meme culture que la notre, espagnol, portugais, polonais, tchèques, italiens ,arméniens se sont parfaitement intégrés .ce qui n’y sont pas arrivés sont depuis longtemps rentrés dans leur patrie .
              l’integration est/ouest offre les possibilités de réussites supérieures car elle additionne beaucoup de critères positifs, celle venant du sud Maghreb afrique n’a pas du tout les memes motifs , ni les memes buts , ni la meme culture .c’est a dire beaucoup de critéres rendant l’integration difficile !
              je connais une file d’origine marocaine , officier de police, diant je suis française, j’aime le France mais mon pays de coeur est le maroc! et croyez moi c’est un très bon policier , ayant fait certaines etudes, ayant une famille de meme origine marocaine dont les parents ont bossé toutes leur vie , ont donné des bornages a leurs enfants !
              la est la différence avec ce qui arrivent se croyant tout permis.
              au fait dans ces propos il n’y avait rien a analyser mais simplement a l’écouter expliquer pourquoi l’integration de personnes venant du sud ne marcherai jamais , il ne parle ni de croyant, ni de religion .
              vous devriez revoir cet interview vous ne l »avez certainement pas ecouté avec attention!

      • Vous cuisinez chez vous à part troller?
        La culture se transmet par…..les parents! et pas par la société. C’est pour cela que l’éducation nationale n’a pu que détruire les savoirs mais pas en fonder d’autres. Et c’est pour cela qu’il y a des trentenaires, complètement déculturés à qui on a arraché jusqu’à leur langage maternel, qui tentent de remplir le vide avec du réel, ce qui les mènent naturellement à se fonder des opinions qui vous contredisent.
        L’idéologie que vous semblez défendre arrive au terme de son efficacité, et le réel s’impose. De mon point de vue, même si cette idéologie sert une ridicule partie de l’humanité très frustrée et imbue d’elle même, elle n’a pu prospérer au cours des siècles qu’en se servant de la couardise humaine et des frustrations/jalousies égotiques qui en découlent, tout en profitant des richesses créées par les courageux qui ont combattu leurs peurs dans l’histoire. Je préfère aider un africain à s’en sortir en Afrique plutôt que de lui faire croire que de se faire raser gratis sans effort va lui permettre de s’aimer lui-même un jour, tout en nuisant désormais ouvertement à des populations autochtones! C’est de la trahison internationale.
        Et là encore, à qui cela profite ces choix géopolitiques tout autant qu’économiques? C’est le développement psychologique de l’homme qui compte, pour qu’il puisse se fonder un espoir, sur sa terre et dans sa culture, et qu’enfin il puisse mettre à disposition d’autres tout ses bienfaits.

  • la source de cet article « the conversation » est d’origine universitaire, situé a gauche (ps)
    les auteurs :
    Dramane Coulibaly(ses données macroéconomiques suggèrent que les demandeurs d’asile ne constituent pas un «fardeau» pour les pays d’Europe occidentale ,Ekrame Boubtane femme doint les travaux de recherches portent essentiellement sur les déterminants économiques des migrations internationales,Hippolyte d’Albis Lors de l’élection présidentielle de 2017, il apporte son soutien à Macron
    tout trois de gauche de notre bonne Macronnie, leur analyse n’est donc pas orienté,

    • Vous avez oublié de dire que leur patronyme avaient une sonorité pas très de chez nous.

      • non je ne cite que des faits réels ! prouvables! donnez moi une version qui contredit mes écrits au lieu de dire n’importe quoi !
        leur patronyme n’a rien a voir avec la source de mon commentaire « teh conversation » est un journal de fac situé très a gauche du PS et donc a la botte, ne vous en déplaise sa pertinence n’est pas du tout dans la réalité.

        • Vous devez choisir : soit l’article est scientifique, soit il reflète les opinions de ses auteurs. Le problème est que la partie « scientifique » n’est pas le moins du monde conclusive, et que l’opinion que les auteurs prétendent en faire découler est en fait gratuite. C’est le cas pour 99% de ce qu’on lit dans les médias, pas besoin d’aller analyser les patronymes et les activités extra-curriculaires des auteurs pour en tirer le même genre de corrélations fallacieuses qu’eux.

  • J’aimerais sincèrement savoir ce qui distingue une approche présupposée libérale d’une approche de gauche sur les questions sociétales.
    Si ce n’est rien comme je le pense, on peut alors se questionner sur le cheminement et les réelles accointances des personnes qui se
    range sous la bannière libérale tout en défendant, par exemple, les migrations massives que nous connaissons (au nom de la liberté. Sic!).
    De nombreuses études y/c en France (mais non publiées) donne le coût réel de l’immigration (sud/nord). Il est évidement colossal. Les études les plus poussées dans ce sens sont anglo-saxonnes et notamment aux états-unis où la police de la pensée est pour le moment moins présente.
    Les évidences des observations de tout un chacun rejoignent les résultats de ces études.

    • Moi j aimerai savoir ce que les identitaires ne comprennent pas dans le fait que les autres hommes sont des hommes.
      L immigration est un problème dans un système étatiste ( aide, droits au logement, salaire minimum ).
      Elle ne l’est plus si il n y a plus d État, et seule les propriétaires acceptent ou pas de recevoir qui ils veulent dans leur propriété.
      Je vous renvoi à la lecture de Pascal Salin

      • que venez vous faire sur contrepoint? allez plutôt sur libé.
        mais avant tout essayez d’argumentez ce que vous écrivez avec des sources sures au lieu de critiquer et d’ecrire n’importe quoi.

        • Cher Duglimbule, vous êtres un triste personnage de droite ( au mieux ) et je suis un un anarchistes capitaliste radicalement libéral.

          Alors quand vous aurez compris ce qu est le libéralisme et que vous arrêterez de confondre avec les Républicains, aussi bien vous que moi nous pourrons alors avoir des discussions passionnantes sur l’immigration et poser nos désaccords entre libéraux.
          En attendant vous êtes un xénophobe qui n aiment pas les étrangers du sud et leur sale religion. J argumente pas avec les’gens comme vous, je me moque.

          • c’est pas ça qu’on appelle le sectarisme? c’est un des traits fondamentaux des bobos socialos non? en fait vous n’avez rien d’un anarcho capitaliste et libéral…….si?

        • Les sources sont dans l article de CP, mais vous n en tenez pas compte de toute façon
          Et quand je cite Salin, je cite ma source. Il doit allez lire Libé Salin ?

      • @AerosolKid
        Oui, les autres hommes sont des hommes.
        Le Probleme est qu un homme n est pas un object et qu il vient avec un certain schema de pensee, des traditions, une culture …
        Si vous avez un seul migrant au milieu d une multitude, il va peut etre pas oublier sa culture/traidtion mais au moins s adapter. Par contre nous avons actuellement un phenomene massif qui fait que les migrants peuvent tres bein garder leur mode de vie voire reclamer du pays hote qu on s adapte a eux (par ex les repas hallal a la cantine, les heures de piscine reservees aux femmes, le banissement des creches de noel dans le sud …)
        A cela, on rajoute le regroupement familial qui fait qu un migrant ne va plus etre contraint d epouser une locale (ou une autre migrante comme par ex en 1920 un italien qui allait epouser une polonaise) et la TV par satellite qui fait qu on peut etre physiquement en France mais intellectuellement au moyen orient.

        Il est quand meme problematique que des gens nes en France de parents nes en France se considerent pas comme Francais ou revendique une identite non francaise en mettant un foulard

        • Je suis d accord avec vous. L immigration n est pas le problème, c est l’etat Providence le problème.

          Sur le foulards, franchement…même la liberté de se vêtir comme on veut vous ennuie et devient problématique.
          Un rien vous heurte. ( si on parle bien de foulards’ )

          • Le foulard en soit ne me heurte pas (meme si je trouve ca tres laid sur une femme, mais apres tout c est leur droit de s habiller comme elle le veulent).

            Ce qui me gene c est pas le bout de tissu en tant que tel mais ce qu il sous entend : la revendication d etre a part et le refus de s integrer (car si vous voulez vous integrer a un pays vous etes quand meme bien obligé de renoncer a certaines de vos coutumes). C est comme quelqu un qui deciderait de mettre a T Shirt a la gloire d Adolf. le probleme n est pas le T Shirt mais ce que ca symbolise

            Quand j allais chercher mon fils a l ecole, je voyais une gamine (14 ans max) avec son espece de tchador aller chercher son petit frere. Ca me rendait triste de voir cette fille saborder son avenir (bon courage pour chercher un stage ou un travail habille comme ca)

      • Comme vous, j’ai aussi du mal à comprendre les pseudo libéraux qui ne veulent la liberté que pour eux.

        J’imagine qu’ils se réjouissent à la vue d’un Français s’expatriant à New-York pour échapper au leviathan. Et qu’ils ne demanderaient pas à Trump de le ramener en France.
        Alors pourquoi vouloir traiter les migrants différemment?

        • C’est bien la question. Pourquoi la France ne traite-t-elle pas les migrants qui viennent en France comme les USA traitent les migrants qui viennent aux USA ? Je me souviens d’un temps où il fallait présenter un billet de retour pour obtenir un visa temporaire, d’un minimum de quelques centaines de milliers de dollars pour ouvrir un business, etc. On est tout à fait d’accord pour offrir la liberté aux étrangers, mais pas pour que cette offre restreigne la nôtre. Vu les abus, il est normal qu’à ceux qui veulent venir profiter de la liberté à nos côtés, on demande de prouver qu’ils respecteront notre liberté, en particulier celle que nous avons de ne rien leur devoir à priori.

        • @ Tamraf
          Ce n’est évidemment pas pareil! Vous comprenez bien que les USA sont supposés être enchantés de recevoir un migrant français! c’est une question de point de vue! (Dans mon pays, plus de 7% des habitants sont de nationalité française sur 45 à 50% d’habitants étrangers! Et ça n’a pas l’air de les gêner. Question de point de vue!)

      • D’accord avec ce constat mais où voyez-vous décroître l’état providence et même l’état en général en Europe ces temps-ci ?

        L’état providence est en augmentation constante depuis sa création et il paie littéralement les populations du tiers monde à venir chez nous : bateau-taxi à 20 nm de la Tunisie, accès gratos aux soins médicaux avec la CMU, un pécule mensuel voire même un appart pour les plus chanceux et tout ça avec de l’argent pris de force dans les poches des autres.

        Voyez, le premier effet identifiable de l’immigration est d’accentuer la violence du vol de l’état sur ses sujets productifs. Vous vous dites anarchiste donc contre la malfaisance de l’état et vous devriez faire vôtre cet argument, puisque le vol, c’est MAL.

        Ensuite, sur le plan purement utilitari;ste, dans un contexte comme le nôtre, avec un état fort plus un état providence tentaculaire, il FAUT des frontières pour permettre à l’état providence de ne pas sombrer trop rapidement dans la faillite qui lui est promise et de mettre toute la société à genoux et à la merci des vrais tyrans qui seront bien pire les socialistes et sjw actuels.

        Ce sursis devrait être utilisé par les libéraux pour propager les idées libérales dans la société pour la transformer de l’intérieur et éviter la grande lessive que finit par provoquer l’état.

        Vous savez déjà à quel point c’est difficile de faire entendre un argument libéral aux européens moyens biberonnés à la social démocratie mais encore attachés à leurs libertés individuelles comme la liberté d’expression ou la liberté de mœurs.

        Maintenant, pensez-vous qu’il sera plus facile, moins facile ou de difficulté égale de convaincre nos migrants issus de pays où la culture de la liberté et de la négociation n’existe pas, où on arrange les mariages et ou on pratique l’émeute quand une caricature occidentale ne vous plaît pas ?

        Les auteurs de cet article se trompent. L’immigration sans état, c’est à dire que les seules frontières sont les propriétés privées, c’est très bien et c’est ce que je souhaiterais pour le monde. Mais quand vous avez un état avec un état providence par dessus le marché et que vous ouverz les frontières, vous vous faites submerger, votre état providence fait faillite et vous obtenez une famine doublée d’une guerre ethnique.

        Etat providence ou immigration, il faut choisir. On ne peut pas avoir les deux.

    • Quelles évidences « de tout un chacun »?

      Je vis à côté d’un centre de réfugiés, voici mes « évidences »:

      Certains sont courageux et veulent clairement s’intégrer.
      Or, on leur apprend à devenir fainéants, ils s’ennuient à ne rien faire (interdit de travailler), alors qu’ils n’ont jamais connus ça avant. Quand il auront passé deux ans en attendant des papiers, pas sûr du tout qu’ils auront encore le dynamisme du début.

      D’autre sont clairement non intégrables, très désagréables, limite violents, et tout leur est dû. Ces types ne seraient jamais acceptés dans une société libérale: personne ne veut de leur compagnie.

      Et l’obtention des précieux papiers ne tient aucunement compte de ce que je décris ci-dessus.

      Mon évidence est que le problème vient de l’état providence qui attire les profiteurs, comme une bouse attire les mouches.
      Vous voulez mettre une moustiquaire pour être tranquille, je propose de nettoyer. Mais ça demande plus d’effort.

    • Yves81 : « J’aimerais sincèrement savoir ce qui distingue une approche présupposée libérale d’une approche de gauche sur les questions sociétales. »

      Eh bien je vais vous le dire : les libéraux sont beaucoup plus en faveur d’une liberté de migrer que les gens de gauches.

      Historiquement les communistes étaient farouchement contre l’immigration : ils voyaient là une main d’oeuvre trop bon marché qui ferait concurrence aux ouvriers et conduirait à une baisse de leurs salaires. Dans les années 80, le PC de Georges Marchais tenait un discours ouvertement anti-immigration. Plus récemment on se souvient de la campagne menée par le NPA de Besancenot contre l’invasion des « plombiers polonais ».

      Pour les sociaux-démocrates, la liberté de migrer est limitée par les capacités de l’Etat-providence. C’est le fameux « on ne peut pas accueillir toute la misère du monde » de Rocard.

      Les gains en matière de liberté de circulation en Europe sont l’œuvre de libéraux : l’espace Schengen est le fruit de principes libéraux, principes qui étaient combattus par les gens de gauche.

  • On peut faire aux chiffres ce que l’on veut, il y a de simples constats que tout un chacun peut faire. D’autre part, une nation, ce n’est pas qu’un PIB…
    De plus le titre fait référence aux demandeurs d’asile. Or, on sait comment cette possibilité est détournée et que les déboutés ne quittent pas le territoire.
    Enfin, l’étude est faite au niveau européen, et mêle donc des pays avec des lois sur l’immigration et des systèmes sociaux très différents. A cet égard, ce qui existe en France est particulièrement mal adapté aux nouveaux flux migratoires, avec de nombreuses associations qui pratiquent l’abus de droit, voire la fraude. L’augmentation conséquente des demandes d’asile non justifiées a un coût très important, financier et social.

  • Ce n’est pas un problème économique, Mais Culturel et Vital.

    • Pour eux aussî c est vital.
      Le choc des cultures ils se le prennent aussi en pleine figure.

      • ils n’ont qu’a rester chez eux .

        • Et vous pouvez partir si ça vous débecte.
          Vous avez un titre de propriété sur la France ?
          Libres circulations des hommes et de ses biens ça vous parle monsieur le libéral,?

          • vous commencez sérieusement a nous gaver avec vos commentaires complètement imbéciles . restez donc a votre place et laisser ceux qui ont une autre vision des chose en paix, ce sont les gens tels que vous avec votre idéologie mortifère qui détruisent notre pays! en se gavant de contre-verité qu’ils crient comme base de tout. et vous étes vous seulement francais? pour cracher ainsi sur notre pays ?

            • Non, je commence à vous gavez vous ? Ne parlez pas au nom des autres.
              Même la liberté d expression vous voulez la baillonnez. . Je poste sur ce site depuis des années et vous êtes bien le premier à me chercher des noises, seuls les modérateurs peuvent me modérer, quant à vous, Vous nous montrez le petit fâcheux que vous êtes.
              En d autres temps je vous aurez retrouvé sur le champs, et je ne me serais pas arrêter au premier sang, croyais moi.

              Ou avez vous lu que je crachais sur la France ?

              • ah bah voilà ….monsieur a l’ancienneté et donc la science infuse…ne vous en déplaise cher ami, je suis 100% d’accord avec Duglimbule sur ce point..mince un xénophobe de plus chez les libéraux ça fait tâche..

              • me retrouver sur le champ pauvre type facile derriere un clavier , seul les courageux ont de telles paroles, mais je suis d(accord, ce que j’ai appris dans un temps me servirai mais vous en feriez les frais!

            • Faut être français pour parler avec vous ?

            • Donc je dois laisser les gens, qui ont une autre vision des choses, en paix.
              Et vous pourquoi ne laissez vous pas en paix les gens qui ont une autre vision des choses que vous ?
              Cépapareil? Ou bien dissonance cognitive.

            • @duglimbule
              Euh non, désolé : vous êtes sur un site libéral. C’est vous, qui prônez des thèses liberticides, qui indisposez les lecteurs réguliers de Contrepoints.
              Pour vos idées xénophobes, il y a plein d’autres sites sur internet. Nous autres libéraux, nous n’avons quasiment que ce site d’infos. Nous n’avons donc pas envie qu’il soit polluer par vos idées liberticides.

              • lidbearux je crois rever!votre liberalisme s’arrete a vos seule idées , que tout le monde doit intégrer ou dégager il est evident que sur des sites plus sérieux vous seriez black listés depuis longtemps.
                je ne sais plus dans quelle chanson il eta it dit »
                des cheveux longs des idée courtes ! »
                j’indispose « monsieux » ! tant mieux !

                • c’est tout à fait ça..sur liborg soit on est d’accord avec les libéraux qui ont de l’ancienneté soit on dégage…ils critiquent les autres sur des choses qu’ils font eux-mêmes….y’a des sujets tabous comme l’immigration ou la religion…

                • « j’indispose « monsieux » ! tant mieux ! »

                  Ah OK, au moins ça le mérite d’être clair. Vous n’êtes ici que pour troller et vous vous foutez totalement des idées libérales…

  • On peut faire dire aux chiffres ce que l’on veut, mais une nation, ce n’est pas qu’un PIB. Les intellectuels de gauche essaient toujours de nous prouver par A+B que le réel n’est pas ce que nous constatons.
    De plus cette étude porte sur l’Europe, avec des pays aux lois d’immigration eg aux systèmes sociaux très différents. En France, ces dispositions sont particulièrement mal adaptées à la nouvelle donne migratoire, avec en prime, de nombreuses associations qui pratiquent l’abus de droit, voire la fraude.
    Enfin l’article fait référence aux demandes d’asile. Le détournement de ce droit produit un nombre important de déboutés qui restent sur place et sont davantage un problème qu’une richesse.

  • l’immigration n’est pas un problème, le problème c’est l’immigration associée a un état providence. Sans la quantité astronomique d’aides sociale et d’avantages en nature distribués a tort et a travers, l’immigration se regulerait d’elle même.
    Qu’un étranger achete un terrain a côté de chez moi et s’y installe pour y faire sa vie ne gêne personne. Par contre, payer pour des branleurs communautaristes qui crachent sur le pays qui les accueille est innaceptable. Comme toujours, la xénophobie et le racisme sont engendrés par le socialisme

  • Ce n’est pas une question principalement économique , bien que de ce point de vue, cette analyse soit fausse, (Quid de plus d’un million de clandestins qui es baladent en France) , mais une question de survie culturelle, face a l’Islam.

  • Le problème en République Française est que l’immigration est subventionnée par l’Etat via les HLM, les allocs sociales, les subventions aux associations proimmigration, et on favorise certains comme les Algériens par des accords au détriment des autres. Et une bonne partie de ce beau monde est au chômage!
    Sans compter les ghettos qui se constituent et qu’on verse des milliards dans les quartiers « sensibles ».

    • @ olivier81
      Entre autres! L’interdiction de publication d’études de populations par nationalités ou par sexe n’aide pas non plus à comprendre.
      Il est donc difficile de luter contre « la crainte de l’autre » qui, alliée au chauvinisme national (face à l’étranger, en tout cas) entretient un climat malsain qui aboutit à mettre en doute l’étude présentée dans l’article sur foi d’expériences individuelles, ce qui ne fait pas sérieux!
      Je parle bien de l’étude, pas du commentaire de l’article: soyons précis!

  • Ca commence mal:

    Des le titre et sous titre on part dans la confusion la plus totale entre demandeur d’asile et immigrants …

    « Les demandeurs d’asile ne sont pas un fardeau pour l’Union Européenne
    By: Noborder Network – CC BY 2.0

    La migration internationale est la source d’épineux problèmes diplomatiques en Europe. Ces derniers seraient en partie allégés si l’on parvenait à se débarrasser des idées reçues assimilant migrants et fardeau économique. »

  • Ne pas oublier non plus qu’une bonne partie des aides sociales ne sont pas explicites, l’une des plus grosse par exemple est la scolarisation gratuite… à 10000€/an/enfant …je vous laisse imaginer le bilan d’un couple de RMiste ou meme smicard avec 3 gosses …
    Comme d’hab l’Etat pourrit tout, « ce couple » irait essayer de se faire prendre en charge ailleurs s’il trouve ou devrait assumer le niveau de vie qu’il « merite »

  • Si, c’est une question économique pure. Supprimez les aides sociales, la sécu et les avantages en nature (HLM, reductions EDF ect…) et vous verrez l’immigration se réduire a celle de personnes qui peuvent apporter quelque chose d’utile au pays.
    Autant dire que l’immigration des personnes de culture islamique devrait se réduire a peau de chagrin. Vous verriez même peut être une inversion du flux migratoire pour ces populations

    • Je suis à peu pres certain que certains français émigreraient aussi !

    • Comme si les migrants ne venaient pas d’abord chercher un boulot (correctement) payé. Sans compter ceux qui fuient les zones de guerre civile.
      L’appât des aides sociales françaises ? Pourquoi l’Angleterre attire t-elle tant ?
      Vous avez une vision assez binaire des chose teintée d’un chouïa d’islamophobie (fixette sur l’islam) qui prouve au passage l’affaire n’est pas qu’économique, elle est aussi culturelle voire identitaire…

    • Qui prouve au passage que pour vous

    • @erima
      Ca dissuadera certains, c est sur. Par contre, quand vous vivez dans un pays ou les gens meurent de faim, vous viendrez quand meme car vous aurez l espoir de vous en sortir ici.
      Dans le meilleur des cas, ca sera le cas, sinon vous sombrerz dans la mendicite ou la criminalité

      Car c est quand meme plus facile de voler 100 € dans un pays riche que dans un pays pauvre 😉

  • question:
    puisque cette immigration est si bénéfique, pourquoi les pays de l’est la refusent catégoriquement ? ils ont besoin de MO; ils ont une croissance bien supérieure a la notre ( Pologne)ne veulent que des migrants européens (pays baltes, ukraine)
    et font parti de ces pays qui refusent d’être « volontaires » pour accueillir les migrants du sud ?

    • Personne n a dit que l’immigration était bénéfique. Relisez l’article:

      « Nos travaux indiquent clairement que les migrants ne constituent pas un fardeau pour l’économie des pays d’accueil. Attention toutefois à ne pas faire jouer à la migration un rôle qui n’est pas le sien. Les personnes immigrées, et a fortiori les demandeurs d’asile, ne sont pas là pour « relancer » les économies européennes. Si les migrations ne représentent pas un coût économique pour l’Europe de l’Ouest, elles ne doivent pas pour autant être envisagées sous l’angle de ce qu’elles pourraient « rapporter ». Il ne faut pas oublier que l’on parle d’êtres humains !

      • Tout à fait. La conclusion de l’article est qu’ils n’ont pas réussi à prouver que l’immigration serait si maléfique qu’elle occulterait tous les autres facteurs agissant sur l’économie. Chacun son truc, mais personnellement je ne me serais pas donné la peine de vérifier ça par une étude scientifique…

        • Ce n’est pas ce que dit le titre. Le titre affirme que l’immigration N’est PAS un fardeau.

          Tout comme vous il me semble evident que l’immigration (au sens générale) peut être positive ou negative. Cela dépend de l’immigration….

    • Pourquoi les pays de l’est la refusent catégoriquement ? ils ont besoin de MO »
      Car:
      -L’economie n’est pas tout (il vaut sans doute mieux se passer d’une certaine main d’œuvre quitte à perdre 1 ou 2 point de croissance…)
      . . . et ils peuvent se le permettre (quand on a une dette à 30% du PIB, on est pas obligé de chercher de la croissance à tout prix, au point de compter sur de la dermographie bas de gamme dans un geste désespéré comme le fait la France).
      -A priorie la situation des grands pays d’immigration d’Europe de l’Ouest ne leur donne pas tres envie …
      Garder une certaine homogénéité de population, loin des clichés comporte certains avantages et pas des moindres … d’ailleurs ils n’ont aucun problème avec l’immigration européenne, ils savent tres bien qu’elle n’aura aucune revendication et sera digéré en une generation

      • C’est le travail qui intègre à la société; le travail qui procure à la fois un revenu et l’estime de soi. Nous avons tous autour de nous des quantités d’exemples, de collègues, de commerçants ou de professionnels, « issus de la diversité », comme on dit, et tous parfaitement intégrés, même s’ils ont gardé leurs racines et la fierté qui va avec. Avec un travail, pas le temps de gamberger.

  • J’aime le flot de commentaires, c’est beau cette surenchère dans le « c’est moi qui ai le plus gros kiki de libéral! »

    Petite parenthèse : je remarque que l’accueil des migrant, ça se passe très bien quand on utilise le terme « côtoyer », ca se passe beaucoup moins bien quand on dit qu’on va « vivrensemble ».

    • C est clair que c est un sujet de discorde l immigration.

      • Au dela d’un sujet de discorde, il y a sur le sujet de l’immigration, une grosse frange de la gauche idiote utile du capitalisme … et une grosse frange des liberaux idiote utile de la gauche et des dirigistes en général (je pense notamment au fait que la forte baisse de la cohésion de la population entrainée par l’immigration de masse est du pain béni pour les étatiste qui peuvent augmenter leur sphère d’influence et leur pouvoir trouvant face à eux une population divisée et aux interets contradictoires …
        Diviser pour mieux reigner n’a jamais été aussi actuel …

    • « Côtoyer » : Aller côte à côte de quelqu’un.
      Rester toujours a coté suppose une séparation le Communautarisme.
      Pour le communautariste Muzz le vivre-ensemble ne peut se faire qu’aprés la conversion soumission des autres.
      Côtoyer et vivre ensemble sont parfaitement contradictoire. Encore un effort et l’invention de l’eau tiède est en vue !

      • Je n’ai jamais dis que c’était la même chose. Je préfère « côtoyer » que « vivre ensemble », je ne tiens pas particulièrement qu’on me dise avec qui je dois vivre.

        Je n’ai rien contre une communauté qui ne nuit à personne, les regroupements de personnes asiatiques sont loin de m’embêter tout le temps ou de m’imposer des choses que je ne veux pas.

  • Allez sortir vos chiffres incompréhensibles et approximations de « 1 pour 1000 » a Robert, chômeur de longue durée, faiblement diplômé et qui se retrouve en concurrence avec les migrants et que justement les 1 pour 1000 habitants ont tous décidés de postuler en face de la même place rare d’emploi que lui et d’habiter tous dans le même quartier et le même immeuble que lui.

    Les « 1 pour 1000 », c’est une base de flux qui ignore la concentration économique.
    C’est justement le déni et ces études tirées par les cheveux qui occasionnent le malaise.
    C’est répondre à totalement à côté. L’économie vue sous cet angle est un faux nez.

    Le vrai problème auquel votre étude passe a côté, c’est que les migrants changent les vie des gens au quotidien, et l’économie n’est qu’un aspect et votre réponse ne répond a aucun problème et ne prend pas en compte les réalités.

  • Comme toujours, voilà l’archétype de l’énorme malentendu entre le peuple et ses maîtres. Les premiers pensent à l’identité et la souveraineté, les seconds ne pensent qu’à l’argent.

  • La France compte 7 millions de personnes sans emploi, on voit mal comment des migrants pourraient trouver du travail. Cet article partisan oublie l’essentiel.

  • On est où là ? Au bistrot du commerce jouxtant le siège du Fn ?
    Marrant ces gusses, soit disant libéraux, qui sommeraient presque CP de ne pas publier d’articles prenant leurs « opinions » à rebrousse-poil ! … On imagine sans peine le monde à la Poutine qu’ils nous concocteraient s’ils parvenaient au pouvoir. Heureusement qu’ils sont trop fainéants pour faire autre chose que jacter des horreurs derrière un écran…

  • Comment une population de migrants, ne parlant pas la langue du pays où ils s’installent et, contrairement à l’idée reçue, dépourvus de qualifications professionnelles en adéquation avec la demande indigène, peut n’être pas un « fardeau » d’accueil? Soit cette population vient les poches bourrées de dollars et, à l’instar des touristes, les dépensent sur place. Ce qui ne semble pas le cas. Soit ils sont pauvres, dépourvus de moyens de subsistance et vivent, naturellement, sur le dos de la bête. Ce qui semble le cas. Etrange démonstration qui voudrait que sans travail, sans qualifications et sans ressources, je ne vampirise pas le pays où je m’installe avec ma famille.

    • C est sur que si vous vous installez avec 3 femmes et 17 enfants (comme les fameux Traore de Baumont qui ont declenche des emeutes il y a pas si longtemps) ca n est pas tres positif pour le pays d accueil (quoique les voitures brulees font monter le PIB ;-(( )

      Par contre si vous etes jeune, celibataire et motive vous pouvez apporter quelque chose au pays meme si vous avez pas de diplome.

      Par ex vous pouvez etudier et donc apprendre quelque chose (il y avait un article sur le site sur des migrants ayant appris la programmation). Ca peut etre simplement d apprendre un metier dans les domaine sous tension BTP, Hotellerie … (evidement ca va tirer vers le bas les condition de travail/salaire des autres employes du domaine mais ca peut etre globalement positif pour le pays)

      Autre solution, vous pouvez vous mettre a votre compte et creer votre emploi, comme l ont fait des tas de vietnamien arrive en France (les restos « chinois ») ou « l epicerie arabe du coin »

      Mais il est evident que pour que l immigration soit positive il faut completement changer le Systeme actuel.

      – pas de regroupement familial : tu dois etre capable d entretenir ta famille sans les allocs. en cas de divorce, tu es responsable et tu devras payer s ils restent

      – plus d interdiction de travailler des migrants. au contraire un migrant qui trouve un travail doit etre encourage. De meme un migrant qui apprend le francais et decroche un diplome doit etre felicite.

      – expulsion immediate des causeurs de probleme (voleurs ou simple profiteurs), meme si le peleton d execution les attends dans leur pays

      – valoriser les comportement qui menent a l Integration et penaliser les comportements communataires (genre de Systeme a point ?). Donner des prenoms francais a tes enfants te fait gagner des points par ex

      Je rappelle a tous que la population africaine va doubler et qu il nait plus d enfant au Nigeria que dans toute l europe. Penser qu on va passer a travers les gouttes est illusoire. Il faut donc nous adapter et non faire l autruche.

      • « les voitures brulées font monter le PIB ;-(( ) »
        Vous me copierez 100 fois « la vitre brisée » de Bastiat!

        Si l’immigration tire vers le bas les conditions de travail ou le salaire des employés déjà en place, attendez-vous à des réactions qui n’auront rien à voir avec la question identitaire, mais pourraient bien être énergiques tout de même.

        • @xc
          second degré, c est pas pour rien que j ai mit un ;-((

          Pour le salaire et les condition de travail tire vers le bas, c est en effet un probleme. Mais Il existe deja avec la robotisation (qui supprime des postes et les delocalisations).
          Donc ca doit etre gerable si l afflut n est pas massif sachant qu un autochtone a quand meme un avantage concurrentiel : celui de parler francais et d etre nromalement mieux formé. Donc on peut bien imaginer que certains deviendraient chef d un Equipe de migrants au lieu d etre simple employé

          L autre probleme que je n avais pas evoque,c est qu une main d oeuvre peu chere est contre productive pour l industrie car elle va pas pousser a monter en gamme ou a investir en R&D. En gros au lieu de faire comme la RFA, on va plutot copier l espagne
          (du BTP, des produits agricole ou du pas cher)

        • Justement, Bastiat montre (même si le PIB n’existait pas en son temps), que l’augmentation du PIB n’est pas dans ce cas une augmentation de la richesse. De même l’augmentation du salaire des fonctionnaires crée une augmentation du PIB sans la moindre augmentation de richesse pour la population.

  • Un des rares sujets qui divise les libéraux.

    Faut-il avoir une forte immigration sous qualifiée et majoritairement musulmane dans un etat qui a un système social extrêmement providentiel ?

    Nous ne sommes pas d’accord car les hypothèses de départ ne sont pas libérales. Le liberalisme n’a donc tout simplement pas a repondre a cette question.

    Ensuite, on peut se poser cette question dans un état liberal, donc sans etat-providence, mais c’est un autre débat.

    Quant a l’article, il n’a aucun intérêt tellement il est fallacieux.

  • Il faut distinguer les demandeurs d’asile qui fuient un pays en guerre etc. et les immigrés clandestins qui entrent dans un pays sans y être autorisés. Or nous voyons en ce qui concerne la France que les demandeurs d’asile qui se voient reconnus comme tels sont très minoritaires. Pour les autres ce sont des envahisseurs. Le coût économique de l’immigration en France est un gouffre. Rappel 70Mds€ ont été mis en 30 ans dans les divers plans banlieue. Chacun peut en mesurer le succès. Les dernières émeutes à Nantes , simple routine car cela dure depuis 40 ans, voitures brûlées,immeubles incendiés trafic de drogue etc. La joie du vivre ensemble qui n’existe que sur les plateaux télés. Parlons aussi d’un département comme le 93 où les juifs ont du quitter leur domicile pour d’autres villes ou pour Israël. Et aussi les 250 morts et 1500 blessés à la suite des attentats islamistes, des filles égorgées à la gare de Marseille.Des villes avec l’armée. Je vais arrêter la liste que certains passent sous silence, car la vérité les dérangent. Je suis pour une immigration extrêmement contrôlée. Ceux qui au contraire sont pour une immigration massive sont des collabos de cette invasion . Les pacifistes et les socialos ont été dans les années 40 les principaux collabos (lire un paradoxe français de Simon Epstein ).

  • Nos banlieues sont pleines de gens auxquels nous n’avons pas pu fournir de travail, et il faudrait en faire venir d’autres ?

  • ce n’est pas un problème économique c’est beaucoup plus grave, c’est un problème civilisationnel

  • « A une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire. »orwell

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Français considèrent parfois la mondialisation comme une menace responsable du chômage. Ce sentiment est renforcé par un discours politique lui faisant porter le poids du déclin économique du pays. En réalité, ce n'est pas la mondialisation en soi qui est la source des problèmes de la France, mais les dysfonctionnements propres de ce pays qui l'empêchent de profiter des effets vertueux de la mondialisation.

 

La défiance des Français vis-à-vis de la mondialisation

Les Français jugent l'ouverture internationale comme la ... Poursuivre la lecture

Par Jonathan Frickert.

C’est une information qui risque de faire tache d’huile : seulement quelques jours après l’annonce de retrait des troupes américaines d’Afghanistan, la France aurait d’ores et déjà rapatrié par avion militaire des réfugiés proches des talibans.

Une nouvelle qui rappelle la double menace qui pèse sur l’Hexagone quelques semaines après la fin d’un conflit afghan vieux de 20 ans. Une menace sécuritaire d’abord, rappelant que lors de la vague d’attentats qu’a connu le pays au milieu des années 2010, de nombreu... Poursuivre la lecture

Par Frank Shostak. Un article de Mises.org

Il est courant pour les commentateurs et les économistes de parler de l’économie, aux performances parfois bonnes, parfois mauvaises. Elle est présentée comme une entité vivante, distincte des individus.

Par exemple, divers experts rapportent qu'elle a augmenté de tel ou tel pourcentage, ou qu'elle est menacée par l'accroissement du déficit.

Qu'entendent-ils par le terme économie ?

Existe-t-elle réellement ?

Dans ce cadre de pensée, l'économie se voit attribuer une ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles