Leadership : le danger naît quand on se sent sûr de sa position

S’il est nécessaire qu’un entrepreneur ou un dirigeant manifeste une solide confiance en lui pour prospérer, il faut aussi qu’il adopte un certain nombre d’attitudes, lorsque l’envol est pris.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Intrepid Captain by Aaron Tait(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Leadership : le danger naît quand on se sent sûr de sa position

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 février 2018
- A +

Par Alain Goetzmann.

L’histoire abonde d’exemples édifiants. Remplaçons « empire » par « groupe » ou « entreprise » et leur essor ou leur déclin, à travers les âges, illustre à quel degré, attitude et comportement en influencent le cours.

Le livre des mutations  (Yi Jing), le premier des cinq classiques chinois, considéré comme le plus ancien texte de cette civilisation (sans doute autour de l’an 1000 avant Jésus-Christ), figure l’avertissement suivant :

Le danger naît quand on se sent sûr de sa position. Le déclin menace quand on pense que sa prospérité est destinée à durer. Le désordre s’installe quand on pense maîtriser la situation. Un homme de bien doit se méfier de la suffisance s’il veut assurer sa sécurité.

C’est probablement ce qu’avait en tête Andy Grove, l’un des fondateurs d’Intel, lorsqu’il intitula son ouvrage célèbre, en 1997 : Seuls les paranoïaques survivent.

Sans forcer le trait, afin d’éviter toute caricature, s’il est nécessaire qu’un entrepreneur ou un dirigeant manifeste une solide confiance en lui pour croître et prospérer, il faut aussi qu’il adopte un certain nombre d’attitudes, lorsque l’envol est pris.

  • D’abord, il doit se pénétrer de la précarité de sa position. Nous vivons dans une accélération continue du progrès et chaque produit, chaque service, chaque secteur d’activité peut se faire « disrupter » du jour au lendemain. Microsoft et Apple ont eu le scalp d’IBM, dans les PC, il y a 20 ans, Uber ruine aujourd’hui les taxis, Airbnb, l’hôtellerie conventionnelle et Amazon bouscule tous les mastodontes de la distribution.
  • Une fois sur ses gardes, il doit pratiquer l’attention active, se servir de tous ses sens pour mesurer, à la fois, l’environnement et le fonctionnement de son organisation. Si les reporting classiques restent évidemment nécessaires, ils ne font que constater et acter le passé alors qu’il lui faut éclairer l’avenir.
  • Pour cela il doit s’ouvrir au monde, humer l’évolution de l’air du temps, des habitudes sociétales et capter les signaux faibles en provenance des jeunes générations. Au sein même de l’entreprise, il doit s’assurer que chacun est dans les mêmes dispositions d’esprit. Il est tellement facile de se lover confortablement dans l’ordre établi, d’éliminer les informations qui ne sont pas conformes à nos idées préconçues, de rester douillettement dans sa zone de confort.

Le rôle du leader se complexifie. Non seulement il doit conduire les hommes, susciter l’enthousiasme, cette disposition d’esprit qui fait les résultats flatteurs, mais il lui faut désormais aussi s’auto-analyser quotidiennement afin de s’assurer qu’il ne commet aucun péché d’orgueil face à ses bons résultats, qu’il ne laisse pas son  hubris gonfler, qu’il cultive la modestie qui, par la qualité de l’écoute qu’elle induit, lui permet de capter toutes les informations utiles.

Il lui faut aussi – c’est devenu récemment une nouvelle facette de son leadership – veiller à ce que, du bas en haut de l’échelle hiérarchique, ces traits d’attitude et de comportement soient adoptés par tous. Dans une structure décentralisée – et on ne peut plus diriger autrement, de nos jours – ce sont chacun des leaders délégataires qui doivent avoir à cœur de se comporter comme lui.

Vaste programme direz-vous ! Mais la survie des entreprises repose désormais sur une adaptabilité rapide, un culte du réflexe par rapport aux événements environnants et aux anticipations à saisir. Nous sommes passés de l’ordre établi à un maelström continu.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’incertitude est anxiogène à de nombreux égards et souvent à juste titre.

Définie comme l’absence d’information au sujet d’un phénomène donné, elle signifie souvent qu’on ne sait pas à quoi s’attendre, laissant la porte ouverte aux mauvaises surprises – perte d’emploi, maladie, accident, guerre, etc. et nous laissant désemparés. Car la crainte principale liée à l’incertitude est celle de la perte de contrôle où on ne peut plus rien prévoir ni planifier. Mais cette crainte repose sur une croyance qui est que seule la prédiction permet ... Poursuivre la lecture

Une énigme persistante de la vie des organisations est combien il est difficile pour elles de changer. Souvent ce n’est pas faute d’essayer. La difficulté vient plutôt de la façon même dont elles essaient de le faire, en concentrant leurs efforts au mauvais endroit, et surtout en ignorant la véritable cause du blocage.

Il y a un paradoxe dans la vie des organisations. En un sens, elles sont en changement permanent. Leur vie est un ouragan d’initiatives, de projets, de plans. Mais ce changement cache souvent une difficulté très grande à... Poursuivre la lecture

Et si la guerre en Ukraine illustrait, une fois de plus, la supériorité du libéralisme ?

Pas seulement sur le plan moral, puisque ce conflit oppose une démocratie à un régime autoritaire et enclin à menacer ou envahir ses voisins, mais en termes tout simplement d'efficacité.

Certes, les succès de Kiev s'appuient sur le courage de ses soldats et l'appui d'une population unie dans un patriotisme qui a surpris les Ukrainiens eux-mêmes, en sus de la qualité du renseignement satellite, ou aérien américain et de la fourniture d'armes ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles