Frédéric Bastiat : des adversaires de renom (7)

Dans cette 7ème vidéo, voici un penseur auquel s’est opposé Frédéric Bastiat : Jean-Jacques Rousseau.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Frédéric Bastiat : des adversaires de renom (7)

Publié le 12 mai 2018
- A +

Par Damien Theillier.

Après avoir exposé les personnalités qui ont influencé la pensée politique de Frédéric Bastiat, Damien Theillier évoque cette fois-ci les penseurs auxquels il s’est confronté. Cette séquence est dédiée à la pensée de Rousseau.

Frédéric Bastiat voit en effet en Rousseau la source du collectivisme contemporain. Il reproche à ce dernier d’accorder beaucoup trop d’importance au pouvoir politique dans l’organisation de la société.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Formidable série. Merci Damien Theillier. La confusion (et le malentendu) entre la notion de propriété et la notion rousseauiste de loi est la source de biens des malheurs. Rousseau est parti d’un a-priori fondé sur un jugement de valeur : les vices et les faiblesses du «bourgeois». Les mots «contrat» est «social» constituent un oxymore. Un contrat se passe entre deux personnes ou entités consentantes dans lequel la «société» n’est aucunement partie. Les mots… toujours les mots…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après avoir vu dans un premier article les causes de l’inflation législative, il conviendra de voir dans un second article les remèdes possibles contre le problème de la surproduction normative, caractéristique de l’inflation législative. Si le débat de la simplification du droit a été porté par le candidat Gaspard Koenig à l’élection présidentielle, force est de constater que ce thème a un peu disparu des débats, s’il y a déjà eu des débats pendant cette campagne.

 

Malgré cela, le problème du trop-plein législatif n’en de... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure.

Les libéraux n’ont jamais été vraiment écoutés en France. Aujourd’hui, avec la crise de la Covid-19, ils sont inaudibles et certains s’en réjouissent.

Nous sommes entrés, nous dit-on avec délice, dans « un moment keynésien », comme s’il s’agissait d’une nouveauté alors que ce moment dure depuis six décennies. On fête aussi déjà la fin du libéralisme, comme si nous laissions derrière nous une longue et calamiteuse période d’un État modeste et régalien.

Mais c’est l’étatisme qui règne en France, pas le lib... Poursuivre la lecture

économie
1
Sauvegarder cet article

Par Damien Theillier.

Petite explication par Pascal-Emmanuel Gobry :

Pour un keynésien, Noël est évidemment une bonne chose. Noël, c’est une poussée très forte de la consommation. Les gens dépensent leur argent. Ces dépenses créent de l’activité économique : tous ces jouets, il faut les fabriquer, les acheminer, les marketer, les distribuer… Tout ça crée de l’activité économique, et donc de la croissance et des emplois. Après tout, à un instant T, l’économie n’est que la somme des décisions individuelles de dépenses. Que du bon ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles