En France, le travail ne paie pas

La France a un taux plus élevé de travailleurs pauvres que l’Allemagne et le Royaume-Uni selon l’OCDE. Réalité, ou biais statistique ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Poches vides - Pauvreté - Richesse (CC0 Public Domain)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En France, le travail ne paie pas

Publié le 21 juin 2018
- A +

Par Vladimir Vodarevski. 

Une étude de l’OCDE, intitulée Social policy for shared prosperity, publiée en mai 2018, a semé l’émoi en France. Cette étude montre qu’en France, parmi les foyers où au moins une personne travaille, le taux de pauvreté est plus élevé qu’en Allemagne. 7,1% pour la France, 3,7% pour l’Allemagne. Des médias comme le monde.fr et le  figaro.fr se sont fait l’écho de cet émoi.

Pourtant, chacun sait que l’Allemagne est le pays des travailleurs pauvres, des emplois sous-payés. En fait, l’étude de l’OCDE présente mal la situation. Elle calcule la pauvreté par foyer où au moins une personne travaille. Si on calcule par individu, le nombre de travailleurs pauvres est plus élevé en Allemagne. L’Allemagne est bien le pays des travailleurs pauvres et un modèle à éviter.

L’honneur est sauf et la vérité rétablie. Malheureusement, on ne peut pas en conclure ainsi.

La pauvreté se mesure par foyer

En effet, la pauvreté se mesure par foyer. Le taux de pauvreté est la proportion d’individus appartenant à des ménages dont le niveau de vie par unité de consommation est inférieur au seuil, de 50% ou 60% selon le niveau retenu, de la médiane du revenu disponible par unité de consommation de l’ensemble de la population.

La mesure de l’OCDE est donc pertinente. Et logique. On n’est pas travailleur pauvre si on bénéficie d’un niveau de vie élevé dans son foyer. Sinon, on peut classer tous les enfants comme vivant dans la plus extrême pauvreté, puisqu’ils ne travaillent pas. Il faut rester cohérent.

On peut se demander pourquoi les critiques envers cette étude se focalisent sur les positions relatives de la France et de l’Allemagne. En effet, le Royaume-Uni est également en meilleure position que la France, avec un pourcentage de 5,9%. L’enseignement de cette étude est que les pays qui ont fait le choix de l’emploi ont moins de travailleurs pauvres que la France.

France  : peu d’emplois et de mauvaise qualité

La situation française tient bien sûr à sa faible création d’emplois. En Allemagne, comme au Royaume-Uni, plus de foyers sont susceptibles d’être composés de deux personnes ayant un emploi qu’en France. Mais ce n’est pas la seule raison. En France, l’emploi est aussi de moins bonne qualité.

Ainsi, en 2015 (ce qui correspond à peu près à la période de l’étude de l’OCDE), en Allemagne, 14 % des employés à temps partiel souhaitaient travailler plus, selon l’organisme statistique Destatis. Au Royaume-Uni, le temps partiel contraint s’élève à 13,8 % en avril juin 2016. En France, le temps partiel subi s’élève à 44 % selon l’INSEE.

Ainsi, en France, beaucoup sont obligés d’accepter un emploi à temps partiel alors qu’ils souhaiteraient travailler plus, ou, plus prosaïquement, qu’ils auraient besoin de travailler plus pour vivre dignement. La France confine tous ces travailleurs au sous emploi.

On peut ajouter le développement des CDD. Selon l’enquête emploi de l’INSEE, la part des actifs occupés en CDI parmi les salariés a diminué entre 2007et 2016 (repli de 1,2 point en France métropolitaine) après une décennie de stabilité, les trois quarts au profit des CDD. La comparaison de l’évolution des courbes des CDD et des CDI est éloquente (source : INSEE) :

Au Royaume-Uni comme en Allemagne, l’emploi s’adapte au besoin de la population. En France, au contraire, le sous-emploi se développe. Et la précarité, puisque le sous-emploi signifie que le travail ne fournit pas assez pour vivre, et le développement des CDD signifie absence de sécurité de l’emploi.

L’aveuglement français

La France croit que des lois peuvent créer de bons emplois, au lieu de s’attaquer aux causes économiques du problème. Ainsi, la réponse au développement de l’intérim et des CDD a été de renchérir ces types de contrat. Sans résultat.

La France s’illusionne en considérant que sa méthode est la meilleure, et que les pays qui ont de meilleurs résultats en matière de chômage l’obtiennent au détriment de la qualité de l’emploi. Cependant, les indicateurs convergent dans la même direction. En France, ceux qui veulent travailler ont plus de difficultés à trouver un emploi, les travailleurs ont plus de risque de vivre dans la pauvreté, et de ne pas trouver un emploi de la qualité.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Merci à l’auteur pour cet article qui se résume dans l’un de ses sous-titres « France: peu d’emplois et de mauvaise qualité ».
    Et bien voila une réalité bien française que personne ne nous envie.
    Quant à la cause de cette situation lamentable, toujours la même rengaine, c’est le pouvoir Étatique français qui, par ses prélèvements abusifs et ses tracasseries administratives, constitue un frein voir un obstacle au développement des entreprises…

  • Cela fait déjà au moins 20 ans que le travail qui paie a sensiblement diminué et cela s’aggrave toutes les années à mesure que les prélèvements divers et variés augmentent. Dans ces prélèvements on peut également inclure toutes les certifications obligatoires qui ne sont faites que pour engraisser une bande de fainéants qui certifient du travail dont ils n’en ont aucune notion encore moins de pratique oui pour imposer des normes NFC souvent conflictuelles avec les normes NFEN ou IEC histoire de pérenniser les rentes de quelques individus qui par cela font régresser la France sur le plan international et empêchent les exportations qui doivent répondre aux normes internationales, ce que l’Allemagne fait avant la parution de normes EN (draft final) la France met 20 ans pour s’y approcher sauf s’il s’agit d’imposer des contraintes a la population ou de nouveaux prélèvements là c’est fait bien avant tous les autres pays.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

La situation des finances publiques n'est pas brillante. Le niveau de dette s'établit à 112,9 % du PIB (2800 milliards d'euros, soit 164 000 euros par foyer imposable, environ 17 millions), le déficit public est attendu à -5 % en 2022 après -6,5 % en 2021. La trajectoire de retour au déficit sous les 3 % en 2027 suppose une croissance des dépenses limitées à 0,7 % sur la période, ce qui n'a jamais été réalisé sur plusieurs années et suppose des économies massives. Par ailleurs, la hausse des taux d'intérêt va augmenter mécaniquement la charge... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles