The Bitcoin Standard, de Saifedean Ammous

Une synthèse sur le Bitcoin qui s’appuie principalement sur l’œuvre des deux principaux représentants de l’école autrichienne en économie, Ludwig von Mises et Friedrich Hayek.

Par Sosthène de Rodiencourt.

Si vous n’êtes pas familier avec ce qu’est Bitcoin, il vaut mieux commencer par la lecture de cet article.

Né discrètement dans les soubresauts de la crise de 2008, la cryptomonnaie Bitcoin fait l’objet d’un intérêt croissant de la part du grand public, intérêt malheureusement alimenté de façon un peu trop exclusive par l’envolée vertigineuse de son cours en 2017. Certes l’augmentation du prix du bitcoin est une excellente chose, car elle renforce le mécanisme incitatif qui récompense les mineurs qui sécurisent le réseau, mais cette obsession du cours tend également à occulter le vrai sens de la révolution Bitcoin, de plus en plus assimilé dans l’esprit des néophytes à de l’argent facile pour traders.

Annoncé depuis des mois et très attendu par la communauté anglophone, le dernier livre de Saifedean Ammous, The Bitcoin Standard, est une tentative  de recentrer le débat sur la signification économique de Bitcoin, en replongeant jusqu’à ses racines conceptuelles et philosophiques dans les écrits des économistes autrichiens Ludwig von Mises et Friedrich Hayek. À peine paru, le livre est déjà âprement débattu et commenté sur internet, et va sans doute devenir une lecture obligée pour toute personne s’intéressant à Bitcoin, que ce soit en tant qu’initié ou simple curieux.

Le problème

Bitcoin fêtera cette année ses 10 ans d’existence, 10 années durant lesquelles beaucoup d’encre a coulé à son sujet, semble-t-il sans guère avoir permis de mieux comprendre comment cet OVNI inventé par un anonyme dans un obscur cercle de cryptographes a pu s’en échapper pour engendrer une communauté mondiale dévouée et une industrie qui pèse aujourd’hui des milliards de dollars.

De plus en plus présent dans le paysage médiatique, sa signification et sa nature profonde restent mal comprises, favorisant la diffusion de narratives faciles que nous avons tous entendues ad nauseam, dont la plus célèbre est « Bitcoin n’est pas important, c’est la technologie Blockchain sous-jacente qui l’est ». Le succès de ces interprétations tient sans doute au fait qu’elles font mine de reconnaître l’incontestable réussite de Bitcoin pour désamorcer aussi tôt ses aspects les plus subversifs.

Aujourd’hui que les yeux se dessillent enfin au sujet de la fiction Blockchain, difficile de ne pas avoir le sentiment de revenir quelques années en arrière sans avoir progressé dans la résolution de ce mystère : on nous dit partout depuis des années que Bitcoin ne sert à rien, qu’il est une solution à la recherche d’un problème, que son réseau de paiement est inférieur à Visa ou Paypal, qu’il est trop compliqué pour l’utilisateur moyen, que l’épargne obstinée et l’absence de consommation de la part des détenteurs de bitcoins (le fameux meme « HODL ») entrave son développement, et pourtant peu importe l’indice retenu, Bitcoin montre une croissance solide, et semble aujourd’hui plus sûr et solide que jamais.

Pour résoudre cette contradiction, le seul moyen est de s’arrêter un instant pour se poser quelques questions simples :

  • Qu’est-ce que Bitcoin ? Que sont les bitcoins ?
  • De quel problème Bitcoin est-il la solution ?
  • Quel est le domaine que Bitcoin révolutionne, ou plutôt subvertit ? Quels sont les ressorts et les dynamiques de cette subversion ?

L’absence de réponse claire à ces quelques questions est selon moi une cause majeure de malentendus dans les débats qui agitent continuellement internet et les média au sujet de Bitcoin, et si The Bitcoin Standard est appelé à devenir un jalon dans la prise de conscience de l’importance de Bitcoin, c’est essentiellement parce qu’il constitue une des rares tentatives conscientes et cohérentes d’y apporter une réponse.

Le point de vue de l’économiste autrichien sur Bitcoin

Saifedean Ammous enseigne l’économie à la Lebanese American University, et est un partisan avoué de l’école autrichienne d’économie. Son ralliement à cette école de pensée est indispensable à la bonne compréhension de son livre, dont elle dicte les problématiques et les lignes de force : liberté individuelle face à la coercition étatique, monnaie-marchandise (commodity money) librement choisie par le marché et opposée à la monnaie fiat imposée par le gouvernement, attention portée à l’action humaine et à ses conditions plutôt qu’aux agrégats statistiques.

Une partie importante du livre est ainsi dédiée à la présentation de la théorie autrichienne de la monnaie. Cette synthèse s’appuie principalement sur l’œuvre de ces deux principaux représentants, Ludwig von Mises et Friedrich Hayek, dont elle reprend les principales notions :

  • L’émergence de la monnaie au sein d’une communauté économique est le fruit d’un mécanisme de marché spontané : le troc opposant des obstacles importants aux échanges, certains biens sont adoptés en tant que médium d’échange, ou monnaie.
  • Ce bien doit présenter certaines caractéristiques : durabilité, divisibilité, rareté… et surtout être la plus liquide (salable) possible.
  • La monnaie au sens propre du terme est donc une monnaie-marchandise (commodity money), qui est à distinguer radicalement de ses éventuels substituts (par exemple, l’or « papier » vis-à-vis de l’or), mais aussi de ce qu’on peut appeler des monnaies crédits, qui n’ont de valeur qu’en tant que créance opposable à un tiers. La monnaie au sens propre du terme a donc sa valeur de marché en elle-même et non en relation à une autorité quelconque.

Une monnaie-marchandise présentant à un haut-degré les caractéristiques attendues, si elle met de surcroît son possesseur légitime à l’abri de toute ingérence par un tiers (au premier titre duquel on trouve bien entendu le pouvoir), est un bon candidat au titre de monnaie saine (sound money).

Cette première partie semblera peut-être redondante aux fins connaisseurs de l’école autrichienne, mais constitue pour les néophytes et les curieux une introduction abordable à cette pensée, et surtout nécessaire à la compréhension de la thèse du livre sur Bitcoin.

Un réquisitoire contre la monnaie fiat

En disciple de Hayek et dans la droite ligne de l’école autrichienne, Saifedean Ammous condamne fermement le système actuel de monnaies fiat (monnaie dont l’utilisation est imposée par le gouvernement, et non choisie librement par ses utilisateurs). Ce faisant, il questionne nos préjugés sur la monnaie, ceux que nous prenons comme prémisses à toute discussion, parfois même sans nous en rendre compte :

  • la monnaie est ce que le gouvernement décrète comme ayant cours légal,
  • l’augmentation de la quantité de monnaie en circulation est une condition nécessaire du développement économique,
  • cette augmentation doit être planifiée par des autorités nationales, voire supranationales.

Le système qui repose sur ces assertions, celui dans lequel nous vivons depuis une centaine d’années, est un système inflationniste, c’est-à-dire que le pouvoir d’achat de la monnaie s’érode à une vitesse plus ou moins grande : la monnaie perd de sa valeur, les prix tendent à monter.

Dans l’analyse qu’en font les économistes autrichiens, ce système monétaire a des conséquences vicieuses sur le plan purement économique, mais aussi politique et social. La charge contre « l’argent facile du gouvernement » est ainsi menée sur trois fronts :

  • Économique : les monnaies fiat sont par essence sujettes à des manipulations arbitraires de leur valeur qui distordent les prix (y compris les taux d’intérêts, le prix de l’argent). Elles sont ainsi impropres à donner aux entrepreneurs une information fiable pour les guider dans l’allocation de leurs ressources. Selon la théorie autrichienne du capital et des cycles économiques, ce défaut d’information provoqué par une politique inflationniste entraîne une désorganisation massive de la structure de production en raison des mauvaises allocations de capitaux qu’elle engendre. L’injection d’argent créé de nulle part dans l’économie donnant une illusion temporaire de prospérité au prix d’une crise et d’une récession ultérieure.
  • Politique : l’expansion de la quantité de monnaie en circulation ne provoque pas une inflation immédiate et uniforme de tous les prix. . Les premiers à la recevoir et à la dépenser profitent de prix qui n’ont pas encore eu le temps de s’ajuster, ce qu’on appelle « l’effet Cantillon ». Or dans le système actuel le gouvernement reçoit la plus grande part de la création monétaire, ce qui lui permet de financer ses interventions dans un nombre croissant de secteurs de l’économie. Plus grave, il subvertit le fonctionnement des institutions démocratiques, en rendant le pouvoir relativement indépendant du soutien des citoyens.
  • Morale : la monnaie inflationniste perdant progressivement sa valeur, elle dissuade l’épargne, car son pouvoir d’achat s’érode rapidement et il n’y a donc pas d’intérêt à la conserver. Elle encourage donc la consommation, et plus généralement les comportements irresponsables et court-termistes.

À ce sujet, Saifedean Ammous réserve de long développement à la notion de « préférence temporelle », c’est-à-dire la préférence que les individus accordent à une satisfaction immédiate sur une satisfaction différée, mais potentiellement plus importante. Il soutient qu’une monnaie inflationniste favorise une préférence temporelle élevée, c’est-à-dire la préférence pour une satisfaction immédiate, et donc la consommation au détriment de l’épargne et les comportements sociaux individualistes ou irresponsables.

L’un des messages les plus importants du livre est que la monnaie n’est pas un simple sujet technique, et qu’un citoyen et un homme libre ne doit pas se contenter de laisser les « experts » décider au sujet de la monnaie. Le système monétaire détermine en effet en grande partie les conditions du rapport de force entre le pouvoir et les individus, de même que nos choix et nos modes de vie. Choisir une monnaie inflationniste et planifiée par une banque centrale, c’est encourager les comportements consuméristes et individualistes, c’est aussi laisser une arme redoutable aux mains des tyrans contre les libertés individuelles.

Vers l’étalon-Bitcoin ?

Bitcoin en tant que tel n’entre en scène qu’assez tard dans l’ouvrage, cette longue première partie évoquée ci-dessus étant nécessaire pour expliquer au lecteur ce qu’est une monnaie saine, et pourquoi le fait que le monde fonctionne aujourd’hui avec des monnaies fiat est une situation au mieux sub-optimale, au pire criminelle.

En introduction de cet article, j’écrivais que The Bitcoin Standard apporte une réponse à ceux qui se demande quel peut bien être le problème que résout Bitcoin : selon Saifedean Ammous, l’unique proposition de valeur de Bitcoin est d’être une monnaie saine, mondiale, et capable de résister aux pressions qu’exercent les États pour imposer le monopole des monnaies fiat.

Le monde a déjà connu une monnaie saine mondiale par le passé : il s’agit de l’or qui s’est imposé comme étalon monétaire mondial dans les dernières décennies du XIXe siècle. De 1870 à 1914, toutes les monnaies nationales n’étaient que des poids différents d’or. Les problèmes de taux de change étaient donc inexistants, puisque chaque monnaie avait une valeur fixe exprimée en grammes d’or, et les billets de banque émis par les différentes Banques Centrales étaient convertibles en or.

Ce système, quoique très supérieur à celui que nous connaissons aujourd’hui, était toutefois loin d’être parfait, et souffrait de deux maux qui devaient ultimement entraîner sa chute :

  • la pratique de la réserve fractionnaire, c’est-à-dire le fait pour les banques d’émettre davantage de billets convertibles en or qu’elles n’en ont réellement en réserve, s’était fermement établi en Europe et aux États-Unis, avec pour conséquence la création d’une Banque Centrale par chaque pays pour servir de « prêteur de dernier recours » lors des inévitables bank run.
  • l’habitude elle aussi fermement établie au sein des populations de mettre en dépôt leur or à la banque et d’utiliser des outils fiduciaires tels que les chèques ou les bons au porteur pour échanger.

La conjonction de ces deux facteurs a entraîné une concentration progressive des réserves d’or au sein des Banques centrales, facilitant leur prise de contrôle par les gouvernements pour financer l’effort de guerre en 1914, ce qui mit effectivement fin à l’étalon-or.

Bitcoin présente des caractéristiques similaires à celle de l’or en termes de rareté ou de durabilité, mais aussi une différence importante qui en fait potentiellement un étalon monétaire encore meilleur. En tant qu’objets virtuels, les bitcoins ignorent les frontières, leur possession peut être aisément dissimulée (une adresse contrôlant l’équivalent de millions d’euros en bitcoins peut être convertie en une liste d’une douzaine de mots aisée à retenir et impossible à détecter), et personne ne peut s’en emparer de force. Les bitcoins sont ainsi beaucoup moins vulnérables que l’or à la confiscation ou à la coercition, et il est extrêmement difficile pour ne pas dire impossible d’en déposséder les propriétaires légitimes.

Ainsi l’avantage compétitif de Bitcoin vis-à-vis des alternatives, numériques ou non n’est pas tant dans le domaine des paiements de petits montants pour la consommation courante, mais bien plutôt des paiements de montants importants à longue distance, pour lesquels il est aujourd’hui incomparablement supérieur aux alternatives existantes. Saifedean Ammous imagine dans la dernière partie de son livre qu’un nouveau secteur bancaire et financier pourrait émerger avec Bitcoin comme étalon monétaire, et que seules les transactions entre banques nécessiteraient d’être inscrites dans la blockchain. Les transactions courantes pourraient être effectuées sur une surcouche du réseau Bitcoin telle que Lightning, ou bien en utilisant des jetons ou des instruments fiduciaires convertibles en Bitcoin.

En raison de la transparence de la blockchain, dont toutes les transactions peuvent être contrôlées avec un simple navigateur internet, la pratique de la réserve fractionnaire serait sinon abolie, du moins rendue beaucoup plus difficile qu’à l’époque de l’étalon-or. Les Banques centrales actuelles n’auront d’autre choix que d’adopter l’étalon-Bitcoin et de renoncer à leur mission actuelle, ou alors de se lancer dans une bataille perdue d’avance et de disparaître.

Conclusion

Après bientôt 10 ans d’existence, il n’y a peut-être pas de tâche plus urgente que de lever une bonne fois pour toutes le malentendu autour de la nature de Bitcoin. Ce malentendu ne concerne pas que le grand public, beaucoup d’initiés n’en sont malheureusement pas exempts, et The Bitcoin Standard, sans épuiser son sujet, constitue une base de réflexion suffisamment solide pour s’imposer comme un incontournable dans la grande discussion à venir sur Bitcoin.

La question ne sera alors plus d’accepter ou non Bitcoin, ou de se demander si tout cela est bien moral ou vraiment utile, ces débats sont d’ores et déjà dépassés. La question sera bien plutôt alors d’estimer les impacts de Bitcoin dans le fonctionnement de notre économie et de s’y préparer au mieux. Dans ce débat qui commence, vous serez pour ou contre Saifedean et l’étalon-Bitcoin, mais dans tous les cas il sera extrêmement dangereux de l’ignorer.

Saifedean Ammous, The Bitcoin Standard, Wiley, 2018, 304 pages.