Et si Netflix sauvait le cinéma français ? Ainsi que les contribuables…

La France dépense une fortune en aides au secteur du cinéma et de l’audiovisuel

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Et si Netflix sauvait le cinéma français ? Ainsi que les contribuables…

Publié le 4 mai 2018
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Le tribunal du festival de cinéma de Cannes a décidé de ne pas présenter de films proposés et financés par la plate-forme américaine de vidéos en ligne qui ne sont pas sortis obligatoirement au cinéma. Le protectionnisme français va même plus loin car la France empêche Netflix de diffuser un film sur sa plate-forme pendant trois ans si celui-ci sort en salles. C’est même plus long que les sorties en version DVD. Les défenseurs de l’exception culturelle française devraient, au contraire, profiter du succès de Netflix.

Tout d’abord, sa clientèle est en forte augmentation : la société a recruté 7, 4 millions d’abonnés supplémentaires durant les trois premiers mois de l’année, ce qui porte leur nombre à 125 millions dans le monde entier. Netflix est présent dans 190 pays et encourage de plus en plus les productions nationales en faisant connaître plusieurs séries européennes comme Dark (série allemande) ou The Rain (série danois). De plus en plus, certains films pourront être vus seulement sur la plate-forme, comme le prochain Scorsese. Netflix est en train de devenir un véritable producteur.

Au lieu de cela, la France pérennise son système d’aides au cinéma à travers le CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée), organisme para-public, sans équivalent à l’étranger, qui décide à lui seul quel film bénéficie des aides publiques. Environ 800 M€ par an sont distribués à des productions françaises dont certaines ne sortent même pas en salles ! Et la France dépense en aides au secteur du cinéma et de l’audiovisuel deux fois plus que l’Allemagne, quatre fois plus que l’Italie, six fois plus que le Royaume-Uni. Ne serait-il pas plus intéressant de s’allier au géant Netflix pour au moins sauver l’argent des contribuables ?

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Sauver l’argent des contribuables? Vous n’y pensez pas mon cher! La France est si riche et si bien gérée qu’elle peut se permettre de gaspiller de l’argent en permettant aux politiciens de subventionner des copains pour produire des films chiants, soi-disant intellectuels, idéologiquement de gauche, que personne n’ira voir.

  • Il y a quelque chose de pourri dans ce système… mais ne vous attendez pas à ce qu’il se corrige de lui même.

    Finalement, Netflix ne devrait-il pas créer ses propres salles de cinéma, et son propre festival de Cannes ?

  • Mais quelle drôle d’idée que vous avez là… Promouvoir Netflix, c’est embêter Canal, qui est tout de même un acteur majeur de la grandeur du cinéma français. En plus Netflix est une société américaine, qui ne paie pas ses impôts en France comme toute société américaine qui se respecte, et qui est apparentée aux GAFA, vous savez, le grand Satan moderne qui met en faillite notre bel Etat Providence. Il faudrait pas abuser non plus !

    –> []

  • Netflix me coute moins cher que la taxe audiovisuelle et propose du contenu autre que les Marseillais ou autre Joséphine ange gardien…ça devrait etre déductible de cette taxe…

  • en attendant la série Daredevil est excellente..et est sur NETFLIX

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Shōgun est un bon rappel que le seul but moral d’un gouvernement est de protéger nos droits individuels, pas de les piétiner.

 

Article original paru dans la Foundation for Economic Education.

Ma femme et moi sommes en train de terminer Shōgun, la nouvelle minisérie de FX sur Hulu basée sur le livre de James Clavell paru en 1975. Shōgun est l'un des premiers livres qui m'a vraiment captivé. Je l'ai lu pour la première fois à l'âge de 13 ans, et je n'ai pas pu le lâcher.

Situé au début... Poursuivre la lecture

Début décembre, Bob Iger faisait grand bruit :

« Les créateurs ont perdu de vue ce que devait être leur objectif numéro un. Nous devons d’abord divertir. Il ne s’agit pas d’envoyer des messages. » 

Cette mise au point tardive mais bienvenue de l’actuel PDG de Disney tranche avec la politique menée ces dernières années par ce géant du spectacle, encore renforcé par les rachats de l’univers de super-héros Marvel et de Lucasfilm.

Disney perd de l’argent alors que cette compagnie a longtemps eu l’habitude d’en gagner énormém... Poursuivre la lecture

Dans Woke fiction - Comment l'idéologie change nos films et nos séries, Samuel Fitoussi* élabore une critique libérale du wokisme et de son impact sur le monde du cinéma et de la série. Un entretien réalisé par Baptiste Gauthey, rédacteur en chef de Contrepoints.

Contrepoints : Bonjour Samuel Fitoussi. Dans les dernières années, de nombreux essais politiques ont été publiés sur la question du wokisme. Pourquoi avoir choisi d’écrire sur ce sujet, et qu’est-ce qui fait l’originalité de votre ouvrage ?

Passionné de cinéma,... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles