Un autre jour, demain, d’Abigail Seran

De brèves rencontres et une galerie de portrait dans ce recueil de nouvelles d’Abigail Seran.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un autre jour, demain, d’Abigail Seran

Publié le 7 avril 2018
- A +

Par Francis Richard.

Demain est un autre jour, faisait répéter Victor Fleming à Vivien Leigh (Scarlett O’Hara), comme un mantra, dans son film Gone with the wind.

Impossible de ne pas y penser en lisant le titre du recueil de vingt nouvelles d’Abigail Seran. Ces nouvelles sont rangées bien sagement par thème. Le premier et le dernier de ces thèmes, mis ensemble, forment justement Un autre jour, demain

Comme ces deux-là, les autres thèmes – Brèves rencontres, Petits boulots, Inventaire à la Prévert, Esprit de famille, Voyage sans retour – indiquent déjà au lecteur qu’il s’agit de choses vécues, par l’auteur, par d’autres, par lui-même peut-être, et qu’il va en quelque sorte évoluer en terrain connu.

Brèves rencontres et petits boulots

Les brèves rencontres sont, par exemple, celles que l’on fait sur un banc, sur une place, sur un quai de gare ou sur un quiproquo comme il en est tant dans la vie quotidienne, et qui laisse une amertume…

Les petits boulots, ce sont ceux que l’on évoque des années plus tard quand on se retrouve entre amis, ce sont ces opportunités que l’on saisit sans imaginer à quoi elles conduiront, ce sont les incertitudes d’un monde dont on ne pensait pas qu’il changerait aussi vite…

L’inventaire à la Prévert, ce sont les séries de mots, ces compagnons facétieux avec lesquels joue l’écrivain, de rythmes qu’imprime à ses pieds la danseuse tout au long de son existence, de paires de chaussures, ces trésors délicieux, qu’une femme accumule et dont elle a du mal à se défaire…

L’esprit de famille demeure chez ceux qui restent, chez ceux qui prennent la suite de leurs parents, chez ceux qui, a contrario, veulent prendre un nouveau départ pour y échapper, chez ceux qui se séparent pour une longue année, une année en apnée.

Voyage sans retour

Le voyage sans retour, c’est la complicité tacite qui se crée entre une femme et un homme qui attendent leur avion en retard dans un aéroport, c’est prendre un aller simple quand son visa expire et partir pour de bon, c’est quitter guéri un hôpital, c’est ce qui passe juste avant un événement qui change la vie.

Ce recueil où le charme opère, ce sont des choses vraies de la vie, des rapports au temps : La journée trépassera comme les autres, écrit l’auteur dans la première nouvelle. Dans la dernière, sa narratrice s’enfuit d’elle-même, hésite, rentre sur les derniers coups de minuit : Être demain.

Un autre jour, demain, Abigail Seran, 112 pages, Éditions Luce Wilquin (sortie le 5 avril 2018).

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À l’époque où très nombreux sont ceux qui se posent des questions sur le fonctionnement de notre démocratie on peut suggérer de regarder comment elle fonctionne ailleurs… même si cette approche va se briser sur l’argument très connu « À quoi bon ? Chez nous c’est différent ! »

C’est bien dommage car l'une des façons les plus simples de réfléchir c’est d’aller voir les pays où ça fonctionne, exercice d’autant plus facile que l'un de ceux qui marche le mieux au monde a des frontières communes avec le nôtre. Il s’agit de la Suisse.

La... Poursuivre la lecture

L’expatriation est un phénomène de plus en plus courant dans un environnement mondialisé. Cette tendance est particulièrement présente chez les jeunes générations. Dans le cas de la France, ce sont plus de 2,5 millions de Français qui vivent à l’étranger.

Quelles sont les raisons de cette expatriation ? Où vont-ils ? Quels sont leurs profils ?

Si les profils des expatriés français sont variés, on constate que certaines tendances se dessinent.

Des expatriés français réputés pour le travail

Selon le site internations : « 56... Poursuivre la lecture

Alors que l’Europe et les États-Unis sont plongés dans la gestion sans fin d’une épidémie qui n’en finit pas de finir ; alors que la France est scotchée à ses écrans pour essayer de départager qui présidera à ses destinées ; en Suisse, on continue de débattre en prévision des votations du 13 février prochain.

Ce n’est pas que la Suisse soit exempte des soubresauts de la gestion de crise. Quand lèvera-t-on les restrictions, et lesquelles ? Si je dois partir à l’étranger, faudra-t-il que je me fasse tester avant, pendant, après, combien ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles