Et si Netflix sauvait le cinéma français ? Ainsi que les contribuables…

La France dépense une fortune en aides au secteur du cinéma et de l’audiovisuel

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et si Netflix sauvait le cinéma français ? Ainsi que les contribuables…

Publié le 4 mai 2018
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Le tribunal du festival de cinéma de Cannes a décidé de ne pas présenter de films proposés et financés par la plate-forme américaine de vidéos en ligne qui ne sont pas sortis obligatoirement au cinéma. Le protectionnisme français va même plus loin car la France empêche Netflix de diffuser un film sur sa plate-forme pendant trois ans si celui-ci sort en salles. C’est même plus long que les sorties en version DVD. Les défenseurs de l’exception culturelle française devraient, au contraire, profiter du succès de Netflix.

Tout d’abord, sa clientèle est en forte augmentation : la société a recruté 7, 4 millions d’abonnés supplémentaires durant les trois premiers mois de l’année, ce qui porte leur nombre à 125 millions dans le monde entier. Netflix est présent dans 190 pays et encourage de plus en plus les productions nationales en faisant connaître plusieurs séries européennes comme Dark (série allemande) ou The Rain (série danois). De plus en plus, certains films pourront être vus seulement sur la plate-forme, comme le prochain Scorsese. Netflix est en train de devenir un véritable producteur.

Au lieu de cela, la France pérennise son système d’aides au cinéma à travers le CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée), organisme para-public, sans équivalent à l’étranger, qui décide à lui seul quel film bénéficie des aides publiques. Environ 800 M€ par an sont distribués à des productions françaises dont certaines ne sortent même pas en salles ! Et la France dépense en aides au secteur du cinéma et de l’audiovisuel deux fois plus que l’Allemagne, quatre fois plus que l’Italie, six fois plus que le Royaume-Uni. Ne serait-il pas plus intéressant de s’allier au géant Netflix pour au moins sauver l’argent des contribuables ?

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Sauver l’argent des contribuables? Vous n’y pensez pas mon cher! La France est si riche et si bien gérée qu’elle peut se permettre de gaspiller de l’argent en permettant aux politiciens de subventionner des copains pour produire des films chiants, soi-disant intellectuels, idéologiquement de gauche, que personne n’ira voir.

  • Il y a quelque chose de pourri dans ce système… mais ne vous attendez pas à ce qu’il se corrige de lui même.

    Finalement, Netflix ne devrait-il pas créer ses propres salles de cinéma, et son propre festival de Cannes ?

  • Mais quelle drôle d’idée que vous avez là… Promouvoir Netflix, c’est embêter Canal, qui est tout de même un acteur majeur de la grandeur du cinéma français. En plus Netflix est une société américaine, qui ne paie pas ses impôts en France comme toute société américaine qui se respecte, et qui est apparentée aux GAFA, vous savez, le grand Satan moderne qui met en faillite notre bel Etat Providence. Il faudrait pas abuser non plus !

    –> []

  • Netflix me coute moins cher que la taxe audiovisuelle et propose du contenu autre que les Marseillais ou autre Joséphine ange gardien…ça devrait etre déductible de cette taxe…

  • en attendant la série Daredevil est excellente..et est sur NETFLIX

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave. Un article de Reason

 

L'année dernière, la comédie originale de Dave Chappelle, The Closer, a suscité l'ire de la communauté des activistes transgenres, et Netflix est devenu la cible de protestations. Ted Sarandos, co-PDG du géant du streaming, a d'abord défendu le droit de Chappelle à créer des comédies offensantes, mais il est revenu quelque peu sur ses commentaires dans le but d'apaiser "un groupe d'employés qui ressentaient certainement de la douleur et de la souffrance."

Il était donc diffic... Poursuivre la lecture

Par Emmanuel Rincón.

Interrogé sur la meilleure façon de lutter contre les monopoles dans sa série de documentaires intitulée Free to Choose, Milton Friedman a eu une réponse ferme : le marché libre. Certains de ses invités avaient d'autres positions et soutenaient que l'intervention de l'État était nécessaire, mais Friedman n'y croyait pas.

L'affaire Netflix a donné raison à Friedman, une fois de plus

Mercredi 20 avril, les actions de Netflix ont connu une chute impressionnante de 36 %. Les communiqués de presse conventionnels ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Kurt Loder. Un article de Reason

Attention potentiels spoilers

 

Il n'y a pas beaucoup de surprises dans Les Animaux Fantastiques : Les Secrets de Dumbledore. Même la reconnaissance tant attendue du fait qu'Albus Dumbledore (Jude Law), le futur directeur de Poudlard, a eu une liaison homosexuelle avec le futur fasciste Gellert Grindelwald (Mads Mikkelsen, qui remplace Johnny Depp) n'est guère inattendue.

Les secrets de Dumbledore pas si secret

En 2007, la créatrice de Potterworld, J.K. Rowling, avait déjà... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles