Louer un logement meublé : nouveautés… et complications

Si vous souhaitez louer un logement meublé, il vous faudra dorénavant fournir un diagnostic énergétique, ou DPE.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Paris 2015 by Denis Bocquet(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Louer un logement meublé : nouveautés… et complications

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 janvier 2018
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

L’état des lieux

L’état des lieux d’entrée à remplir par les parties pour louer un logement meublé se déroule de la même façon que pour un logement vide, à cela près qu’un état du mobilier et des appareils électroménagers fournis doit aussi être pris en compte.

Depuis 2016, la loi Alur (nom officiel de la sinistre loi Duflot) impose un modèle unique d’état des lieux défini par décret, comportant une grille de vétusté. Cette grille est destinée à limiter les conflits entre propriétaires et locataires en définissant un niveau à partir duquel la responsabilité de remise à niveau incombe au locataire ou bien au propriétaire. Ce modèle d’état des lieux est uniquement valable pour les locations à vocation de résidence principale pour les locataires.

À savoir : vous avez également la possibilité d’ajouter des photos à votre état des lieux pour attester d’un défaut en particulier. Celles-ci doivent être signées par les deux parties. Le décret vous donne également la possibilité de réaliser un état des lieux dématérialisé pour plus de praticité tant au niveau du locataire que de vous-même, propriétaire.

Le DPE doit obligatoirement être annexé au contrat

À compter du 1er Janvier 2018, tous les contrats de location (donc y compris ceux qui concernent le fait de louer un logement meublé) devront inclure un DPE de moins de 10 ans attestant de l’état de l’installation électrique intérieure du logement.

Jusqu’à récemment destiné uniquement à l’achat d’un logement, le dossier de DPE est donc ainsi généralisé,  y compris pour louer un logement meublé, dans, parait il, l’objectif de « sécuriser » le locataire.

Bon, j’ai eu beau chercher, je n’ai pas trouvé les statistiques d’accidents de locataires dus aux installations électriques, sachant que de toute manière, celles ci incombaient au propriétaire qui engageait sa responsabilité…

Mais nous sommes en France et tout est bon pour accroître les formalités administratives et compliquer jusqu’aux choses les plus simples ! (cette mesure est déjà en vigueur depuis le 1er juillet 2017, pour les logements construits avant le 1er janvier 1975…..)

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • je trouve l article confus, mélangeant dpe diagnostic performance énergétique et diagnostic installation électrique…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Première partie de cette série ici.

 

Les loyers d’habitation - qui sont le plus encadrés par l’État - sont donc sujets à une forte érosion par rapport à la hausse des prix. Le propriétaire tombe victime dans la durée d’un effet ciseau : augmentation des dépenses contraintes lui incombant bien supérieure à l’augmentation des loyers qu’on lui permet de pratiquer. D’où le bien-fondé de privilégier les baux de courte durée ou mieux encore les locations commerciales ou professionnelles.

La semaine dernière, je vous parla... Poursuivre la lecture

Hausses des taux d’intérêt, des dépenses contraintes et de la fiscalité pesant sur les propriétaires poussent les rendements de l’immobilier à la baisse. Pour retrouver du rendement, il faut remettre en cause le bien-fondé de la détention d’immobilier locatif d’habitation.

« Les propriétaires immobiliers confrontés à une flambée inquiétante des taxes » titrait Le Figaro qui donne la parole au président de l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI).

Dans cet article, l’accent est mis sur la taxe foncière. Comme prévu,... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF Europe

Depuis la loi de finances pour 2018, le coefficient de revalorisation forfaitaire des valeurs locatives, qui sert notamment de base de calcul à la taxe foncière, n’est plus fixé chaque année en loi de finances initiale mais codifié à l’article 1518 bis du Code général des impôts.

Le calcul de ce coefficient revient très concrètement à indexer les valeurs locatives sur l’évolution de l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) publié au mois de novembre par l’Insee. Suivant cette formule, la r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles