Entreprise : le stratège chinois et la cale

Le stratège chinois ne construit rien, il ne choisit pas entre des moyens pour atteindre un but. Sa stratégie consiste à faire évoluer la situation de façon que l’effet résulte progressivement de lui-même.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Entreprise : le stratège chinois et la cale

Publié le 28 février 2018
- A +

Par Gilles Martin.

Pour certains, la stratégie consiste à avoir une volonté, et à conduire l’exécution pour la réaliser. C’est une vision très occidentale. Cela consiste à se forger un modèle théorique, posé comme un but, et à le confronter à la pratique. Dans cette approche, le stratège élabore un plan, projeté sur l’avenir. Il le nomme son « Plan Stratégique ». Puis il définit les moyens et leur enchaînement pour le réaliser. Et il accompagne le tout d’une projection de chiffres, marquant étape par étape, année après année, l’atteinte du but souhaité.

C’est une perception toute différente de celle que l’on trouve dans l’approche chinoise de la stratégie : ici, il s’agit de comprendre le potentiel d’une situation. Dans l’approche chinoise, on détecte les facteurs favorables dans une situation, et on s’appuie sur le potentiel de la situation. Le stratège chinois va donc partir d’une évaluation minutieuse du rapport des forces en jeu, il va observer le terrain, identifier les facteurs favorables impliqués dans la situation, et les exploiter avec persévérance au travers des circonstances rencontrées.

Stratégie et efficacité

C’est François Jullien, notamment dans son Traité de l’efficacité qui a exploré cette opposition de deux conceptions de la stratégie et de l’efficacité. Ce qui selon son analyse donne toute sa valeur à l’approche chinoise c’est que la stratégie chinoise est adaptée à un monde de l’incertain : les circonstances rencontrées ne sont pas toutes prévisibles, voire complètement inédites ; et c’est pourquoi on ne peut pas bâtir de plan d’avance. Mais les circonstances  contiennent « un certain potentiel » et, c’est notre souplesse et notre disponibilité qui permettent de profiter pleinement de ces circonstances.

En fait, le stratège chinois ne construit rien, il ne choisit pas entre des moyens pour atteindre un but. Il n’y a pas de fin pour lui. Il tire parti en permanence de la situation au fur et à mesure de son déroulement. Sa stratégie consiste à faire évoluer la situation de façon que l’effet résulte progressivement de lui-même.

C’est en développant au maximum le potentiel d’une situation que l’on se retrouve en situation de force. C’est pourquoi dans les traités chinois, en fonction de l’évolution du rapport de force, l’issue du combat, avant même qu’il ne s’engage, se trouve prédéterminée.

Alors que si l’on cherche à vaincre en combattant par la force, ne comptant que sur son investissement physique, il y aurait toujours des moments où l’on pourrait être battu. Le bon stratège (le chinois) intervient en amont de ce processus : ayant repéré les facteurs qui lui sont favorables, il a pu faire évoluer la situation dans un sens qui lui convient. En clair, il va vaincre un ennemi déjà défait.

Cette opposition dans les approches de la stratégie, plusieurs siècles après ces traités chinois, et ces récits de guerre, on la retrouve aujourd’hui dans les stratégies et les plans stratégiques de nos entreprises.

Ceux qui croient à la volonté de la force, qui construisent des plans et des actions en se croyant seuls au monde, enfermés dans leurs certitudes, avec des concurrents immobiles ou prévisibles, sont ceux qui, dans un monde effectivement de plus en plus incertain, vont se planter.

C’est pourquoi ceux qui iront chercher dans les stratégies chinoises, et reliront le Traité de l’efficacité de François Jullien, seront probablement plus… efficaces.

Il est temps d’inviter un stratège chinois dans chacun de nos COMEX

Pour cela, il est nécessaire de savoir tenter un décalage par rapport à nos certitudes et habitudes. Ce terme de décalé, cité par François Jullien, s’entend aux deux sens : décaler, en « opérant un certain déplacement par rapport à la normale (celle de nos habitudes de pensées) qui fasse bouger nos représentations et remettre en mouvement la pensée ».

Mais décaler c’est aussi enlever la cale en apercevant  » ce contre quoi nous ne cessons de tenir calée la pensée, mais que, par là même, nous ne pouvons pas penser ».

Alors, stratège chinois , tu m’aides à enlever la cale de la pensée ?

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Très intéressant, et cela permet de mieux comprendre la stratégie chinoise avec les US. Les Chinois savent qu’ils vont gagner, à terme, et donc ils poussent tous les éléments qui leur sont favorables. Ils tiennent la Corée du Nord. La position de cet Etat leur est donc favorable, si elle gêne les Américains.

  • les. deux approches ne sont pas antagonistes; leur recour dépend des circonstances. et, principalement de votre force par rapport a la difficulté rencontrée.

    si j’ai a faire passer des marchandises a travers un bois j’ai deux solutions

    créér un chemin en abattanr les arbres sur mon chemin
    ou emprinter les « passages d’animaux » qui sont des ébauches de sentiers

    si je n’ai que quelques ballots la seconde solution s’impose.

    si j’ai 10000 tonnes je prendrais la premiere .

    l’ideale etant de combiner les deux si faire se peut

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2003, Julien Sanchez écrivait :

"Les partisans du libre-échange sont piégés dans une version de politique publique du Jour de la marmotte, obligés de réfuter les mêmes arguments fallacieux encore et encore, décennie après décennie."

Une autre décennie s'est écoulée depuis, et le point de vue de Sanchez est tout aussi pertinent.

Blake Masters, un homme d'affaires soutenu par Trump qui se présente maintenant au Sénat américain en Arizona, a récemment tenu une séance de questions-réponses sur sa page Instagram où il a ann... Poursuivre la lecture

Chers lecteurs, chers citoyens, vous tous qui me lisez par choix ou par hasard, n’attendons pas sagement que la future Assemblée législative s’installe au palais Bourbon. N’attendons pas sagement que le gouvernement dicte le tempo et le contenu des débats. Exigeons dès maintenant la levée de toutes les mesures d’urgence sanitaire qui perdurent sous la forme d’une loi de transition autorisant le rétablissement de l’état d’urgence sanitaire, pass vaccinal compris, jusqu’au 31 juillet 2022.

Compte tenu de l’imminence de la date butoir, le... Poursuivre la lecture

En janvier 2022 j’attirais l’attention sur la posture pour le moins surprenante adoptée par quelques sénateurs français vis-à-vis des approches du gouvernement chinois durant la crise que nous avons traversée (traversons). Dans un rapport prospectif ils se montraient ostensiblement admiratifs du solutionnisme technologique chinois.

Dans ce même rapport, ils ne manquaient pas de vanter - sans ambages - tous les mérites des méthodes de l’empire du Milieu, sans omettre de valoriser certaines de ses approches les plus coercitives…

S... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles