Gouvernement Macron : des réformes de moins en moins ambitieuses ?

C’est le syndrome Chirac : la volonté de réforme s’englue peu à peu dans les résistances ordinaires, et il faut dépenser une énergie grandissante pour obtenir des conquêtes de moins en moins ambitieuses.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Programme d'Emmanuel Macron by Thomas Bresson(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gouvernement Macron : des réformes de moins en moins ambitieuses ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 février 2018
- A +

Par Eric Verhaeghe.

Le gouvernement ouvre de nombreux chantiers, mais semble en difficulté pour les mener à bien. C’est le syndrome Chirac : les réformes s’engluent peu à peu dans les résistances ordinaires, et il faut dépenser une énergie grandissante pour obtenir des conquêtes de moins en moins ambitieuses. Le Président entre progressivement dans la partie la plus compliquée de son mandat.

Quoiqu’en disent les médias subventionnés, la situation d’Emmanuel Macron dans le pays est loin d’être enviable. Les derniers sondages d’opinion le créditent d’une cote de confiance à peine supérieure à celle de François Hollande au même stade de son mandat. Il en est à 40% de popularité, contre 36% pour François Hollande à la même époque.

D’autre part, le mandat d’Emmanuel Macron présente des difficultés assez proches de celles que François Hollande a connues. Sa majorité parlementaire connaît d’importantes fissures, révélées à l’occasion du débat sur le droit d’asile et la politique d’immigration. La thématique du pouvoir d’achat se dresse comme un plafond invisible au-dessus des projets gouvernementaux. Les affaires concernant des ministres commencent à inquiéter les Français. C’est particulièrement le cas avec Gérald Darmanin.

Des réformes au ralenti

Dans ce contexte morose, les réformes initiées par le président de la République paraissent avoir du plomb dans l’aile.

La méthode de concertation du gouvernement recèle en elle-même sa part de déception. Utilisée pour le PACTE, comme pour la SNCF ou la réforme de l’État, elle consiste à fixer un cap, puis à se donner du temps pour décider la route à suivre pour l’atteindre. Cette technique donne forcément le sentiment passager d’une dilution des décisions dans le temps, qui peut perturber l’opinion.

Lorsque l’indécision s’instille dans le déroulement des opérations, la perplexité grandit. On le voit dans le débat sur l’immigration et le droit d’asile. La majorité semble vaciller sur le texte. L’enthousiasme des premiers jours cède peu à peu la place aux querelles intestines traditionnelles aux majorités qui se succèdent.

Du coup, l’annonce d’un renouvellement semble trompeuse.

Deux poids deux mesures dans l’enthousiasme gouvernemental

Une caractéristique accroît ce sentiment de déception : c’est l’inégalité de traitement entre les sujets. La thématique du « président des riches » l’a bien mis en exergue.

Lorsqu’il s’est agi de réformer le Code du travail en instaurant plus de flexibilité dans les normes, Macron n’a pas tremblé. Ni même lorsqu’il s’est agi d’augmenter la CSG, qui frappe aujourd’hui dans toute sa largeur les retraités. Ni même lorsqu’il s’est agi d’alléger la fiscalité des plus riches, alors même que des taxes frappant la consommation étaient créées.

En revanche, le gouvernement a semblé beaucoup plus mou dès lors qu’il a fallu rendre les contreparties. La taxe d’habitation n’est pas encore supprimée. Les cotisations salariales ont disparu, mais leur effet est annihilé par les augmentations de taxe par ailleurs.

En outre, le gouvernement ne semble pas pressé de demander à ses fonctionnaires les efforts qu’il a imposés d’emblée aux salariés du privé.

La dilution de l’autorité gouvernementale complique les réformes

Ce procès d’intention en inégalité de traitement que les Français dressent sous le manteau contre leur gouvernement est nourri par les maladresses gouvernementales.

On a probablement mal mesuré l’effet délétère d’incidents comme le retour en avion à 300 000€ d’Édouard Philippe. Le discours sur les nécessaires limitations de vitesse sur nos routes nationales tenu par le même Premier ministre en a immédiatement souffert.

Les affaires qui se multiplient au gouvernement participent toutes à cette perte progressive d’autorité qui complique le travail ministériel. Dans cet ensemble, les affaires qui entourent Gérald Darmanin risquent de peser lourd. Dans l’hypothèse où ces affaires prospéreraient, la solidarité dont le ministre du Budget a bénéficié de la part du Premier ministre risquerait de plomber encore un peu plus le contexte politique ambiant.

L’engluement progressif de l’exécutif dans le syndrome Chirac

Ainsi en va-t-il du déroulement classique des mandats présidentiels ! Une fois passés les cent premiers jours utiles, le travail de réforme est de plus en plus épineux. C’est le syndrome Chirac : de façon tangentielle, le pouvoir se dilue dans l’immobilisme. Seuls les meilleurs parviennent à retarder cet inévitable loi de la nature étatique.

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • nous avons élu un président par défaut. ..comme ces prédécesseurs. .ensuite le matraquage de taxes …de la hausse de là CSG des retraités.. diminution du pouvoir d’achat…
    et maintenant les prochaines élections,
    et peut être ,les prochains mouvements sociaux..

  • concernant le droit d’asile , collomb a fait savoir qu’il fallait faire preuve d’équilibre en faisant venir en France les frères et sœurs des migrants qui resteront en France ; un élargissement du regroupement familial en quelque sorte ……

  • Tout comme Chirac Macron c’est fait élire en promettant des lendemains qui chantent sur un programme flou ou chacun pouvait penser encore une fois que c’est l’autre qui allait devoir payer et non collectivement comme Fillon l’annonçait. Puis est venu le temps des réformes et nous avons eu les taxes et les problèmes sociétaux pour noyer le poisson bis placent repetita. Allez une hausse des taux et ce sera le FMI et l’Allemagne qui déciderons.

    • Pour répondre à Boysander. D’accord avec vous, mais de quel programme parlez-vous ? « Jupiter » avait-il un programme ? A part « penser printemps », accompagné de son air hilare d’autosatisfaction admiratif pour sa trouvaille « géniale », le tout enrobé d’un blabla creux à l’emporte-pièce… vous appelez cela un programme ? Vous êtes bien trop généreux !

  • L’inverse d’une gestion entrepreneuriale dont l’alpha et l’oméga est de faire plus, mieux, à moindre coût, en d’autres termes d’être plus productif. Pire encore est le constat concernant les effectifs et comptes publics : toujours plus de dépenses, aucune réduction substantielle d’effectifs de fonctionnaires dans un état réputé obèse, et une dette et un déficit publics qui atteignent des niveaux record alors qu’ils baissent partout ailleurs en Europe.

  • Par quel miracle ce président 15% ferait-il plus de réformes que ses prédécesseurs?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Élisabeth Borne devient Premier ministre. Certains attendaient une révolution, ce fut surtout un jeu de chaises musicales.

Merci à @EmmanuelMacron de sa confiance et de l’honneur qu’il me fait en me nommant Première ministre.

Merci aussi à @JeanCASTEX pour son action ces deux dernières années.

Les défis devant nous sont grands. Je mesure pleinement cette responsabilité. pic.twitter.com/fZ9zxu5S5f

— Élisabeth BORNE (@Elisabeth_Borne) May 16, 2022

Ce lundi 16 mai, Emmanuel Macron a... Poursuivre la lecture

L’investiture des candidats macronistes est conditionnée au rattachement en préfecture à la case politique « Ensemble ». Les futurs députés s’engagent également à siéger dans l’un des groupes de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale : MoDem (François Bayrou), Horizons (Édouard Philippe) ou Renaissance (ex-LREM).

La manœuvre vise à éviter la création de nouveaux groupes comme lors de la précédente mandature avec le lancement d’Écologie dém... Poursuivre la lecture

Les éditorialistes commencent à s’impatienter : Emmanuel Macron n’a toujours pas nommé son Premier ministre. Jean Castex est déjà dans les cartons, plusieurs personnalités ont déjà été approchées. Les rumeurs se font et se défont au gré de l’actualité, des fuites élyséennes et des fantasmes médiatico-journalistiques. Seulement en régime hyperprésidentiel, le nom du Premier ministre a-t-il vraiment de l’importance ? Si tout est piloté de l’Élysée, qu’il soit homme, femme, ex-socialiste ou ex-LR, l’importance n’est que d’ordre communicationnel.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles