Vignette Crit’Air : l’absurdité de notre bureaucratie

Avez-vous payé votre  vignette Crit’Air 2018 pour une voiture immatriculée à Paris  ? L’opération est un vrai parcours du combattant.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Nissan 300ZX by Yannick Soler(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vignette Crit’Air : l’absurdité de notre bureaucratie

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 21 janvier 2018
- A +

Par Xavier Fontanet.

En 2018, l’obtention d’une simple vignette Crit’Air à 5 euros ne peut pas se faire en ligne. Pis, le process est si complexe qu’il coûte bien plus cher à la collectivité. Une démonstration flagrante de l’absurdité de notre bureaucratie.

Les invraisemblables démarches pour obtenir la vignette

1) Vous allez sur Internet, pour indiquer les caractéristiques de votre véhicule ;

2) Vous payez 1 euro avec votre carte bancaire ;

3) Vous imprimez une demande préremplie que vous signez avec  la mention « lu et approuvé » ;

4) Vous envoyez cette demande par courrier postal à Douai ;

5) Vous joignez un chèque de 4,18 euros à l’ordre de « Imprimerie nationale » ;

6) Vous recevrez à l’adresse de la carte grise votre vignette Crit’Air, qui vous servira pour les jours de pollution à Paris.

Pourquoi ne pas le faire par Internet, à partir du fichier des immatriculations, sans l’intervention manuelle des fonctionnaires du Service de délivrance des certificats qualité de l’air, installé à Douai ?

Coûts de la distribution de cette vignette

On passera sur l’idée qu’il y a là un nouvel impôt, qu’il a pour but de restreindre l’utilisation du diesel, qu’il commencera petit et grimpera. On ne rappellera pas que l’utilisation du diesel a été encouragée par l’État durant des décennies. Notre point sera la complexité du process et ses coûts induits pour l’administration et ses usagers.

Cherchons à capturer l’ordre de grandeur : pour collecter 5,18 euros, l’usager passera au minimum une heure, il dépensera un timbre, du papier, une enveloppe, ira poster sa lettre. Du côté de l’administration, probablement autant de temps passé et de coûts. Si on rajoute le temps consacré à gérer les pénalités, disons deux heures au total par acte. On peut estimer le coût induit à 18 euros (en s’amusant à diviser le PIB par tête de la France par le nombre d’heures éveillées), soit l’équivalent de plusieurs fois la somme collectée. En d’autres termes, du temps productif est détourné au profit d’une paperasserie inutile.

Un grand préfet reconnaissait récemment que la production de circulaires continuait sa progression. Il est trop de lieux où l’État, en avançant, freine la société tout entière. Nos économistes devraient calculer la perte de PIB que l’excès de bureaucratie fait subir à l’économie française, le différentiel de croissance avec nos voisins européens s’explique peut-être aussi un petit peu par là !

Article initialement publié sur Les Echos.

Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Ubu roi, enfin une réalité.
    Un Ubuiste patenté et vacciné.

  • pour être élu …….il faut beaucoup , beaucoup de fonctionnaires qui gaspillent l’argent des contribuables
    et qui permettent d’avoir la majorité avec un minimum de votants

  • Merci pour votre article.
    Et que dire de cette administration qui vous adresse des formulaires dans lesquels vous devez remplir vos nom, prénom et adresse. Si le courrier m’est parvenu, c’est quand même bien qu’ils les connaissent mes nom, prénom et adresse.
    La Sécu qui vous demande de remplir votre numéro de Sécu. C’est vrai, des fois que vous vous en seriez attribué un autre. C’est pas comme si c’était elle qui le délivrait, non ? ? ?
    Et que dire de la CAF qui vous demande de leur adresser un justificatif de la Sécu alors que physiquement il n’y a qu’à traverser la rue pour passer d’une administration à une autre.
    XXI ème siècle, 3 ème millénaire, 18 ans après l’an 2000 et voilà la pitoyable administration que nous avons !

    • Depuis 2 ans au moins les entreprises remplissent des formulaires informatisés pour la DSN (déclaration sociale nominative) où toutes les données des salariés sont récapitulées. La sécurité sociale pour les arrêts de travail et accidents de travail vous demande toujours de remplir les cerfas papiers car ils ne savent pas se servir des logiciels…

  • y a t il une durée de validité pour cette vignette ?
    Ce truc est renversant de stupidité, au bout de 2 ans votre bagnole reçoit son passage au contrôle technique, pourquoi ne pas remettre ce jour la vignette qui va bien en fonction de la ‘realite de la pollution de votre véhicule ??.
    Connait on l’auteur de cette trouvaille, Ségo n’a pas pu l’inventer , qui , je veux un nom….

    • Il me semble que les allemands ont ça sur leur plaque d’immatriculation, vignette renouvelée régulièrement.
      Pas de pare brise à pourrir.

  • Le titre peut prêter à confusion car cette vignette n’est pas annuelle

  • Merci, Monsieur Fontanet, j’ai beaucoup aimé votre livre « Pourquoi pas nous » plein de bon sens.
    Les français sont des veaux (Gl de Gaulle): ils le montrent bien en évitant le diesel alors que les diesels modernes sont plus économiques et ne polluent pas plus que les essences qui polluent aux Nox car ils sont réglés pour consommer moins (mélange pauvre).

  • Hum ! Apparemment, ce grand monsieur est plus doué pour dénoncer les chicailleries administratives que pour comprendre l’économie d’un dispositif.
    La vignette Crit-air n’a pas pour but que de restreindre l’usage en ville du diesel. Elle concerne tous les moteurs, qu’ils soient à essence ou à gazole. Elle vise à l’interdiction de rouler (en semaine à Paris, et lors de pics de pollution sur Bordeaux, Lyon, Montpellier etc…) des véhicules les plus anciens (au sens des normes Euro 1, 2, 3 etc…).
    Les mauvaises langues prétenderont, et elles auront raison, que cela vise aussi, parmi d’autres dispositifs, à limiter tout simplement l’usage de la voiture en ville.
    Et les très mauvaises langues émetteront des doutes sur l’intérêt du dispositif, au vu des expériences des pays voisins, à réduire la pollution atmosphérique, au delà de ce que le simple renouvellement annuel des véhicules permet. Pour une raison tout aussi simple, le trafic routier n’est qu’une des sources de pollution, et pas la plus importante…
    Pour ma part, je boycotte cette infamie, qui crée une nouvelle forme de fracture territoriale et sociale.
    Autant je peux comprendre qu’en cas de pic de pollution, on demande aux automobilistes de moins rouler, et aux résidents de moins chauffer, autant je refuse de cautionner un dispositif où les moins riches ne peuvent, sur Paris, plus utiliser leur bagnole pour aller bosser, quand ils n’ont à l’évidence, pas d’autre choix.

  • Est-ce seulement vrai qu’on ne peut pas payer par internet ? C’est une particularité pour Paris (pas vu l’info sur le site)?
    Moi j’ai commandé 2 vignettes, et j’ai payé 2* 4,18€, directement à la commande. Pas besoin de courrier postal.
    Après, il reste un truc dommage, c’est qu’en commandant 2 vignettes, ils nous l’envoient 2en 2 courriers distincts, donc on n’économise pas sur les frais d’envoi.

  • Heu, je ne sais pas d’où vous tenez votre expérience.
    J’ai commandé 2 vignettes Crit’Air en ligne, avec paiement en ligne par CB.
    Et je les ai reçues chez moi (… plus d’une semaine après) sans avoir rien d’autre à faire.

    • Et voilà pourquoi le gouvernement peut tondre sans relâche les automobilistes. Ils vont acheter eux-mêmes la tondeuse dans les magasins d’Etat.
      Pauvres de nous.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

par h16

Au détour d'une récente émission de SudRadio (dont la vidéo est disponible sur Youtube) qui m'a été signalée par un lecteur que je remercie au passage, on apprend, atterré, que d'ici quelques mois à deux ans tout au plus, plus de la moitié des véhicules français ne pourront plus du tout circuler en France. Parions que ceci va mettre un peu d'animation dans ce calme pays !

En effet, dans les prochains mois, plusieurs législations vont entrer en force pour aboutir, d'ici 2025, à la mise en place des ZFE, ces Zones à Faible... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

Depuis ce mardi 1er juin, les véhicules avec des vignettes crit’Air 4 et 5, qui correspondent aux plus vieux moteurs diesel et essence, ne pourront plus circuler en semaine dans le Grand Paris. Le territoire concerné, qui correspond aux frontières de l’autoroute A86, est devenu depuis le 1er juillet 2019 une « zone à faible émissions » (ZFE) afin de répondre à « l’urgence sanitaire et climatique ».

Selon le gouvernement : « L’agence Santé publique France estime à 6600 le nombre de décès par an liés à la polluti... Poursuivre la lecture

Par Pierre Chasseray.

Depuis sa création par Ségolène Royal, la vignette Crit’air, « visant à établir une classification des véhicules par rapport à leurs émissions polluantes », n’en finit plus d’être utilisée par un petit nombre de communes comme un moyen de poursuivre une persécution de l’automobile en ville.

Sous couvert de préservation de la qualité de l’air, la plupart de ces élus locaux surfent sur une vague d’hygiénisme visant à montrer... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles