Les Chinois dédaignent le dollar, et alors ?

La Chine va acheter moins de bons du Trésor américain. Mais est-ce si important ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Dollars by Kurtis Garbutt(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Chinois dédaignent le dollar, et alors ?

Publié le 14 janvier 2018
- A +

Par Simone Wapler.

En apparence tout est simple.

Les matières premières sont cotées sur les marchés internationaux en dollar. Tout le monde a besoin de pétrole, ou de blé, ou de cuivre…

Les États-Unis achètent à crédit aux étrangers. Ils exportent leur dette libellée en dollars. Les étrangers qui les fournissent stockent cette dette – des dollars donc. Ceci leur permet d’acheter des matières premières. Ces matières premières sont ensuite transformées et entrent dans les produits achetés à crédit par les États-Unis.

Les États-Unis exportent beaucoup de dettes et tout le monde est content. Enfin… pour le moment.

N’oubliez pas, cher lecteur, que nous ne vivons pas dans un monde capitaliste dans lequel on achète comptant, où le crédit est réservé aux investissements et où l’argent prêté a déjà été gagné.

Nous vivons sous l’ère du créditisme. Tout s’échange à crédit et l’inverse du crédit, c’est la dette. La dette mondiale atteint l’équivalent de 233 000 Md$. Cela fait 33 000 $ par bipède. Il faudrait retrancher les nouveaux-nés, ceux qui sont trop vieux pour travailler, et le milliard d’individus qui vivent avec moins de 1 € par jour. Si vous travaillez, considérez que votre facture est bien supérieure.

Chacun pense que cela ne le regarde pas et qu’il ne remboursera pas.

Mais revenons à nos Chinois. Les membres du Parti savent très bien comment le créditisme fonctionne. Ils ont toujours acheté des tombereaux de bons du Trésor. C’est ce qu’on appelle des « réserves de change ». Les Chinois en ont pour 1 200 Md$ précisément, selon Bloomberg… mais vous noterez que déjà en 2016, les Chinois en avaient acheté moins et à l’époque, ils ne l’avaient pas claironné sur Bloomberg.

Les camarades-capitalistes disent trouver que la dette américaine n’est plus attractive. Il faut dire que le pétrole augmente et que le dollar s’est déprécié de 10 % en 2017 face aux grandes devises.

Surtout, les rodomontades de Trump et le protectionnisme défendu par le gouvernement américain les agacent. Le géant des télécoms Huwaei s’est vu récemment rembarré du marché américain. Jack Ma, le fondateur d’Alibaba, qui voulait acheter MoneyGram a reçu une fin de non-recevoir.

À quoi sert d’avoir des dollars si vous ne pouvez pas les réinvestir ou les dépenser aux États-Unis ?

À cette annonce des officiels Chinois, l’or a légèrement réagi. Seulement légèrement… Ce n’est pas (encore) la panique. Si les bons du Trésor ne trouvent pas preneurs, la Fed les achètera.

Il y a plus dangereux pour le créditisme que cette histoire de dollar et de Chinois. La hausse des rendements des bons du Trésor US qui continue sa course. Cela signifie que les malheureux qui ont un stock de ces obligations ne peuvent les revendre qu’à perte (ou à la Fed).

Je ne sais pas trop où tout cela va nous mener. Mais l’or – qui n’est la dette de personne – permet d’avoir une assurance anti-catastrophe. Pour le moment, la prime n’est pas encore trop chère.

Pour plus d’informations, c’est ici.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Bonjour, je ne comprends pas pourquoi cette dette créée par l’achat à crédit des USA est une dette publique. Ce n’est pas le gouvernement américain qui achète les matières premières, ce sont les entreprises américaines, non? Si oui, alors cette dette n’est pas publique, elle est extérieure, mais sûrement pas sous forme de bons du Trésor. Si quelqu’un pouvait m’éclairer, merci.

    • Un fournisseur vous livre des produits : vous avez une dette envers lui jusqu’à ce que ayez payé la facture. Vous lui donnez des dollars en paiement, vous n’avez pas soldé la dette, vous l’avez transférée au gouvernement américain qui seul garantit, au moins en principe, que les billets verts que vous avez donnés ne sont pas de simples bouts de papier valant la même chose qu’une feuille de PQ.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a un an, j’exposais dans un article les données de l’invasion possible de Taïwan par la Chine, ce qui a malheureusement été confirmé par l’actualité récente.

En effet, le voyage de Nancy Pelosi, troisième personnalité politique des États-Unis, après le président et la vice-présidente, a été considéré comme une insulte par Pékin et a déclenché des manœuvres militaires ainsi que d’autres représailles.

Commençons par exposer les fondements de cette situation telle qu’elle se présentait dans un calme relatif il y a un an dans c... Poursuivre la lecture

Le ministre brésilien de l’Économie, Paulo Guedes, a tenu des propos durs envers la France lors d’une réunion des entrepreneurs à Brasilia mardi. En réponse aux critiques de Paris sur la déforestation de l’Amazonie, il a affirmé que l’économie française devient « insignifante » et a déclaré :

« Vous avez intérêt à bien nous traiter, sinon on va vous envoyer vous faire foutre ».

Des propos peu poétiques et diplomatiques, mais qui sont le symptôme d’un problème plus grave : le Brésil se détourne de l’Occident en faveur de la Chine... Poursuivre la lecture

Une nouvelle étude de la Fondation Jean Jaurès s’intéresse au rôle de la grande distribution dans la protection du pouvoir d’achat des Français.

Depuis son émergence dans les années 1960, la grande distribution n’a pas seulement transformé notre modèle de consommation. Elle représente également un nouveau symbole pour la classe moyenne, et incarne même un contrepoids à certaines politiques étatiques.

Pourtant vivement critiquée dès le départ, son mode d’organisation et ses méthodes n’ont jamais cessé de prouver leur succès malgr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles