Paris : gaspillage à tous les étages

Un empilement de règles, statuts et rémunérations dérogatoires conduit à faire survivre des emplois anachroniques et des doublons et triplons à tous les étages de l’Hôtel-de-Ville de Paris.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Hotel de Ville Paris by Philippe Rouzet (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Paris : gaspillage à tous les étages

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 juin 2018
- A +

Par Serge Federbusch.

Il n’y a pas que les agents de la ville et les contribuables qui se plaignent de la lourdeur et des gaspillages que la mairie d’Hidalgo inflige aux Parisiens.

Les magistrats financiers sont de la partie et la Cour des Comptes vient de notifier par ce qu’on appelle un référé des griefs terribles contre la manière dont les personnels sont gérés par Anne Hidalgo.

En résumé, c’est un empilement de règles, statuts et rémunérations dérogatoires qui conduit à faire survivre des emplois anachroniques et des doublons et triplons à tous les étages de l’Hôtel-de-Ville. Le rôle du secrétariat général de la ville, à l’utilité douteuse au vu du nombre de directeurs et directeurs généraux employés par ailleurs, est particulièrement stigmatisé.

Tous comme les dérogations à la durée du travail ou le principe fort généreux qui veut que les agents municipaux ont forcément aussi bien que les mieux lotis des agents de l’État dans à peu près tous les domaines de comparaison.

Décrire cette armée mexico-parisienne donne ceci en langage de la Cour des comptes :

La typologie des emplois supérieurs parisiens déroge à celle des autres collectivités territoriales en retenant un nombre élevé d’échelons hiérarchiques et des statuts d’emplois fonctionnels qui n’existent pas dans les autres collectivités… Les plafonds d’emplois et les règles de rémunérations […] ne sont même pas respectés… le suivi des emplois non-titulaires sur la seule base de plafonds d’emplois et des effectifs globalisés associés à ces plafonds, les mécanismes de gages ou de sureffectifs, sans base légale ni réglementaire, lui permettent de s’exonérer de l’identification des postes et des règles de recrutement afférentes.

Ces travers ont été naturellement portés à leur comble par les socialistes depuis 2001. La nomination de copains de parti est fréquente, parfois même des recalés du suffrage universel.

Les effectifs dans la com’ sont délirants. On apprenait ainsi au détour d’une offre d’emploi en 2014 :

Le Département Paris Numérique regroupe les activités digitales de la Direction de l’Information et de la Communication : relation aux usagers, animation éditoriale de Paris.fr, gestion de communautés, audiovisuel et projet. Il compte 125 collaborateurs et assure la diffusion en temps réel de l’information dans la Ville.

125 collaborateurs pour le numérique !

Il faut avoir en tête que ces problèmes ont été signalés dès le début des années 2010 par la Chambre régionale des comptes, sans donner lieu à aucune réaction de la mairie.

Sur notre site Delanopolis, désormais « Aimer Paris », nous écrivions en 2012 :

Mis à part pour les secrétaires généraux adjoints de la ville et du Conseil de Paris, depuis 2001, c’est l’inflation partout. 10 directeurs ont été recrutés. Des intitulés oiseux sont apparus sous forme de délégué, directeur de projet et expert de haut niveau : 17 au total ! Il faut savoir que les salaires de certains de ces chanceux peuvent allègrement dépasser les 12 000 euros nets par mois. 1

Vivement les élections !

Sur le web

  1. Avec Aimer Paris, dans la perspective de 2020, notre objectif sera simple : rendre leur argent aux Parisiens. Les nouveaux recrutements seront gelés et les emplois pourvus par redéploiement. Un audit de toutes les fonctions de direction sera immédiatement lancé pour comprendre à quoi servent des emplois très coûteux pour la collectivité. Ceux qui sont inutiles seront supprimés.
Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • N’est-ce pas un autre délire bien Français ? cela ne concerne pas seulement Paris mais de nombreuses autres villes. Cela n’étant pas assez, c’est le même délire dans les agglomérations, département et régions sans oublier le foutoir indescriptible des parties communes de ces structures.

  • l compte 125 collaborateurs et assure la diffusion en temps réel de l’information dans la Ville

    Mais il faut bien charger les bandes perforées dans les systèmes ultra-récents des années 70. Ne vous plaignez pas, ils seraient capables de passer au boulier. la ce ne serait plus 1250 mais 12500…(version numérique du creuser les barrages à la petite cuillère). J’arrête là de leur donner de mauvaises idées…

    Il faut savoir que les salaires de certains de ces chanceux peuvent allègrement dépasser les 12 000 euros nets par mois.

    Une paille. Il ne faut pas être jaloux : en effet, s’ils devaient pousser les boules, ce serait 120000 euros nets par mois qu’ils recevraient pour cet insurmontable effort :mrgreen:

  • mais qui met on en place avec nos votes ?
    avec un casier judiciaire on ne peut pas devenir gendarme, policier, professeur, avocat , garde chasse , agent des eaux et foret etc.e.tc ; mais on peut devenir : maire, député, sénateurs, voir même président !
    cherchez l’erreur !
    le problèmes n’est pas les politiciens incapables, corrompus, mais ceux qui votent pour eux!
    georges Orwell disait:
    un peuple qui élit des corrompus, de incapables, des renégats, des menteurs, des tricheurs,des voleurs et des traîtres n’est pas victime mais complice !

    • Les politocards étant à l’image de leurs électeurs, je prends les paris que la folledingue sera réellue si elle se présente sinon ce sera un guignol du même tonneau comme celui qui a remplacé le mec normal en 2017.

  • Hidalgo est une vrai socialiste: favoritisme, copinage, népotisme, clientélisme. Ce qui fait que Paris 2 millions d’habitants emploie 52.000 personnes. Tokyo 13.000 pour plus de 12 millions! Faites le ratio. Et ceci avec de forts salaires! Il faut que le plus de socialistes possibles puissent vivre au dépens des contribuables.

  • je rêve d’un pays ou tout écart de nos élus serait sanctionné par leur démission et des dommages financiers à payer..ce serait tellement beau.

  • Hidalgo et son équipe sont complètement nuls preuve en a été faite avec le nouveau Vélib , véritable fiasco
    Nous sommes presqu’en juillet et ça ne marche toujours pas ! ! !

  • Du temps de Chirac puis Tiberi le nombre de fonctionnaires à la ville de Paris était de 20 000, avec Delanoë puis la Duègne (Hidalgo) ce sont 55 000 fonctionnaires qu’il faut nourir, (habiller, loger?)

    • Chirac s’est fait condamner pour une demi douzaine d’emplois fictifs, Delanoe et Hidalgo n’ont jamais eu aucun problème avec 20000 emplois bidons 🙂

  • Si vous revenez au pouvoir en 2020, pensez à remettre le 80 sur le périph, adoucir Crit air (restrictions a réserver aux pics de pollution) et plus généralement à arrêter d’emm… les automobilistes et les motards !

  • Plus fort que les « sans-dents » de Hollande…
    « L’espace public n’est pas un open bar ! Notamment pour les mecs qui viennent avec leurs guimbardes pourries » (Hidalgo)

    • mais cette donneuse de leçon s’est faites prendre en grand excès de vitesse sur le perif
      141 km /h dans la nuit du 25 au 26 avril vitesse limité a 70 km/h . on essai (les socialos de faire passer ça pour une F new . normal ) mais ils ont quand meme obligé les verbalisateurs a mettre sur leur pv une vitesse de 110 avec kl/h reduction de marge d’erreur reste 100 km/h elle n’est donc pas en grand excès qui lui aurait retiré son permis comme tout citoyen normal , mais dans une tranche ou elle garde son sesame et ne pert que trois point.
      elle est pas belle la vie ?

      • Ca, il paraît que c’est un fake. En revanche, ce qui ne l’est pas, c’est qu’elle était très hostile à la mise en place des restrictions de circulation pour les vieux véhicules au moment de son élection, et qu’elle a très rapidement retourné sa veste.
        C’est, paraît-il, une socialiste, mais sa politique est très hostile voire très méprisante envers les petites gens qui n’ont pas les moyens de changer de voiture au gré des caprices de Madame.
        A Paris, les rats sont moins pourchassés que les automobilistes…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans ces colonnes, Frédéric Mas a développé comment Emmanuel Macron et Anne Hidalgo espèrent se refaire une santé politique avec les JO, alors que le coût stratosphérique de l’organisation et les retombées économiques sont loin d’être évidents. Nous allons voir que les conditions de sécurité des athlètes et du public ne sont également pas garanties. Il est à craindre que Paris 2024 soit au mieux un fiasco à l’image de l’organisation de la finale de la Ligue des Champions fin mai 2022. Mais l’État ayant... Poursuivre la lecture

Les Jeux Olympiques devaient être une fête, une sorte de Coupe du monde 1998 bis destinée à faire briller la France et ses élites politiques à l’international. En quelques années de crises politique, sanitaire et économique, le projet pharaonique pour Paris s’est transformé en une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête d’Anne Hidalgo et d’Emmanuel Macron.

Anne Hidalgo se consacre aux Jeux Olympiques avec application après sa déconvenue spectaculaire à l’élection présidentielle. Bien que réélue à la mairie de Paris en juin 2020... Poursuivre la lecture

8
Sauvegarder cet article

Chaque jour qui passe - et à plus forte raison lorsque c'est un jour de forte chaleur - est une ode, que dis-je, un poème raffiné dédié à l'organisation minutée et cadencée de nos infrastructures de transport, notamment en Île-de-France et en particulier à Paris. Il ne se passe pas une journée sans qu'il faille louer avec force l'organisation minutieux des usagers pour parvenir à se rendre sans encombre du point A au point B de la première région de France.

Manque de bol, parfois, ça ne se passe pas comme prévu.

C'est ai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles